the beginning after the end Chapitre 331

LA HAUTE SALLE

Les trois semaines précédant mon procès se sont écoulées dans un flou de répétitions et de monotonie.

Le matin venu, on m’a épargné l’habituelle séance de torture avec Petras et Matheson, et on m’a même permis de prendre une douche froide pour effacer le sang et la crasse de mon séjour de trois semaines dans le donjon des Granbehl. Je suppose qu’ils ne voulaient pas qu’il soit trop évident que j’avais été privé et torturé.

Ada, heureusement ou non, n’était pas revenue me voir, mais je devinais que je la reverrais bien assez tôt au procès.

J’étais assis par terre, les jambes croisées, le jouet aux fruits secs de Three Steps tenu fermement dans une main. De l’index de l’autre main avait poussé une griffe courbe d’éther violet, qui était en train de s’enrouler autour de la graine du fruit, tirant désespérément dessus.

J’avais maintenu la forme de la griffe pendant dix secondes déjà, mais la graine ne bougeait pas. Vingt secondes ont passé. Puis trente. Mon doigt a commencé à souffrir et à trembler, et je pouvais sentir la griffe perdre sa forme.

Finalement, après presque quarante secondes, la griffe d’éther s’est dissipée avec la graine toujours fermement logée dans le fruit sec.

“Qu’est-ce que c’est ?”

Mes yeux se sont ouverts brusquement pour trouver Matheson qui me fixait à travers les barreaux. J’étais tellement concentré à maintenir la forme de la griffe d’éther que je ne l’avais pas entendu arriver.

J’ai fait tourner ma main, faisant rouler le jouet hors de vue avant de le ranger dans ma rune dimensionnelle, puis j’ai posé une main sur l’autre.

“Oh… tu veux dire ça ?” J’ai dit innocemment en levant lentement le majeur de la main que je cachais dans ma paume.

Regis a aboyé un rire.

Matheson s’est renfrogné et s’est écarté pour que quatre chevaliers de Granbehl puissent ouvrir la porte de ma cellule et entrer pour m’entourer. Le plus grand des quatre m’a tiré les bras derrière le dos et m’a mis des menottes aux poignets.

“Fouillez-le”, a ordonné Matheson, et le même chevalier a procédé à une fouille minutieuse de mon corps, mais n’a bien sûr rien trouvé. Il a haussé ses épaules blindées vers l’intendant.

“J’espère que vous vous amusez bien, Ascendeur Grey”, dit-il doucement. “J’ai moi-même hâte de voir ce sourire exaspérant disparaître de votre visage suffisant.”

“On peut y aller alors ?” J’ai demandé. “Je ne voudrais surtout pas être en retard pour ça.”

Matheson a ajusté les manchettes de ses manches et est passé devant, menant la marche vers les escaliers et à travers les salles bien aménagées du manoir au- dessus. Quelques domestiques nous ont observés depuis différentes pièces alors que nous sortions du domaine Granbehl, mais le seul visage familier que j’ai remarqué était celui de Petras, qui était assis sur des tonneaux près de la porte arrière par laquelle on m’a fait sortir.

Je lui ai fait un sourire joyeux en passant. “Nous avons versé tellement de sang, de sueur et de larmes ensemble que tu vas presque me manquer”.

Mes mots ont fait que le tortionnaire s’est pratiquement replié sur lui-même, honteux, tandis que Matheson gloussait de dégoût.

‘C’est une façon de frapper un homme à terre’ dit Regis d’un ton accusateur.

J’ai roulé les yeux. ‘Pardonne-moi de manquer de sympathie envers le type qui a passé les trois dernières semaines à me découper.’

‘Eh bien, si nous ne jugions que par ta réaction, je dirais que le pauvre Petras n’a rien fait de plus que de te faire un massage rigoureux’ a noté Regis. ‘Mais ce n’est pas la question. Tu es drôlement joyeux pour un type qui va assister à son propre procès pour meurtre.’

Je sentais une véritable curiosité émaner de la petite boule de chaleur qu’était mon compagnon.

‘Je suis presque prêt à brûler cet endroit. Nous verrons comment les choses se passent avec ce qu’Alaric prépare, mais quoi qu’il arrive, je ne prévois pas de revenir ici.’

‘Je suis prem’s sur Matty.’

Plusieurs autres gardes Granbehl lourdement armés et blindés nous ont rejoints à l’extérieur de la maison, et j’ai été escorté vers un autre chariot comme celui dans lequel j’avais été amené ici.

Le Seigneur Granbehl se tenait près de la porte, les mains jointes derrière le dos. Il a levé le menton quand je me suis approché.

“Ce sera votre dernière occasion de confesser vos crimes, Ascendeur Grey. Admettez votre culpabilité, et je plaiderai pour la clémence en votre faveur. Si vous vous présentez devant un panel de juges et professez votre innocence, ce ne sera plus de mon ressort.”

J’ai croisé le regard du noble alacryen. “Merci pour votre merveilleuse hospitalité, Titus.”

Il a grincé des dents tandis que nos regards se croisaient, mais il a fini par faire un signe de la main, et j’ai été poussé dans le carrosse.

Cette fois, il y avait deux chevaliers assis à l’intérieur, chacun avec une lame nue pointée sur moi. Même si l’un des gardes s’avérait être Alaric, il n’avait aucun moyen de me le faire savoir sans se trahir, et je suis donc resté silencieux. La plupart du temps.

J’ai laissé échapper un soupir, en m’adossant à mon siège. ” Ils auraient pu au moins me donner un carrosse avec des fenêtres “.

L’un des gardes s’est déplacé maladroitement sur l’étroite banquette en face de moi, qui était manifestement destinée aux bagages et non à un chevalier en armure.

“J’imagine que vous, messieurs, êtes toujours plus beaux à voir que ma cellule miteuse et que le toujours séduisant Petras”, ai-je poursuivi en haussant les épaules.

L’autre garde a étouffé un rire tandis que le premier a levé sa lame pour que la pointe s’enfonce dans ma gorge. ” Silence. ”

‘Tu crois que tous ceux qui travaillent pour les Granbehls sont formés pour être des salauds, ou bien ont-ils besoin d’une expérience préalable en tant que salauds pour être qualifiés ?’ a demandé Regis.

Cette fois, c’était à mon tour d’étouffer un rire.

“Tu trouves ça drôle ?” Le garde qui tenait sa lame contre ma gorge a tordu l’épée courte et s’est élancé avec le pommeau, l’enfonçant dans le coin de ma bouche. “Fais encore un bruit, et je te donne l’autre bout, ordure.”

‘Ouaip. Ce type aime vraiment donner des coups de pied aux chiots.’

J’ai souri en passant ma langue sur la coupure qui avait déjà commencé à cicatriser, goûtant le sang.

“Par Vritra, il est aussi bizarre qu’on le dit”, a dit le deuxième garde. Il avait l’air jeune, et plus qu’un peu nerveux.

Alaric non plus, alors, ai-je pensé, en regardant le chevalier froidement.

“Tu as entendu les rumeurs, Roffe ? On dit que quelqu’un a semé la zizanie autour de cet ascendeur. Certains gardes pensent qu’il est secrètement issu d’une maison de haut-sang, et ils…”

“Tu vas la fermer ?” le garde qui m’a frappé, Roffe, a grogné. “On est censés garder, pas bavarder comme des filles de l’académie.”

Le second chevalier s’est tu.

‘Donc, quelqu’un lance des rumeurs ? Ça doit être Alaric’ j’ai pensé, en fronçant les sourcils. ‘Qu’est-ce que ce vieil ivrogne pense faire, en se mesurant à un sang nommé ?’

‘Assurer son investissement, j’imagine’ suggéra Régis.

‘Espérons simplement qu’il sait dans quoi il s’engage’ pensai-je en me penchant légèrement sur le côté et en essayant de me mettre à l’aise, ce qui n’était pas facile vu que mes mains étaient toujours enchaînées derrière moi.

Le reste du trajet en calèche est passé rapidement. Après quelques minutes, nous nous sommes arrêtés et quelqu’un a frappé trois fois à l’extérieur de la porte. Roffe a frappé deux fois, et la porte s’est ouverte.

Sans attendre qu’ils me poussent ou me tirent, j’ai sauté à terre de mon propre chef, faisant reculer les silhouettes blindées les plus proches et brandissant leurs armes.

En les dépassant, j’ai observé le bâtiment où ils me conduisaient. Même sans aucune référence culturelle à laquelle le comparer, la structure massive était immédiatement reconnaissable comme un palais de justice.

Le bâtiment en pierre sombre était couvert d’ornements : des vitres colorées remplissaient les fenêtres arquées, des gargouilles cornues se penchaient sur les murs et fixaient tous ceux qui s’approchaient, et des centaines de fines flèches en métal noir s’élevaient vers le ciel bleu sans soleil.

Matheson est apparu entre deux des nombreux gardes en armure qui se tenaient autour de la voiture. “Magnifique, n’est-ce pas ?” dit-il, en levant les yeux vers le palais de justice. “Comme la justice des Souverains gravée dans la pierre.”

J’ai grogné, attirant un regard irrité de l’intendant. “Amenez ce criminel à l’intérieur”, a-t-il lâché.
J’ai été poussé et bousculé en avant, sous une entrée arquée et dans un vaste hall. L’intérieur du palais de justice était tout aussi orné que l’extérieur : le sol était en marbre taillé, le grand escalier qui menait au palier du deuxième étage était fait du même fer sombre que les flèches, et une énorme fresque couvrait tout le plafond.

Elle montre un homme musclé, torse nu, à la peau grisâtre, avec des cornes qui s’enroulent autour de sa tête comme une couronne, au milieu de dizaines de personnes beaucoup plus petites et moins détaillées. Des gouttes de lumière colorées descendaient de lui et étaient absorbées par la foule rassemblée, dont les visages étaient tournés vers l’avant avec joie. Un anneau de runes entourait la peinture.

Agrona, donnant la magie aux Alacryens…

‘Tu crois que la partie où Agrona a torturé et expérimenté sur les Alacryens pendant un paquet d’années est dessinée à l’arrière ?’ demanda Regis.

” ‘Sous le regard attentif du Haut Souverain, tous les êtres sont jugés’ ” dit Matheson en lisant les runes courbes.

J’étais sur le point de dire quelque chose de désinvolte, mais une secousse de Régis m’a coupé court.

‘Quoi ?’

‘Souviens-toi, tu es un Alacryen. Ce ne serait pas bien vu pour toi de rabaisser Agrona en public, surtout ici, maintenant.’

J’ai réfléchi pendant un moment. ‘Mm… Bien vu.’

Une silhouette voûtée, vêtue d’une épaisse robe noire avec un symbole doré sur la poitrine, s’est approchée et a échangé quelques mots avec Matheson. Je n’ai pas pu voir son visage, qui était caché dans l’ombre sous le capuchon de la robe, mais je pouvais sentir des yeux inquisiteurs sur moi.

Le symbole montrait une épée avec des écailles suspendues à la garde transversale, et devait l’identifier comme une sorte de fonctionnaire de la cour.

Il nous a fait signe de le suivre et a conduit le groupe de gardes, Matheson et moi-même dans un long couloir surélevé qui se terminait par deux portes en pierre massive, hautes d’au moins trois mètres et larges d’un mètre.

Lorsque nous nous sommes approchés, les portes se sont ouvertes d’elles- mêmes, révélant une salle d’audience pouvant accueillir quelques centaines de personnes, au moins.

Elle était conçue comme un amphithéâtre : en forme de demi-lune, avec une série de bancs d’ébène montant en gradins autour d’une plate-forme le long du côté plat, où cinq hauts bureaux, chacun portant le même symbole doré que la robe du fonctionnaire, regardaient une seule chaise faite de métal noir tordu.

Le personnage à la robe sombre nous a conduits dans une allée entre les bancs, qui étaient tous vides pour le moment, et a fait un geste vers la chaise. Deux des chevaliers m’y ont poussé, et de lourdes chaînes noires se sont animées et se sont enroulées autour de mes poignets, mes chevilles, ma taille et mon cou. Les chaînes étaient d’un froid glacial au toucher.

J’ai fléchi prudemment, en gardant un mouvement subtil pour que personne ne pense que j’essayais de me libérer. Les chaînes se sont resserrées autour de moi comme un serpent, leur surface froide et brûlante mordant dans ma chair et menaçant de m’étouffer.

Le fonctionnaire à la robe sombre s’est penché en avant pour que nous soyons face à face. Sous la cape d’ombre, une jeune femme aux yeux sombres me fixait. “Plus vous vous débattez, plus les chaînes se renforcent, ascendeur. Soyez tranquille, et ne laissez que la vérité franchir vos lèvres en ce lieu. Seuls les coupables craignent la justice de la Haute Salle.”

Plus par curiosité qu’autre chose, je me suis détendu pour voir si les chaînes allaient se relâcher. Elles l’ont fait.

“Bien”, a-t-elle dit en se redressant. “Le procès va bientôt commencer. Les autres peuvent s’asseoir ou rester debout le long du mur du fond.”

Il y a eu beaucoup de cliquetis et de claquements alors que les gardes lourdement armés se déplaçaient vers le fond de la salle. Au moins trente d’entre eux avaient escorté ma voiture, et Matheson les avait tous amenés au palais de justice.

Je tournai légèrement la tête et aperçus l’intendant des Granbehls assis sur le banc le plus proche à ma gauche. Il m’inspectait soigneusement, ses yeux suivant le réseau de chaînes qui s’entrecroisaient.

Le babillage des voix et le faible tonnerre de dizaines de pas sur le marbre ont attiré son attention vers le fond de la pièce. Il a jeté un regard furieux, apparemment sans apprécier ce qu’il voyait là.

J’ai écouté attentivement, essayant de capter des bribes des nombreuses conversations qui se déroulaient derrière moi.

“-pour prouver un meurtre dans les Relictombs. Qu’est-ce que les Granbehls…” “-excitant, n’est-ce pas ? Je n’ai jamais été dans la Haute Salle avant…”

“-celui-là ? Oh, wow, il est si beau, je…”

“-Un cousin a entendu d’un de leurs gardes qu’il n’a même pas cligné des yeux quand le Seigneur Granbehl l’a battu…”

Je me suis retourné, regardant avec méfiance à ma droite alors que des pas lourds approchaient. Un grand homme blond en costume gris se dirigeait délibérément vers moi. Ses yeux verts brillants se sont plissés en un sourire lorsqu’ils ont rencontré les miens.

“Grey”, a-t-il dit, d’une voix de baryton grondant. Il m’a fait un sourire enjôleur. “Confortable ?”

“Pas vraiment”, ai-je admis. Un autre homme était derrière lui, habillé d’un costume anthracite mal ajusté.

“Alaric”, ai-je dit avec surprise. “Tu es sûr que tu devrais être là ?”

L’ex-ascendeur a levé un sourcil. “Qui va te sortir de ce pétrin si ce n’est moi, mon neveu ?”

“Eh bien, si je devais parier sur les apparences, je choisirais le gentleman qui n’a pas l’air de souffrir de la gueule de bois”, ai-je dit avec un léger sourire en coin.

“Mon très cher neveu, en effet.” Alaric a roulé des yeux avant de faire un signe de tête vers son compagnon. “Grey, voici Darrin Ordin. Ex-ascendeur comme moi, et autrefois un de mes élèves. Il a l’habitude d’aider les autres ascendeurs moins fortunés.”

J’ai regardé l’homme une seconde fois. Ses vêtements étaient parfaitement ajustés et faits d’une laine fine qui avait dû coûter une fortune. Il n’avait pas le physique d’athlète fini d’Alaric, et je ne pouvais m’empêcher de me demander s’il était vraiment à la retraite.

Mais c’est surtout la façon dont il se comportait qui rendait sa richesse évidente : confiant, le dos droit mais pas raide, et un air insouciant. Alaric, quant à lui, semblait si peu à sa place dans la Haute Salle que c’en était presque comique.

Darrin scrutait les sièges derrière moi, le soupçon d’un froncement de sourcils sur son visage. “J’ai eu de la chance, c’est vrai”, dit-il en reportant son attention sur moi. “J’essaie simplement de m’assurer que les autres qui choisissent la vie d’ascendeur – ceux qui n’ont pas le soutien d’un haut sang ou d’un sang nommé – ont quelqu’un qui s’occupe d’eux… mais nous pourrons parler de moi plus tard”, a-t-il ajouté, son attention se portant sur les hauts bureaux qui donnaient sur ma chaise.

Cinq personnages vêtus de robes étaient entrés par une porte que je ne pouvais pas voir, et chacun se déplaçait pour se tenir derrière un bureau, élevé à plusieurs mètres au-dessus de moi. Ils portaient des robes noires assorties, semblables à celles de la femme qui nous avait guidés jusqu’à la salle d’audience, mais leurs capuches étaient abaissées, révélant cinq mages décharnés et sans humour.

L’homme au bureau central a martelé un marteau, provoquant un silence soudain dans la salle. J’ai pu entendre les bruits étouffés des gens qui se dépêchaient de s’asseoir derrière moi, puis le fracas retentissant des énormes portes doubles qui se referment.

“Ainsi s’ouvre le procès de l’ascendeur Grey, sans nom de sang, accusé de meurtre”, annonça le juge d’une voix rauque.


Commentaire

5 4 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Wyverne
1 année il y a

et zé partiii

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser