the beginning after the end Chapitre 114

Chasser une proie

En regardant en bas du bord de la falaise, je ne pouvais m’empêcher de devenir anxieux. La forêt ressemblait à un gigantesque buisson qui débordait de l’horizon, les arbres enchevêtrés bloquant toute vue sur ce qui se trouvait en dessous. De grands oiseaux et d’autres espèces ailées redoutables planaient au-dessus de la dense variété de verdure, plongeant et récupérant leur repas de temps à autre. Mais ce qui me faisait plus peur qu’eux, c’était les rugissements occasionnels qui résonnaient au loin. Je ne pouvais qu’imaginer leur taille s’ils étaient capables de secouer ou même d’abattre les arbres qui bloquaient leur chemin lorsqu’ils traversaient la dense nature sauvage.

« C’est ici que tu vas t’entraîner. » annonça Windsom, le regard toujours fixé sur la forêt.

« Évidemment. » ai-je soupiré, en m’assurant que j’avais bien attaché le sac en bandoulière.

« On y va ? » Après avoir répondu par un rapide hochement de tête, nous avons tous deux sauté de la falaise, répandant du mana dans notre corps tout en essayant de garder l’équilibre contre les vents violents qui nous secouaient.

Au moment où nous allions plonger dans les arbres, j’ai créé un courant ascendant sous mes pieds pour réduire la vitesse de ma chute.

Alors que Windsom et moi atterrissions habilement dans l’immense royaume de la forêt, l’atmosphère changea radicalement. Le sol sous mes pieds était détrempé, comme si je marchais sur de la mousse, et la terre humide cédait sous mon poids, serrant mes bottes et les relâchant doucement à chaque pas que je faisais.

Mon nez a été bombardé d’odeurs provenant de l’abondant feuillage, mélangées à l’odeur humide sous-jacente de la mousse, de la saleté et de la pourriture du bois tombé.

« Tu m’as tout donné, à l’exception des objets contenus dans ton sac, n’est-ce pas ?  » confirma l’Asura, en tendant la main au cas où j’aurais manqué quelque chose.

« Tout ce que je possède est dans cet anneau dimensionnel, ce qui n’est pas beaucoup. Y a-t-il autre chose que vous souhaitez me prendre ? Mes vêtements ? Un rein ou un poumon peut-être ? » J’ai plaisanté, en regardant mon environnement.

« Très drôle. » répondit platement l’Asura en sortant un livre de sa cape. « Maintenant, puisque tu étais si catégorique sur le fait que tu maîtrises parfaitement ton contrôle interne du mana… »

« J’ai juste dit qu’il n’était pas nécessaire de perdre du temps à s’entraîner de manière aussi explicite. » ai-je rétorqué.

« Quoi qu’il en soit, je considérerai ton niveau suffisant si tu me rapportes ces trois choses. » Il a désigné le livre ouvert.

« La peau d’un écureuil rapace, le noyau d’une panthère argentée et les griffes d’un ours titan. » j’ai lu la liste à haute voix, absorbant les dessins en noir et blanc de chacune des bêtes mana.

« … et ces objets prouveront, d’une manière ou d’une autre, que je suis prêt à en savoir plus sur le testament que Sylvia m’a laissé ? ». Je lui ai rendu le livre.

« D’une certaine manière. Bien sûr, à condition que tu n’utilises pas d’arts de mana externes, quels qu’ils soient. Ah, et tu dois porter ceci en tout temps. » a ajouté Windsom en me tendant une cloche de la taille de mon poing.

« Je me pose vraiment des questions sur votre idée de l’entraînement. » ai-je encore soupiré en brandissant la cloche d’argent, déclenchant une série de sonneries vibrantes bien trop fortes pour une seule cloche.

« Fais-moi savoir quand tu auras rassemblé toutes les choses de la liste en cassant la cloche. » Il s’est retourné, se préparant à partir, mais s’est arrêté. « Oh, et je te recommande de prendre les objets dans cet ordre. »

C’est ainsi qu’il est parti, m’abandonnant dans cette forêt avec rien d’autre qu’une cloche, quelques couvertures et une pochette en cuir remplie d’eau fraîche.

Je n’avais aucune idée de ce que Windsom essayait exactement d’accomplir en me faisant chercher ces objets, mais si c’était ce qu’il fallait pour accélérer le processus d’entraînement, alors c’était une raison suffisante.

« Voyons voir. La première chose sur la liste est la peau d’un écureuil rapace… » marmonnai-je doucement pour moi-même. Cela semblait assez simple, à part le fait que je devais en capturer un en relativement bon état.

J’ai réfléchi aux trois objets que Windsom avait demandés. S’il s’agissait d’une sorte de test pour mesurer ma manipulation interne du mana, cela signifiait que ces bêtes de mana possédaient des compétences, ce qui nécessitait que je sois à un certain niveau de maîtrise. Le fait qu’il ait une vague ressemblance avec un écureuil signifiait très probablement qu’il était proche du bas de la chaîne alimentaire. Si c’était le cas, alors pour se protéger, il avait probablement un mécanisme de défense, comme la plupart des proies, pour éviter d’être mangé.

D’après la photo, l’écureuil rapace ressemblait à n’importe quel autre écureuil, sauf qu’il avait des membres postérieurs plus proéminents, trois queues fines et des yeux perçants. En observant mon environnement, je n’avais pas encore vu d’animaux sauvages.

Concentrant le mana dans mes yeux, j’ai amélioré et augmenté la portée de ma vision. Rien.

J’étais constamment à l’affût de toute indication de faune en me dirigeant vers l’autre bout de la forêt. Plusieurs heures s’étaient écoulées mais toujours aucun signe.

« Cette foutue cloche ! » J’ai crié plus fort que je ne le pensais. Comme si elle se moquait constamment de moi, la cloche sonnait au moindre de mes mouvements, dissuadant toute créature de s’approcher de moi.

Le ciel s’est assombri, tout comme mon humeur. Tout ce que j’avais à montrer pour le temps qui passait était ma frustration face au manque de progrès. Décidant d’en finir avec la nuit, j’ai monté le camp dans le tronc creux d’un arbre tombé.

À mon grand agacement, des bruits de petits animaux, cachés dans le voile de l’obscurité, sont sortis autour de mon campement dès que je me suis couché.

Alors que j’essayais de me relever, le tintement de la cloche a résonné dans la nuit silencieuse, ce qui a fait fuir les créatures.

Je recommencerai demain, ai-je décidé avec un soupir, me réfugiant dans ma couverture alors qu’une brise glaciale traversait la bûche dans laquelle j’étais blotti et mes vêtements, me ratatinant.

Un rayon de lumière a réussi à passer la couche de feuilles et de branches et à atteindre mon visage, me tirant de ma torpeur. Je suis resté caché à l’intérieur du tronc, sans bouger pour ne pas agiter la cloche. Cependant, après quelques heures, il était évident que la cloche n’était pas la seule raison pour laquelle les écureuils rapaces se tenaient à l’écart de moi.

Les bêtes mana qui étaient au bas de la chaîne alimentaire avaient probablement développé des sens extrêmement aigus qui compensaient leur manque de vision pour éviter les prédateurs, c’est pourquoi, même lorsque j’étais presque endormi et complètement gelé, ils gardaient toujours leurs distances.

Pour l’instant, cacher ma présence était ma meilleure chance d’attirer les écureuils rapaces. Comment les attraper, je devrais le découvrir après.

Après une brève recherche, j’ai trouvé un arbuste bien situé près d’une clairière et suffisamment épais pour m’y cacher. Je me suis installé aussi confortablement que possible dans les branches cassantes et les feuilles piquantes, et j’ai attendu.

En retirant tout le mana qui circulait continuellement dans mon corps, je suis resté immobile et j’ai observé. Grâce à l’assimilation avec la volonté de Sylvia, mon corps était beaucoup plus robuste que celui de la plupart des humains, mais je me sentais toujours un peu vulnérable en laissant mon corps sans protection dans ces terres inconnues.

Les minutes se sont transformées en heures pendant que j’attendais. Il ne suffisait pas de retirer son mana, j’ai compris qu’il était absolument nécessaire de faire le vide dans son esprit et dans ses intentions lorsqu’on a affaire à une proie. Je pouvais sentir ma respiration s’adoucir, disparaissant presque à mesure que j’expirais par la brise occasionnelle qui passait.

Enfin, les fruits de mon travail se sont manifestés lorsqu’un petit museau est sorti d’un des autres buissons, reniflant curieusement les alentours à la recherche de signes de danger. Bientôt, quelques écureuils rapaces se sont mis à courir, leurs trois queues tournoyant continuellement comme des antennes, essayant désespérément de trouver de la nourriture avant que les prédateurs n’aient vent de leur présence.

Je savais qu’il était impossible d’acquérir le premier élément de ma liste aujourd’hui, alors j’en ai profité pour tester certaines choses. J’ai commencé par émettre un peu de mana, les écureuils rapaces ont immédiatement réagi en levant leurs pattes arrière pour élever leur queue. Ils avaient manifestement perçu l’infime fluctuation de mana et étaient beaucoup plus tendus, certains s’enfuyant même.

En continuant à tester leurs limites, j’ai appris trois choses : la première est que la fuite d’un peu de mana purifié ne les fait pas nécessairement fuir, mais les alarme à un point tel qu’il est impossible d’essayer de les attraper. Dégager trop de mana purifié les conduirait sans aucun doute à fuir immédiatement. La seconde est que l’intériorisation du mana dans mon corps n’a pas déclenché leur signal d’alarme, mais que trop de concentration et de focalisation a fait fuiter mon intention, ce qui les a fait se disperser. La dernière chose que j’ai apprise, et qui est peut-être la plus utile, c’est que le flux de mana externe ne les fait pas sursauter et ne les incite même pas à y prêter attention.

J’ai appris cela alors que j’étais assis, caché, en train de méditer. Lorsque j’absorbais le mana environnant, il n’y avait aucun signe d’agitation de la part des écureuils rapaces. Ce n’est que lorsque j’ai commencé à purifier et condenser activement le mana qu’ils ont commencé à remarquer que quelque chose n’allait pas.

Les essais ont duré toute la journée car je devais changer d’endroit à chaque fois que je les faisais fuir, mais avec ces trois observations, j’avais enfin quelque chose sur quoi travailler.

Je me demande si Sylvie se débrouille bien avec son entraînement, pensais-je en enroulant ma couverture autour de moi, à l’intérieur du rondin creux que j’avais décidé d’utiliser comme tente de fortune. Les mêmes inquiétudes que j’ai toujours eues traversaient mon esprit dès que j’avais un peu de temps pour réfléchir. Comment allait ma famille ? Comment allait Tessia ? Comment allait Elijah ? Était-il seulement en vie ? Si oui, aurais-je un jour la chance de le sauver ?

J’ai eu l’impression d’être perdu dans mes pensées pendant toute la nuit, mais à un moment donné, mes yeux se sont ouverts sur la douce lueur du soleil du matin.

Après avoir emballé mes maigres affaires, j’ai rempli ma besace d’une flaque de rosée matinale qui s’était formée sur les feuilles voisines et je me suis dirigé vers une clairière.

L’objectif d’aujourd’hui ne serait pas d’observer ou même d’attraper un écureuil rapace. Je voulais tester une petite idée que j’avais eue à partir des trois observations d’hier.

Alors que je me tenais au centre d’une petite clairière entourée de plantes, avec des champignons que j’avais ramassés en chemin et que les écureuils rapaces mangeaient, j’ai mis ma théorie en action.

Comme ma physiologie était celle d’un augmentateur, les canaux de mana, responsables de la diffusion efficace du mana purifié de mon noyau dans le reste de mon corps, étaient beaucoup plus importants que mes veines de mana, qui étaient utilisées pour absorber le mana atmosphérique non purifié dans le corps.

Cependant, pour cette technique, je devais équilibrer la sortie de mana purifié de mon noyau par mes canaux de mana et l’entrée de mana atmosphérique par mes veines de mana.

Avec un équilibre parfait, je devrais être capable d’utiliser le mana sans que personne, ou quoi que ce soit, ne puisse le sentir. C’était en théorie, bien sûr.

Mes veines de mana étaient naturellement beaucoup moins développées que mes canaux de mana, donc j’ai commencé par faire correspondre la sortie de mana à la quantité que j’étais capable d’entrer. La sensation était un peu la même que lorsque Sylvia m’avait appris la rotation du mana pour la première fois, mais en beaucoup plus difficile.

Plus je m’exerçais, plus il devenait évident que ce n’était pas aussi facile que je ne l’imaginais. Une certaine finesse était nécessaire pour atteindre avec précision le point d’équilibre entre les deux actions opposées, même si je le faisais en restant immobile, tenter de le faire en bougeant serait une toute autre montagne.

Ma perception du temps s’était perdue quelque part au milieu de ma pratique, mais à ma grande surprise, lorsque j’ai ouvert les yeux pour la énième fois, il y avait enfin des écureuils rapaces qui mangeaient dans le tas de nourriture que j’avais ramassé.

Cependant, mon plaisir a été bref, car dès que ma concentration s’est relâchée, ils se sont immédiatement rendu compte de la fluctuation de mana que j’avais essayé de camoufler.

« Oui ! » J’ai serré le poing. Mon rythme n’était pas aussi rapide que je l’aurais voulu, mais c’était quand même un progrès. L’un des inconvénients était que ma réserve de mana s’épuisait… rapidement. Je ne pourrais pratiquer cette technique que quelques minutes à la fois avant de devoir m’arrêter pour réapprovisionner mon noyau de mana.

Même le fait que j’étais presque au stade de noyau d’argent n’a pas aidé à cause de l’excès de mana gaspillé par l’utilisation incorrecte de cette technique impromptue.

Le lendemain matin, j’ai gardé ma routine et je me suis exercé au milieu de la même clairière. Ce n’est qu’au quatrième jour que j’ai senti que j’avais suffisamment de contrôle pour essayer de bouger tout en gardant cette technique.

A la fin de la semaine, j’étais capable de me déplacer lentement, mais à cause de la cloche attachée à ma taille, même s’ils ne pouvaient pas sentir le mana, ils fuyaient. Mais j’avais déjà pensé à ça. S’il suffisait de cacher ma présence, je n’aurais pas eu besoin de trouver un moyen d’utiliser cette technique.

Je devais maîtriser cette technique afin d’utiliser le mana en rafales, bondissant sur les écureuils rapaces avant qu’ils ne puissent réagir au son de ma cloche.

J’ai tracé une ligne dans la terre molle et me suis positionné devant un arbre désigné comme cible, je me suis entraîné.

Je me suis arrêté au moment où la cloche a sonné. Mon but était d’atteindre l’arbre au moment où la cloche sonnait. Pour ce faire, je devais utiliser assez de mana pour me déplacer à une vitesse suffisamment rapide pour ne pas faire trembler la cloche, tout en équilibrant le flux d’entrée et de sortie du mana atmosphérique et de mon mana purifié pour camoufler ma présence de la queue de l’écureuil rapace.

« Encore. » Je me suis retourné et j’ai marché jusqu’au point de départ après avoir entendu la cloche.

« Encore. » me suis-je répété.

En continuant, j’ai réalisé que je visais essentiellement quelque chose de similaire à la technique que Kordri avait utilisée une fois lorsqu’il s’entraînait avec moi. Contrôler le flux de mana et la puissance tout en manipulant sa présence pour la cacher ou l’émettre, perturbant ainsi les sens de son adversaire.

Effacer sa présence en utilisant le mana atmosphérique à peine traçable pour masquer la sortie de son mana, et gagner instantanément en vitesse pour atteindre son adversaire. Était-ce la compétence que Windsom avait testé ?

Encore une fois, j’essayais, et encore une fois, je ne parvenais pas à atteindre mon but. Mais à chaque tentative, la distance entre l’arbre et moi diminuait avant que la cloche ne sonne.

Ce n’était qu’une étape, mais il a fallu tant de concentration et de précision pour la réussir, même partiellement.

Cependant, ce pas unique et instantané, couplé à la forme de combat qui m’avait été enseignée par Kordri ainsi qu’à l’art du sabre que j’avais moi-même développé, pouvait sans aucun doute devenir un atout précieux.

Je me rappelais à quel point j’avais été désorienté et impuissant lorsque Kordri avait utilisé cette compétence, effaçant sa présence pendant qu’il attaquait, alors que l’instant d’après, il émettait sa présence uniquement pour changer de position et me déstabiliser. Bien que l’Asura n’ait pas utilisé son mana de la même manière que ce que je tentais de faire, sa puissance innée pouvait être facilement comparable à celle d’une personne au stade de noyau d’argent.

« Presque. » je me suis encouragé, me positionnant pour une nouvelle tentative.

Je n’étais pas sûr du nombre d’heures qui s’étaient écoulées depuis que le dense bouquet d’arbres couvrait la majeure partie du ciel, mais bientôt, je me suis couché contre l’arbre.

Les jours passaient et je continuais à m’entraîner, jusqu’à ce que…

« Hehe… »

J’ai ri docilement en guise de victoire en regardant le sentier de terre déprimée que j’avais fait pendant les jours où je maîtrisais cette compétence. Alors que le reste du sol était jonché de feuilles et de brindilles cassées, seul le mince sentier sur lequel j’avais constamment fait des allers-retours était pavé.

J’ai essayé de me lever, mais mes jambes tremblaient en signe de protestation, trop épuisées pour supporter mon poids. Pourtant, je me sentais bien pour la première fois depuis mon arrivée dans cette forêt perdue. « Je vais anéantir ces stupides écureuils rapaces. » déclarai-je triomphalement.

POINT DE VUE DE WINDSOM :

Qu’est-ce que ce garçon prépare ? Je me suis dit, en gardant une distance raisonnable avec lui. Je l’avais laissé sans surveillance pendant deux semaines, pensant qu’il aurait largement le temps d’attraper un écureuil rapace.

D’après le fait que je n’aurais pas pu le trouver dans cette forêt sans l’aide de la cloche que je lui avais donnée, il était clair qu’il avait maîtrisé l’effacement de sa présence. Malgré cela, Arthur n’avait pas encore attrapé un seul écureuil.

Les écureuils rapaces étaient rapides et très perspicaces. Comme leurs yeux étaient mauvais, ils comptaient sur leur odorat aiguisé pour renifler la nourriture et sur leur queue pour détecter toute fluctuation de mana ou même tout mouvement dans la zone. Si leurs queues détectaient une forte concentration de mana ou même un changement infime des niveaux de mana dans la zone, il serait difficile pour un Asura d’en attraper un.

Cependant, au-delà de ça, les écureuils rapaces étaient plutôt simples d’esprit. Si le garçon était resté immobile après avoir effacé sa présence avec un appât dans ses mains, il aurait été facile pour lui d’en attraper un. Pourtant, le garçon avait disposé de la nourriture devant lui, à la place.

Eh bien, il a été capable de saisir la compétence nécessaire que je voulais qu’il apprenne, j’ai haussé les épaules, mais pour une raison quelconque, mon regard était toujours rivé sur lui, comme s’il attendait que quelque chose d’étonnant se produise.

Le garçon est resté immobile, continuant à attendre patiemment qu’un écureuil rapace s’approche.

En un clin d’oeil, le garçon avait soudainement disparu et réapparu devant l’écureuil rapace avec sa main tendue.

« Il… » ma voix s’est perdue dans l’étonnement.

Mais juste au moment où le garçon était sur le point d’attraper l’écureuil rapace, la cloche que je lui avais donnée a sonné et l’écureuil rapace s’est enfui juste hors de portée d’Arthur.

« Gah ! » hurla le garçon, visiblement frustré, en donnant un coup de pied dans le tas de nourriture qu’il avait rassemblé pour attirer l’écureuil rapace.

Il n’avait aucun moyen de se déplacer à cette vitesse sans utiliser de mana, mais…

Je ne pouvais pas le sentir.

Cela signifiait qu’il ne se contentait pas d’effacer sa présence en retirant son mana et en cachant son intention. Il avait effectivement utilisé son mana tout en le couvrant avec le mana pur qui l’entourait.

Marche de Mirage. C’était une ombre assez grossière, mais Arthur venait sans aucun doute de réussir la première étape de la Marche de Mirage. C’était une technique de mouvement, pour le dire simplement, mais c’était aussi beaucoup plus que cela. La Marche de Mirage était l’essence même de ce qui faisait que le clan Thyestes régnait sur tous les autres clans de la race Panthéon.

Pour un simple garçon humain, être capable de saisir les bases d’un art du mana qui m’a pris un an à comprendre… et cela avec Kordri qui m’a enseigné secrètement malgré le secret strict de son Clan concernant leurs arts du mana.

Pour qu’il soit capable d’aller aussi loin juste en regardant Kordri…


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser