the beginning after the end Chapitre 376

À LA SUITE DE

SETH MILVIEW
Tout le monde criait alors que le stade tremblait.

Une bulle de mana translucide recouvrait notre groupe. Mayla s’est accrochée à mon bras. J’étais vaguement conscient que du sang coulait autour de ses ongles, là où ils avaient creusé ma peau, mais je ne pouvais pas le sentir.

Deacon était sur le sol, se tenant la tête. Yannick s’était affalé sur son siège, inconscient. Du moins, j’espérais qu’il était juste inconscient.

Brion et Linden leur criaient dessus tous les deux, la moitié de leur attention étant toujours portée sur le combat qui déchirait le colisée.

Seul Pascal n’avait pas l’air de perdre complètement la tête, mais j’ai suivi sa ligne de mire…

Les premières rangées de notre section étaient pleines de cadavres. Des pointes de la taille de carreaux d’arbalète s’enfonçaient dans la pierre et dans la chair, brisant le bouclier qui était censé nous protéger des combats, même entre serviteurs et Faux. Certains d’entre eux ont dû utiliser leur propre magie pour conjurer des boucliers, mais, contre la pleine puissance d’une faux…

Il y a eu un boum fracassant et une section entière du colisée s’est effondrée, juste en face de nous. J’ai vu des milliers de personnes être englouties par un nuage de poussière marron. Disparus, juste comme ça…

L’arène n’était qu’un champ de décombres noirci et brisé. Des pointes de fer sanglantes se dressaient partout comme des pierres tombales. Le nuage de vent du vide se disloquait et disparaissait. Le feu de l’âme brûlait dans des taches sombres, tout comme les flammes de brume dont on parle toujours dans les histoires. Celles qui égarent le héros, le conduisent dans les marais ou dans l’antre de la bête…

Au cœur même du champ de bataille, le Professeur Grey se tenait face à la Faux Cadell Vritra du Dominion Central. Ils ne pouvaient pas avoir l’air plus différents. Professeur Grey… Puis-je encore l’appeler ainsi ? Je me suis demandé. Ce titre me semble tellement insuffisant maintenant.

Le professeur Grey se tenait droit et grand, sa force étant une présence physique indéniable et inéluctable. Vêtu d’une armure noire, avec des cornes d’onyx comme celles d’un Vritra sortant de sa tête, il aurait pu être lui-même une divinité.

J’ai eu du mal à comprendre ce que je voyais. J’avais étudié la magie et les runes depuis que j’étais tout petit. Ma maladie m’empêchait de m’entraîner comme Circe, alors je restais à l’intérieur et je lisais. Tout le temps. Mais je n’avais jamais entendu parler de tels arts du mana.

Il avait volé autour de l’arène avec une vitesse incroyable. Son arme allait et venait instantanément et sans effort apparent. Son invocation est passée d’une créature-loup déjà intimidante à un énorme monstre volant capable de détruire toute sorte d’attaque de mana à attributs de décomposition juste en respirant !

Ça n’avait même pas de sens. Je n’avais jamais ressenti de mana venant de lui, rien du tout. Celui de la Faux Cadell Vritra était écrasant, étouffant, mais le pouvoir du professeur était… tout autre.

Et c’est donc avec un certain détachement que j’ai regardé l’arme du professeur Grey traverser la Faux et le dévorer. Ça semblait… inévitable. La façon dont l’étrange feu violet s’est enroulé sur la peau de la Faux, le défaisant, m’a mis profondément mal à l’aise. Comme si je regardais les règles qui lient mon monde s’effilocher devant mes yeux.

“M-Mais… quoi ?” Mayla a bégayé.

“C’est pas vrai”, dit Linden, oubliant Yannick qui ne réagissait pas alors que notre attention collective était attirée par la vue de la Faux Cadell Vritra réduite en cendres.

“C’était quoi ça ?” Pascal a marmonné, sa tête tremblant comme s’il ne pouvait pas croire ce qu’il voyait. “Je n’ai jamais vu de magie comme ça.”

“La façon dont il vient de poignarder son invocation…” La voix de Mayla était pleine d’horreur.

“Je pense qu’il l’a absorbé dans son arme”, ai-je fait remarquer, me souvenant de la façon dont le loup s’était dissous et la lame s’était animée de flammes violettes. “Une sorte d’attaque combinée complètement folle.”

C’était assez difficile de donner un sens à tout ça, honnêtement.

Le Professeur Grey avait vaincu une Faux. Mais non, ce n’était pas tout à fait ça. J’avais déjà presque oublié la Faux Nico, mon esprit et ma mémoire étaient affaiblis par tout ce qui venait de se passer.

Le professeur venait de vaincre deux Faux. Et il en a tué une !

“Il doit être complètement couvert de regalias”, a dit Linden. “C’est pour ça qu’il ne les montre pas comme la plupart des mages.”

Les yeux de Pascal sont devenus grands. “Mec, c’est peut-être pour ça que tous les élèves de la classe se sont retrouvés avec des runes aussi puissantes lors de la dernière effusion…”

Le doute a soudainement étouffé mon émerveillement. Et avec lui est venu… l’effroi.

Ce n’était pas bien. C’était très, très loin des limites de ce qui se passait habituellement à la Victoriade. Un défi seul était rare, mais avoir tué une Faux, peut-être même deux… cela pouvait être une déclaration de guerre.

Je suis rapidement devenu inconfortablement conscient du peu que nous savions sur le Professeur Grey. Si la supposition de Pascal était exacte, qu’est- ce que cela signifiait pour tous ses étudiants ? Le professeur était-il une sorte d’ennemi des Vritra ? Nous avions tous bénéficié de son entraînement, peut-être même de sa simple présence. Cela faisait-il de nous… des complices, en quelque sorte ?

J’ai appuyé ma tête contre celle de Mayla.

Ses yeux se sont levés pour me regarder d’un air interrogateur. “J’ai peur, Seth. Qu’est-ce qui se passe ?”

“Je ne sais pas”, ai-je répondu, ma poitrine se serrant. “Mais moi aussi.”

SERIS VRITRA
La vague de soulagement que j’avais ressentie à la suite de l’acceptation joyeuse de la mort de Cadell par le Souverain Kiros s’est effondrée en déception lorsque le portail est apparu sous nos pieds, coupant les paroles du Souverain.

Immédiatement, je me suis mise à planifier comment je pourrais sortir Arthur vivant de cette situation.

J’étais maintenant plus certaine que jamais que ce garçon humain était la clé de tout, et je ne pouvais absolument pas le laisser tomber entre les mains d’Agrona.

C’était assez frustrant, vraiment. S’il avait simplement fait ce que je lui demandais, se battre en duel et vaincre Cylrit, puis refuser le poste de serviteur… les choses auraient été beaucoup plus simples. J’aurais quand même pu utiliser sa victoire pour le mettre sur un piédestal, l’élever au rang de leader parmi les “mineurs”, mais sans attirer l’attention d’Agrona. Du moins, pas encore.

Mais cette victoire… elle était beaucoup trop grande, et trop tôt. Agrona avait banni toute pensée pour le garçon, se concentrant entièrement sur l’Héritage à la place, ne se préoccupant plus des ancrages qui l’avaient amenée ici. C’était utile. Cela ne pouvait pas durer éternellement, bien sûr, mais si j’avais eu seulement quelques mois de plus pour travailler…

Si je ne l’éloignais pas, d’une manière ou d’une autre, alors Agrona le dépouillerait de ses composants de base pour comprendre comment les pouvoirs éthériques d’Arthur fonctionnaient. J’avais vu assez de donjons et de laboratoires sous Taegrin Caelum pour savoir exactement quel sort lui était réservé. Plus effrayante peut-être que la perte d’Arthur était la perspective qu’Agrona trouve un moyen de contrôler l’éther à partir du cadavre disséqué d’Arthur.

Etant donné la situation actuelle, même me sacrifier en vaudrait la peine. Je m’étais suffisamment préparé pour que mes plans puissent être mis en œuvre en me cachant si nécessaire, même si ce n’était pas idéal. Arthur, ou plutôt Grey, serait connu de tous en Alacrya en quelques jours. Tout le monde, quelle que soit sa stature, serait au courant de sa victoire. Dans le cas où nous parviendrions à nous échapper miraculeusement de la Victoriade, l’utiliser comme figure de proue serait une tâche simple.

Je me suis résigné à simplement regarder et écouter en attendant le bon moment. Mais lorsque l’Héritage a jeté son sort un instant plus tard, le fond de mon estomac s’est effondré.

Bien que j’ai suivi ses progrès, je n’avais jamais vu cette capacité auparavant. Un tel sort pourrait, théoriquement, vaincre même une Faux, si son contrôle sur celle-ci était assez fort. Non, pas seulement une Faux. Si l’on considère que les asuras dépendent du mana pour exister, qu’ils en sont imprégnés dans leur corps, un tel sort pourrait être capable de neutraliser même les êtres les plus forts de ce monde, en les séparant de leur propre pouvoir.

Dragoth et Viessa ont dérivé dans le ciel, se déplaçant pour encercler le piège d’Arthur. Je n’avais pas d’autre choix que de suivre, laissant la situation se dérouler.

En regardant le visage d’Arthur, cependant… d’une certaine manière, il ne semblait pas effrayé. Si quelque chose, il était calculateur.

Même un peu… triste ?

J’ai écouté Agrona parler, sans faire attention à ce qu’il disait, jusqu’à ce que les autres s’avancent pour capturer Arthur. Peut-être pourrais-je faire mon entrée pendant son transport vers Taegrin Caelum, lui proposer de l’escorter moi- même dans les donjons…

Soudain, Arthur a changé de position, s’est échappé du piège et s’est précipité vers Agrona et l’Héritage, une lame d’éther violet vibrant bourdonnant de vie dans sa main.

J’ai arrêté de respirer, tant je devais me concentrer pour voir ce qui se passait.

Imbécile, ai-je pensé l’instant d’après, en prononçant le mot mais en sachant qu’il valait mieux ne pas le dire à voix haute.

Il s’était arrêté. Il aurait pu porter un coup mortel, sa lame était si proche qu’elle aurait fait un trou dans la robe de combat de l’Héritage, mais il s’était arrêté. A cause de sa relation avec Tessia Eralith, il n’avait pas le courage de faire ce qui devait être fait.

L’idée de la tuer moi-même m’a traversé l’esprit pour la énième fois, mais je ne pouvais pas risquer de me mettre à dos Agrona et Arthur en une seule fois. Si Arthur portait le coup lui-même…

Mais je savais qu’il n’y avait aucun espoir pour cela quand Agrona a commencé à se moquer, à insulter Arthur. Puis, ses yeux ne quittant pas le garçon, Agrona a donné l’ordre. “Emmenez-le.”

Je savais que c’était maintenant ou jamais, mais j’ai hésité. Bien que frappé, le visage pâle, les doigts tremblant à ses côtés, Arthur n’avait pas encore l’air vaincu. J’ai volé vers lui, suivant le rythme des autres, ne sachant pas comment procéder.

Et puis il a disparu. Comme ça, si vite que même Agrona, le visage tordu de rage, n’a pu que s’accrocher à l’image rémanente de l’éclair violet qui flottait dans l’air, tout ce qui restait d’Arthur.

Je me suis mise à rire.

CAERA DENOIR
“C’est quoi ce bordel ?”

Les mots ont quitté ma bouche comme s’ils avaient été prononcés par un étranger, mais je n’aurais pas pu décrire mes sentiments de manière plus éloquente même si on m’avait donné un mois pour y réfléchir.

Grey était… partie. Juste partie.

Alors que le Haut Souverain commençait à crier des instructions à toutes les Faux, je me suis glissé dans l’ombre d’une zone de rassemblement vide, trébuchant sur les décombres avant de m’adosser au mur et de fermer les yeux.

La première chose que j’ai vue, c’est le souvenir de Grey, enfermé et enveloppé dans une sorte de bulle anti-mana, me regardant droit dans les yeux. Une pléthore d’émotions et de pensées avaient défilé sur son visage en cet instant, mais une seule était claire et nette.

Le regret.

Ce qui ne pouvait signifier qu’une chose. Il partait.

Il n’avait pas seulement utilisé ses arts éthérés pour s’échapper du stade, j’en étais sûr. Il avait l’intention de disparaître.

J’avais l’impression que j’aurais dû être en colère, que j’aurais dû me sentir trahi. Mais je ne l’étais pas. Grey m’avait toujours mise en garde contre le fait d’être trop proche… d’en savoir trop. Cela l’a confirmé. Ce qu’il avait cherché à faire était au-delà de l’échelle de mon imagination.

Je me souviens l’avoir vu pour la première fois dans les Relictombs, sans mana et apparemment aux portes de la mort, prenant pitié de ce que je pensais être une jeune femme dont le noyau avait été détruit. Contre toute attente, nos chemins se sont ensuite recroisés dans la zone de convergence, où il a porté l’arme de mon propre frère au combat. Ce seul fait était trop important pour être considéré comme une simple coïncidence, et pourtant j’ai appris plus tard l’existence d’un lien mystérieux entre lui et mon propre mentor de toujours, la Faux Seris…

Ainsi, bien que la force qui nous a réunis – l’éther, le destin, ou la volonté d’une divinité au-delà des asuras – je savais que les prochaines étapes dépendaient de moi. Que Grey ait ou non l’intention de m’impliquer davantage dans ses aventures, je devais choisir ce que je devais faire à partir de maintenant.

“Quoi que ce soit”, ai-je marmonné à voix haute, en me pressant contre le mur, qui tremblait subtilement.

Séparément et simultanément à ces considérations, le combat de Grey contre Cadell repassait rapidement dans mon esprit. Bien que j’aie combattu à ses côtés, les pouvoirs de Grey me paraissaient toujours aussi énigmatiques.

Il était bien connu en Alacrya que la Faux Cadell n’était pas seulement une Faux – il était l’exécuteur privé d’Agrona, s’occupant des problèmes qui nécessitaient l’attention personnelle du Haut Souverain. Selon la Faux Seris, il n’a été nommé Faux que lorsque Agrona a commencé à se préparer à la guerre contre Dicathen, il y a près de quinze ans, mais même avant cela, il était plus puissant et dangereux que les autres Faux.

Et pourtant, Grey l’avait vaincu en combat singulier, le tuant là où toutes les personnes importantes du continent pourraient le voir.

Ma gorge s’est serrée alors que des questions se bousculaient dans mon esprit. Il y avait tellement plus dans cette histoire qu’une simple et stupéfiante défaite. Parce que la Victoriade a révélé que Grey ne connaissait pas seulement la Faux Seris, mais aussi Cadell et Nico. Et même Agrona, à en juger par la façon dont il avait parlé.

Mais quelle était leur relation ? Pourquoi Grey lançait-il ces défis ? Qui était vraiment Grey ? Et qu’essayait-il d’accomplir ?

Aurais-je eu raison quand j’ai suggéré à la Faux Seris qu’il était né asura ? Peut- être un descendant des dragons ayant juré de se venger d’Agrona ? Si je ne m’étais pas aventuré à ses côtés dans les Relictombs, je croirais presque qu’il est un asura à part entière. Cela expliquerait au moins son contrôle de l’éther.

Ou – j’ai ressenti un frisson en y réfléchissant – pourrait-il être l’un des anciens mages ? Un djinn, survivant dans les Relictombs et caché parmi nous depuis que les dragons les ont exterminés. Il était vrai qu’il avait un don pour les Relictombs, bien supérieur à celui de tous les ascendeurs que j’avais vus. A ma connaissance, aucun ascendeur dans l’histoire n’avait jamais découvert l’une de ces ruines anciennes, et encore moins parlé à un vestige de djinn.

Et il avait ces runes – godrunes – qui se manifestaient spontanément, l’une d’entre elles lui permettant même de faire revivre des reliques de cette ancienne culture…

Mes joues se sont réchauffées. Rien que de penser à ces choses, je me sentais comme une petite fille idiote. Mais la vérité était que je ne pouvais pas penser à une explication plus simple et plus raisonnable pour expliquer comment Grey pouvait être au cœur de tout ce pouvoir. Pour avoir attiré l’attention du Haut Souverain lui-même, qui ne quittait que rarement, voire jamais, les confins de Taegrin Caelum, dans les montagnes de Basilisk Fang…

J’ai réalisé avec une certitude soudaine et absolue que Grey pourrait être l’un des êtres les plus puissants du monde. Si ce n’est pas encore le cas, un jour. Je savais avec la même certitude que je ne serais pas satisfaite de retourner à mon ancienne vie, sachant qu’il était là, quelque part.

Ma vie de noble dorloté, mes efforts pour être à la hauteur de l’héritage de mon frère en tant qu’ascendeur, même la réalité de mon statut de Virtra-née cachée dont le sang s’est manifesté, tout cela semblait sans importance face aux percées que Grey avait faites et continuerait de faire.

C’était un vrai pouvoir, le genre qui pourrait remodeler le visage de notre monde.

Un petit sourire est venu sur mes lèvres quand je me suis rappelé une conversation avec Sevren, il y a très longtemps. Nous jouions à nous battre dans les jardins avec des épées en bois – chacune d’entre elles étant gravée du symbole de l’éther, bien sûr – et le duel s’intensifiait, jusqu’à ce que je lui frappe accidentellement les articulations avec mon “arme”, assez fort pour qu’il pousse un cri de douleur.

Dans mon embarras, je l’avais taquiné pour qu’il cède au pouvoir de ma magie d’éther, mais au lieu de se mettre en colère, il s’était simplement assis dans l’herbe et avait pensivement fléchi sa main meurtrie.

“Un jour, je serai un ascendeur, soeurette. Je vais aller dans les Relictombs et apprendre tout ça pour de vrai.” Je me souvenais encore si clairement de la façon dont ses yeux brillaient lorsqu’il me regardait depuis le sol, son visage bien trop sérieux pour un garçon qui n’avait pas encore douze ans. “Alors plus personne n’aura à se battre, plus jamais. Nous pourrions faire du monde ce que nous voulons qu’il soit.”

Je me suis moqué de lui. “Peux-tu faire pleuvoir du caramel pour nous, alors ? Lenora a dit aux cuisiniers de ne plus en faire après que j’en ai piqué la dernière fois.”

Mais Sevren n’a même pas esquissé un sourire. “La première chose que je ferais, c’est de faire en sorte que personne ne t’enlève jamais à notre famille. Je créerais un monde où tu serais à l’abri du clan Vritra.”

Le torrent de pensées et d’émotions contradictoires m’a submergé, et j’ai réalisé que des larmes coulaient sur mes joues. En dehors de la sécurité de l’aire de rassemblement vide, je pouvais entendre le bruit des milliers de pas qui se précipitaient hors de l’arène, des gens qui criaient, les os du colisée qui bougeaient, la magie qui bourdonnait… tant de vie vécue, de douleur, de peur et d’émerveillement réunis en une seule chose, personne ne comprenant pleinement ce qu’il venait de voir.

J’ai pensé aux étudiants de Grey, probablement stupéfaits et terrifiés, sans aucun contexte pour les aider à donner un sens à ce qu’ils venaient de voir.

Mes parents adoptifs étaient également quelque part, probablement en train de se démener pour organiser un tempus vers le dominion central afin d’éviter d’être rattrapés par les événements, et déjà en train d’établir leur histoire pour le jour où les liens de Grey avec le Haut-Sang Denoir seraient connus.

Peut-être que la bonne chose à faire aurait été d’aller aider. Des dizaines de mages grouillaient toujours dans la section effondrée du colisée, cherchant des survivants dans les décombres. Les officiels auraient besoin de toute l’aide possible pour gérer les troupeaux qui se précipitaient vers les tempus.

Mais lorsque je me suis finalement éloigné du mur et que j’ai essuyé mes larmes, il n’y avait qu’une seule chose que je pouvais penser à faire. J’avais besoin de savoir ce qui allait suivre. Et pour ce faire, j’avais besoin de mon mentor.

Je ne pouvais pas m’empêcher de penser qu’il était grand temps pour moi d’obtenir de vraies réponses.


Commentaire

4.8 10 votes
Note
S’abonner
Notification pour
3 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Ranga Tempest
11 mois il y a

din-gue-rie

Toto Lulu
8 mois il y a

Caera>tess<seris

L B
L B
13 jours il y a
Répondre à  Toto Lulu

Fact

error: Le contenu est protégé !
3
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser