the beginning after the end Chapitre 227

Actions punissables

POV DE ARTHUR LEYWIN

La rage a lutté avec le chagrin en moi pendant le plus long moment alors que je pleurais la mort de mon père. J’ai pleuré et j’ai juré tout en refusant de croire que tout cela était réel.
En tant que prodige, en tant que mage, en tant que lance, je voulais juste protéger les quelques personnes les plus importantes pour moi – les laisser être heureuses et en bonne santé. J’ai abandonné l’idée d’être un héros aux habitants de Dicathen. J’ai déjà rempli ce rôle et j’ai appris que le prix à payer pour sauver ces citoyens sans visage est le plus important pour moi.

Et malgré mes efforts, je n’ai pas réussi à les protéger. Mes mains étaient tachées du sang de mon père – des taches qui, je le craignais, ne se détachent jamais, peu importe le nombre d’autres personnes que j’ai sauvées.

Après que mes larmes se soient taries et que ma gorge se soit enfermée, tout ce qui restait en moi était une fosse brute de vide.

Alors que le cadavre de mon père était emporté et que Durden était guidé vers les tentes des infirmiers, je me
suis levé et me suis dirigé à l’intérieur du mur.

Des applaudissements et des acclamations ont éclaté dès que j’ai franchi la porte de la forteresse. Les soldats, les forgerons et les ouvriers ont arrêté ce qu’ils faisaient. Certains s’inclinèrent, d’autres applaudirent, mais ils me regardèrent tous avec des regards qui me firent grimacer.

Je ne pouvais pas le supporter. Pas les gens, pas l’appréciation, pas les expressions de soulagement d’avoir quelqu’un sur qui s’appuyer. Je ne pourrais pas être ici.

Sylvie. Va chercher ma sœur et emmène-la à la tente des médecins où se trouve ma mère. Elle va avoir besoin de quelqu’un pour être là pour elle, dis-je en passant devant le groupe de tentes qui composait le service médical.

Mon lien a tiré la manche de ma chemise. « Je vais chercher ta sœur, mais Arthur… ta mère aura autant besoin de toi qu’elle a besoin de ta sœur. »

Je n’ai pas pris la peine de lui répondre à haute voix comme elle l’a fait pour moi.

Je suis la dernière personne qu’elle souhaite voir. Elle ne me voit plus comme un fils et tout semblant
d’affection qu’elle aurait pu avoir pour moi même après que je lui ai dit la vérité… sera parti maintenant que je
n’ai pas tenu ma promesse de ramener mon per- Reynolds, de retour en vie. Je l’ai balayée et me suis dirigée vers la tente principale de réunion.
***

« Général… Arthur, » siffla Trodius, son corps se repliant involontairement sur son siège.

J’ai fait un autre pas vers le capitaine principal, suscitant des réponses paniquées de la part des nobles à côté de lui.

«M-Mon sort ! Comment as-tu même… » bégaya le maigre, pointant sa baguette vers moi après avoir repris
conscience.

L’homme corpulent à la gauche de Trodius était un peu plus courageux, malgré la puanteur âcre émanant de son pantalon fraîchement souillé.

“Reste en arrière ! Vous êtes en présence de la noblesse ! Comment un chien du Conseil ose-t-il s’immiscer dans une réunion importante », a-t-il menacé.

Le noble au petit cadre arborant une épaisse moustache était toujours étendu sur le sol, inconscient après mon premier « salut ».

Je suis resté muet alors que je faisais un autre pas. Le maigre laissa un cri en réponse tandis que le gros tressaillit. Seul Trodius resta imperturbable alors que je m’approchais lentement.

La mer de rage et de chagrin qui me tourbillonnait alors que je pleurais pour mon père s’était drainée, laissant un vide qui me permettait de penser clairement pour la première fois depuis un moment.

Les cris de panique et d’inquiétude dans ma tête n’obscurcissaient plus mon jugement, me rendant irrationnel et émotif dans les vains espoirs de protéger tous mes proches.

Maintenant, il n’y avait que le silence dans mon âme – une accalmie fantomatique. Le feu de la rage et l’autre cacophonie des émotions s’étaient éteints, ne laissant qu’un frisson dans mon sang.

C’était réconfortant, dans un sens.

Si ça avait été il y a à peine dix minutes, j’aurais fait à Trodius ce que j’avais fait à Lucas.

Sauf que j’ai réalisé, dans cet état d’esprit insensé et logique, que Trodius n’était pas aussi simple que Lucas. Je ne gagnerais rien à tuer Trodius et il serait capable de prendre ce que je distribuais avec la même expression constipée qu’il avait toujours eue.

Je ne pouvais pas utiliser la douleur. Je le savais maintenant. Je ne pourrais pas traiter Trodius de la même manière que je le pourrais Lucas.

C’est quand j’ai fait un autre pas que Trodius a finalement parlé. Redressant sa posture et s’éclaircissant la gorge, il me regarda dans les yeux et demanda : « À quoi dois-je le plaisir d’une lance qui me gratifie de sa présence ?»

Son regard scrutateur et le ricanement toujours aussi léger qui tirait sur le bord de ses lèvres m’ont dit ce que je savais. Il n’avait pas peur de la douleur que je pourrais affliger ni même de la mort à laquelle il pourrait faire face.

Grâce à sa débrouillardise, il était confiant de pouvoir s’échapper et il aimerait avoir la chance d’être « celui qui résiste à la fureur d’une lance folle ».

“D-Ne t’approche pas !” dit l’homme corpulent en retirant sa propre baguette en forme de jouet.

« Installez-vous », dis-je, provoquant la raideur des deux nobles conscients dans la pièce.

« Même en tant que général, le respect doit être montré face à un sang noble, » avertit Trodius en secouant la tête.

Un autre appât. Il me poussait à faire quelque chose pour pouvoir riposter.

Je fis le tour de la table, le loisir montré sur mon visage et mes pas. En arrivant devant le gros noble, j’ai fait un geste du doigt. “Bouge toi.”

« Bo-Bougé ?» il résonna, sidéré alors que la baguette tremblait encore dans ses mains.

La colère a dû triompher de sa peur, ou peut-être que la souris coincée a finalement décidé de frapper, mais c’était fini avant même qu’elle ne commence.

Le sortilège qui menaçait de se manifester au bout de sa baguette brodée ne vint jamais, s’éteignant comme sa fierté après avoir mouillé son propre pantalon.

Avant que le noble corpulent ne puisse même réagir, un courant de vent le martela, le frappant le visage dans la flaque de sa propre pisse.

J’ai utilisé sa large circonférence comme repose-pieds tout en m’asseyant sur la table de réunion à quelques centimètres de Trodius.

Le masque d’indifférence du commandant en chef a faibli, des traces de colère ont éclaté avant de disparaître
tout aussi rapidement.

« Général Arthur », dit-il calmement. « Le noble sous vos pieds est Sir Lionel Beynir de la prestigieuse maison
Beynir. Vous lui montrez, ainsi qu’à Sir Kyle… »

Je me penchai en avant, frottant davantage mes talons dans l’inconscient Sir Lionel Beynir. « Vous voyez, Trodius, je me soucie peu des gens, indépendamment de leur richesse, de leur renommée et de leur prestige lorsqu’ils ne parviennent pas à atteindre le seuil minimum en tant que personne.

Les yeux de Trodius se plissèrent. “Excusez-moi ? Je ne sais pas exactement ce que vous avez entendu de l’extérieur, mais salir de façon flagrante un noble ne sera pas toléré, quel que soit le type de poste que vous occupez dans l’armée. »

« Vous continuez à vous appeler et à ces imbéciles comme des nobles, mais tout ce que je vois, ce sont quatre belettes qui essaient de capitaliser sur la perte de leur propre pays et d’utiliser des soldats comme des outils pour avancer et vous améliorer. » J’ai regardé le noble sous mes pieds pour approfondir mon propos.

Les yeux de Trodius brillèrent d’indignation. « Révoquer le plan que vous avez suggéré n’est pas un péché, général Arthur. La perte des soldats est regrettable mais dans le souci de préserver cette forteresse, leur mort n’est pas vaine.

“Cela n’aurait été vrai que si votre objectif de garder le mur n’était pas d’essayer de vous construire votre propre petite société où vous et vos sbires régneriez librement.”

« N-Nonsense ! Mon objectif était de créer un havre de paix où les citoyens de Dicathen ont un endroit pour
dormir sans crainte. Pour que vous tordiez mon travail… »

Je saisis la langue de Trodius et la sortis de sa bouche. « À ma connaissance, tordre les mots est ce que cette chose semble faire le mieux. »

Un scintillement de flammes bleues dansait sur le bout de la langue du capitaine principal alors que je pressais fermement. Les yeux de Trodius s’écarquillèrent de douleur alors qu’il essayait d’imprégner son propre mana d’affinité avec le feu dans l’espoir de protéger son corps contre mes flammes.

L’odeur de chair brûlée remplit la tente alors que je continuais à marquer sa langue avec mes doigts enflammés.

Pourtant, il tenait fort, incapable de lâcher suffisamment sa fierté pour même laisser échapper un son.

J’ai rapproché le capitaine principal, mes doigts grésillant toujours sur sa langue brûlante. Je laisse la malice s’échapper de ma voix alors que je sifflais dans son oreille. « Tu vois, Trodius, l’un des soldats qui sont morts là- bas à cause de tes plans égoïstes était mon père.

Je sentis le hoquet descendre dans sa gorge alors que mes doigts continuaient de lui brûler la langue.

“Alors croyez-moi quand je dis que je vais voir les actions que vous avez entreprises pour en arriver là où nous en sommes en ce moment.” J’ai relâché ma prise sur sa langue noircie. La pointe était complètement brûlée, sans même une trace de sang.

Trodius referma immédiatement sa mâchoire, serrant ses mains sur sa bouche comme s’il pouvait se protéger de moi.

“Ne pensez pas que ma relation avec votre sœur et votre fille séparée ait quoi que ce soit à voir avec pourquoi je vous garde en vie,” marmonnai-je, attrapant les beaux parchemins devant lui en me levant. « Te tuer ici serait faire preuve de miséricorde. Au lieu de cela, je vous laisserai mijoter les conséquences de vos actions ici aujourd’hui en prenant ce que vous appréciez le plus. »

Je me tournai vers Albanth, qui avait observé la situation calmement et avec peur. « Étant donné que vous avez tout vu ici aujourd’hui, envoyez un message au Conseil déclarant que pour avoir trahi son royaume et avoir parjuré envers le Conseil, lui et le reste de la maison Flamesworth seront déchus de leurs titres de noblesse. »

« Gnon ! Tu n’as pas du droit ! Trodius hurla, sa voix crue d’une émotion non réprimée.

“Je crois que j’ai tout à fait le droit, et le Conseil sera sûrement d’accord une fois qu’il aura découvert que vous aviez l’intention de leur mentir afin de garder les soldats ici pour vous”, ai-je répondu froidement en agitant les papiers dans ma main.

Trodius se précipita vers moi, trébuchant sur son investisseur inconscient avant de lancer désespérément une boule de feu sur les papiers dans ma main.

« Ajoutez la tentative d’assaut d’un représentant du Conseil », dis-je à Albanth, bloquant la sphère de flammes avec une vitre de glace.

“Y-Tu ne peux pas faire ça !” hurla-t-il en se précipitant vers moi et en s’accrochant à mes pieds. « La maison Fwameswoth— »

“Ce ne sera rien d’autre que le nom de famille d’un roturier”, finis-je. “Le précieux héritage dont vous êtes si fier et que vous avez tant essayé d’élever, allant jusqu’à abandonner votre propre fille, aura été la cause de la chute de la famille Flamesworth.”

J’ai tourné mon attention vers Albanth. « Je crois que vous avez un message à envoyer ? Sauf si vous envisagez toujours la proposition de Trodius ? »

“Bien sûr que non !” Albanth se redressa et prit les parchemins de ma main. “Je transmettrai ceci au Conseil avec votre message à mon messager le plus rapide et le plus digne de confiance.”

« Aussi, faites venir ici le capitaine Jesmiya et quelques-uns de ses hommes pour rassembler ces messieurs, » ajoutai-je, renvoyant le capitaine, laissant Trodius et moi comme les seuls à rester conscients dans la tente.

Derrière moi, toujours au sol, se trouvait Trodius. L’homme qui avait été le summum de la noblesse et de l’orgueil s’était réduit à un sac d’os tremblant alors qu’il me regardait du regard.

“Comme je l’ai dit, vous tuer ici serait une grâce.” Je suis sorti de la tente, jetant un dernier coup d’œil en arrière. “J’espère que vous vivrez une longue vie où vous vous souviendrez de moi chaque fois que vous prononcerez mal un mot de votre langue déformée.”

***

Sylvie et moi nous tenions au sommet de la falaise familière de la montagne surplombant le Mur. De cette hauteur, les vestiges de la bataille pouvaient à peine être vus sous la couverture de la nuit et la forteresse semblait paisible.

Je ne savais que trop bien que le Mur était en pleine effervescence ; raccommoder les brisés, nourrir les faibles, enterrer les morts, mais j’ai repoussé les émotions qui menaçaient de remonter.

C’était tellement plus facile comme c’était le cas maintenant, le vide réconfortant qui engourdissait mes émotions – bonnes et mauvaises.

« Ellie est avec ta mère en ce moment. Ils vont l’incinérer », dit mon lien, sa voix presque perdue au milieu des vents hurlants.

À ses mots, des pensées et des émotions fuyaient que j’avais désespérément essayé d’éviter. J’ai vu ma sœur
en pleurs et ma mère à genoux, des doigts ensanglantés griffant le sol d’indignation.

J’ai ressenti la douleur que mon lien avait ressentie alors que les yeux de ma mère se plissaient, les yeux brûlés par l’accusation et le ressentiment. M’aurait-elle regardé comme ça aussi, si j’avais été là ? C’était la seule chose que je pouvais me demander.

« Il vaut mieux que je ne sois pas là », répondis-je en posant doucement une main sur la tête de Sylvie.

Sylvie se tourna vers moi, ses grands yeux jaunes plissés d’inquiétude. « Arthur… »

“Je vais bien, vraiment,” dis-je, mais ma voix est restée impassible. “C’est mieux ainsi.”

L’expression de mon lien s’est estompée et rien qu’à partir de là je pouvais dire qu’elle pouvait ressentir les émotions de moi, ou plutôt le manque d’émotions.

C’est ce que j’ai fait dans le passé en tant que Gray. Je savais que supprimer mes émotions et les enfermer
n’était pas sain mais je n’avais pas le choix.

Je n’avais aucune confiance pour pouvoir gérer ce que j’essayais si fort de ne pas ressentir. Je sais que faire cela enterrait une bombe à retardement au plus profond de moi, mais j’en avais juste besoin pour durer jusqu’à ce que j’aie fini cette guerre.

Peut-être qu’une fois cette guerre terminée, je ferais face à tout cela et serais capable de faire face à ma mère,
mais pour le moment, je ne pouvais pas supporter de la regarder ou de regarder le visage de ma sœur.

« Ne revenez pas à vos anciennes habitudes. Tu sais mieux que plus tu vas profondément dans cette fosse, plus il sera difficile de remonter. » Les mots de Rinia me sont venus à l’esprit et j’ai commencé à penser aux autres présages qu’elle m’avait laissés avant de secouer la tête.

En regardant mon lien inquiet, j’ai protégé mes pensées. Je ne voulais pas qu’elle sache – je ne voulais pas que quiconque sache – que je commençais à délibérer sincèrement sur l’accord d’Agrona.

« Allons voir, Sylv. »


Commentaire

5 3 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
LA Fraude 19
3 mois il y a

Et la Bim ya art qui les trahi et agrona gagne la guerre finnnnnn
Sinon merci pour le chap

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser