the beginning after the end Chapitre 107

Le plus grand ennemi de la logique

POINT DE VUE DE REYNOLDS LEYWIN :

Je me détestais pour ce qui s’était passé. Une partie de moi souhaitait avoir dit à Arthur que tout allait bien… qu’il était toujours de la famille.

Mais une plus grande partie de moi, la partie que je détestais, aurait souhaité qu’il ne nous le dise jamais.

Je savais depuis le début de la vie d’Arthur qu’il était différent. Il avait toujours été beaucoup plus posé et mature pour son âge, et même quand il faisait son âge, cela semblait… répété. Depuis le début, ses actions ont toujours montré un certain sens de la prévoyance, il y avait toujours une raison pour laquelle il faisait quelque chose, un but ou un plan en quelque sorte.

Peut-être qu’à cause de ça, j’étais tellement préoccupé par la raison pour laquelle il nous a dit ça. N’aurait-il pas été mieux pour tout le monde, même pour lui-même, s’il avait gardé le secret ? Quelle était la raison ? Quel était son but ?

Pourquoi était-ce si difficile pour moi d’accepter ça ? Était-ce parce que cela allait à l’encontre de ma propre fierté ? Ma fierté égoïste d’avoir peut-être, juste peut-être, engendré et élevé un génie qui n’arrive qu’une fois par millénaire ?

Les signes étaient toujours là. Son comportement étrange depuis son plus jeune âge, ses prouesses inexplicables en tant qu’épéiste et ses talents de mage.

Encore une fois… Est-ce que j’ai inconsciemment choisi d’ignorer tous ces signes pour pouvoir entretenir mon ego mesquin ? Décider d’accepter le fait que ma propre chair et mon sang, mon… fils, puisse être si impressionnant ?

Je n’ai pas pu m’empêcher de rire de moi-même devant la difficulté de dire « fils » un terme d’affection si simple.

Il m’a fallu un certain temps pour traîner mes pieds jusqu’à la grotte. En regardant autour de moi, la seule personne que je pouvais voir était l’aînée Rinia, qui berçait quelque chose près du feu. J’ai jeté un coup d’œil à la tente où se trouvaient ma femme et ma fille, mais pour une raison quelconque, je n’ai pas pu me résoudre à y entrer. Au lieu de cela, je me suis assis à côté de notre bienfaitrice.

« Il est parti, tu sais. » Les yeux de l’elfe âgée restaient rivés sur le paquet de couvertures qu’elle berçait dans ses bras tandis qu’elle parlait.

« Je m’en doutais… » ai-je soupiré, me sentant comme un enfant qu’on gronde.

« J’avais peur du jour où il te le dirait. »

« V-vous saviez, Aînée Rinia ? » J’ai quitté le feu des yeux et me suis tourné vers l’elfe assis à côté de moi.

« Je vois beaucoup de choses, mais il n’y a que pour ce garçon que je dois faire grincer ma vieille tête pour essayer de reconstituer ce qui lui est réservé. » Elle a rencontré mon regard, ses yeux sombres de lassitude.

« Eh, ce n’est pas vraiment un garçon. » me suis-je moqué, me penchant en avant alors que je me perdais dans les flammes qui dansaient devant moi.

« Bah ! Pour moi, c’est toujours un enfant, tout comme vous l’êtes aussi. » répondit Rinia en gloussant. Se penchant prudemment sur son siège, elle continua. « J’ai toujours trouvé amusant… les idées préconçues que les gens ont sur l’âge et l’intelligence – que plus quelqu’un est âgé, plus il doit posséder de sagesse, et plus quelqu’un est intelligent, plus il doit être logique. Associez ces deux traits, et l’aîné intelligent devrait être une sorte de roublard froid et calculateur… tu n’es pas d’accord ? »

Remarquant mon expression perplexe, elle a affiché un doux sourire et a doucement posé le paquet qu’elle tenait et s’est rapprochée de moi.

« Tu me vois comme une roublarde froide et calculatrice ? » L’elfe âgée m’a fait un clin d’œil.

« Non, bien sûr que non. Mais… je ne vois pas ce que cela a à voir avec Arthur. » ai-je balbutié, pris au dépourvu.

« Ne souhaitais-tu pas qu’Arthur se taise ? Que tu te sentirais mieux en ignorant qui est vraiment ce garçon ? Je parie que tu te demandes aussi pourquoi le garçon vous l’a dit pour commencer, n’est-ce pas ? »

Avant que j’aie eu l’occasion de répondre, la vieille elfe m’a donné un léger coup de poing dans la poitrine… en plein dans le cœur.

« Le cœur reste le plus grand ennemi du cerveau. En fait, pour les hommes, l’ennemi le plus redoutable du cerveau est probablement… » Le regard de l’aînée Rinia est descendu sous ma taille. Quand j’ai compris à quoi elle faisait référence, mon instinct immédiat a été de croiser les jambes, mais je me suis vite retrouvé à rire avec la vieille elfe.

L’aînée Rinia s’est redressée et a continué. « Comme je le disais, l’émotion – le cœur – se heurte constamment à des choses comme la validité, l’efficacité, l’utilité… tout ce qui est logique. C’est ce qui fait que nous sommes blessés ou même tués, mais nous ne semblons pas pouvoir nous en empêcher. Cela nous rend plus petit en tant qu’individu, mais plus grand en tant que groupe. »

« Donc… Arthur était plus sous le coup de l’émotion que de la logique quand il nous a dit ça ? »

« Bah ! Comment pourrais-je savoir ce qu’il pense ? » Elle secoue la tête « Je sais ceci, cependant. Je connais ce garçon depuis qu’il n’est qu’un petit enfant dans ce monde et il a parcouru un long chemin depuis. Une grande partie de sa carapace froide a lentement fondu. Peut-être que son « coming out » était une étape importante qu’il devait franchir pour sortir de cette coquille dans laquelle il avait trouvé sécurité et confort. »

L’aînée Rinia s’est levée et s’est étirée péniblement avant de me tendre le paquet de draps qu’elle tenait dans ses bras. « Tiens-moi ça pour que je puisse préparer de la nourriture pour ta femme. Je suppose qu’elle n’aura pas beaucoup d’appétit, mais elle a quand même besoin de prendre soin de son corps. »

« Merci, Ainée. Qu’est-ce que c’est, au fait ? » Je me suis légèrement incliné avant de demander.

« Le maître d’Arthur m’a seulement dit que c’était un cadeau pour la famille Leywin. » Il y avait un sourire mystérieux sur son visage, provoquant une curiosité impuissante quant à ce que cela pouvait être.

Après avoir soigneusement enlevé la couche de couvertures, je n’ai pas pu m’empêcher de rester bouche bée.

C’était une bête de mana, un bébé bête de mana pour être plus précis. La petite créature ressemblant à un ours était brun foncé, à l’exception de deux taches sombres au-dessus de ses yeux qui donnaient l’impression que la bête était renfrognée et d’une touffe de fourrure blanche sur sa poitrine.

« Awww ! C’est si mignon ! Papa, qu’est-ce que c’est ? Je peux le garder ? » L’exclamation soudaine d’Ellie m’a fait sursauter, me faisant presque lâcher la bête de mana.

« Chérie, tu m’as fait peur ! Et, je ne suis pas sûr que » – juste à ce moment-là, la bête de mana s’est réveillée et a fixé les yeux de ma fille – « ce soit une bonne idée… »

Ma voix s’est éteinte lorsque les yeux de ma fille et de la bête se sont mis à briller d’un or pâle. Je suis resté assis, témoin de ce que je pouvais supposer être le processus de liaison. Je n’avais pas encore créé de lien avec une bête de mana, mais Arthur et maintenant, Ellie, l’avaient fait.

Je soupirai, reconnaissant amèrement qu’il serait préférable pour ma fille d’avoir un lien pour la protéger, alors que l’image de moi chevauchant une puissante bête de mana ours dans la bataille s’effritait lentement.

La lueur a disparu de leurs yeux tandis qu’un insigne en or s’est imprimé sur la clavicule droite de ma fille.

La bête mana ressemblant à un ours a tendu les bras, comme si elle voulait être prise par Ellie, et a laissé échapper un doux gémissement.

« Hehe ! Je vais t’appeler Boo ! » a gloussé ma fille en prenant la bête de mana.

« B-Boo ? » J’ai bafouillé, imaginant la bête de mana féroce qu’il deviendrait en grandissant se faire appeler quelque chose d’aussi mignon.

« Ouaip ! Parce que les taches noires lui donnent l’air d’être toujours en colère ! Alors, Boo ! » déclara-t-elle. « Allons aider grand-mère, Boo ! » Ma fille est partie en sautillant, pour s’arrêter et se retourner. « Oh, c’est vrai ! Papa, maman est réveillée. »

Je me suis immédiatement levé de mon siège et me suis dirigé vers la tente.

La tente de l’aînée Rinia était beaucoup plus grande à l’intérieur qu’elle n’y paraissait de l’extérieur. Entrant discrètement dans notre chambre séparée par un autre volet, j’ai souri en voyant ma femme assise.

« Comment te sens-tu ? » J’ai demandé gentiment, en prenant un siège à côté d’elle.

« Depuis combien de temps je dors ? » gémit-elle en se frottant les tempes.

« Seulement pour quelques heures. » J’ai passé mon bras autour d’elle et l’ai rapprochée pour qu’elle puisse poser sa tête sur mon épaule.

« O-Où est Arthur ? Est-il… parti ? »

« Ouais. » Je l’ai serrée fort alors qu’elle commençait à trembler.

« Je suis une personne horrible, Rey ? » a-t-elle reniflé.

« Non, tu ne l’es pas. Pourquoi tu demandes ça ? »

« J-J’ai traité Arthur de malade. Je ne l’ai pas pris au sérieux quand il nous a dit son secret… Je ne voulais pas le prendre au sérieux ! » Elle a levé les yeux vers moi, les coins de ses yeux remplis de larmes.

« C’est normal. Je ne ferais pas confiance à quelqu’un qui accepterait facilement ce qu’Arthur nous a dit. » ai-je consolé en passant doucement mes doigts dans ses cheveux.

« Alors suis-je une personne horrible pour douter qu’Arthur soit notre fils ? »

« … »

Je voulais lui dire non, mais comment le pourrais-je alors que je me qualifiais d’horrible pour avoir pensé exactement la même chose ? La douleur et le mal que je ressentais depuis que j’avais appris la vérité sur Arthur provenaient des désirs et des rêves égoïstes que j’avais placés sur l’enfant que j’appelais mon fils. Alice est celle qui a réellement donné naissance à Arthur. Elle a vécu le stress, l’inconfort et la douleur de la grossesse pendant neuf mois avant d’endurer l’agonie du travail. Elle l’a allaité, nourri, soigné quand il était malade et lui a enseigné le fonctionnement de ce monde. Maintenant, tout ce qu’elle savait sur l’enfant s’est avéré être un mensonge…

J’ai mordu ma lèvre tremblante, essayant de garder le silence.

J’avais besoin d’être le plus fort…

J’avais besoin d’être celui sur lequel ma femme pouvait compter…

« Je suis désolée. » a soudainement chuchoté ma femme. Sa tête était toujours appuyée contre mon épaule et je ne pouvais pas dire quelle expression elle avait.

« Tu n’as rien fait pour être désolée, chérie. Nous… nous avons juste besoin de temps pour faire le tri dans nos sentiments. Arthur le savait, c’est pourquoi il nous l’a dit avant de devoir partir. »

« Combien de temps sera-t-il absent ? » a-t-elle demandé. J’ai peut-être mal entendu, mais la voix de ma femme semblait quelque peu brusque quand elle a demandé.

« Il a dit quelques années… » ai-je répondu, m’attendant à ce qu’Alice soit surprise. Au lieu de cela, elle m’a fait un léger signe de tête en marmonnant « Je vois. »

« Alice, qu’est-ce qui ne va pas ? » J’ai tiré ma femme à bout de bras, pour essayer de mieux voir son visage. Ses yeux étaient ternes, presque sans vie, car elle refusait d’établir un contact visuel avec moi.

« Je me demande ce qu’aurait été notre fils si Arthur n’avait pas pris le relais ? » marmonna-t-elle en regardant le sol.

« A-Alice… s’il te plaît, ne dis pas ça. Ne demande pas quelque chose comme ça. » ai-je dit, ma voix sortant d’une sorte de gémissement.

« Aurait-il été courageux et extraverti comme toi ? Ou peut-être aurait-il été un peu plus prudent et timide comme moi… » continua-t-elle, des larmes roulant sur ses joues.

« C-Chérie, ne le fais pas. Ne fais pas ça… » Les larmes ont commencé à couler sur mon visage malgré tout ce que je pouvais faire pour stabiliser ma voix. « Arthur est… Arthur… »

« Arthur est quoi ? Notre fils ? » Ma femme a croisé mon regard et j’ai pu voir à quel point elle était désespérée… à quel point elle était perdue. « Si tu n’as pas remarqué, Rey, pas une seule fois nous n’avons fait référence à Arthur comme étant notre fils depuis que nous avons commencé à parler ! »

Je me souviens spécifiquement avoir ouvert la bouche, essayant de réfuter, mais aucun argument n’est sorti, aucun son, aucun mot… seulement le silence.

J’ai pris une profonde inspiration et essuyé les larmes sur le visage de ma femme avant de parler. « Tout comme pour toi, il m’est difficile d’appeler Arthur notre fils en toute confiance. J’espère que cela changera la prochaine fois que nous le verrons, mais Alice, cela ne change rien au fait que nous le considérons comme notre famille depuis plus de treize ans maintenant. Nous avons ri, nous nous sommes battus, nous avons célébré, nous avons versé des larmes ensemble. N’est-ce pas ce qui nous a rapprochés ? Pas le sang qui coule en nous, pas ce que nous avons été dans le passé, mais ce que nous avons traversé ensemble ? »

Embrassant fermement ma femme, j’ai continué à parler. « Tu te souviens quand Arthur a sacrifié sa vie pour toi dans les montagnes sur notre chemin vers Xyrus ? Il l’a fait en s’attendant à mourir ce jour-là. Tu sais très bien qu’il n’aurait pas fait une chose pareille s’il ne te considérait pas comme importante. Alors ne t’attarde pas sur les « et si » et essaie d’accepter ce qui se passe autour de nous. »

Je sentais ma femme trembler dans mes bras alors qu’elle s’effondrait et pleurait. Je me rappelais maintenant où j’avais vu ce regard terne et sans vie qu’Alice avait dans les yeux. C’était le même regard qu’elle avait après avoir cru qu’Arthur était mort. C’était elle qui essayait d’échapper à la réalité.

Nous sommes restés assis là un moment dans les bras l’un de l’autre jusqu’à ce que nos larmes se tarissent et que nos sanglots soient réduits à de doux gémissements.

« Alice, tu n’es pas une personne horrible. Crois-moi, j’ai pensé à pire que toi. Mais il va nous falloir du temps pour nous faire à cette idée… » Ma voix s’est tue alors que je tenais le visage de ma femme et que je la regardais profondément, étudiant chaque détail de la femme que j’aimais.

« Arrête de me fixer. Je dois avoir l’air dégoûtante en ce moment… » a-t-elle marmonné, la voix rauque à force de pleurer.

« Tu es magnifique. » ai-je déclaré en fixant ses yeux rouges gonflés et son nez qui coulait.

Ma femme a doucement fermé les yeux et s’est penchée en avant. J’ai pressé mes lèvres doucement contre les siennes quand la voix d’Ellie a retenti juste à l’extérieur de la tente.

« Maman ! Tu te sens mieux maintenant ? Laisse-moi te montrer Boo ! »

« Maintenant, viens jouer avec mamie. Tes parents se… reposent ! Oui, ils se reposent ! » La voix de l’aînée Rinia a également résonné à l’extérieur de la tente.

« Aww, ok. Viens, Boo. Allons jouer avec Grand-mère ! »

Alice et moi avons fermé les yeux pendant ce qui nous a semblé être un long moment et elle a finalement souri.

« C’est quoi ce « Boo » dont parle Ellie ? » a demandé ma femme en haussant les sourcils.

« Je te le dirai plus tard. » En lui envoyant ce que je supposais être un clin d’œil avec mes yeux gonflés, j’ai essuyé une autre larme égarée sur son visage et j’ai repris là où nous nous étions arrêtés.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser