the beginning after the end Chapitre 361

RELIQUE DE SANG III

CAERA DENOIR
Mon regard est resté collé sur le dos de Grey alors que nous naviguions dans le labyrinthe de tunnels, silencieux à l’exception des remarques insistantes de Kage. Bien qu’il paraisse maintenant en parfaite santé, il était difficile de ne pas penser à l’image de Grey gisant sans bouger, la gorge tranchée…

J’ai fermé les yeux, chassant cette image et me concentrant sur le bavardage persistant de Kage qui nous guidait vers le portail de sortie caché.

“Ce n’est pas vraiment ma faute maintenant, vous voyez ? Quand Rat a vu comment les gens partaient après un certain temps, après avoir décidé que la relique ne pouvait pas être réclamée, il a eu l’idée de fermer le portail et de forcer les gens à rester. J’ai juste suivi le mouvement, c’est tout… mais qu’est-ce que j’étais censé faire d’autre ?”

“Et les femmes ascendeurs qui ont trouvé leur chemin dans cette zone, as-tu aussi été forcé d’en faire tes jouets ?”

La forme imposante de Kage a rétréci sous mon regard malgré le fait que nous n’ayons pas pris la peine de l’attacher avec des menottes de mana. Pourtant, le chien avait encore du mordant, et je pouvais sentir son mana s’enflammer de colère.

“Continue à marcher, abruti”, grogna Regis en suivant de près l’ascendeur balafré.

Mes yeux se sont retrouvés à nouveau sur le dos de Grey alors qu’il se déplaçait en silence derrière Régis, laissant le loup de l’ombre mener Kage à notre destination.

Une frustration inconfortable se tordait dans mes entrailles alors que je repensais à ce que Grey m’avait demandé de faire.

Il savait que Kage n’était pas une menace pour moi, mais la vérité était que Grey avait encore silencieusement exigé que je lui fasse entièrement confiance. J’étais laissée seule comme garantie, comme une demoiselle en détresse – un stéréotype de faiblesse et de fragilité contre lequel j’avais lutté toute ma vie – et Grey attendait de moi que je me mette dans un état de vulnérabilité sans même avoir l’opportunité de questionner ou de comprendre ce qu’il faisait.

Il m’a fallu faire preuve de sang-froid pour ne pas tuer Kage lorsqu’il a sorti une paire de menottes de suppression de mana et annoncé que nous allions suivre Rat et Grey ensemble.

Je frottai les légères ecchymoses sur mes poignets, les douleurs sourdes me rappelant physiquement le danger de trop faire confiance, quelque chose dont je n’avais jamais été coupable auparavant. J’ai choisi de laisser mon pouvoir m’être retiré, faisant confiance à Grey pour que rien ne m’arrive.

Rien de bien méchant de toute façon, ai-je reconnu en pressant les bandages sur l’entaille sanglante de ma paume.

Préoccupé par ces pensées, je me suis retrouvé à presque heurter Grey, ne réalisant pas que Kage s’était arrêté.

“C’est juste là” marmonna-t-il, en donnant à Régis un sourire béat, comme un serviteur battu cherchant l’approbation de son maître autoritaire.

“Tu veux un cookie ou autre chose ?” La crinière brûlante de Regis a vacillé avec agacement. “Ouvre-le.”

Kage a blanchi avant de lever ses mains vers le mur de terre nu. Le sol a tremblé, puis a fondu de chaque côté, s’écoulant comme la boue d’un glissement de terrain soudain pour révéler un tunnel caché. Regis a conduit notre guide réticent dans le passage, qui menait à une impasse. Kage a répété le sort, ouvrant un deuxième tunnel caché, qui a conduit à un troisième et un quatrième avant de finalement s’ouvrir dans une grotte ronde.

Des veines de roche rougeoyante formaient un motif circulaire au plafond, éclairant la grotte d’une lueur sinistre et baignant le portail d’une lumière rouillée. Le portail lui-même, qui se trouvait au centre de la pièce, ressemblait à un rideau écarlate tombant à travers la pierre rouge brique du cadre.

Nous avons tous contourné Kage, qui s’était arrêté à l’entrée du tunnel, nous observant nerveusement. Dès que notre attention s’est détournée de lui, il s’est retourné et a sprinté dans la direction d’où nous venions.

Regis l’a regardé partir avec un regard faiblement amusé sur son visage lupin.

Sans même se retourner, Grey a dit ” Débarrasse-toi de lui ” et Regis est parti au pas de course.

Grey semblait avoir déjà chassé Kage de son esprit, son attention étant entièrement tournée vers le portail. Il en a fait le tour deux fois, fixant la profondeur opaque comme s’il pouvait voir ce qui l’attendait de l’autre côté.

Ses vêtements étaient déchirés là où il avait été poignardé, et tachés de rouge à cause du sang. Je n’ai pas encore totalement compris ce qui s’était passé. Grey n’avait pas expliqué comment il avait désactivé le bouclier, seulement comment il avait pris la relique et ordonné à Kage de nous conduire au portail. Il a été silencieux presque tout le long du chemin.

Il s’est arrêté brusquement et son regard s’est posé sur ma paume blessée. “Je suis désolé pour ça.”

J’ai fait jouer ma main coupée, qui était enveloppée dans un morceau de la chemise déchirée de Grey. La blessure brûlait, mais elle n’était pas particulièrement profonde et guérirait rapidement. “Je te pardonnerai si tu m’expliques exactement ce qui s’est passé là-bas.”

” Très bien. ” Il est resté pensif un moment. “Le comportement de Rat n’était pas naturel pour quelqu’un de captif. Quelques petits détails. Mais j’ai compris quand j’ai vu le glyphe et qu’ils ne savaient pas comment l’ouvrir.”

“Que veux-tu dire ?”

Grey s’est penché et a utilisé la terre du sol pour enlever une partie du sang qui maculait ses mains. Quand il m’a regardé, ses yeux étaient froids et calculateurs. “J’ai pensé à ce que je ferais si j’étais à leur place. Comment je motiverais les ascendeurs forts, souvent intellectuels, qui sont arrivés dans cette zone…”

“Mais si tu as compris les glyphes tout de suite, pourquoi te laisser découper en morceaux ?”.

Les doigts de Grey jouaient inconsciemment avec les trous de sa tunique où la lame de Rat l’avait transpercé. “Parce que j’avais besoin qu’il le fasse. Ils avaient raison de dire qu’il exigeait un sacrifice de sang, mais il devait provenir de celui qui avait porté atteinte au sang des djinns.”

Donc tu l’as laissé te poignarder ? J’ai failli demander, mais je rassemblais déjà les pièces du puzzle dans mon esprit. Les méchants sont souvent prévisibles, après tout. Tout ce que Grey devait faire était de donner à Rat une raison de verser son sang, faisant de Rat lui-même la clé pour déverrouiller la relique. Mais alors, ça voulait dire…

“Donc, tu as du sang d’ancien mage-djinn ?”

Grey a haussé les épaules avec nonchalance. “J’imagine que c’est le cas de beaucoup de gens. Mais les Relictombs m’ont appelé “descendant” auparavant, et ont confirmé que j’avais un ancêtre djinn… Je suppose que c’est tout ce qu’il fallait.”

J’ai ouvert la bouche pour poser des questions sur cette ancêtre ancien mage, mais je l’ai lentement refermée. Bien que je voulais en savoir plus, je pouvais dire, à la façon dont Grey devenait de plus en plus impassible et laconique, que je n’obtiendrais pas les réponses que j’attendais. C’était plus que frustrant qu’il continue à vivre derrière ce voile de mystère malgré la confiance que je lui accordais, mais… je savais ce à quoi je m’engageais lorsque nous avons conclu notre accord.

Un bref moment de silence s’est écoulé avant que je ne laisse échapper une profonde inspiration. “Qu’est-ce qui te pousse à aller si loin ?”

Les sourcils de Grey se sont levés en signe de surprise. Il s’est éclairci la gorge et s’est levé brusquement. Il est resté silencieux si longtemps que j’ai cru qu’il n’allait pas répondre, mais un sourire triste s’est alors glissé sur ses traits, une expression qui contenait si peu et pourtant tant d’émotion. “Je dois à tous ceux que j’ai laissés derrière moi de revenir assez fort pour prendre soin d’eux”.

J’ai essayé d’intégrer cette réponse dans la mosaïque brisée qu’était mon image de la vie de Grey – remplie de trous qui représentaient tout ce que j’ignorais de lui – mais cela ne résolvait guère le mystère de ce qui le poussait à de telles extrémités.

Avant que je puisse décider si je voulais aller plus loin, un cri, suivi d’une voix grave et puissante résonna dans le tunnel. “Je suis le seul à pouvoir l’appeler princesse !”

Les tunnels ont tremblé, et un léger filet de poussière est tombé sur nous depuis le haut. J’ai rencontré les grands yeux dorés de Grey, et nous avons tous deux éclaté de rire.

En secouant la tête, j’ai demandé : “Alors, tu vas examiner la relique ou les vêtements en lambeaux font-ils partie de ta nouvelle image maintenant ?”.

Il a roulé des yeux, mais a activé sa rune dimensionnelle et a sorti la relique.

J’ai étouffé un rire lorsqu’il m’a montré l’ensemble d’anciennes robes de combat lourdes. Les robes gris-brun étaient beaucoup trop longues pour lui, et traînaient derrière lui comme une robe de mariée. “Essaie-la, Grey”, ai-je dit, incapable de m’en empêcher. “Peut-être qu’une jolie robe pour la jolie princesse t’aidera à rester incognito…”

Il m’ignora tandis qu’il examinait les robes, ses doigts parcourant les rangées de runes brodées. Le contact était doux, une caresse curieuse, et je pouvais voir ses lèvres bouger bien qu’il ne parlait pas à voix haute. Je savais qu’il devait être capable de ressentir quelque chose à partir des robes, bien que je ne puisse sentir qu’une petite charge de mana en elles, à peine plus que l’anneau qu’il portait à son doigt.

Grey a laissé les robes se draper sur un bras et a enfoncé sa main dans le tissu. “Je pense…”

Les robes de combat disparurent, laissant derrière elles un vague nimbe de lumière violette qui s’éteignit un instant après.

“Que s’est-il passé ?” J’ai demandé, incertaine s’il avait simplement rangé la robe à nouveau, ou activé une sorte de capacité basée sur l’éther que je ne pouvais pas sentir.

Les coins de sa bouche se sont contractés, Grey a fait quelque chose – une sorte de flexion mentale qui s’est pressée contre l’air autour de nous et a fait se dresser les poils de ma nuque – et les robes sont réapparues, maintenant drapées sur son corps. Il a tendu ses bras sur les côtés, examinant l’effet produit.

Il avait l’air ridicule. J’ai ouvert la bouche pour le lui dire, mais je me suis figé. Les robes bougeaient, le tissu sec ondulait comme de l’eau boueuse, rétrécissant pour s’adapter à sa taille.

La couleur brun-gris s’assombrissait pour devenir un noir brillant, et le lourd tissu qui pendait pour traîner sur le sol se séparait et se reformait en jambes individuelles. La relique – qui n’était plus du tout une robe – continua à se resserrer jusqu’à ce qu’elle aille à Grey comme une seconde peau. La matière se durcit en petites écailles noires liquides qui s’accrochèrent à son corps, mettant en valeur sa structure légère mais musclée. De l’or scintillait entre les écailles, courant le long de son corps comme des tendons brillants.

Des sabatons d’écailles se moulèrent autour de ses bottes, les lamelles superposées étant maintenues par une maille dorée, à peine visible lorsqu’il bougeait, et des pauldrons striés se formèrent pour couvrir ses épaules. Des gantelets à griffes recouvraient ses mains et ses avant-bras.

Le capuchon de la robe se transforma en écailles noires, mais rétrécit pour couvrir la gorge, le menton et les côtés de la tête de Grey, laissant ses cheveux brillants pendre au-dessus de l’armure noire et vide, tout en laissant son visage visible. Alors que je pensais que la transformation était terminée, des cornes d’obsidienne se sont formées au-dessus de ses oreilles, sortant de l’armure et se dirigeant vers l’avant et le bas pour encadrer sa mâchoire.

J’ai sursauté, aspirant un souffle étouffé en réalisant que j’avais oublié de respirer.

ARTHUR LEYWIN
J’ai fléchi mes mains, qui étaient entièrement recouvertes par les gantelets griffus, et j’ai fait apparaître une lame éthérée. La longue dague a tremblé, sa forme s’est momentanément déchirée, puis s’est stabilisée. Je pouvais sentir la pression de la lame contre ma paume, sans être gêné par les gantelets. Laissant tomber la lame, j’ai levé les bras et fait pivoter les épaules, puis j’ai lancé une série de coups de pied et de poing dans les airs.

L’armure se déplaçait parfaitement avec moi, me laissant libre de mes mouvements.

Une forme sombre dans le coin de mon œil a attiré mon attention, et j’ai levé la main pour toucher la corne qui poussait sur le demi-casque.

“Whoa,” dit la voix familière de Regis en revenant à grands pas dans la petite grotte. “Que s’est-il passé pendant que j’étais parti ?”

En souriant à mon compagnon, j’ai envoyé une impulsion d’éther à l’armure, et elle a disparu, se fondant dans un nuage éthérique.

Ses yeux brillants se sont agrandis, puis se sont élargis de façon comique lorsque j’ai rappelé l’armure avec une simple application d’éther. Elle m’enveloppait comme une ombre, si légère et si bien ajustée que je la sentais à peine.

“Ayy ! Des cornes assorties !” Regis a émis un ricanement étouffé. “Nous pouvons être le trio cornu.”

Caera a bafouillé en jetant un regard à mon compagnon. “On ne va pas s’appeler comme ça.”

Regis m’a encerclé, en reniflant. “C’est là, réel et physique, mais aussi…”

“Une manifestation de l’éther”, j’ai terminé pour lui. “Comme de l’énergie liée à une forme physique.” Curieux, j’ai tendu le bras. “Regis, mords-moi.”

Faisant preuve d’un manque d’hésitation inquiétant, il a mordu mon avant-bras, ses dents grinçant contre l’armure. Je l’ai ressenti comme une pression, évidente mais indolore. Inclinant la tête vers mon compagnon, j’ai lancé : “C’est tout ce que tu as ?”.

En grognant, Regis a mordu plus fort, et la pression a augmenté. Me concentrant sur mon avant-bras, j’ai envoyé de l’éther vers ma peau de la même manière que je me protégerais avec une barrière éthérique. L’armure semblait réagir, puisant dans l’éther pour renforcer ses capacités défensives et réduire la pression écrasante.

Regis a lâché prise et s’est tripoté la langue. “Beurk. C’est comme coller ma langue sur une batterie. Ma bouche a des picotements maintenant.”

Même si j’étais curieux de continuer à tester les capacités de cette nouvelle relique, le faible bourdonnement du portail de sortie m’attirait, et j’avais hâte de passer à la zone suivante et de tester l’armure correctement. “Nous devrions y aller.”

Caera a froncé les sourcils en jetant un coup d’œil au tunnel menant à cette petite grotte. “Et les autres personnes dans cette zone ? Devrions-nous… ?”

“Je ne veux donner à personne plus de raisons de penser que nous sommes ceux qui ont pris la relique que ce que nous avons déjà”, ai-je répondu. ” Le tunnel qui mène ici est assez évident maintenant, et ils vont inévitablement recommencer à chercher, maintenant que Rat et Kage sont partis. Ils le trouveront.”

Caera avait l’air hésitante, mais s’est déplacé pour se mettre à côté de moi devant le portail. “Fais ton truc avec la Boussole, alors.”

Je me suis approché et j’ai pris sa main, la surprenant. Nous avions jumelé des simulets pour nous garder ensemble pendant que nous naviguions dans les Relictombs, mais cette fois-ci, j’étais certain que la destination du portail ne serait accessible qu’à moi et je voulais m’assurer que nous ne serions pas séparés. “Ce portail mène déjà à l’endroit où nous devons aller.”

Une fois Regis revenu dans mon corps, nous sommes entrés ensemble dans le rideau écarlate.

Et puis, nous nous sommes retrouvés dans un paysage onirique bizarre que mon esprit a eu du mal à accepter. C’était comme le couloir blanc stérile que Regis et moi avions traversé pour atteindre la première ruine djinn, sauf que…

Des morceaux de sol et de mur d’un blanc éclatant flottaient au-dessus – ou en dessous, ou à l’intérieur – d’un vide noir sans fin, brisés et séparés, chaque section individuelle flottant librement, certaines tournant, d’autres à l’envers ou de côté… mais dans les interstices, vu du coin de l’œil, je voyais une pièce comme une bibliothèque, sauf qu’au lieu de livres sur les étagères, il y avait des rangées et des rangées de cristaux aux couleurs de l’arc-en-ciel, et dans les facettes des cristaux, des images se déplaçaient comme des souvenirs…

“Grey… ” La voix de Caera venait de loin, elle résonnait en se repliant sur elle- même, se répétant plusieurs fois, mais elle n’était pas à côté de moi. Je n’étais pas sûr du moment où elle était partie, ni même de celui où j’avais relâché ma prise sur sa main.

J’ai fait un pas en avant et ma perspective a changé. Caera était là, appuyée contre un pan de mur incomplet. Le sol sous nos pieds tournait lentement, faisant apparaître une autre partie du couloir désassemblé et, au loin, un vortex de cristal noir brisé, qui pulsait tandis que les morceaux se recombinaient pour former une porte, puis se brisaient à nouveau, répétant cela toutes les quelques secondes d’une manière difficile à regarder.

“C’est bon”, ai-je dit, en prenant son bras. “Je suis là.”

La bibliothèque – ou la vision immatérielle de celle-ci que j’avais aperçue du coin de l’œil – avait disparu, remplacée par une ruine similaire à celle dans laquelle j’avais découvert la première projection de djinns. Comme la bibliothèque, je ne pouvais la voir que si je ne la regardais pas directement, et je ne savais pas comment l’atteindre, car j’avais l’impression que nous étions déjà là-bas.

‘La porte’ suggéra Regis. ‘Si nous pouvons l’atteindre d’une manière ou d’une autre.’

Les yeux de Caera se sont ouverts, elle a glissé son bras hors du mien et s’est redressée. Elle était pâle et transpirait légèrement, mais elle s’est renforcée face à la désorientation écoeurante de la zone en train de s’effondrer. “Quel endroit horrible…”

“Je ne pense pas que ce soit prévu pour être…” En regardant Caera, j’ai réalisé avec un sursaut de panique que ses cornes étaient visibles.

Craignant que la zone n’interfère avec la magie, comme dans la zone gelée, j’ai vérifié ma nouvelle armure, regardé les écailles et tendu le bras pour toucher une corne… mais l’armure était intacte. Cependant, quelque chose dans la zone l’affectait, lui faisant émettre une sorte d’aura qui semblait, d’une certaine manière, stabiliser la zone autour de moi.

Lorsque j’ai penché la tête pour regarder à travers l’étroite aura – une zone d’un centimètre de large autour de moi où l’espace était ramené à sa forme correcte – j’ai pu voir le couloir entier et ininterrompu qui nous entourait.

Avec Caera à mes côtés – elle avait dégainé sa longue lame pour l’aider à garder l’équilibre alors qu’elle marchait le long d’un couloir qu’elle ne pouvait pas entièrement voir – j’ai ouvert la voie le long du passage, utilisant l’image filtrée par l’aura brumeuse entourant mon armure pour naviguer jusqu’à ce que nous nous trouvions devant la porte de cristal noir.

Dans mon esprit, une voix brisée et vêtue a dit ‘Entre-s’il te plaît-bienvenu- descendant’, provoquant un pic de douleur derrière ma tempe droite.

Les millions d’éclats du portail de cristal se sont repliés vers l’extérieur, se déployant comme un drapeau et se dissolvant dans un cyclone cendré. J’ai attendu pour me retrouver soudainement dans la bibliothèque que j’avais vue du coin de l’œil, mais rien ne s’est produit. Puis la porte s’est reformée, les éclats de cristal sont réapparus et se sont recollés.

Les mots ‘Entre-s’il te plaît-bienvenu-descendant’ ont résonnés dans ma tête une seconde fois, accentuant la douleur.

La voix de Regis semblait floue sur les bords quand il a dit : ‘Nous devons faire quelque chose, chef. Je ne pense pas que Caera puisse tenir longtemps ici.’

Caera vacilla légèrement, les yeux fermés contre la vision douloureusement irréelle de la porte qui se brisait et se reformait. “Que se passe-t-il, Grey ? Je ne peux pas supporter d’ouvrir les yeux…”

En clignant des yeux pour éviter que mon crâne ne soit envahi par la douleur, j’ai vu le portail de cristal se briser et se reformer. Un instinct de survie profondément ancré en moi me déconseillait de franchir le portail. J’imaginais être pris dans sa boucle pour toujours, séparé et reconstruit encore et encore jusqu’à ce que les Relictombs se dégradent et que la zone s’effondre…

J’ai revu du coin de l’oeil la pièce circulaire en pierre en ruine. C’était si proche, comme si je pouvais juste…

Dans un flash de compréhension, j’ai déconcentré mes yeux et cherché les voies éthériques auxquelles je pouvais accéder avec God Step, mais elles étaient déformées et nouées entre elles. Mais si j’avais raison, ça n’aurait pas d’importance.

J’ai attrapé le bras de Caera et activé ma godrune.

La zone se résumait à un clone de la première ruine que j’avais visité, faite de pierre grise nue, brisée et effritée en de nombreux endroits. Au centre de la pièce se trouvait un autre piédestal couvert de runes, autour duquel tournaient quatre halos de pierre. Ou, il aurait dû y en avoir quatre.

Au lieu de cela, seuls deux halos continuaient leurs lentes rotations. La masse de pierre brisée à la base du piédestal montrait clairement ce qui était arrivé aux deux autres.

Comme avant, un petit cristal flottait juste au-dessus du piédestal, pulsant d’une lumière lavande incohérente. Et comme auparavant, quelque chose dans la pièce, autre que le cristal, contenait une quantité monstrueuse d’éther.

Une femme est sortie de derrière le pilier. Caera a levé sa lame de manière défensive, mais j’ai posé une main rassurante sur son épaule. Elle m’a lancé un regard inquisiteur avant de baisser lentement son arme.

La femme avait complètement ignoré Caera. Ses yeux violets brillants étaient fixés sur moi, ou plus précisément sur mon armure.

Elle mesurait à peine un mètre cinquante, et était si mince qu’elle était frêle. Sa peau était d’une couleur rose-lavande atténuée, ses cheveux courts étaient plutôt améthyste, et elle ne portait qu’un short blanc et un cache-poitrine qui montrait les motifs entrelacés des runes qui couvraient chaque centimètre de son corps. Alors que la première projection djinn que j’avais rencontrée était placide dans ses mouvements et son attitude, le regard inébranlable et la grâce noble de cette femme portaient une intensité furieuse qui semblait irradier d’elle comme la chaleur d’un feu de joie.

Elle m’a offert un sourire faible et triste. “Quelqu’un a donc récupéré ma création après tout. En vérité, je m’attendais à ce que son sanctuaire reste intact jusqu’à la fin des temps.”

“Votre création ?”

Elle a incliné la tête, désignant l’armure que je portais. “Quand il est devenu évident que le clan Indrath préférait détruire notre peuple plutôt que d’accepter que nous ne puissions pas leur donner notre connaissance de l’éther, j’ai tenté de créer une de quoi se protéger d’eux. Les rares personnes qui étaient prêtes à se battre m’ont aidé à forger cette armure, mais c’était trop peu, et beaucoup trop tard. Plutôt que de la revêtir moi-même et de me lancer seule dans une bataille perdue d’avance, j’ai conçu la zone où vous l’avez trouvée dans l’espoir qu’elle puisse un jour être revendiquée par quelqu’un désireux de lutter contre les asuras.”

Caera m’a donné un regard incertain. “Grey, que se passe-t-il ? Est-ce un… un ancien mage ?”

J’ai fait un geste vers le cristal, qui clignotait comme un artefact de lumière mourant. “Non, pas exactement. C’est une conscience, contenue dans ce cristal. Ils sont comme… des sortes de gardiens ou quelque chose comme ça.” À la femme djinn, j’ai dit : “La dernière projection que j’ai rencontrée était beaucoup plus confuse de me voir. Pourquoi ne l’êtes-vous pas ?”

“J’ai un certain écho de sa mémoire, et je savais que vous alliez venir. J’espérais seulement que vous arriveriez avant que l’édifice abritant ma conscience ne s’effondre complètement.” Elle a touché un morceau des halos de pierre brisés avec son orteil. “Ma notion du temps est… imprécise, mais je sais que le temps qu’il me reste est limité. Nous devrions bientôt commencer le test.”

“Le test ?” Caera a secoué la tête. “Je ne comprends pas.”

J’ai rapidement expliqué ce qui s’était passé la dernière fois que j’avais trouvé une de ces projections de djinns, et comment je pensais que chacune d’entre elles protégeait un morceau de connaissance – caché dans une clé de voûte – qui pourrait m’aider à débloquer de nouveaux pouvoirs.

“Est-ce qu’on va se battre ?” J’ai demandé à la femme djinn, qui nous avait observés avec curiosité pendant mes explications.

Elle a souri ironiquement. “L’ironie de mon placement ici est que j’ai été chargée d’administrer un autre type de test. Une punition pour avoir déclaré que notre inaction contre les dragons était de la folie et un échec plutôt que la paix.”

Elle a levé une main pour prévenir les questions qui se formaient déjà sur mes lèvres. “Cependant, cela témoigne de l’incapacité de mes compatriotes à comprendre le désir de se battre – de se défendre – qu’ils ne m’aient pas interdit de transmettre les techniques martiales que j’ai développées au cours de ma vie. En me chargeant d’une épreuve mentale au lieu d’une épreuve physique, ils ont peut-être supposé que je me contenterais de suivre les instructions et rien d’autre.”

Elle baissa les bras sur les côtés, et une lame d’éther apparut dans sa main gauche. Elle était longue, fine et très légèrement courbée, sa forme était étonnamment claire, sans la dégradation que mes maigres tentatives avaient engendrée en forçant l’éther à prendre forme. La quantité d’énergie contenue dans cette seule lame était suffisante pour déclencher plusieurs explosions éthériques.

“Comme je l’ai dit : manque de perspicacité.” Puis une seconde lame est apparue à sa droite. Elle les croisa devant elle, leurs pointes acérées traçant des lignes jumelles dans la pierre à ses pieds, et lorsqu’elles se touchèrent, des étincelles sifflèrent et jaillirent dans l’air.

“Tu as montré la force de te battre, de frapper et de faire couler le sang de nos ennemis. Tu es exactement celui que j’attendais, et je vais t’entraîner à manier l’éther non seulement comme un outil de création, mais comme une véritable arme de destruction.”


Commentaire

5 4 votes
Note
S’abonner
Notification pour
2 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Wyverne
1 année il y a

Tellement pacifique c’est une dinguerie xDDD

Ranga Tempest
10 mois il y a

Power up ! Power up ! Power up !

error: Le contenu est protégé !
2
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser