the beginning after the end Chapitre 110

Lenteur d’Escargot

« Aie confiance en ton corps, Arthur. Aussi longtemps que tu en seras capable, ton corps sera la seule chose qui ne te fera pas défaut. » Alors que les mots de Kordri résonnaient doucement dans mes oreilles, une douleur perçante m’a forcé à ouvrir les yeux et j’ai baissé mon regard pour voir la main de Kordri qui dépassait de ma poitrine, pas ensanglantée.

« Merde. » Au moment où le mot a quitté ma langue, la sensation trop familière d’être aspiré hors du royaume de l’âme, une fois de plus, m’a envahi.

Dès que je me suis réveillé dans la grotte, mes mains se sont portées sur ma poitrine, cherchant un trou qui n’était pas là.

Je suis tombé sur le dos dans la piscine peu profonde. « Combien de temps cette fois-ci, Windsom ? »

« Deux minutes. » a-t-il répondu. « Arthur, plus tu es forcé de sortir du royaume de l’âme, plus tu perds du temps dans ta formation. Même si une heure ici équivaut à environ douze heures là-dedans, ce ne sera pas suffisant si tu es expulsé toutes les quelques minutes. »

« Ne me blâme pas, blâme ton ami qui me tue une fois toutes les quelques minutes. » ai-je gémi. Il était impossible de s’habituer à la sensation de mourir. Même si mon corps physique n’était pas blessé, le stress induit par le traumatisme sur mon esprit suffirait à rendre fou même les combattants vétérans.

Je ne savais pas exactement à quoi pensaient les deux Asuras en faisant subir à un adolescent ce genre d’entraînement cauchemardesque.

« Je ne fais que ce que tu es capable de gérer. » a répondu Kordri, presque comme s’il lisait dans mes pensées. « L’enfant est résilient, cependant. Je suis curieux de savoir pourquoi. Même les jeunes Asuras qui ne meurent pas aussi souvent que toi ont du mal à gérer le stress. »

Si je devais deviner, c’était probablement dû au fait que ma force mentale était une combinaison de deux vies, mais même avec cela, cet entraînement commençait à m’épuiser.

Windsom a hoché la tête en signe de reconnaissance. « Même moi, je me suis inquiété au début du nombre de fois où Arthur a été expulsé du royaume des âmes pour cause de décès. »

« Eh bien, il est temps de reprendre l’entraînement. Vous êtes prêt, Kordri ? » Je donnai à mon corps un dernier étirement avant de me rasseoir.

Il a laissé échapper un petit rire amusé et m’a fait un signe de tête. « Je serai toujours prêt, Blanc-bec. »

« N’oublie pas, Arthur, que pendant que tu t’entraines dans le royaume de l’âme, ton corps physique raffine également ton noyau de mana. Plus tu seras capable de rester longtemps dans le royaume de l’âme, plus ta cultivation sera rapide. Ne te surmène pas, cela ne fait qu’une semaine que tu t’entraines. Nous avons encore une certaine marge de manœuvre, mais pas si tu en fais plus que ce que tu peux supporter. » prévint Windsom en activant l’orbe d’éther.

Kordri et moi étions, une fois de plus, dans le même champ herbeux qui s’étendait sans fin à l’horizon. Cela faisait huit jours que j’avais commencé cet entraînement à la torture. Comme une heure à l’extérieur équivaut à douze heures ici, cela signifie que vingt-quatre heures à l’extérieur correspondent à douze jours ici. Même en comptant le temps passé dans le monde physique à manger, dormir et se reposer après être mort trop souvent dans le monde de l’âme, j’avais passé plus de quelques mois dans cette prairie à m’entraîner avec le moine patient et d’humeur égale, Kordri.

« Je peux dire que tu es bien entraîné au combat physique, Arthur, mais tu es devenu trop dépendant de l’utilisation du mana, ou de ce que vous, races inférieures, appelez  « magie ». A mon avis, tu es beaucoup plus habitué aux batailles et aux duels de courte durée. La conservation et la distribution correcte du mana n’a jamais été une priorité, n’est-ce pas ? » a spéculé Kordri.

« Plus ou moins. Je n’ai que treize ans, vous vous souvenez ? » J’ai répliqué innocemment.

« Bien sûr. » L’Asura a haussé les épaules, me lançant un regard qui me disait qu’il n’y croyait pas. « Tu n’es qu’un humain, ce qui signifie que tu es lié par les limitations qui en découlent. Tu es loin d’atteindre le stade de noyau blanc, sans parler du stade d’intégration. Pour cette raison, mon travail consiste à entraîner ton corps. Après tout, moins tu dépenses de mana pour te protéger, plus tu as de marge de manœuvre dans d’autres domaines d’utilisation. Maintenant commençons, j’ai perdu assez de temps avec mes divagations. »

« Oui monsieur. » ai-je répondu en me mettant en position de défense. La silhouette de Kordri a disparu et est réapparue à bout de bras devant moi.

La première fois que je suis venu au royaume de l’âme pour m’entraîner, j’ai été tué au premier coup, sans même pouvoir réagir. Même quand je n’étais pas tué, je me réveillais en sursaut au moindre coup, car mon âme n’était pas habituée à encaisser les blessures. La deuxième, troisième, quatrième, jusqu’à la vingt-huitième fois, j’avais été éjecté du royaume de l’âme au premier coup. Mais la vingt-neuvième fois, j’ai pu esquiver, de justesse… enfin… assez pour tenir jusqu’au deuxième coup. Résider et s’entraîner dans le royaume de l’âme était difficile, c’est le moins qu’on puisse dire. Ce n’est qu’après avoir passé quelques semaines à mourir dans le royaume des âmes que j’ai pu tenir assez longtemps pour appeler cela un entraînement.

Kordri a suivi son coup gauche dans mon cou avec un coude droit dans mon sternum. Ce n’est que lorsque nous nous sommes battus que je me suis rappelé à quel point Kordri était terrifiant. Son tempérament doux disparaissait, remplacé par un guerrier froid et impitoyable, capable de me tuer plus de cent fois en l’espace de quelques secondes.

Les membres de l’Asura semblaient avoir disparu à cause de la vitesse à laquelle ils se déplaçaient. La seule raison pour laquelle j’étais capable d’esquiver était que le schéma d’attaque de Kordri était toujours le même. Bien sûr, c’était fait exprès : l’Asura m’avait explicitement indiqué la chorégraphie de ses frappes, sans jamais s’en écarter depuis le début de notre entraînement. C’était pathétique que je sois à peine capable d’esquiver une attaque que je savais déjà venir, mais c’était la différence entre nous.

Des perles de sueur coulaient sur mon visage et mon corps alors que j’étais à peine capable de suivre l’assaut de Kordri. Les secondes semblaient de plus en plus lentes pour former des minutes alors que ma notion du temps s’émoussait. Le désespoir était évident car je faisais de plus en plus d’erreurs au fur et à mesure que le combat se prolongeait. Je n’avais pas encore porté un seul coup sur lui depuis le début de l’entraînement. Pendant les mois que j’ai passé à combattre Kordri, toutes mes frappes n’avaient rencontré que de l’air.

« Bien ! Tu tiens le coup plus longtemps que d’habitude. Ne te laisse pas aller, Arthur. Reste patient et attends le bon moment si tu ne vois pas d’ouverture ! » a crié l’Asura en continuant simultanément à frapper et à esquiver facilement toutes mes faibles tentatives de coups.

J’ai fait une gaffe à ce moment-là. La séquence d’attaques de Kordri était placée stratégiquement de sorte que si je n’esquivais pas d’un cheveu, je ne serais pas en mesure d’éviter l’attaque suivante.

Bien que j’aie évité son coude tournant, mon mouvement était trop large. Je me suis retrouvé instantanément face à un balayage bas que je n’ai pas pu éviter parce que je m’étais trop penché en arrière pour esquiver son coup précédent.

J’ai choisi d’abandonner mon pied gauche en réponse, sachant que je ne serais pas capable d’esquiver complètement le balayage. Comme prévu, le coup croustillant a brisé ma cheville gauche, mais j’ai continué à esquiver.

Même ici, où je savais que ce n’était pas réel, je ne voulais pas mourir.

« Bâclé, mais bon suivi. Ne sois pas désespéré et reste calme. » a-t-il répété en exécutant son prochain coup.

Même avec ma cheville cassée, j’étais capable d’esquiver les attaques de Kordri jusqu’à ce qu’il fasse quelque chose qu’il n’avait jamais fait auparavant.

Je m’attendais à un coup de genou à l’estomac comme il l’avait toujours fait après un coup droit, mais au lieu de cela, il a déplacé son corps pour effectuer un coup de pied circulaire.

Je n’ai pas pu esquiver sa jambe gauche mais j’ai pu m’empêcher de mourir instantanément. Au lieu de me briser le cou, son coup de pied a touché ma mâchoire.

Le monde a basculé autour de moi et je me suis sentie sautiller comme une pierre plate à la surface d’un lac avant de m’arrêter douloureusement sur un lit d’herbes particulièrement hautes.

Je n’étais pas capable de parler car la moitié inférieure de mon visage était complètement mutilée et il m’a fallu accaparer la plupart de mes capacités mentales pour supprimer la douleur atroce, mais cela ne m’a pas empêché de faire un doigt d’honneur à mon mentor.

Répondant avec un sourire en coin, il m’a aidé à me relever. « Tu as réussi à ne pas te faire tuer. » a-t-il dit, apparemment impressionné. « Repose-toi jusqu’à ce que ton âme soit guérie. »

Au moment même où il disait cela, je pouvais déjà sentir mon corps, ou mon âme, se rétablir. Les fragments brisés de mes os se sont soudés, tandis que les fibres musculaires, les tendons et les ligaments se sont recollés. Alors que les personnes qui n’ont pas connu une telle sensation pourraient penser que le fait de guérir si rapidement serait réconfortant ou apaisant, c’était en fait tout aussi douloureux, sinon plus, que la blessure causée.

Je me répétais que vivre une telle agonie me serait utile plus tard, espérant que cela me permettrait de supporter cette torture à chaque entraînement, mais j’étais au bord de la rupture.

Cela faisait à peine plus d’une semaine, mais à cause de la distorsion du temps dans ce monde, pour moi, des mois s’étaient écoulés. Mes progrès en tant que mage ont toujours été inégalés, alors en m’entraînant ici comme ça, où ma plus grande réussite de ces derniers mois a été de rester en vie plus de cinq minutes contre quelqu’un qui se retenait volontairement, je ne pouvais m’empêcher de devenir frustré et impatient.

« Nous devrions faire une pause dans l’entraînement au combat pendant un moment. » La déclaration soudaine de Kordri m’a pris par surprise. Vu qu’il était spécialisé dans le combat au corps à corps, je ne savais pas trop ce qu’il allait m’apprendre d’autre.

« Qu’est-ce que vous voulez dire ? Je n’apprends pas assez vite ? »

« Non, ce n’est pas ça. En fait, ta capacité à saisir et à comprendre est effrayante. Couplée à ton entêtement, il n’est pas étonnant que ton potentiel de mage dépasse celui de n’importe qui d’autre. Cependant, à cause de ton entêtement, j’ai peur que tu ne te casses involontairement si nous continuons à ce rythme. » répondit mon entraîneur en s’asseyant.

« “Casses” ? Je pensais que le royaume à l’intérieur de l’Orbe d’Ether ne me permettrait pas de mourir ? Et d’ailleurs, avec la vitesse de régénération de mon âme, tant que vous ne me tuez pas instantanément, je devrais m’en sortir, non ? »

L’Asura à quatre yeux a levé son regard et m’a regardé sévèrement. « Je ne parle pas d’endommager ton corps, Arthur. Je parle de te blesser ici. » a-t-il dit en tapant sur sa tête.

« Donc me blesser psychologiquement ? » Peut-être était-ce la même obstination dont Kordri venait de parler ou une couche de fierté qui m’avait rendu ignorant de cette possibilité, mais je ne pouvais me résoudre à lui donner raison.

« Arthur. Tu fais constamment l’expérience de la mort en t’entraînant ici avec moi quotidiennement. Plus encore, la mort n’est plus le point final mais le précurseur d’un niveau de douleur que même les Asuras peuvent trouver décourageant. » Kordri s’est relevé du sol en s’expliquant. « Même si cela n’endommagera pas ton corps, ce genre de traumatisme commencera à entraver la production du type de combattant que j’essaie de te faire devenir. Quand on parle de ce niveau de douleur, si tu en as trop, ton corps va instinctivement essayer de se sauver, que tu le veuilles ou non. Juste assez de douleur, et ce sera ton épée et ton bouclier les plus fiables. »

J’ai réfléchi un instant aux paroles de mon mentor et j’ai compris où il voulait en venir. Cependant, je me considérais comme une exception, ayant vécu deux vies. C’est peut-être arrogant, mais j’avais l’impression de pouvoir le supporter. « Honnêtement, Kordri, je vais bien, nous n’avons pas… »

Je n’ai même pas eu le temps de prendre conscience de ce qui s’était passé. Un instant, nous étions en train de parler, l’instant d’après, un sentiment d’effroi écrasant s’est abattu sur moi comme un tsunami. La dernière chose que je savais, c’était que j’étais à plusieurs mètres de l’Asura avec ma Ballade de l’Aurore, mon épée, fermement tenue dans ma main. Mes yeux se concentrèrent à nouveau sur Kordri, pour voir l’Asura avec une fleur dans sa main.

Il n’a rien dit… il n’en avait pas besoin.

Au moment où je baissais ma garde, la silhouette de Kordri a vacillé et disparu, et sans même une trace de présence ou d’intention, une douleur fulgurante m’a fait baisser les yeux.

La main de mon mentor avait, une fois de plus, transpercé ma poitrine. Alors que j’essayais de m’éloigner de lui, je suis tombé.

L’Asura retira sa main et s’agenouilla pour être à ma hauteur. M’adressant un doux sourire, il poursuivit : « Même les dieux ne peuvent pas savoir quel genre de vie tu as vraiment mené, mais c’est à cause de tes expériences passées que cela a pu arriver. Tu te fies trop à ton instinct, Arthur, et bien que ce soit un outil utile, il ne faut pas s’y fier entièrement. De petits pas, Arthur. Tu as beaucoup à apprendre, mais aussi beaucoup à désapprendre. »

Alors qu’il m’ébouriffait les cheveux, j’ai repensé au temps que j’ai passé dans l’institution au cours de ma vie passée d’orphelin. Les fois où j’ai dû apprendre par moi-même à partir du peu d’informations et d’outils utiles que je pouvais rassembler. Je me suis rendu compte que, pour la première fois dans mes deux vies, j’avais enfin trouvé un véritable mentor. Un mentor suffisamment sage et puissant pour que je puisse, même avec mon passé unique et mon potentiel monstrueux, être un étudiant avide d’apprendre.

« Tu comprends, Arthur ? » Kordri a demandé en se levant et en tendant la main.

« Tu parles. » J’ai accepté sa main et me suis remis sur mes pieds. Mon corps tremblait encore, mais que ce soit à cause de la blessure mortelle dans ma poitrine, de l’excitation de mes perspectives d’avenir ou de la hâte d’être sous la direction de mentors compétents, j’avais le sentiment que c’était un mélange des trois…


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser