the beginning after the end Chapitre 141

ULTIMATUM

Des scènes de souvenirs que je pensais avoir oublié défilaient dans ma tête à chaque clignement des yeux, me hantant en pleine journée tandis que nous nous préparions à faire notre chemin jusqu’à l’endroit où nous allions rencontrer le messager.

Tout va bien Arthur? L’inquiétude de Sylvie toucha mon esprit.

Je vais bien, Sylv. Autre le fait que tu m’appelles par mon prénom maintenant, ai-je répondu en grattant ses petites oreilles.

Grand-père a dit qu’il était important que je respecte la dignité des dragons.

Mon lien tenait son petit museau bien haut, marchant à côté de moi alors que nous sortions de la porte de téléportation qu’Aldir avait conjuré.

Elle nous avait amenés dans une petite clairière sur une colline juste au-dessus d’une ville de pêcheurs isolée appelée Slore, à plus d’une douzaine de kilomètres au sud d’Etistin.

Et bien, je ne peux pas dire que tu n’étais pas plus mignonne lorsque tu avais l’habitude de m’appeler Papa”. Répondis-je, un sourire narquois aux lèvres.

Ne t’inquiète pas. Je te vois toujours comme mon papa ! Elle a frotté son côté contre ma jambe pendant que nous marchions, comme pour me réconforter.

La brise humide occasionnelle portait avec elle une forte odeur de la mer, et je me sentais collant malgré l’air glacial.

“Je ne me sens toujours pas à l’aise d’avoir cette réunion sans aucun renfort,” dit Virion avec méfiance.

“Si ce messager a l’audace d’agir contre nous, j’aurai tout à fait le droit d’intervenir “, assura Aldir au commandant, un coin de sa bouche se redressant dans un léger sourire.

Deux de ses yeux étaient fermés, mais le troisième un seul, d’un violet éclatant regardait le chemin devant lui, toujours attentif.

“Si l’on considère tout ce que les Vritra ont fait – élever des demi-sang asura, transformer nos bêtes de mana en mutants, et maintenant les vaisseaux – je ne peux imaginer depuis combien de temps Agrona a planifié cela.

Malgré l’ampleur de la préparation, je ne peux m’empêcher de penser que cette guerre n’est qu’une sorte de jeu pour lui. Les choix qu’il a faits, les risques qu’il a pris…” Le commandant Virion s’interrompt et secoua la tête.

“Si Agrona était facile à prévoir, il ne serait jamais allé aussi loin”, reconnaît Aldir à contrecœur.

“Puisque, comme tous les autres asuras résidant dans ce monde, il lui est interdit de participer directement à la guerre, il a trouvé des moyens de contourner cette interdiction en étant la main toute puissante qui
déplace les pièces d’échecs – du moins pour son camp.”

“Et qui est la main toute-puissante qui déplace les pièces pour notre camp ?” demanda Virion en levant les sourcils.

“Vous êtes celui qui mène cette guerre, n’est-ce pas ?” rétorqua Aldir.

Virion haussa les épaules.

“C’est ce que je me dis la nuit.”

“Très bien”, j’ai interrompu.

“C’est le lieu de rendez-vous ?”

“Bien sûr que non”, dit Virion avec un soupir las, en attachant ses longs cheveux blancs.

“C’est le plus loin que je puisse nous emmener. D’ici, nous voyagerons vers notre vraie destination”, a précisé Aldir.

“C’est au milieu de l’océan.”

“Montre le chemin”, j’ai dit.

Les pieds d’Aldir se sont lentement élevés du sol tandis qu’une aura laiteuse les entourait, lui et Virion.

Après un moment, l’aura a soulevé Virion dans les airs aussi.

Les lèvres de Virion se sont refermées et il s’est légèrement recroquevillé sur lui-même, comme un chat que l’on attrape par la peau des pattes.

Alors qu’ils prenaient de la vitesse, s’élevant rapidement au-dessus des nuages, Sylvie se précipitait vers le bord de la falaise. Saute! Sylvie a gazouillé, puis a sauté.

Sans hésiter, j’ai suivi mon lien. Alors que je me propulsais vers le haut et sur le bord abrupt, j’ai pris un moment pour admirer la vue à vol d’oiseau de la ville animée juste en dessous de moi.

“Il est plus sage de fermer ton cœur à la princesse elfe.”

C’est tout ce qu’il avait dit avant de retirer ses pouvoirs et de demander aux gardes de nous escorter, Sylvie et moi, jusqu’à Windsom et Wren, qui nous attendaient dehors.

Nous sommes presque arrivés, a annoncé Sylvie, me ramenant au présent.

Aldir et Virion s’étaient arrêtés au-dessus des nuages, attendant qu’on les rattrape.

“Je suis sûr que je n’ai pas besoin de te le dire mais je vais le faire quand même. Personne ne sait ce que les Vritra savent réellement, il serait donc sage de garder ta vraie force cachée pendant cette rencontre.”

La voix d’Aldir me chatouillait inconfortablement l’oreille, comme s’il chuchotait
juste à côté de moi.

“Et Sylvie ?” J’ai crié par-dessus le bruit des ailes de dragon de l’asura battant l’air.

“Dame Sylvie devra se retransformer en sa forme miniature,” répondit Aldir.

“Je vais te porter en bas, Arthur.”

Je vais faire profil bas pour le moment, mais je ne vais pas rester caché pendant la guerre. Si je veux te protéger, je le ferai avec toi sur mon dos, déclara Sylvie en prenant sa forme de renard blanc.

J’ai commencé à tomber en chute libre mais Aldir a plongé sous Sylvie et moi, nous enveloppant de la même aura qui enveloppait Virion.

Nous sommes descendus sous la couche de nuages en dessous de nous, plongeant à travers la couverture blanche, l’humidité de l’air humidifiant nos vêtements, jusqu’à ce que nous apercevions l’océan scintillant qui ondulait.

doucement dans toutes les directions.

Malgré la vue phénoménale de cette étendue d’eau sans fin, mon regard s’est instantanément concentré sur les taches sombres qui jonchaient l’océan à ma droite.

À quelques dizaines de kilomètres au nord, je pouvais voir la flotte de navires alacryens se diriger vers le rivage près de la ville d’Etistin, la capitale de Sapin.

Regarde là. a fait remarquer Sylvie. Flottant sur l’eau en dessous, il y avait une plateforme noire de la taille d’une petite maison.

Alors que nous descendions, quelques instants derrière Virion et Aldir, j’ai pu distinguer deux petites silhouettes. De loin, ils se confondaient avec la plateforme sur laquelle ils se tenaient.

Un frisson a parcouru ma colonne vertébrale. Tous les poils de mon corps se hérissaient, et je sentais mon cœur battre plus vite à mesure que nous nous rapprochions de la plate-forme.

“Ils sont là”, ai-je dit à haute voix à personne en particulier.

“Mais je ne pense pas que ce soit des messagers ordinaires.”

Nous avons atterri en douceur sur la plate-forme et nous nous sommes dirigés tous les trois vers le centre, Sylvie me suivant.

Mes mâchoires se sont serrées à la vue des deux prétendus messagers.

A leur teint gris pâle et à leurs yeux rouges, je savais qu’ils faisaient partie du clan Vritra.

“Bienvenue dans notre humble demeure”, ricana le plus grand des deux, ses bras maigres écartés.

Virion a rétréci ses yeux. “Nous avons supposé que nous allions rencontrer un messager. Ce rôle semble être indigne de vous deux.”

“Je suis flatté, mais pour l’instant nous sommes de simples messagers”, répondit-il avec un sourire exagéré. Son compagnon resta silencieux.

En examinant les deux Vritra, malgré leur ascendance et leur sang, ils ne pouvaient pas être plus différents.

Celui qui se trouvait à ma gauche était à peine plus grand que moi et avait une posture droite comme un bâton. Il avait des yeux profonds sous des paupières lourdes, ce qui donnait un charme mystérieux à son visage sévère.

Avec ses cheveux noirs cendrés soigneusement coupés et son armure noire ajustée sous une somptueuse cape
violette, le Vritra aurait eu l’air de sortir des rêves de toutes les femmes s’il n’avait pas eu une paire de cornes qui dépassaient juste au-dessus de ses oreilles.

L’autre Vritra – celui qui avait parlé – mesurait plus d’un mètre quatre-vingt, nous surplombant tous malgré sa posture voûtée.

Ses bras longs et fins pendaient à ses côtés comme s’ils étaient sortis de leurs orbites.

Ce Vritra ne portait pas d’armure, mais son corps était entièrement enveloppé d’épais bandages sombres sous un manteau noir délabré qui pendait de ses épaules.
Une frange de cheveux en désordre dépassait de sa capuche en lambeaux, accentuant son apparence particulière.

C’était la première fois que je me retrouvais face à face avec un Vritra, et j’ai été surpris de voir à quel point les cornes du Vritra à la cape violette étaient plus petites que celles de celui qui avait attaqué Sylvia dans la grotte pendant mon enfance.

Mais je n’ai pas pu sentir le niveau de l’un ou l’autre de ces messagers, ce qui pourrait signifier qu’ils cachaient volontairement leurs auras, ou simplement qu’ils étaient beaucoup plus forts que moi.

“Je suis Cylrit et voici Uto. C’est un honneur de vous rencontrer, Aldir. Nous, les serviteurs, avons beaucoup entendu parler des fameux asuras d’Epheotus.’

Le regard de Cylrit s’est fixé sur celui d’Aldir comme si Virion et moi n’existions pas, mais ce n’était pas par respect.

“J’espère que tu respecteras le pacte et que tu resteras non-combattant ?”

J’ai été surpris par la désinvolture avec laquelle il a mentionné qu’il était un serviteur.

Cela signifiait qu’il était l’une des figures de proue de cette guerre qui était autorisée à se battre – juste en dessous des Quatre faux.

“Oui, en supposant que votre côté fera de même ?” répondit Aldir, son regard aussi perçant que celui de Cylrit.

“C’est dommage. Je voulais essayer de combattre un asura, mais je suppose que je vais devoir me contenter de massacrer quelques milliers d’entre vous, les êtres inférieurs “, cracha Uto en me fixant. Le maigre Vritra a fait un pas vers moi, penchant son cou vers le bas avec un ricanement.

“Je comprends pourquoi M.Un Oeil et Grand-Père Elfe sont ici, mais je ne m’attendais pas à ce que l’enfant prodige, Arthur Leywin, nous honore de sa présence.”

Je ne savais pas trop comment le Vritra avait entendu parler de moi, mais j’ai gardé mon calme.

“Je pourrais dire la même chose pour vous. Que nous vaut le plaisir de voir les serviteurs se montrer ici ?”

“Comme l’a dit Cylrit, nous sommes ici en tant que messagers. Nous ne voulions pas vous donner l’occasion de capturer et torturer un messager innocent pour obtenir des informations. Parce que c’est ce que je ferais.”

Les yeux rouges bridés d’Uto ont scruté les miens, cherchant des signes de peur ou de colère.

Au lieu de cela, j’ai répondu à sa provocation par un sourire nonchalant.

“Je suis impatient de te trouver sur le champ de bataille.”

Il a répondu avec un regard meurtrier, ses lèvres s’écartant en un rictus malicieux.

“Pourquoi attendre ? C’est dans la chair des enfants que j’aime le plus trancher.”

“Uto! Assez,” Cylrit l’a réprimandé.

“Quoi ?” Uto a haussé les épaules innocemment.

“M. Un Oeil ici présent ne peut pas nous toucher de toute façon.”

“Je ne voudrais pas non plus toucher de sales lessurans”, répondit calmement Aldir, en soutenant le regard du maigre Vritra.

“Maintenant, puisque nous ne sommes pas venus ici pour échanger des frivolités, continuez votre message
et disparaissez de ma vue.” Au léger mouvement des sourcils d’Uto, j’ai compris qu’il était contrarié que sa tentative de provoquer Aldir se soit retournée contre lui. Cependant, avant qu’il n’ait eu l’occasion de répondre, Cylrit a tendu un bras pour le retenir.

“Le message que Sa Majesté m’a chargé de délivrer aux chefs de Dicathen est simplement le suivant:

Livrez les familles régnantes et la clémence sera accordée à ceux qui la méritent. Continuez à résister et notre armée éradiquera tous les habitants de ce continent sans distinction “, récita Cylrit, ne regardant toujours qu’Aldir.

“Tu appelles ça des conditions ?” Virion a éclaté.

“C’est un ultimatum unilatéral !” Uto s’est penché pour être au niveau des yeux de Virion.

“Sois reconnaissant d’avoir le choix. Ne vous inquiétez pas. Si tu choisis la première option, je promets d’être très doux en te tranchant la tête.”

Cylrit fusilla son compagnon du regard.

“Nous n’avons pas été envoyés ici pour provoquer un combat, Uto.

” Cela n’a jamais été mon intention, juste un avertissement amical sur la bataille à venir”, répondit le maigre Vritra, mais il se tourna ensuite vers Virion avec un sourire pervers.

“J’espère vous rencontrer à nouveau, Roi des Elfes. Vous et votre petite-fille. Je m’assurerai de m’amuser pleinement pendant que vous regarderez.

” Ignorant l’avertissement d’Aldir, j’ai fait un pas en avant, prêt à dégainer l’épée dans mon anneau dimensionnel, mais Virion a bougé le premier.

་་

En un éclair, son poing rencontra la mâchoire d’Uto. Le grand-père de Tessia avait activé sa seconde phase, un linceul noir recouvrant tout son corps et sa tête, mais je pouvais encore voir la rage dans ses yeux.

La tête d’Uto s’est immédiatement retournée sous le coup, le soulevant du sol et faisant tomber la capuche qui lui couvrait la tête.

“Ça a chatouillé”, grogna le Vritra en faisant craquer son cou.

Le nez d’Uto dépassait d’un angle bizarre, mais mes yeux étaient rivés sur ses cornes.

Ce n’était pas la forme ou la taille de ses cornes qui m’a étonné. Non, c’était le troue sur sa corne gauche.

Le trou que la Lance, Alea, avait creusée lors de la bataille qui lui avait coûté la vie.


Commentaire

4.6 8 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser