the beginning after the end Chapitre 257

VICTOIRE

Tout mon corps a tremblé tandis que je respirais profondément. Prenant un moment pour laisser l’éther me traverser, je regardai mon corps d’asura. Malgré les horribles blessures que m’avait infligées la chimère, je n’avais pas une seule cicatrice ou tache ; les muscles parfaitement définis de mes bras, de mon torse et de mes jambes semblaient avoir été peints plutôt qu’acquis par un travail acharné.

Une faible aura violette m’enveloppait, diminuant lentement au fur et à mesure que l’éther se dissipait de mon corps. Cependant, même si l’éther me quittait, je me suis rendu compte qu’un sentiment de force demeurait.

C’était un sentiment qui différait de celui que j’avais éprouvé lorsque j’avais amélioré mon ancien corps avec du mana. C’était même différent de ce que je ressentais après avoir débloqué le troisième stade de la volonté du dragon de Sylvia dans mon combat contre Nico.

La force qui me traversait ne semblait pas empruntée ou implantée artificiellement, elle semblait être la mienne.

En m’approchant du mur du sanctuaire, j’ai serré ma main en un poing. Même mes propres yeux n’ont pas pu suivre correctement ma main qui a frappé le mur avec une explosion assourdissante.

Le mur a tremblé et la poussière s’est détachée du plafond et a dérivé jusqu’au sol comme une cendre qui tombe. Bien qu’à peine une fissure se soit formée dans la pierre, j’étais quand même satisfait ; je savais que la force de mon coup avait été suffisante pour percer facilement un grand trou à travers même les épaisses portes métalliques du Mur.

Je baissai les yeux pour voir la blessure de mon poing se refermer et se guérir d’elle-même. Me retournant, je remerciai silencieusement le cadavre de la chimère géante, désormais réduit à un tas d’ossements flétris depuis que l’essence éthérique qui le maintenait ensemble avait été absorbée.

“Eh bien, regarde ça ! Tu as un peu plus l’air d’un homme – du moins, ton corps l’est”, a dit Regis en m’étudiant.

“Et toi, tu as toujours l’air d’une tache d’encre”, ai-je répondu en le repoussant.

Je m’attendais à ce que ma main le traverse simplement comme elle l’avait fait auparavant, mais cette fois, j’ai senti une certaine résistance au contact.

“Woah.”

Les yeux de Regis s’illuminèrent et rebondirent dans sa forme éthérée dans une expression qui me fit penser à un vieil homme lubrique remuant ses sourcils de manière suggestive. “Tu as bien senti mes muscles ?”

J’ai essuyé ma main sur mon pantalon. “Dégueulasse.”

Regis a ri et a volé dans les airs comme s’il volait pour la première fois.

J’ai secoué ma tête. “Nous devrions partir maintenant. Je sens l’essence éthérique quitter mon corps à chaque seconde, et j’en ai besoin autant que possible si nous voulons tuer toutes ces chimères. ”

“Tu as raison”, répondit mon compagnon avec confiance. “Allons-y.” Prenant une dernière grande inspiration pour me calmer, je poussai la porte.

Mon corps se crispa et mon cœur battit contre mes côtes. Même si mon esprit savait que j’avais de bien meilleures chances contre les chimères maintenant, la peur et la douleur avaient été profondément ancrées dans mon corps par mes deux précédentes batailles.

“C’est la troisième fois et cet endroit est toujours aussi effrayant”, a râlé Regis.

Nous avons avancé prudemment dans le hall, en essayant de distinguer les différences par rapport à la dernière fois que nous sommes venus ici. J’avais espéré que la chimère fouettée que nous avions tuée et ramenée au sanctuaire ne serait pas là, mais sa statue était intacte, et semblait encore plus effrayante qu’avant.

“Je suis curieux de savoir comment le groupe qui nous a précédés a pu passer”, me suis-je demandé à voix haute, la tête tournant toujours de gauche à droite alors que je scrutais notre environnement. “Quelle est la force de ces trois-là ?”

Regis a haussé les épaules. “Espérons que nous n’aurons jamais à le découvrir.”

En m’approchant du point d’activation, j’ai vérifié que l’œuf de Sylvie était bien rangé sous mon gilet en cuir. J’ai pris une profonde inspiration, puis un autre pas. La pièce a grondé.

Contrairement aux deux fois précédentes, il n’y a pas eu d’effritement progressif des statues, pas de temps passé à se libérer de leur enveloppe. Les chimères ont simplement jailli des statues et ont jeté un regard dans la pièce, prêtes à attaquer.

“Donc j’avais raison”, j’ai soupiré. “Elles sortent plus vite à chaque fois.”

Regis a roulé des yeux. “J’applaudirais bien lentement, pour te féliciter de ton incroyable
prévoyance mais, tu sais, pas de mains.”

À l’unisson, les chimères sautèrent de leurs podiums et poussèrent une série de cris stridents.

Je me mis en position de combat, mes yeux entraînés observant les positions et les armes des douze chimères qui nous entouraient.

Je me suis concentré sur les trois chimères qui brandissaient des armes à longue portée : un arc, un fusil de chasse et deux arbalètes.

“Je connais le timing approximatif de la chimère au fusil à pompe. Occupe-toi de celle avec les arbalètes !” J’ai ordonné en bondissant en avant et en enfonçant mon poing dans une chimère brandissant deux masses, chacune faite du crâne d’une bête géante ressemblant à un singe.

La chimère a trébuché de quelques pas en arrière sous la force du coup. Elle a hurlé de douleur, mais a pu faire un geste désespéré avec une de ses masses.

J’ai esquivé et lâché un large crochet droit dans sa cage thoracique exposée. Elle a pliée et a poussée un autre gémissement, mais avant que je puisse profiter de ses blessures, une flèche m’a touché à la jambe, traversant directement ma cuisse.

En serrant les dents face à la douleur, j’ai plaqué la chimère à la masse sur le dos, puis je me suis concentré sur les autres chimères qui approchaient rapidement.

En gardant toujours à l’esprit la position des chimères à fusil et à arc, je me suis précipité vers mon prochain adversaire.

À chaque pas que je faisais, à chaque coup de poing que je donnais, je sentais que l’éther que j’avais recueilli était de plus en plus dépensé. Même si je consommais l’éther des chimères à mi-bataille, je le dépensais beaucoup plus vite que je ne l’absorbais, et je n’avais réussi à en tuer que trois.

En m’assurant que ma respiration restait contrôlée et que mes mouvements étaient nets et sans gaspillage, je me suis appuyé sur les mêmes tactiques que j’avais utilisées auparavant. J’ai réussi à faire s’entretuer deux chimères, mais après cela, la chimère au fusil à pompe a pris le contrôle de ses forces, mettant fin à leurs luttes internes avec un cri de guerre guttural.

Pendant ce temps, Regis continuait à occuper la chimère à l’arbalète. D’après la vitesse à laquelle ses armes se rechargeaient et la puissance de chaque éclair d’os, j’avais fait le bon choix en envoyant Regis pour l’aveugler.

Pourtant, au fur et à mesure que je tuais les chimères, un malaise s’installait le long de ma colonne vertébrale et dans mon estomac.

Tout le couloir était jonché de fragments de pierre provenant des statues qui s’étaient effondrées et des fosses creusées lors de la bataille qui avait suivi. J’avais utilisé plus de la moitié de l’éther que j’avais rassemblé, et les chimères restantes étaient plus fortes que celles que j’avais tuées.

” Ce n’est jamais facile, n’est-ce pas ? “, murmurai-je dans mon souffle, les yeux fixés sur une chimère avec des poignards dentelés en guise de mains.

Une autre idée commença à germer alors que mon regard passait de la chimère à la dague à la chimère à l’épée.

Parmi les décombres et les cadavres, j’ai ramassé deux flèches intactes, puis j’ai verrouillé sur la chimère brandissant des dagues jumelles.

Avant de m’engager, j’ai lancé une flèche comme un javelot vers l’épéiste, où elle s’est enfoncée profondément dans son bras, ce qui a poussé la monstruosité à grogner et à se préparer à attaquer.

N’ayant pas le temps de me détendre, je me suis faufilé dans la rafale de coups de la chimère à la dague. Mon esprit se remémorait des scènes d’il y a presque dix ans, lorsque je m’étais battu quotidiennement contre Jasmine au début de ma carrière d’aventurier.

Contrairement à la façon dont Jasmine semblait presque danser avec ses dagues, les techniques de cette chimère étaient rudimentaires, reposant entièrement sur sa longue portée et sa force et sa vitesse ridicules.

Celui qui a fabriqué ces choses les a peut-être dotées des prouesses physiques d’une bête de mana de classe S, mais leur intellect et leur technique étaient inférieurs.

Je continuais à me tortiller et à esquiver, presque comme si je dansais moi- même, toujours hors de portée de la chimère qui brandissait sa dague. Je l’utilisais comme un bouclier, son assaut maniaque forçant les autres chimères à reculer, les empêchant de m’attaquer directement sans la toucher, ou sans qu’elle ne les découpe en morceaux.

De plus en plus frustrée par son incapacité à me toucher, la chimère poussait des cris aigus, balançant ses dagues jusqu’à ce qu’un coup désespéré au-dessus de sa tête enfonce une de ses lames un peu trop profondément dans le sol.

Ayant enfin une opportunité, je sautai en avant, donnant un coup de pied dans le bras de la chimère avec assez de force pour le casser comme un bâton. Elle a rugi et s’est retournée, déchirant la chair tricotée et les muscles exposés comme du papier de soie ; le bras coupé, qui se terminait par une dague incurvée, gisait à mes pieds.

Je pouvais sentir les autres se rapprocher. J’ai enfoncé mon orteil sous le bras coupé et l’ai fait remonter dans mes mains, le brandissant devant moi comme une épée longue. Cette position familière m’a rempli d’une nouvelle confiance.

En tournant, j’ai dévié un coup d’épée, puis j’ai roulé en arrière pour éviter une hache descendante, pour me retrouver face à face avec la chimère manchote.

Elle a plongé vers moi avec un hurlement furieux, sa dague restante se précipitant vers moi avec la vitesse et la force nécessaires pour me couper en deux.

Il m’a suffi d’un pas pour éviter la frappe désespérée de la chimère manchote et d’un pivot pour esquiver un coup de fusil avant que je ne balance ma nouvelle épée. Avec ce seul coup, sa tête coupée, semblable à un insecte, a roulé sur le sol.

En souriant, j’ai regardé autour de moi les chimères restantes. “J’ai enfin une arme.”

“Oh, et moi alors !” Regis a braillé de l’autre côté de la pièce.

La douce lueur violette qui entourait le bras de la chimère s’estompait après ce seul coup, et je savais que cette arme ne durerait pas longtemps.

Sachant que j’en aurais besoin d’ici peu, j’ai rapidement coupé l’autre dague du bras de la chimère sans tête avant de contrer un coup de lame de l’épéiste.

J’ai dévié le coup, laissant l’élan me faire tourner sur place, ma propre épée traversant la jambe de la créature avant de plonger dans sa gorge. Elle s’est écrasée sur le sol à côté de la chimère sans tête, morte.

Quatre secondes de plus avant que la chimère du fusil ait fini de recharger.

J’ai passé en trombe une chimère brandissant une lance et un bouclier – l’une des plus fortes – et j’ai pointé mon épée sur un vieil ami à moi.

Le chimère au fouet a poussé un cri strident lorsque j’ai planté mon épée dans son ventre et que j’ai creusé une ligne droite à travers son torse.

Je me suis débarrassé de l’appendice coupé, qui commençait à se désagréger, j’ai couru vers l’autre dague, j’ai roulé sous un barrage de carreaux d’arbalète, et je suis revenu sur mes pieds avec la lame prête à l’emploi. Je me préparais à foncer sur la chimère la plus proche quand un rugissement fracassant a explosé derrière moi.

Je me suis retourné, prêt à esquiver ou à bloquer ce qui allait arriver – mais il n’y avait ni charge ni attaque. La chimère au fusil avait poussé un cri de guerre, mais elle ne pointait pas son fusil vers moi. Elle se tenait debout, les bras écartés.

Elle poussa un autre rugissement, encore plus fort cette fois, et les chimères restantes, celles qui étaient encore en vie, commencèrent à foncer vers leur chef.

Même la chimère à l’arbalète s’est précipitée vers le son du cri de son chef, ignorant Regis et nous laissant tous les deux confus et méfiants.

“Qu’est-ce qui se passe maintenant, nom de Dieu”, a gémi Regis, flottant à mes côtés.

Chaque fibre de mon corps, chaque instinct de combat que j’avais acquis au cours de mes deux vies d’entraînement, me criait de m’enfuir. Malheureusement, la chimère au fusil se tenait devant la porte du sanctuaire et les autres se rassemblaient rapidement autour d’elle, nous empêchant de nous échapper.

Tournant sur mes talons, je me suis précipité vers la porte métallique au fond du couloir, qui nous mènerait au niveau suivant de ce donjon perdu, et j’ai tiré sur la poignée couverte de runes.

Elle n’a pas bougé.

En jurant, j’ai scanné chaque centimètre de la porte, à la recherche de runes éthérées familières que je pourrais modifier comme la porte du sanctuaire.

“Uhh… Arthur ?”

“Quoi ?” J’ai claqué des doigts, mes yeux papillonnant de gauche à droite, essayant de trouver quelque chose qui permettrait d’ouvrir ce truc.

“Ils sont … empilés les uns sur les autres”, a dit Regis.

Malgré mon instinct qui me disait de sortir de là, je n’ai pas pu résister. Mes yeux se sont élargis d’horreur à ce que j’ai vu.
Les chimères ne s’empilaient pas simplement les unes sur les autres. Elles se dévoraient entre elles.

“C’est enivrant à regarder”, a marmonné Regis, les yeux écarquillés. “Peut-être qu’ils vont finir par s’entretuer comme ça.”

“Je ne pense pas.” L’essence éthérée qui enveloppait leurs corps s’épaississait tandis qu’ils continuaient à se manger les uns les autres, fusionnant en un tas de chair et d’os.

Je me suis tourné vers la porte, ne voulant pas rester dans le coin pour ce qui allait arriver. Malheureusement, la porte ne bougeait pas et, contrairement à la porte du sanctuaire, il n’y avait pas de runes que je pouvais déchiffrer.

J’ai écrasé mes poings contre la porte en signe de frustration avant de me retourner vers la monstruosité que j’allais devoir affronter.

Heureusement, ils étaient encore au milieu de leurs métamorphoses.

Ramassant la dague à côté de moi, je me suis élancé vers le tas de chimères. Si je ne peux pas les fuir, je vais devoir essayer de faire le plus de dégâts possible avant qu’elles ne se transforment complètement.

J’ai balancé et poignardé la grande dague dentelée dans les zones où l’essence éthérique s’était le plus accumulée, mais je n’ai été récompensé que par un gémissement de douleur occasionnel ou un spasme momentané, et les chimères ont continué à se dévorer les unes les autres.

“Allez. Meurs !”

Soudain, un nouveau frisson me parcourut le corps alors qu’une paire d’yeux rouges brillants s’ouvraient.

Une fraction de seconde plus tard, une explosion d’énergie violette jaillit de la masse des corps des chimères et me frappa comme un mur de plomb.

La force de concussion s’est propagée, nous projetant en l’air, Regis et moi. J’ai heurté le sol comme un sac de pommes de terre et j’ai dégringolé sur le plancher. Gardant à peine conscience, je me suis ancré au sol, m’accrochant à l’une des mottes de terre pour m’empêcher de rouler davantage.

Regis a titubé vers moi. “Eh bien, ça fait mal, bon sang.”

“Ça t’a fait mal aussi ?”

Ce n’est pas bon.

Mon esprit tourbillonnait en essayant de trouver un plan pour tuer ce tas d’os et de chair quand un rugissement terrifiant a traversé mon esprit comme des crocs à travers la chair. J’ai levé les yeux, effrayé par ce que mes yeux allaient voir.

Et ce que j’ai vu était pire que ce que j’avais imaginé.

Comme l’un des vieux jeux d’arcade rétro auxquels j’avais joué avec Nico et Cecilia dans ma vie antérieure, les créatures avaient fusionné dans leur forme finale.

La monstruosité, qui était à près de 30 mètres, surplombait la deuxième rangée d’appliques. Elle avait trois têtes et se tenait sur six jambes qui dépassaient du bas de son torse longiligne.

“Elle doit faire six mètres de haut !” dit Regis, ses flammes s’atténuant docilement.

Elle n’avait que deux bras, mais l’un d’eux était une combinaison de fusil de chasse et d’arbalète, avec de longues épines sortant de ses avant-bras.
L’autre bras était composé d’un fouet avec une faucille à pointes à l’extrémité qui grondait contre le sol alors que la créature glissait vers nous.

L’idée de l’attirer loin de la porte et de m’échapper vers le sanctuaire m’a brièvement traversé l’esprit, mais ce que je craignais plus que d’affronter ce monstre, c’était de recommencer.

Faisant table rase des distractions inutiles, comme Regis qui me supplie de faire demi-tour, j’ai resserré ma prise sur le manche en os de la dague et me suis propulsé en avant.

La chimère fusionnée a répondu en pointant le canon de son arme sur moi. J’ai pu voir deux des vertèbres en pointe de son avant-bras se charger dans la chambre et l’essence éthérique s’unir jusqu’à être visible à l’œil nu.

Attendant la dernière seconde, j’ai pivoté, virant à droite juste à temps pour voir les deux boulons se déclencher, chacun entouré d’un souffle concentré d’éther.

Ce à quoi je ne m’attendais pas, cependant, c’est que l’attaque du monstre ait la force d’un missile.

J’ai été projeté contre le mur du couloir et j’ai reçu des débris tandis qu’une vague d’énergie violette se propageait depuis le point d’impact. Plusieurs de mes côtes se sont brisées et ma vision s’est troublée. Je sentais que mon cerveau menaçait de s’éteindre, mais je savais que si je perdais connaissance, je mourrais.

Regis planait devant moi, son expression était sérieuse, mais je ne pouvais pas entendre sa voix à cause de la forte sonnerie dans mes oreilles.

Mes yeux se posèrent sur la chimère fusionnée, craignant de la perdre de vue une seconde de plus. Un peu maladroitement, je ramassai la dague, qui était tombée à quelques mètres de là, et avançai en titubant, me concentrant entièrement sur le flux d’éther autour de son corps.

Je savais qu’il faudrait un certain temps au monstre pour recharger suffisamment d’éther pour répéter cette attaque ; son bras blaster pendait sans vie à ses côtés et l’essence éthérique qui l’entourait se dissipait en fumée violette. Je devais m’assurer qu’il ne serait pas capable de tirer un autre missile d’éther.

Mais le blaster n’était pas sa seule arme. Le monstre balançait sa faucille de chaîne à une vitesse qui créait des bourrasques de vent et des entailles profondes dans le sol en marbre ; je frissonnais à l’idée de ce que cette arme me ferait si la chimère me frappait.

J’étais forcé de travailler à une vitesse qui dépassait de loin ce qu’un humain normal pouvait atteindre. Même moi, j’étais surpris d’esquiver, de pivoter et de tourner juste assez pour éviter l’arme du tourbillon. Mes yeux la suivaient constamment, repérant la direction d’où viendrait la faucille en fonction du moindre mouvement de la chimère fusionnée.

Le flux d’éther autour de son bras fouetté et autour de ses jambes m’était familier, ce qui m’a permis d’utiliser mes connaissances en matière de lecture du flux de mana. Avec mon corps amélioré, mon expérience et mes réflexes, j’ai réussi à démembrer deux de ses six jambes avant que le blaster du monstre n’ait fini de charger.

C’est maintenant ou jamais, j’ai décidé, en esquivant un autre coup de l’extrémité malade du fouet.

J’ai fait un pas en avant, tournant la lame dentelée vers le haut et me préparant à passer à travers le sifflement du fouet suivant, m’attendant à ce que la créature vienne au-dessus de moi avec la faux. Je me suis retrouvé hors de position quand elle s’est tordue et a tiré le fouet vers le haut à la place, me forçant à me jeter en arrière, mais pas assez vite.

J’ai regardé la dague dentelée, et le bras qui la tenait, tomber sur le sol dans une gerbe de sang. Il avait l’air étrange et inconnu, étendu sur le sol à mes pieds, comme si mon esprit ne pouvait pas accepter que c’était mon bras.

“Arthur !” Le cri de Regis m’a sorti de mon état d’hébétude et j’ai immédiatement plongé en avant, saisi la dague de mon propre bras coupé et attaqué.

La chimère a poussé son bras armé en avant, se préparant à libérer une autre explosion. La lame dans ma main s’est mise à clignoter, et la chimère a hurlé de douleur tandis que de l’essence éthérée giclait de son bras armé et d’une partie de son épaule.

“Un bras pour un bras”, murmurai-je sinistrement en me penchant pour consommer l’éther qui s’échappait de l’appendice détaché de la chimère.

L’énergie m’a traversé, et malgré ses effets momentanés, il y avait assez d’éther dans mon corps pour tester quelque chose que j’avais vu de la chimère elle- même.

“Regis, viens dans ma main”, ai-je ordonné.

Mon compagnon, bien qu’inquiet, vola dans ma main, et cette fois, je pouvais sentir l’éther se fusionner dans mon poing.

Je savais que l’éther n’était pas censé être manipulé, mais seulement appelé, ou ” influencé ” comme le disait le clan Indrath, mais s’il y avait un moyen de le forcer à se soumettre, de le faire appeler par ma volonté ?

La chimère, désorientée et sur la défensive, recula, utilisant son long fouet pour créer un espace entre nous. Cela joua en ma faveur, car je pus m’agenouiller et tirer l’éther d’un des autres cadavres de chimères gisant sur le sol, espérant que cela suffirait à faire repousser mon membre manquant.

J’ai laissé l’éther de mon corps graviter vers mon poing, attiré là par Régis, en me concentrant sur cette sensation, en la mémorisant.

Alors que de plus en plus d’éther se condensait dans ma main gauche, une fine couche de noir recouvrait ma chair comme un gant de fumée.

Je sentais mon rythme ralentir alors que l’éther qui alimentait mon corps s’écoulait dans ma main.

‘J’ai l’impression que je vais exploser ici. Qu’est-ce que tu avais en tête exactement ?’ dit Regis, sa voix résonnant dans mon esprit.

“Retiens-toi jusqu’à ce que je le dise”, ai-je dit en serrant les dents. J’avais l’impression de m’enfoncer de plus en plus dans un puits de goudron, mon corps devenant de plus en plus difficile à contrôler, mais j’étais presque arrivé à la chimère.

Cependant, avant que je puisse m’approcher suffisamment, les trois têtes de la chimère se sont retournées pour me faire face. Mais au lieu de m’attaquer, elle a reculé d’un pas prudent, ses six yeux étant concentrés sur ma main.

On y est presque !

J’avais l’impression que ma main était écrasée par deux rochers alors que de plus en plus d’éther s’accumulait à l’intérieur, mais avant que je puisse me mettre à portée pour le libérer, la salle entière a tremblé et les appliques se sont éteintes.

Je pouvais sentir l’éther dans l’atmosphère trembler alors qu’une aura maléfique se répandait de l’endroit où se tenait la chimère, ses six yeux brillaient maintenant en violet.

Il utilise l’éther pour manifester une sorte d’aura débilitante.

Que ce soit à cause de mon corps d’asura ou de ma force mentale due à mes deux vies, l’intention éthérique n’a eu que peu d’effet.

Malgré la douleur croissante qui irradie du bout de mon bras fendu, je m’élançai en avant.

La chimère a poussé un cri hystérique et a commencé à faire tournoyer son fouet.

Me concentrant sur le flux d’éther pour déterminer la trajectoire de son attaque, je reculai, juste hors de portée, puis m’élançai en avant après que le fouet ait sifflé dans l’air juste devant mon nez.

“Maintenant !” J’ai rugi, à peine capable de balancer mon bras.

Mon poing recouvert d’éther a atterri juste sous ses trois têtes, et j’ai libéré l’éther accumulé. La pression à l’intérieur de moi a explosé avec un bruit semblable à celui d’un ouragan, et une explosion d’énergie noire et violette s’est abattue directement sur la poitrine de la chimère.

J’avais l’impression que mon corps avait été vidé de toutes ses forces alors que je gisais sur le sol, juste à côté des restes de la chimère fusionnée.

Mes paupières s’alourdissaient tandis que je succombais à la sombre emprise de l’inconscience, mais un cri fort m’a soudainement réveillé.

“Hah ! Je t’emmerde, je suis une arme !” Regis a hurlé de joie.

Malgré l’expérience de mort imminente et le fait qu’il me manquait toujours un bras, je me suis joint à lui en laissant échapper un rire rauque.

En me relevant péniblement, j’ai inspecté les restes de la chimère fusionnée. Je ne pouvais pas dire si j’avais utilisé l’éther de l’espace ou l’éther de vie, mais j’avais réussi à créer un cratère dans sa poitrine et à désintégrer la plupart de ses têtes.

“Bon travail”, j’ai dit à mon compagnon. Derrière nous, il y eut un léger cliquetis provenant de la porte menant à l’étape suivante.

“Alors, mon joli, tu veux consommer ce morceau d’os et passer à la pièce suivante ?” demanda Regis avec une confiance renouvelée.

” Pas tout à fait “, dis-je, ma voix semblant fatiguée et distante alors que je boitais vers le cadavre fusionné de la chimère. “Tu sais, tu as dit que même les asuras ont des noyaux de mana qui soutiennent et alimentent leurs corps ?”

“Ouais ?” Regis a incliné sa tête. “Mais ton noyau de mana est cassé.”

J’y avais pensé quand Régis tirait l’éther qui coulait en moi vers ma main, mais l’idée ne s’était pas complètement concrétisée avant ce moment, avec une telle réserve d’éther gisant en tas devant moi.

“Ouaip.” Je me suis retourné vers lui, les images des chimères vêtues de pourpre s’incrustant dans ma tête. “Et si j’essayais de former un noyau d’éther ?”


Commentaire

5 4 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser