the beginning after the end Chapitre 109

Les plus proches des dieux

« Non ! J’ai dit le pied gauche à un angle de 40 degrés. Ton centre de gravité doit être aligné avec ton talon droit puisque c’est ton pied de pivot. Tu as compris, gamin ? » L’instructeur a fait claquer son fouet pour me mettre en bonne position pendant qu’il faisait le tour de la classe.

En serrant les dents, j’ai obéi en silence, ajustant mon pied gauche pour me conformer à la technique imparfaite de mon instructeur. Si je ne l’avais pas fait, cela n’aurait fait que retarder les restes de dîner que l’on nous donnait, car nous ne devions pas être nourris avant que tout le monde ait parfaitement exécuté les positions et les formes des leçons de la journée.

Dans ma vie passée, les journées dans cette « institution » se composaient de huit heures d’entraînement au combat, que je trouvais quelque peu imparfait, puis de méditation pour nourrir nos centres de ki pendant environ dix heures. Les six heures restantes étaient réparties entre les nécessités quotidiennes : manger, se laver et dormir. Les élèves dont les centres s’étaient suffisamment développés pour apprendre des techniques de ki étaient séparés du reste du groupe et placés dans des classes spécialisées en fonction de leurs aptitudes.

Ceux qui ne parvenaient pas à éveiller leur centre de ki devaient être « relocalisés » ce qui, je l’ai compris plus tard, signifiait en fait « éliminés ». Pour ma part, j’avais suivi à la lettre le régime d’entraînement de l’instructeur pendant les huit heures qui m’étaient imparties. Pendant le temps de méditation, je dormais deux heures, après avoir médité pendant les huit premières heures. J’utilisais le temps de sommeil qui nous était accordé pour désapprendre toutes les bêtises que les instructeurs avaient considérées comme des arts martiaux et m’entraîner à mes propres techniques.

Les seules informations utiles que les instructeurs nous avaient enseignées étaient les points vitaux d’un corps humain – les points faibles à cibler pour une mort certaine. Leurs techniques étaient une manière brutale et insensée d’essayer d’infliger des dommages à ces zones sans tenir compte de la réaction de l’adversaire. Ils enseignaient d’une manière telle que, tant que l’on suivait les étapes appropriées, l’utilisateur était capable d’atteindre sa cible et de lui infliger de la douleur. Comme je l’ai dit… insensé.

J’ai caché le fait que mon centre de ki était suffisamment cultivé pour apprendre les techniques de ki aussi longtemps que possible, car je savais qu’une fois que j’aurais accédé aux classes de niveau supérieur, cela me laisserait moins de temps pour m’entraîner seul. Mon seul coup de chance à l’époque, je dois l’admettre, a été de tomber sur un livre de techniques de ki permettant de cacher la présence de l’utilisateur. J’ai absorbé les mots de ce livre comme si c’était de l’eau fraîche dans un désert aride. Le manuel de technique était de bas niveau, mais j’avais pratiqué la technique à un tel degré qu’elle m’avait permis de me faufiler dans la bibliothèque privée où se trouvaient toutes les techniques de ki.

En y repensant maintenant, je n’étais probablement pas si grand dans ma vie précédente, car je ne dormais que huit à dix heures par semaine en raison du temps que je passais à lire et à pratiquer les techniques. Je savais qu’il aurait été inutile pour moi d’essayer d’apprendre toutes les techniques, alors j’avais réduit le nombre de techniques et étudié uniquement les arts du ki qui me seraient le plus utiles à long terme.

Je m’étais rendu compte que, même si la bibliothèque était sécurisée, elle n’était pas vraiment bien gardée, car même si un étudiant s’était introduit à l’intérieur, il n’aurait pas été capable de comprendre par lui-même comment apprendre ces techniques. Tout comme le manuel sur lequel j’étais tombé pour cacher la présence de l’utilisateur, les autres manuels de techniques de ki étaient remplis de termes et de jargon qu’aucun enfant ou adolescent orphelin n’aurait pu connaître de toute façon.

Je n’avais donc que les images grossièrement dessinées qui montraient les étapes nécessaires à l’apprentissage et à l’utilisation de l’art du ki.

Cela ne m’a pas frappé à l’époque, mais en y repensant maintenant, il aurait été facile de discerner que je n’étais rien de moins qu’un prodige. Rien qu’en étudiant les images de l’homme (j’appellerai cet homme Joe) qui démontrait les étapes de l’art du ki, j’étais capable de comprendre comment le ki était censé circuler dans mon corps pour exécuter correctement la technique.

Le premier art du ki que j’avais appris après m’être introduit dans la bibliothèque était une série de techniques de jeu de jambes améliorées par le ki, que j’avais pratiquée au point que l’on pouvait presque voir les os de la plante de mes pieds. La technique ressemblait à un enchaînement de claquettes sans flux de ki correct, mais une fois que j’avais réussi à introduire le flux de ki adéquat dans les membres appropriés au bon moment, j’étais capable d’esquiver, de me repositionner, de me faufiler derrière et de me téléporter dans un rayon limité.

Je me souviens encore avoir utilisé ce même art du ki, la technique que j’avais maîtrisée et affinée jusqu’à la pseudo-perfection, pour vaincre ce même instructeur qui m’avait fouetté tant de fois sans autre raison apparente que de satisfaire ses tendances sadiques.

Je me souviens encore très bien de l’expression de son visage lorsque j’ai pressé mon épée en bois contre son cou en sueur. Ses grands yeux étonnés tremblaient tandis que sa bouche restait ouverte, essayant d’assembler des mots pour trouver une excuse mesquine et commode qui lui permettrait de sauver la face.

Alors même que j’étais en route pour devenir roi, le jeu de jambes que j’avais maîtrisé et qui m’était propre m’a valu des surnoms comme Intouchable, Vitesse Divine, Mirage, etc.

Cependant, en arrivant dans ce monde, ces mouvements n’étaient plus guère utiles une fois que mon noyau de mana avait suffisamment évolué. J’étais à peine à portée pour utiliser les mouvements sur lesquels je comptais tant et il semblait tellement plus simple d’invoquer un mur pour bloquer tous les projectiles lancés vers moi. Le mana étant si abondant, je n’avais jamais eu besoin d’en réguler et d’en contrôler la production.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ Présent ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

C’est amusant de voir comment le cerveau humain se rappelle des moments du passé. Tous les souvenirs que la personne souhaitait oublier sont en quelque sorte ancrés encore plus profondément dans l’hippocampe.

Ce souvenir apparemment ancien de mon enfance précédente avait été soudainement évoqué alors que ma vie défilait devant mes yeux. Au même moment, un simple balayage bas du coup de pied de mon adversaire a brisé mes deux jambes simultanément. Alors que je m’effondrais sur le sol, je n’ai pas réussi à esquiver un autre coup sec qui m’a démis l’épaule droite. J’étais pratiquement sans défense, alors que mon regard passait de l’homme qui m’avait submergé à mon bras gauche coupé dans sa main.

Windsom m’avait dit que la douleur ressentie dans ce domaine était fortement diminuée. Si c’était vraiment le cas, à quel point ces blessures seraient-elles plus atroces si cela m’était réellement arrivé ?

Le responsable de mes blessures mortelles actuelles s’est approché de moi avec une expression mitigée, me faisant un signe de tête laconique en claquant des doigts. « Assez. » a-t-il annoncé alors que le monde devenait noir. Et, comme ça, j’étais à nouveau réveillé avec tous mes membres attachés et intacts.

Je me suis immédiatement mis à quatre pattes et j’ai vomi le reste de mon dernier repas en cherchant à respirer. Mon vomi s’est immédiatement dissipé dans le petit étang saphir dans lequel je méditais. Je ne savais pas si j’étais mouillé à cause du liquide magique qui m’entourait ou de la quantité abondante de sueur et de crasse que j’avais évacuée à cause du stress.

« Non, laissez-moi continuer. » ai-je réussi à étouffer entre deux halètements.

« Le garçon humain a une volonté admirable. Combien de temps s’est écoulé, Windsom ?  » demanda la même voix profonde et contrôlée venant de celui qui avait brisé la plupart des 206 os de mon corps.

« Environ cinq minutes se sont écoulées ici. » a dit Windsom de façon laconique.

« Donc, en gros, une heure s’est écoulée pour nous là-dedans. » L’homme maigre au crâne rasé remarqua d’une manière qui n’était ni déçue ni fière, juste factuelle. Je regardais la conversation des deux Asuras avec une curiosité lasse tout en essuyant le vomi sur mes lèvres.

« Encore. » ai-je demandé désespérément, en me redressant dans la posture méditative que Windsom m’avait enseignée, au milieu de cette piscine sacrée.

L’Asura au crâne rasé a fait un signe de tête approbateur et s’est assis, face à moi, exactement dans la même position, et a échangé un regard avec Windsom, lui faisant signe de commencer.

Une fois de plus, le liquide saphir rougeoyant s’éleva autour de nous et nous enveloppa, l’Asura et moi-même. Je fus bientôt englouti dans la sensation familière de brûlure qui m’avait submergé les dernières douzaines de fois où nous avions fait cela, et à nouveau, ma vision s’assombrit alors que j’attendais anxieusement que nous réapparaissions tous les deux dans l’enfer qu’était le centre d’entraînement mental où je venais d’être démembré.

Mes pensées ont lentement remonté quelques heures avant tout cela, alors que nous venions de quitter le château du clan Indrath.

~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~ ~

La contrariété serait une façon douce de décrire mon état d’esprit après que le Seigneur Indrath ait décidé que je n’étais pas apte à voir ou même à communiquer avec mon propre lien pendant la durée de notre séjour. Il m’a clairement fait comprendre que ma présence entraverait les progrès de la guérison et de l’entraînement de Sylvie.

C’était un sentiment étrange d’être séparé si complètement de Sylvie. D’habitude, même lorsque mon lien dormait, je sentais sa présence. Le fait que l’on m’enlève soudainement cette présence, tout comme la fois où j’étais dans le donjon de la crypte de la veuve, m’a fait me sentir vide, presque comme si on m’avait arraché un membre.

« Viens, il y a des gens que je veux que tu rencontres. » l’Asura a fait une pause puis a continué. « Eh bien, juste une personne en particulier, pour le moment. »

Même après avoir traversé le pont, Windsom a peu expliqué l’emplacement de notre terrain d’entraînement, gardant le silence pendant que nous descendions la montagne escarpée. Au fur et à mesure que nous descendions, l’atmosphère a radicalement changé. Les couleurs ont disparu et nous étions entourés d’une toile lugubre de pierres grises et de bois pourri. La mer de nuages qui semblait si loin était maintenant juste au-dessus de nous, et il semblait que la couche de brume était la frontière entre le ciel et ce qui ressemblait à un purgatoire.

Nous avons dû intentionnellement descendre le côté le plus escarpé de la montagne puisque nous descendions verticalement la plupart du temps. Windsom m’avait vaguement expliqué que l’utilisation des arts du mana pour s’aventurer en bas était interdite, quelque chose à voir avec la tradition et le fait d’être digne. À cause de cette tradition, le voyage qui nous aurait pris quelques minutes s’est allongé en heures.

« Nous sommes arrivés. » annonça Windsom d’un ton égal, sans aucun signe de fatigue dans cette zone de pression accrue et de faible densité d’air. Il fixait intensément une racine morte qui dépassait de la crevasse entre deux pierres.

« On va s’entraîner ici ? » J’ai marmonné entre deux respirations, fixant la racine insignifiante sur laquelle Windsom semblait si fixé.

« Accroche-toi à ma main. » a-t-il répondu, ignorant ma question alors qu’il tendait la main vers moi.

Dès que j’ai eu une prise sur sa main, l’Asura m’a tiré en avant, me faisant basculer vers la racine. Avant même que j’aie eu le temps de crier de surprise, la scène a changé et je me suis retrouvé dans une sorte de petite grotte.

Windsom est apparu derrière moi peu de temps après, et a pris la tête, se dirigeant vers la piscine lumineuse que je regardais indiscrètement.

« C’est bon de te revoir, Kordri. » a soudainement salué Windsom à personne en particulier.

« C’est un plaisir de te voir aussi, Ancien Windsom. Et tu dois être l’humain, Arthur Leywin, n’est-ce pas ? » À ce moment-là, une silhouette qui, je l’aurais juré, n’était pas là avant, est soudainement apparue juste devant nous.

Cet homme n’avait rien de particulier ou de remarquable. Il me faisait penser à un moine, quelqu’un qui avait choisi de se détacher des affaires du monde, sauf qu’il n’était pas vêtu d’une robe mais d’une tunique légère et moulante. Les seules caractéristiques uniques qu’il avait étaient ses quatre yeux noisette, mais même ce fait semblait être quelque peu ordinaire. Chacun de ses quatre yeux dégageait une sagesse calme qui différait du regard silencieusement terrifiant du Seigneur Indrath.

« Oui, ravi de vous rencontrer. » ai-je répondu après avoir rapidement retrouvé mon calme.

« Arthur, voici mon ami intime, Kordri. Il fait partie du clan Thyestes de la race des Asuras du Panthéon, tout comme Aldir, que tu as rencontré au château flottant de Dicathen. » a présenté Windsom. Plus tôt, il m’avait parlé des huit races d’Asuras et des Grands Clans affiliés. La race du Panthéon était la seule race d’Asura qui maîtrisait ce que j’ai appelé mana de type force.

Le Basilic, la race du clan Vritra, était la seule race capable de pratiquer un mana de type décomposition. Les six autres races d’Asuras, y compris la race des Dragons dont font partie le Seigneur Indrath, Sylvia et Windsom, possédaient un mana distinct de type création.

Alors que la race des Dragons était redoutée pour le mana de l’éther qui était si unique et mystérieux, il était toujours considéré comme de type création. Bien sûr, les termes des Asuras pour les mana de type création, neutre et décomposition différaient pour chaque race mais j’ai juste standardisé pour ma propre facilité.

Nous n’avions pas eu le temps de passer en revue les qualités particulières de chaque race, mais j’avais le sentiment que je les apprendrais plus tard.

« Le Seigneur Indrath t’a-t-il vraiment accordé l’orbe d’éther ? » La voix égale de Kordri m’a sorti de mon train de pensées en regardant anxieusement Windsom.

« Oui, il est juste là. » Windsom sortit alors un objet sphérique de la taille de sa paume, le révélant à Kordri.

« Le Seigneur Indrath investit vraiment beaucoup dans cet humain. » soupira-t-il en admirant l’orbe.

Windsom s’est retourné pour croiser mon regard, me lançant un regard « je te l’avais dit » avant de faire demi-tour.

« Arthur, viens t’asseoir ici avec nous. Je vais t’expliquer comment ta formation va commencer. » Kordri m’a fait signe de la main en s’asseyant.

« Windsom a estimé qu’il serait préférable que ton entraînement commence avec moi plutôt qu’avec lui, et ce pour plusieurs raisons. Premièrement, ton corps et ton noyau de mana sont loin d’être assez forts pour supporter le genre d’entraînement que même les jeunes Asuras doivent subir. Si les ressources n’étaient pas facilement disponibles et à notre disposition, il te faudrait au moins quelques décennies pour absorber physiquement tout ce que nous t’enseignons. » L’Asura nommé Kordri regarda l’orbe dans la main de Windsom avant de poursuivre. « Heureusement, nous avons l’orbe d’éther. »

« Qu’est-ce que c’est que cet orbe d’éther ? » Je savais qu’il s’attendait à ce que je demande cela.

« Arthur, tu ne le sais peut-être pas, mais la race des Dragons est considérée comme la race d’Asura la plus proche des dieux. Oui, des dieux réels. La raison en est que nous avons la capacité de manipuler l’éther. C’est une matière qui circule dans tout l’univers. Comme tu le sais depuis que tu as reçu la volonté de Dame Sylvia, l’éther contient le pouvoir de manipuler le temps et l’espace eux-mêmes, comme l’a montré ta récente expérience avec Seigneur Indrath. La plupart des possibilités de l’éther restent incompréhensibles, même pour le clan Indrath, mais un artefact est resté en notre possession depuis le début de l’histoire de notre clan : l’orbe d’éther. L’orbe d’éther est un trésor qui a permis à notre clan d’avoir un aperçu du pouvoir de l’éther. L’un d’eux étant la capacité de séparer le corps de l’âme. » Windsom regardait l’orbe avec une certaine révérence et le tenait tendrement.

« L’orbe a également le pouvoir de manipuler le temps. Avec ces deux capacités, l’efficacité de ton entraînement progressera à un rythme qui serait impossible autrement. En raison de la relation étroite entre le clan Thyestes et le clan Indrath, le Seigneur Indrath nous a donné l’usage temporaire de ce trésor. » a continué Kordri pour Windsom.

« Tu te souviens que je t’ai dit que le Seigneur Indrath a investi une quantité importante de ressources pour s’assurer que tu seras prêt pour les prochaines batailles ? Avec l’orbe, le Seigneur Indrath nous a permis d’utiliser ses terrains d’entraînement exclusifs. Le liquide riche en éther contenu dans ce bassin contribuera à accélérer ton entraînement et à guérir les blessures que tu subiras au cours de ce processus. Kordri est un professeur talentueux et très respecté dans le clan Thyestes. Il sera responsable de la partie initiale de ton entraînement. » Windsom a fait un signe de tête sévère à Kordri alors que les deux se remettaient debout.

« Alors, qu’est-ce qu’on va faire en premier, exactement ? » J’ai demandé, presque timidement.

Windsom a répondu, sa voix semblant presque sournoise. « Tu te battras contre Kordri dans l’état où tu es maintenant, et tu mourras… encore et encore. »


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser