the beginning after the end Chapitre 21

DE LOIN

EMILY WATSKEN

La bataille était terminée. Gideon m’avait tiré vers le chariot le plus proche et tenait un morceau de sa veste contre ma blessure pour essayer d’arrêter le saignement, mais le tissu sombre était déjà luisant de sang.

“Allez, debout, Mademoiselle Watsken. Nous devons t’emmener voir un guérisseur. Debout, debout !”

Ses bras fins me tiraient, me mettant maladroitement debout. Chaque mouvement faisait jaillir de la blessure des vagues de chaleur sourde qui me donnaient l’impression que j’allais vomir, ou m’évanouir, ou peut-être vomir puis m’évanouir.

Je ne faisais pas vraiment attention à ce que Gideon me disait, me concentrant plutôt sur le fait de rester debout. Chaque respiration profonde me faisait mal.

“Vous tous !” Gideon a crié. Il y avait un groupe de jeunes hommes et de jeunes femmes d’environ mon âge à proximité.

D’où venaient-ils ? Je me suis demandé distraitement.

“Y a-t-il des émetteurs parmi vous ?” Quand le groupe nous a regardé d’un air méfiant, Gideon leur a crié dessus. “Alors ?”

“Non, monsieur.” L’interlocuteur était un garçon blond et mince. Il me semblait familier, mais j’avais un peu de mal à me concentrer sur son visage. “Mais il y a un apothicaire et un guérisseur en ville, en supposant qu’il n’ait pas fui. Nous avons aussi des blessés, nous pouvons vous montrer le…”

Le garçon s’est interrompu, son regard dérivant vers nous. Gideon s’est retourné pour regarder, m’entraînant avec lui.

L’air semblait vibrer en direction des Grandes Montagnes, mais je ne pouvais pas dire si c’était réel ou si c’était juste mes yeux qui tremblaient dans ma tête. Puis j’ai senti le tremblement dans mes pieds, un tremblement audible qui a traversé mes os.

Alors que nous fixions tous les silhouettes bleues lointaines qui s’étendaient hors de vue vers le nord-ouest, le ciel derrière elles est devenu soudainement blanc, comme s’il y avait eu un éclair qui avait couvert tout le ciel du pays lointain d’Elenoir.

LILIA HELSTEA

C’était un jour inhabituellement clair. La ville de Xyrus avait presque toujours un ciel bleu au-dessus et des nuages blancs en dessous, mais aujourd’hui les nuages s’étaient dissipés, et j’avais l’impression de pouvoir voir tout Dicathen. Mes fonctions à l’Académie Xyrus ayant été suspendues à cause de l’attaque des Lances, j’avais décidé de me promener sur le pourtour de la ville, me contentant d’observer et d’écouter.

Le ciel était si clair que je pouvais voir jusqu’aux Grandes Montagnes et jusqu’à la Clairières des Bêtes et à Elenoir au-delà. La petite ville de Greengate n’était pas visible de cette distance, mais je savais qu’elle était là, nichée au pied des contreforts au sud, entourée de champs.

Jarrod, Clara, Cleo, les Havenhurst, et plusieurs autres que j’avais aidés à s’échapper de l’Académie Xyrus seraient là, en sécurité. Le sentiment que cette connaissance me procurait était chaleur et espoir, fierté et peur, bonheur et passion, tous ensemble.

Le professeur Glory avait dit qu’il faudrait tout le monde pour gagner ce combat. Personne ne pouvait rester sans rien faire. Nous devions tous être prêts à faire des sacrifices. Ce sera difficile, mais si chaque homme, femme et enfant se bat, nous pourrons reprendre notre continent et sauver notre peuple.

Je me suis arrêté près de l’entrepôt où j’avais dit au revoir à Jarrod Redner, mon premier réfugié, pour contempler le pays que nous essayions de sauver.

C’était vraiment magnifique. La façon dont le soleil brillait sur les Grandes Montagnes au loin, la façon dont le ciel derrière elles devenait presque blanc…

Blanc ?

Derrière la crête dentelée de la chaîne de montagnes, c’était comme si la couleur avait été vidée du ciel d’Elénor, mais on pouvait voir des nuages de fumée et de poussière dériver au-dessus de la forêt, même depuis Xyrus.

Il y a eu une lueur de lumière violette, et j’ai regardé avec une horreur croissante comme une vague de destruction grandissant vers l’extérieur, enveloppant lentement Elenoir avant d’être perdue derrière un nuage noir.

MICA EARTHBORN

Je flottais au-dessus de la Clairière des Bêtes, le regard tourné vers le nord. Quelque chose dans la patrie des elfes libérait d’énormes quantités de mana. Je ne pouvais pas le voir même avec une vision améliorée, mais je pouvais le sentir.

La sensation était si forte que je n’ai même pas remarqué qu’Aya s’était envolée pour venir planer à mes côtés avant qu’elle ne parle. “Qu’est-ce que c’est ?”

“Aucune idée…”

Nous sommes restés silencieuses, perdus dans un déferlement de puissance magique que nous ne pouvions même pas imaginer. C’était comme si quelqu’un avait déchiré le monde et que du mana pur avait commencé à s’y déverser, mais d’après la façon dont il s’écoulait, j’étais sûr que c’était une bataille.

Mais qui, ou quoi, pouvait en être la cause ?

Aya a soudainement haleté et a pressé sa main sur sa poitrine. Elle a fait une chute de plusieurs mètres, alors je me suis précipité pour l’entourer de mon bras, l’empêchant de plonger dans la forêt.

“Qu’est-ce qui ne va pas, Aya ?”

Son visage était pâle, ses yeux larges et fous. Elle regardait au-delà de moi vers Elenoir, où la couleur semblait avoir été lessivée du ciel.

Puis je l’ai sentie, une explosion de mana si intense qu’elle a fait sauter mon cœur d’un battement. Tenant la Lance elfique, je n’ai pu que regarder un nuage noir remplir le ciel blanc. Un mur de force et de feu traversait la forêt d’Elshire dans notre direction, consumant tout sur son passage.

Dans mes bras, Aya a commencé à crier.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser