the beginning after the end Chapitre 124

Batailles dans divers scénarios

“Attendez, c’est vous qui avez fabriqué cette épée ?” ai-je répondu, mon scepticisme étant évident.

Depuis que j’avais trouvé cette épée mystérieuse et vu la marque du fabricant, je m’étais souvent demandé qui était ce W.K. IV.

Plus d’une fois, j’avais parcouru la bibliothèque de l’Académie de Xyrus dans l’espoir de trouver le forgeron portant ces initiales, pour me retrouver face à une quantité vertigineuse de noms royaux et de déceptions.

“Est-ce que je parle une langue étrangère ?” Wren a répondu sèchement, ses yeux inspectant toujours Dawn’s Ballad.

Ignorant sa remarque, j’ai changé mon approche.

“Ok, en supposant que vous ayez forgé cette épée, que faisait-elle à Dicathen ?”

Jusqu’à présent, j’avais supposé que mon épée était d’origine naine en raison de leur spécialité dans ce domaine.

Lorsque j’avais imaginé le fabricant de Dawn’s Ballad, j’avais toujours pensé à un homme sombre, volumineux, un ours avec une barbe épaisse, des bras poilus et saillants, et des mains durcies par des callosités – le stéréotype typique associé aux forgerons et autres métallurgistes.

Au lieu de cela, cet homme osseux qui avait l’air d’être fatigué de tenir un stylo pendant trop longtemps me disait qu’il avait forgé cette épée.

” Dawn’s Ballad ” était une de mes armes expérimentales – plus ou moins un échec. Je l’ai jetée dans les Clairières des Bêtes de votre continent lors d’une de mes visites pour collecter des minéraux, en supposant que personne ne serait capable de dire que c’était autre chose qu’un bâton noir, et encore moins de l’ouvrir. Et dire qu’elle s’est retrouvé en ta possession d’une manière ou d’une autre… Quelles sont les chances?”

L’asura commença effectivement à calculer les probabilités avant que je ne l’interrompe.

“Un échec ? Je n’ai jamais vu une épée de meilleure facture et de meilleure qualité de toute ma vie. Qu’est-ce qui en fait un échec ?” J’ai insisté.


“Aussi flatteurs que soient tes mots, comparer mes armes – quelle que soit leur qualité – aux outils primitifs que vous, races inférieures, utilisez ne fait que m’insulter.”

Il a fait claquer sa langue. “J’ai forgé cette épée comme une arme à taille unique. Je devais être ivre quand j’ai pensé que c’était une bonne idée. C’est juste devenu un outil tranchant, rien de plus, rien de moins.” Wren a finalement arraché ses yeux de l’épée et a échangé des regards avec Windsom. “Mais cela rend les choses intéressantes.”

En regardant par-dessus mon épaule, je pouvais voir le visage stoïque de Windsom se transformer en un sourire.

“C’est ce que je pensais”, a-t-il répondu.

“Alors qu’en penses-tu, maintenant que tu l’as rencontré ? Vas-tu le faire ?”

“Qu’est-ce qui se passe ?” J’ai interrompu, confus. Je commençais à craindre que l’asura ne récupère son arme – ou même ne s’en débarrasse complètement au nom de sa fierté. Je n’avais aucun doute : je ne trouverais plus jamais une épée de cette qualité, même si son fabricant la considérait comme un ” échec ”

“Arthur, je t’ai amené ici à Wren pour accomplir deux choses. La première est comme je l’ai mentionné plus tôt Bien que ses méthodes soient non conventionnelles, Wren a un œil exceptionnellement vif pour la pratique de l’art du combat.

La seconde est que j’espérais que Wren produirait une épée mieux adaptée à ta forme unique de combat.”

“C’est vrai ?” Je me suis tourné vers Wren.

” Vous allez vraiment forger une épée pour moi ? ”

“Je ne forge pas d’épées, morveux. Je les crée. Et j’ai accepté de te former uniquement parce que je devais une faveur au Seigneur Indrath. Sa faveur ne s’étend pas au fait que je perde mon temps à fabriquer une épée pour un être inférieur.” Wren a glissé Dawn’s Ballad dans son fourreau.

“Je vais garder cette épée pour l’instant.”

“Pour l’instant? Donc, vous me la rendrez ?” J’ai confirmé, toujours avec appréhension.

“Mon garçon, Dawn’s Ballad n’est peut-être qu’un outil tranchant, mais il t’a quand même choisi. Je ne suis pas fier de cette pièce en particulier, mais je ne vais pas te la retirer”, a-t-il répondu.

L’asura tendit alors son bras devant lui, et une épée émergea soudainement du sol en dessous. Attrapant l’épée par sa poignée, il me l’a lancée.

“Pour l’instant, tu peux l’utiliser pour ton entraînement. Je l’ai créée pour mesurer les mouvements de l’utilisateur et la force de l’impact qu’il reçoit.”

“Et vous pouvez l’invoquer depuis le sol à tout moment ?” J’ai demandé, en tenant l’épée courte apparemment normale dans mes mains.

“De tout ce que j’ai fait jusqu’à présent, tu es surpris par ça ?”. Wren a secoué la tête, en faisant signe vers moi de la main.

“Laisse-moi aussi garder la plume de dragon.”

“Quoi ? Pourquoi ça aussi ?” Je fis un pas en arrière, serrant ma main sur mon bras pour couvrir la plume blanche.

“As-tu un besoin inné de remettre en question tout ce que je fais ?”, me dit l’asura voûté.

J’ai remis à contrecœur la plume blanche à Wren, en grattant la cicatrice que j’avais reçue après avoir été lié à Sylvie.

Sans la plume pour la recouvrir, je me sentais exposé, comme si ma peau avait été enlevée.

Wren a rangé la plume dans son manteau.

“Maintenant, je suis conscient que vous, les êtres inférieurs, avez besoin de beaucoup plus de sommeil que nous,alors repose-toi.”

“Attendez, nous passons la nuit ici, au centre de ce cratère stérile ?” J’ai regardé autour de moi avec appréhension.

“Qui a parlé de ‘nous’? Windsom et moi avons des affaires à régler. Et puis, il n’y aura pas toujours un lit douillet qui t’attendra pendant la guerre, alors je fais ça pour toi.” Un sourire malicieux se dessina sur le visage de l’asura

tandis que Windsom faisait apparaître un portail de téléportation.

“Essaie de te reposer, Arthur”, a conseillé Windsom, puis a franchi le portail.

Les runes lumineuses marquant le cercle de téléportation s’estompèrent, et le silence se fit, les sifflements occasionnels du vent étant les seuls sons que l’on pouvait entendre.

En soupirant, j’ai remis mes vêtements poussiéreux et j’ai fait apparaître deux plaques de terre pour former une tente de fortune.

J’ai dû m’endormir dès que j’ai posé ma tête sur le tas de sable que j’avais rassemblé, car un violent tremblement m’a fait heurter ma tête contre ma tente de pierre, me réveillant en sursaut de douleur.

J’ai abaissé la barrière que j’avais créée et j’ai été surpris de voir d’innombrables golems encercler mon camp.

Chacun d’entre eux maniait un type d’arme différent, et ils levaient tous leurs armes au-dessus de leurs têtes de pierre et les balançaient à l’unisson.

Mon corps a agi en pilote automatique et j’ai instinctivement élevé un dôme de terre pour me protéger. Avec un bruit sourd et explosif, le dôme s’est effondré, les débris tombant sur moi. J’étais encore étourdi par la situation quand la voix amplifiée de Wren a retenti d’en haut.

“Tu ne seras jamais vraiment au repos tant que tu seras au milieu d’une guerre, petit. Tu dois t’habituer à te battre efficacement dans un état suboptimal. Maintenant, déshabille-toi et reprends le combat.”

“Ce satané lunatique”, ai-je maudit.

Je pouvais encore entendre les mouvements des golems autour de moi, attendant que je me relève.

Rassemblant du mana, j’ai attendu qu’ils se rapprochent. Une fois que leurs pas étaient à portée, j’ai lancé un sort de Force du vent.

Au lieu de les viser, j’ai ciblé le sol en dessous de moi, créant un grand nuage de sable et de débris pour couvrir mes mouvements et m’éjectant des restes brisés de mon dôme.

Certains des golems les plus proches ont été repoussés de force, ce qui m’a donné suffisamment d’espace pour manœuvrer, le sable obscurcissant leur vision.

Je me suis élancé vers le golem le plus proche, levant mon épée d’essai d’un seul coup fluide. Je savais que Wren voulait imiter l’environnement de la guerre, alors j’ai agi comme si les golems étaient de vrais humains.

J’ai entaillé la jugulaire du golem, et comme je l’avais prévu, il est tombé au sol,
crachant un liquide rouge de sa blessure.

Un autre golem, celui-ci brandissant une grande hallebarde, m’a chargé par derrière. Alors qu’il baissait la tête pour me frapper avec son arme, j’ai pivoté avec mon épée pour parer la tête de la hallebarde. Cependant, même si mon corps avait été renforcé par la volonté de Sylvia en plus du mana, j’ai été
déséquilibré par la force de l’attaque.

Je me suis retourné pour décharger une partie de l’élan du coup, mais je n’ai pas eu le temps de respirer avant qu’un autre golem ne me bouscule avec son bouclier de fer.

Agacé, j’ai donné un coup de poing en forme d’éclair. Le bouclier métallique s’est effondré et le golem a été projeté au sol. Je me suis détourné alors que le golem qui brandissait la hallebarde me frappait à la tête, mais pas assez vite.

La lame siffla en coupant l’air, puis s’entrechoqua vicieusement en rebondissant sur un bouclier de fer tenu par un autre golem, celui-ci d’une couleur différente, qui était intervenu pour bloquer l’attaque.

“Tu auras des alliés dans la bataille, Arthur. En tant que l’un des principaux acteurs de la bataille, il vous appartiendra de choisir d’être à l’offensive et de labourer l’ennemi, ou de rester près de votre équipe, pour la garder en vie.”

J’ai vu Wren au-dessus de moi, assis sur un trône de terre qui flottait dans le ciel.

La bataille se poursuivait, et les cadavres de golems continuaient de s’empiler les uns sur les autres sur tout le champ de bataille.

J’imaginais des corps humains à la place des invocations anthropomorphes faites de pierre ; la
scène du donjon de la Crypte de la Veuve me revenait en mémoire, me donnant un peu la nausée.

Au fil des heures, le simulacre de guerre que Wren me faisait endurer commençait à faire des ravages.

Je comprenais mieux pourquoi cette expérience était si cruciale.

Jusqu’à présent, je n’avais vécu les guerres que de l’arrière, en élaborant des stratégies pour différents scénarios à un niveau macro.

Maintenant, au milieu d’un champ de bataille, il y avait tellement de facteurs qui différaient des duels auxquels j’étais habitué dans ma vie précédente : les cadavres et les membres coupés sur lesquels on pouvait trébucher, le sang qui s’accumulait sur le sol et formait des flaques dans lesquelles on pouvait glisser…

Même avec les couleurs vives des golems, qui indiquaient de quel côté ils étaient, il était facile de frapper accidentellement un allié dans le feu de la bataille. Le liquide rouge que versaient les golems ressemblait beaucoup au sang humain.

Les cadavres des ennemis et des alliés s’accumulaient et le liquide sanguin souillait le sol.
Une odeur nauséabonde se dégageait du champ de bataille.

Bien que je déteste accorder du crédit à l’asura excentrique, Wren avait fait du bon travail en créant un environnement d’apprentissage optimal.

Alors que les heures de combat continu s’éternisaient, j’ai réalisé à quel point mes réserves de mana étaient précieuses. Même avec mon noyau de mana au stade argent uni et mon utilisation de la rotation de mana, je devais savoir comment conserver mon utilisation de la magie.

Il valait mieux laisser les sorts flashy et à longue portée aux conjurateurs des lignes arrières ; mon
mana était mieux utilisé pour me protéger et protéger ceux qui m’entouraient.

Tout au long de la bataille, Wren m’a crié des conseils, comme celui d’éviter de me mettre dans un coin pendant que je me battais.

De temps en temps, des golems inhabituellement puissants apparaissaient, me prenant au dépourvu
alors qu’ils massacraient mes alliés. En regardant ces créatures faire des ravages sur le champ de bataille, j’étais certain que Wren aurait pu facilement conjurer un golem capable de me tuer s’il l’avait voulu.

Finalement, j’ai réussi à abattre le dernier des généraux golems, que Wren avait utilement identifié par des couronnes d’or au sommet de leurs têtes.

“C’était brutal”, ai-je soupiré en m’allongeant sur le sol.

J’avais été dans un état de combat presque constant depuis le moment où j’avais été brusquement éveillé, sans possibilité de manger, de boire ou même de me soulager.

Nous avons passé le dîner assis autour d’un feu à discuter de l’entraînement de la journée, après que Wren ait nettoyé la scène des golems morts et du faux sang d’un revers de la main. Windsom n’était pas encore revenu de l’endroit où lui et Wren étaient allés la nuit dernière, donc seul Wren était présent pour
souligner les erreurs que j’avais faites, des plus mineures aux plus
potentiellement fatales.

Le nombre total de pertes de votre côté était de deux cent soixante et onze, tandis que l’autre côté en avait cinq cent douze “, a lu Wren dans ses notes.

“Ce n’est pas une victoire impressionnante compte tenu du niveau auquel j’ai fait les golems du côté ennemi.

Tu as laissé trop des tiens mourir, mon garçon.”

“C’est peut-être parce qu’ils ressemblent à des gorilles de pierre. Je n’éprouve aucune empathie pour eux, qu’ils soient dans mon équipe ou non”, ai-je rétorqué en mordant dans la substance ressemblant à du tofu que Wren m’avait donné à manger.

“Je garderai cela à l’esprit. Va dormir maintenant. Demain ne sera pas plus facile”, a répondu Wren en prenant des notes.

Je m’étais habitué à la façon tranchante de parler de Wren, comme si même ses mots étaient une denrée rare.

Je me suis détourné, j’ai conjuré un lit de fortune de sable doux et j’ai espéré que la prochaine fois que je serais éveillé, ce ne serait pas par une armée de golems.

Mes pensées se sont emballées pendant cette période de repos. Bien qu’il y ait eu de nombreux défauts dans la façon dont le monde était gouverné dans ma vie antérieure, je devais admettre que les choses y avaient été plus simples.

Lorsque l’issue de presque tous les problèmes reposait sur une seule bataille, c’était noir ou blanc. Les guerres n’avaient presque jamais lieu, sauf en cas de conflit entre plusieurs pays. Même dans ce cas, les batailles à grande échelle étaient menées dans des environnements contrôlés pour minimiser le nombre
de morts. Cette guerre à venir n’aurait pas cela. Il y avait trop de nuances de
gris à prendre en compte.

Quelles seraient les pertes? Combien de morts seront des non-combattants ? Et dans quelle mesure la fin devrait-elle l’emporter sur ces pertes? Je n’avais personne à qui je tenais sur Terre. Mais dans ce monde, étais-je prêt à sacrifier mes proches pour le bien de tous ? Sans doute pas.

Je ne me rappelais pas m’être endormi, mais je le faisais rarement ces derniers temps. À ma grande surprise, j’ai pu passer une bonne nuit de repos.

Quand je me suis réveillé, mes bras et mes jambes étaient douloureux à cause de la longue bataille. Il n’y avait pas de golems en vue, mais cela m’a rendu plus suspicieux que soulagé.

Soudain, un cri à glacer le sang venant de derrière m’a fait me retourner. Ce que j’ai vu m’a laissé à la fois perplexe et horrifié. Ses deux cornes noires luisant de façon menaçante dans le soleil du matin, un
asura du clan Vritra se tenait à moins de vingt pas de moi.

Couvert d’une armure noire à partir du cou, ce Basilisk à forme humaine ouvrait ses lèvres dans un sourire triomphant pour révéler une rangée de dents déchiquetées, et dans sa main se trouvait quelqu’un que je n’aurais jamais pensé voir ici. J’étais à peine capable de former un mot qu’un autre cri déchirant était arraché à l’otage du Vritra.

“Tess?”


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser