the beginning after the end Chapitre 268

PREMIÈRE ASCENSION

Lorsque je suis entré dans la zone suivante, j’avais tant de pensées qui se bousculaient dans mon esprit, tant de questions que je voulais poser en regardant le spectacle. Que se passait-il ? Pourquoi y avait-il tant de mages rassemblés là ? Sommes-nous encore dans le donjon ?

Mon regard a été attiré par ce que j’ai d’abord pris pour un soleil rouge. Mais en regardant attentivement, le “soleil” semblait être assis au sommet d’une colonne imposante, assez loin.

Un cri monstrueux a ramené mon regard sur la scène juste devant moi.

Avec le vaste champ de terre irrégulier piétiné par des centaines de monstres et le ciel rouge sang correspondant aux flaques de sang et aux poches de feu éparpillées sur le champ de bataille, je ne pouvais m’empêcher de me demander si c’était à cela que ressemblait l’enfer.

Au cours de mon périple dans le donjon, j’avais affronté des chimères squelettiques, des mille-pattes éthérés géants, des musaraignes mortelles et des bêtes de l’ombre de toutes formes et tailles. Cependant, aucun d’entre eux ne pouvait se comparer à la monstruosité de ces monstres.

Chacune de ces créatures bipèdes avait une peau d’un blanc maladif qui recouvrait son squelette et une tête surdimensionnée reposant entre des épaules pointues, comme un nourrisson macabre. Leurs mains griffues et leurs grandes bouches étaient teintes en rouge, et des pointes pointues en forme de crocs sortaient de leurs corps gangrénés.

D’après les centaines de cadavres de monstres qui jonchaient le terrain et les Alacryens couverts d’une couche de sueur, de crasse et de sang, il était facile de déduire qu’ils avaient combattu pendant un certain temps.

‘Pourquoi ne pouvons-nous jamais nous battre contre une succube à moitié nue ou une séduisante démone ? Pourquoi sont-elles toujours aussi dégoûtantes ?’ se lamenta Régis.

“Hé ! Vous attendez une permission ou quoi ? Aidez-nous !” aboya une grande guerrière vêtue d’une armure de plaques avant de libérer une vague de feu bleu de sa hallebarde dorée directement sur un groupe de bébés démoniaques.

Des cris stridents emplissaient l’air alors que le feu balayait les monstres, mais ils étaient immédiatement remplacés par une autre vague.

‘Que faisons-nous ?’ a demandé Regis.

‘Reste caché à l’intérieur de moi pour le moment,’ ai-je répondu. Il semblait que les Alacryens et moi avions un ennemi commun pour le moment, mais révéler plus de choses sur moi que nécessaire serait stupide à ce stade.

En prenant soin de garder l’éther en circulation dans mon corps, je dégainai ma dague blanche et m’élançai en avant.

Les démons à tête de bébé étaient rapides et implacables, et leur peau était aussi dure qu’un hyrax de fer, mais grâce à l’éther qui circulait dans mes membres en puissantes rafales, je les ai déchirés, vague après vague.

Bien que nous soyons treize à combattre un ennemi commun, il était évident que le travail d’équipe n’existait qu’au sein de groupes isolés de coéquipiers préexistants.
À part le trio que j’avais rencontré auparavant, il n’y avait qu’un seul autre trio, tandis que les autres combattaient par paires, essayant de rester en vie plutôt que d’aider les autres.

De nouveaux jets de feu bleu illuminaient le ciel rouge, mais ce n’était pas la seule magie sur le champ de bataille. Je pouvais voir des pointes géantes de terre jaillir du sol, des balles d’eau scintiller en transperçant les monstres, et des croissants de vent qui coupaient tout sur leur passage.

Ces sorts m’étaient familiers, mais chacun d’entre eux était d’un niveau équivalent à celui d’un mage vétéran du noyau d’argent. Même avec tous ces puissants mages qui fauchaient les enfants démoniaques, leur nombre ne faisait qu’augmenter.

‘D’où viennent-ils tous ? ‘se demandait Regis.

J’aimerais bien le savoir, lui répondis-je en arrachant ma dague de l’œil noir bombé d’un nourrisson démoniaque.

“A l’aide !”

Le cri de douleur a retenti à quelques mètres de là. Je me suis retourné pour voir cinq monstres bondir sur un guerrier. Il essayait désespérément de les tenir à distance en se mettant sur le dos, se repliant sous son bouclier comme une tortue rentrant dans sa carapace.

Sa jambe gauche était cassée et les monstres semblaient le savoir ; ils étaient de plus en plus nombreux à se rassembler pour achever leur proie.

Mes yeux se sont verrouillés avec ceux du guerrier.

“Vous ! S-Sauvez-moi ! S’il vous plaît !”, cria-t-il en lançant frénétiquement un jet de feu qui ne fit qu’attirer d’autres monstres.

J’ai instinctivement fait un pas en avant pour aider le mage qui se débattait, mais, alors que le guerrier était renversé par une paire de bébés démons, j’ai vu les runes noires entre les mailles de son armure.

La colère a éclaté en moi alors que les souvenirs de la guerre me revenaient
: sans ces Alacryens, mon père et tant d’autres ne seraient pas morts.

Mes yeux se sont rétrécis alors que le peu de pitié qu’il me restait se dissipait. Je me suis détourné, ignorant ses cris de douleur et de colère alors qu’il succombait à sa fin sanglante.

J’ai rejeté toute pensée pour lui et j’ai continué mon carnage, comme une tempête mortelle qui ne laisse derrière elle que des cadavres. L’éther dans chaque monstre était rare, mais suffisant pour que je puisse l’absorber discrètement et me maintenir en vie. Malgré la situation dans laquelle je me trouvais, entouré à la fois de monstres et d’Alacryens, je brouillais tout sauf les ennemis à ma portée.

C’était comme si je me battais à nouveau seul contre l’armée de bêtes qui s’approchait du Mur. Sauf que, cette fois, je n’avais pas de magie élémentaire pour m’aider.

Mais cela n’avait pas d’importance. À ce stade, mes prouesses physiques avaient dépassé les capacités de mon corps humain, malgré ma vitesse réduite. Les quelques blessures que j’ai reçues des monstres se sont régénérées bien avant que je n’ai à m’en préoccuper.

Les monstres devaient avoir un certain niveau d’intelligence car les meutes ont commencé à m’éviter. L’idée de m’enfuir m’a traversé l’esprit. Je n’avais pas d’alliés ici
-seulement les Alacryens que j’avais combattus. Qui sait ce que ces gens essaieraient de faire s’ils découvraient ma véritable identité ?

Avant de pouvoir me décider, j’ai vu, du coin de l’œil, les trois Alacryens que j’avais rencontrés à mon réveil dans ce donjon. Ils avaient été séparés du reste des Alacryens et étaient entourés de plus d’une centaine de monstres.

Peut-être en raison de la compassion que la femme m’avait témoignée, j’ai gardé un œil sur eux pendant que je me battais. Je ne pouvais pas m’empêcher d’être curieux à leur sujet, aussi puissants qu’ils semblaient être.

Taegen, le manieur de masse aux cheveux cramoisis, se battait plus comme une bête que comme un guerrier entraîné – il frappait, donnait des coups de poing, des coups de pied et projetait les bêtes malgré les blessures qu’il avait subies au cours de la longue bataille. L’épéiste était plus digne, maniant son épée longue recouverte de mana avec des coupes et des coups adroits, ses pieds toujours en mouvement, ses griffes rouges coupant l’air tout autour de lui mais ne portant que rarement un coup.

La femme que Taegen avait appelée Dame Caera était positionnée entre les deux guerriers, qui la protégeaient manifestement. Elle brandissait une fine épée incurvée, presque aussi longue que sa taille, dont la lame était de la même couleur que ses yeux de rubis. Alors qu’elle tranchait monstre après monstre, je me suis rendu compte que ses mouvements me rappelaient… moi-même. Ils étaient tranchants, efficaces, et mortels sans perdre un pouce de grâce.

Même sans ses deux protecteurs, elle était capable de tenir tête aux vagues de bêtes qui continuaient à les assaillir. Une aura blanche scintillante entourait tout son corps tandis que ses mouvements se brouillaient, dessinant des arcs avec le sang de ses ennemis.

Cependant, il n’était pas difficile de voir qu’ils tenaient à peine le coup. Ils étaient clairement à court de mana et leurs corps étaient fatigués et blessés.

‘Malgré le spectacle que représente la belle Dame Caera, je pense que ce serait une bonne idée de partir maintenant,’ commenta Regis.

‘Oui,’ j’ai accepté, les yeux toujours rivés sur eux trois.

Mais alors que j’allais me retourner, Caera a fait un faux pas, trébuchant sur un cadavre et donnant à la vague de monstres l’occasion de s’empiler sur elle comme des hyènes affamées.

“Non !” Taegen a rugit, repoussant et jetant de côté la horde de monstres qui lui grimpaient pratiquement dessus dans le but de l’atteindre.

L’autre type n’était pas en meilleure forme, incapable de faire plus que d’empêcher les monstres de son côté de rejoindre ceux qui tentaient déjà de dévorer la fille.

‘Euh, Arthur ? Mais qu’est-ce que tu fais ?’

J’ignorai mon compagnon, faisant passer de l’éther dans mes jambes et fonçant aussi vite que mon corps me le permettait. Ma dague se mit à clignoter autour de moi, abattant tous les monstres qui se trouvaient sur mon chemin alors que je courais vers elle.

Ses mots, alors que je faisais le mort dans le sanctuaire où je m’étais réveillée, résonnaient dans ma tête : “Aie pitié d’elle, Taegen.”

Si elle n’avait pas dit ces mots, si elle avait tenu compte de l’avertissement prudent de Taegen, je ne serais pas ici maintenant.

De peur d’arriver trop tard, j’ai pris un risque que je n’aurais pas pris normalement. En libérant l’éther dans tout mon corps, j’ai libéré mon intention éthérique.

Alors que l’aura translucide se répandait autour de moi, alourdissant l’air, les monstres démoniaques ont réagi. Leurs corps pâles et épineux se sont raidis sous la pression soudaine, et certains des plus proches se sont effondrés, inconscients.

En éliminant les monstres qui s’étaient empilés sur Caera, je l’ai trouvée étendue sur le sol, en sang et inconsciente.

Sans réfléchir, je me suis penché, penchant mon oreille sur son visage pour essayer d’entendre sa respiration.

‘Wow. Elle est encore plus jolie de près,’ dit Regis en sifflant. La voix de Regis m’a ramené à la réalité et j’ai reculé d’un bond.

Ce sont mes ennemis, ceux qui ont tué tant de mes concitoyens. Alors pourquoi je les aidais ? Pourquoi étais-je soulagé que cette fille soit encore en vie ?

“Éloignes-toi d’elle”, a dit une voix grondante derrière moi.

Je me suis levé calmement, époussetant mon pantalon. “Quand elle se réveillera, dis-lui que nous sommes quittes maintenant.”

“Même ? Qui penses-tu…”

Je me suis retourné pour faire face aux deux protecteurs de la fille, regardant chacun d’eux d’un regard froid.

“Tu es la fille que nous avons vue à moitié morte dans l’un des sanctuaires”, a dit l’épéiste aux cheveux bruns avec une légère surprise.

Le porteur de masse à côté de lui n’a cependant pas réagi aussi calmement que son compagnon. Il s’est précipité vers l’avant à une vitesse explosive, et sa masse recouverte d’éclairs m’a frappé directement au visage.

Faisant un pas en avant, j’ai plongé juste sous la trajectoire de son arme et j’ai frappé sous ses côtes, juste au niveau de son foie, avec tout mon éther concentré sur mon poing.

Ma contre-attaque n’a pas fonctionné. Dans cette fraction de seconde, il avait réussi à lever son autre main pour bloquer mon coup.

Malgré tout, la force de mon attaque a fait déraper le guerrier aux cheveux cramoisis en arrière, un nuage de poussière s’élevant de ses talons qui raclaient le sol rugueux. Son expression est passée de la colère à la surprise lorsqu’il a baissé les yeux sur sa main, maintenant ensanglantée par le blocage de mon attaque.

“Je suis un mec”, ai-je corrigé en secouant ma main palpitante. Même si tout mon éther renforçait et protégeait ma main, j’avais l’impression d’avoir frappé un mur de diamant.

Taegen a levé sa masse une fois de plus, son visage rouge se tordant de rage, mais son compagnon à l’épée a levé un bras.

“Je m’excuse pour son comportement grossier… et je vous remercie de l’avoir sauvée”, a dit l’épéiste. Alors qu’il baissait la tête, j’ai remarqué que ses yeux s’attardaient sur la cape sarcelle drapée sur mes épaules, comme si elle lui était familière.

À ce moment-là, le ciel a soudainement changé. Le ciel autrefois taché de sang s’est éclairci, devenant en un instant une magnifique étendue de bleu, mais il manquait quelque chose. J’ai scruté l’horizon, brièvement confus.

C’était le globe rouge géant que j’avais pris pour un soleil. Il avait disparu, tout comme le pilier qui le soutenait.

“Enfin !” a crié quelqu’un au loin.

Je n’arrivais pas à comprendre ce qui se passait, mais les centaines de cadavres qui jonchaient le sol désolé avaient disparu en même temps que le ciel rouge.

L’épéiste a laissé échapper un soupir en rengainant son épée longue. “Il semble que cette vague soit enfin arrivée à sa fin.”

“Cette vague ?” J’ai demandé. “Ça veut dire qu’il y en a d’autres ?”

Mettant un genou à terre, il a remis l’épée de la fille à Taegen avant de la soulever doucement. “Jusqu’à ce que nous puissions nous rapprocher suffisamment pour détruire la source d’énergie, ces vagues continueront.

“Source d’énergie ?”

“Cette lune rouge géante que vous avez vue dans le ciel”, a-t-il expliqué.

“Je m’excuse pour les questions, mais c’est la dernière”, ai-je dit en surveillant les mages qui installaient le camp. “Pourquoi y a-t-il tant de ” – je me suis surpris à dire ” Alacryens ” et j’ai fait une pause – ” gens ici ? ”

L’épéiste m’a regardé d’un air curieux. “Pourquoi ? N’avez-vous jamais rencontré une zone de convergence au cours de vos ascensions ?”

Mon esprit tournait alors que j’essayais de comprendre sa question avant de répondre vaguement. “C’est ma première ascension.”

Les yeux de l’épéiste se sont rétrécis alors qu’il m’étudiait. ” Même si c’est votre première, des recherches approfondies sont toujours effectuées, sauf si vous cherchez la mort. Et avec votre force, il semble plus plausible que vous ayez suivi une scolarité formelle. D’où venez-vous ?”

‘Dis que tu viens de la périphérie de Vechor !’ Regis a insisté. “Je suis de la banlieue de Vechor”, ai-je dit rapidement.
“Alors un talent tel que toi aurait été signalé à la capitale. À moins que revenir vivant de ta première ascension soit ton rite de passage “, a-t-il dit comme s’il pensait à voix haute plutôt que de me parler directement. “Quoi qu’il en soit. Je dois m’occuper de Dame Caera avant que la prochaine vague ne commence. Je vais lui transmettre ton message.”

L’épéiste s’éloigna avec le guerrier aux cheveux cramoisis qui le suivait de près. Une douce aura blanche enveloppa sa main, se répandant sur les blessures de Caera et arrêtant le saignement.

Après quelques pas, le bretteur, qui tenait toujours la jeune fille, s’arrêta et regarda en arrière par-dessus son épaule. ” Il faudra environ douze heures avant que la prochaine vague n’arrive. Il serait préférable que tu te reposes un peu avant d’avancer avec le reste d’entre nous.”

J’ai froncé les sourcils. “Ensemble ?”

” Tu peux partir de ton côté pour voir si tu t’en sors mieux. Plusieurs l’ont fait. Le fait que la lune rouge se lève encore signifie qu’ils sont tous morts.” Comme j’avais l’air incertain, il a ajouté : “La détruire est la seule solution.”

J’ai regardé l’épéiste s’éloigner avant de réfléchir à ce que je devais faire ensuite.

‘Hé, comment connais-tu le nom d’une ville d’Alacrya ?’ J’ai demandé à Regis.

‘Pas une ville, mais un dominion, qui est un autre mot pour royaume. Et c’est grâce à la volonté d’Uto. Je ne sais pas tout ce qu’il fait, mais je connais quelques connaissances de base.’

‘Et tu n’as jamais pensé à me dire ça ?’

‘Les connaissances que je possède n’ont pas été très utiles pour combattre les bêtes’, a répondu Regis avec un haussement d’épaules mental.

Bien que je sois ennuyé d’apprendre que j’avais une source de connaissances flottant derrière moi pendant tout le temps où nous étions dans le donjon, j’ai laissé tomber. Sans Regis, l’épéiste aurait été beaucoup plus méfiant qu’il ne l’était déjà.

J’ai laissé échapper un soupir, en me frottant les tempes. Ce n’était pas le moment de se battre entre amis. Après la courte et plutôt tendue conversation avec l’épéiste, il semblait que nos soupçons étaient corrects.

Je n’étais plus à proximité de Dicathen.

Le donjon dans lequel je m’étais retrouvé se trouvait quelque part sous le continent contre lequel j’étais en guerre.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser