the beginning after the end Chapitre 103

Pièces d’échecs

POINT DE VUE DE DAWSID GREYSUNDER :

« Hehe… hehehe. » Je me pinçai les lèvres, essayant de contenir le rire qui montait en moi.

« Santé, mon amour, à la folie qui va bientôt s’achever. » J’ai levé mon gobelet en me penchant en avant.

« Santé. » Ma femme a souri en retour, touchant mon verre avec le sien pour faire un tintement creux.

Adossé au fauteuil en cuir bien trop grand pour moi, je savourais le goût sec des fruits fermentés qui me coûtaient à peu près autant qu’une petite maison. Admirant les bagues extravagantes à chacun de mes doigts, étincelantes à la lumière des bougies, je ne pouvais m’empêcher d’avoir un large sourire sur le visage.

« Réfléchis, Glaundera. Après cela, notre peuple ne sera plus coincé dans des trous au fond de ce continent. Avec Son nouveau règne, nous, ainsi que notre peuple, serons là pour servir directement sous Ses ordres. Les nains n’auront plus besoin d’être des outils qui travaillent dur, forgeant des armes pour les humains. Nous serons la race élue qui mènera ce continent sous-développé vers une nouvelle ère à Ses côtés. » ai-je soupiré.

« Etait-Il vraiment si puissant, mon cher ? Tu es le seul à avoir eu une directe avec cet ‘être’. Comment était-Il ? » Ma femme a appuyé sa tête sur son bras, se mettant à l’aise.

« Ce n’était pas du tout comme je l’avais imaginé. J’ai eu ma part de temps à combattre des bêtes de mana quand j’étais plus jeune. Contrairement aux vieux nains qui s’en tiennent à leurs traditions, je ne portais aucune fierté dans les armes que je construisais. Quelle satisfaction y avait-il à regarder quelqu’un d’autre balancer sans réfléchir l’arme que vous aviez mis votre sang et votre sueur à fabriquer ? Non, la seule arme que j’ai jamais fini, je l’ai faite pour moi. En utilisant ma hache de guerre, Full Cleave, j’ai tué des centaines de bêtes de mana de toutes classes. Il y en avait qui pouvaient me faire frissonner d’un simple regard, tandis que d’autres pouvaient pétrifier même le plus fort des mages d’un simple regard » -J’ai pris une autre gorgée de mon verre- « Pourtant, quand il s’est fait connaître à moi, je ne pouvais pas respirer. J’avais l’impression que ma tête était frappée par des marteaux, tandis que mon corps entier me piquait comme si chaque pore était poignardé par de minuscules aiguilles. J’ai traîné aux portes de la mort d’innombrables fois, mais rien ne m’avait jamais fait aussi peur. »

En baissant les yeux sur mes mains, j’ai vu qu’elles tremblaient. « Je te l’ai déjà dit, mais j’avais vraiment l’impression d’être face à un dieu. J’avais l’impression qu’il n’avait pas besoin de moi pour atteindre ses objectifs, et pourtant il me donnait cette chance. Il nous a choisis, mon amour. Il nous a choisis. » ai-je chuchoté.

« Je te crois, mon cher. Et quand il aura pris le contrôle de ce continent, que nous a-t-il encore promis ? » Ma femme s’est mise à côté de moi, se blottissant contre mon bras tandis que ses grandes mains s’enroulaient autour de ma taille.

« Il nous a promis tout ce que nous pouvions espérer : de vastes richesses, des capacités magiques qui dépassent l’entendement, davantage de personnes pour nous servir, et surtout, une éternité pour en profiter. Glaundera, je peux enfin, une fois de plus, balancer Full Cleave. Mon corps infirme ne me gênera plus. » dis-je, ma voix devenant de plus en plus forte au fur et à mesure que je m’excitais.

« C’est génial, mon cher. Vraiment, le fait d’être au Conseil t’empêche d’exprimer tout ton potentiel. » a dit ma femme en m’amadouant et en frottant mon ventre.

Je me suis penché plus en arrière, appréciant son contact. « Hah ! Nous, les trois rois, avons une blague que nous nous racontons les uns aux autres. Nous plaisantons sur le fait que les trois rois de cette génération manquent tous de talent et de potentiel en tant que mages, nous appelons cela le « complexe du roi de Dicathen ». Qu’ils aillent se faire voir ! Contrairement aux deux autres, j’étais autrefois un grand mage. En tant que mage de noyau orange au moment où j’étais dans la fleur de l’âge, j’aurais atteint de plus grands sommets s’il n’y avait pas eu ce maudit incident qui m’a laissé dans cet état pitoyable. »

Ce que je n’ai jamais dit à ma femme, c’est que l’« incident » s’était produit parce que je m’amusais avec une paysanne.

Je me suis inconsciemment léché les lèvres en me rappelant cette nuit. Ça aurait été beaucoup plus agréable si elle n’avait pas crié si fort.

Je ne sais pas comment son mari l’a découvert, mais il a été assez rusé pour m’avoir seul, utilisant même sa propre femme comme appât. Bien sûr, j’ai fini par les tuer tous les deux pour cacher mon petit secret, mais pas avant qu’il n’ait réussi à me faire une blessure qui handicaperait à jamais mon noyau de mana. « Maudits soient-ils ! Ils auraient dû accepter tranquillement leur sort, en fait, ils auraient dû le voir comme un honneur ! » J’ai maudit. Pour m’avoir mis dans un état aussi pathétique, même les torturer et les tuer n’était pas suffisant.

« Chéri, chut ! Les nains te respectent tous et tu le sais. » m’a gentiment grondé ma femme, me tirant de mes souvenirs amers.

« Respect ? Bah, n’importe quoi. Ils m’obéissent tous à contrecœur à cause des deux Lances que j’ai en ma possession. Je le sens. Leurs yeux quand ils me regardent, je sais qu’ils pensent : “Pourquoi un nain aussi faible nous dirige-t-il ?” “ Il est juste né chanceux. Il ne mérite pas la couronne et les Lances.” »

« Alors nous pouvons tuer tous ceux qui t’ont un jour méprisé, c’est aussi simple que ça. Et tu le feras avec tes deux poings. » Ma femme a remonté sa main, caressant ma barbe de ses doigts épais en levant les yeux vers moi, son sourire apaisant accentuant sa puissante mâchoire carrée. « Tu as oublié une chose, cependant. »

« Bien sûr. Il nous a aussi promis la fertilité. Nous allons enfin pouvoir avoir des fils et des filles à nous pour perpétuer le sang des Greysunders. En fait, pourquoi ne pas voir s’il nous a déjà béni avec ça ? » J’ai posé mon verre de vin et me suis déplacé pour faire face à ma femme. Alors que je regardais profondément dans ses yeux bruns, j’ai creusé sous ses vêtements pour sentir sa peau chaude et rugueuse. Je la sentais frémir à mon contact, alors que je continuais à frotter doucement son dos, de plus en plus bas.

Alors qu’elle fermait les yeux de plaisir, j’ai utilisé mon autre main pour détacher sa fine robe. Quand j’ai glissé ma main sous son haut, elle a haleté de surprise à cause du froid de mes doigts sur sa poitrine ferme et exposée.

J’ai fait glisser sa robe pour révéler ses épaules définies, en souriant à la vue hypnotique. Je n’ai jamais compris les goûts des hommes humains et elfes, qui veulent tous des femmes minces. Une vraie femme doit avoir des muscles comme ceux-là.

Ma femme s’est rapprochée avec impatience tandis que je prenais mon temps pour la déshabiller, l’amadouant tandis que j’écartais ses jambes…

Bang !

La porte de notre chambre s’est ouverte en claquant, pour laisser apparaître mon garde, qui était posté à l’extérieur, nous regardant avec des yeux écarquillés.

« Qu’est-ce que ça veut dire ? ! » J’ai rugi. « Comment osez-vous faire irruption sans… »

Comme une planche de bois, le garde s’est penché en avant et s’est laissé tomber au sol sans un mot. En réalisant qu’il y avait un trou dans son dos à l’endroit où son cœur aurait dû se trouver, je me suis immédiatement relevé de notre position intime.

Il était mort.

« Mes salutations, Greysunders. » Une voix froide et rauque a rempli mes oreilles. En reculant d’un pas, j’ai pu voir ma femme se rhabiller rapidement, tâtonnant en se levant du canapé.

« Comment osez-vous faire irruption dans cette pièce ? Savez-vous qui je suis ? ! » J’ai crié, la peur remplissant le plus profond de mon âme alors que je fixais la silhouette. Je ne pouvais pas distinguer ses traits dans l’ombre où il se tenait.

« Cela n’a pas d’importance. Vous deux êtes les seuls parasites dont je dois m’occuper. » dit-il d’un ton égal.

Au moment où une lumière a jailli vers nous, un mur de lave en fusion est apparu juste à temps pour arrêter l’attaque de l’intrus. Cependant, je pouvais goûter le sang qui coulait du bout de mon nez dans ma bouche à cause de l’aiguille incandescente qui avait à peine été arrêtée à temps par la magie de ma Lance.

« Ol-Olfred ! Comment as-tu pu laisser quelqu’un faire irruption dans ma chambre ? » Trébuchant en arrière, ma ferme réprimande à ma Lance a fini par ressembler beaucoup plus à un gémissement effrayé.

« Mes excuses, Vos Majestés. Je ne sais pas comment il a réussi à entrer mais j’ai également prévenu Mica. L’intrus ne partira pas. » a déclaré ma Lance. Alors qu’il nous saluait sèchement, ma femme et moi, ses yeux ne quittaient pas la silhouette de l’ombre.

Mica était la deuxième Lance sous mon commandement. Bien qu’elle ne soit pas aussi obéissante qu’Olfred, ses compétences en tant que mage étaient suffisantes pour me permettre d’être indulgent avec elle.

« Bien, bien. Occupez-vous de cet intrus maintenant ! Je le veux vivant si possible ! » J’ai pointé mon doigt vers la silhouette, en espérant que ma femme n’était pas capable de voir qu’elle tremblait férocement.

« Je ne cherche que les têtes des Greysunders. Un bain de sang inutile n’est pas mon désir. » a dit la voix froidement.

J’ai reculé contre le mur involontairement quand il a parlé. Pour une raison quelconque, il m’a laissé un sentiment de terreur. Non, maintenant qu’Olfred est là et que Mica est en route, je ne devrais pas avoir à m’inquiéter.

« Malheureusement, ce que je cherche, c’est ta tête. » siffla Olfred, ses membres s’enflammant alors qu’il manifestait du mana en eux.

Les flammes brillantes émises par ma Lance alors qu’il s’élançait vers l’intrus ont révélé les traits de ce dernier, et le fait de savoir exactement à qui j’étais confronté n’a pas calmé la peur qui m’habitait. Au contraire, cela m’a rendu encore plus horrifié.

Il était âgé, avec de longs cheveux blancs attachés en queue de cheval, qui coulaient comme un filet de perle liquide. Pourtant, malgré son âge, il se tenait droit, les mains élégamment placées derrière son dos droit. Ses deux yeux étaient fermés, ce qui mettait encore plus en évidence un troisième œil, qui ne clignait pas, situé sur son front et qui brillait d’un violet éclatant.

[Chevaliers de Magma]

Alors que ma Lance lançait son sort dans un murmure, cinq soldats faits de magma furent instantanément invoqués derrière l’intrus. Cependant, alors qu’ils atteignaient le vieil homme, ils se sont écroulés en morceaux avec seulement un léger flou du bras de l’intrus.

Olfred continuait d’invoquer des chevaliers de magma mais à chaque fois qu’ils surgissaient, ils étaient tout aussi rapidement découpés en petits morceaux par un mouvement trop rapide pour mes yeux.

« Octroie-moi. » a scandé Olfred en serrant les dents.

[Armure de l’Enfer]

Le corps de ma Lance a complètement éclaté en flammes cramoisies sombres alors qu’il s’approchait de l’intrus. Lorsque les flammes se sont calmées, j’ai pu voir l’armure complexe faite de magma qui recouvrait Olfred. Des runes rouges brillantes couvraient l’armure et une cape de feu flottait dans son dos.

« Haha ! Voilà ce qui arrive quand on est si arrogant ! Meurs ! » Je me suis réjoui de façon maniaque. Un sourire fou se forma sur mon visage tandis que je regardais ma Lance, sur le point de détruire l’intrus qui m’avait laissé dans un état aussi pathétique.

Le premier coup d’Olfred atterrit carrément sur le visage de l’intrus, décimant même complètement le mur derrière lui avec l’onde de choc. Mon poing s’est serré d’excitation alors que j’attendais de voir la bouillie sanglante qu’aurait dû devenir son visage.

Cependant, alors que le nuage de poussière se dissipait, j’ai senti ma bouche s’ouvrir sous le choc. Le visage de l’intrus était intact et sans tache, mais le bras blindé d’Olfred était cassé en deux, son poing réduit en bouillie sanglante. Je pouvais voir des éclats blancs sortir de ses articulations là où ses os s’étaient brisés.

« J’admire tes compétences pour un être inférieur. Tes pouvoirs pourraient s’avérer utiles pour l’avenir de ce continent, mais pour l’instant, tu n’es qu’irritant. » En parlant, l’intrus a manifesté une fine lame lumineuse du bout de son doigt.

Son mouvement suivant était si rapide qu’il semblait s’être téléporté, mais il se déplaçait simplement à une vitesse si monstrueuse que mes yeux ne pouvaient pas comprendre.

L’intrus a cligné des yeux quelques mètres jusqu’à l’endroit où Olfred se tenait sur ses gardes, et la pointe de son sabre incandescent a doucement touché le centre de la poitrine blindée de ma Lance.

« Destruction. »

L’Armure des Enfers, classée parmi les sorts défensifs à fort attribut de feu, a volé en éclats. Du sang a jailli de la bouche d’Olfred, qui a été projeté à travers la pièce et contre le mur contre lequel j’étais adossé.

Je ne pouvais que fixer la scène d’un regard vide. Un frisson m’a parcouru le dos lorsque j’ai senti que l’intrus me regardait sans sourciller.

Ma gorge était trop sèche pour avaler, encore moins pour prononcer un mot. Alors que je regardais la silhouette tremblante de ma femme, un bruit fracassant m’a fait retourner la tête en arrière.

« Bonjour Roi et Reine. Mica est désolée d’être en retard ! » une voix familière a gazouillé depuis le nuage de poussière.

« M-Mica ! Ton Roi a failli être tué ! Dépêche-toi de te débarrasser de cet homme ! » J’ai craché le morceau en m’accrochant à ma femme.

Mica était une anomalie parmi les nains. Elle n’avait aucun des traits habituels qui rendent une femme naine attirante. Elle était petite mais mince, avec une peau crème pâle au lieu de la peau bronze habituelle qui était si admirée.

Ses traits la faisaient ressembler à une faible enfant humaine, ses oreilles légèrement pointues étant la seule indication qu’elle était en réalité une naine. Malgré sa maigre apparence, ses capacités de manipulation de la gravité étaient monstrueuses. Maniant une masse géante de plus du triple de sa taille, elle était capable de contrôler librement le poids de tout ce qui se trouvait dans un certain rayon.

Lorsque le nuage de poussière s’est dissipé, j’ai pu voir que l’intrus avait complètement esquivé l’attaque surprise de Mica.

« Une autre nuisance. » La voix de l’intrus semblait un peu plus décontenancée cette fois, mais ça pouvait être juste moi.

Avant qu’il puisse se diriger vers moi, le sol s’est effondré autour de lui et de ma Lance.

« Bienvenue dans le monde de Mica. Ne meurs pas ! » ma Lance gloussait en balançant facilement sa hache géante.

« Excellente manipulation de la gravité. » acquiesça l’intrus en s’approchant de ma Lance. Je peux dire que Mica a été prise au dépourvu lorsque son adversaire s’est dirigé si facilement vers elle, chacun de ses pas créant une empreinte profonde alors que les carreaux du sol craquaient sous l’effet de la gravité accrue.

Même avec ma vie en danger, un sentiment lancinant de jalousie a germé. C’est ce que je désirais – le pouvoir de me battre comme ça, d’être au sommet de la force et des capacités magiques.

« Comment peux-tu bouger si facilement ? Ton corps pèse plus de quatre tonnes ! » Mica siffla en reculant lentement, maintenant une distance prudente avec lui.

« C’est ta limite ? » a demandé l’homme.

« Hein ? » a répondu ma Lance, ne s’attendant pas à une question en réponse.

« Il semble que oui. »

« Quelle limite ? Mica n’a aucune limite ! » hurla ma Lance en sautant pour sa dernière attaque. Imprégnant plus de mana dans son arme, je pouvais voir de légères ondulations dans l’espace autour d’elle en raison de la distorsion de la gravité. « Mange ça ! »

Sa masse s’est abattue avec une force qui, je le soupçonne, pourrait faire s’effondrer le château tout entier, mais l’intrus a simplement levé un seul doigt en réponse, arrêtant sans effort la frappe autrement monstrueuse.

Une vague de désespoir m’a envahi. Malgré l’ampleur de la puissance de ma Lance, je savais qu’elle ne pouvait pas gagner.

Je me suis relevé sur mes pieds. Je ne pouvais pas mourir ici. Je devais m’échapper.

Du coin de l’œil, j’ai vu un flash de lumière alors que l’intrus formait une lame lumineuse qui a transpercé Mica. D’après ce que j’ai pu voir, il n’y avait pas de blessure à l’endroit où elle avait été entaillée, mais ça a dû lui faire quelque chose puisqu’elle est tombée sur le sol avec le blanc des yeux visible, sa masse s’écrasant lourdement sur le sol.

Ce morveux inutile n’a même pas pu me laisser le temps de m’échapper.

L’intrus s’est tourné vers ma femme et moi avec sa fine lame lumineuse…

Glaundera s’est écriée en pointant un doigt menaçant sur la silhouette : « Vous ne savez pas à qui vous avez affaire. Mon mari sera bientôt le nouveau bras droit d’Agora du Vritra, une divinité toute-puissante… »

« Tais-toi ! » J’ai sifflé, frappant son visage avant qu’elle ne puisse finir.

« Asura. Il n’y a pas de divinités dans ce monde, seulement des Asuras. » a corrigé l’homme en s’approchant lentement de nous.

« S’il vous plaît, ayez pitié et épargnez-moi, ô Grand Maître. » Je pouvais sentir une chaleur croissante entre mes jambes alors que je me mettais à genoux et suppliais.

« Veux-tu vivre ? » a-t-il demandé alors que son œil unique me regardait.

« O-oui ! S’il vous plaît ! Je ferai n’importe quoi ! » J’ai supplié en essayant de me faire une idée de la situation. Qui, sur ce continent, pouvait se débarrasser d’un mage du noyau blanc aussi facilement ?

« Je vois qu’Agora n’a pas su choisir ses pions avec la prudence qui s’impose. » poursuivit-il, la voix emplie de mépris.

« S’il vous plaît, je ne l’ai jamais rencontré. Il m’a seulement appelé, menaçant de tuer ma femme et mon peuple si je n’obéissais pas. Je vous en prie. Tout cela était contre ma volonté. » ai-je plaidé, me prosternant sur mes mains et mes genoux alors que mon front touchait la flaque chaude de ma propre urine.

« Très bien. Libérez du serment les deux Lances que vous avez en votre possession. » ordonna-t-il, la voix égale et froide.

« L-libérer ? » J’ai bégayé.

« Oui. C’est un problème ? » Son œil unique s’est rétréci.

« Non, bien sûr que non. » J’ai retiré l’artefact que j’avais toujours gardé autour de mon cou et y ai imprégné ma signature mana. Lorsque j’ai prononcé le serment, du sang a coulé aux coins de ma bouche.

Mon père m’avait dit de ne jamais défaire le serment, qu’il ne pouvait et ne devait jamais être défait. Cependant, ma vie était en jeu ici.

Alors qu’Olfred et Mica s’illuminaient d’un léger rouge, indiquant que le lien de l’artefact avait été libéré, je me retournai vers l’intrus.

« T-Très bien ! Je l’ai fait. »

« Bien. Ils ont eu la malchance d’avoir un si mauvais maître, mais ils seront des pièces utiles dans la guerre à venir. » répondit-il en hochant la tête en regardant les deux Lances.

« Maintenant, s’il vous plaît. Laissez-moi partir. » Je détestais que ma voix soit si faible et désespérée.

« Je suis désolé, est-ce que j’ai dit que je te laisserais partir ? » Quand j’ai levé les yeux, il y a eu un changement dans son expression. Pour la première fois, un petit sourire en coin s’est formé sur son visage.

J’ai essayé de répondre mais rien n’est sorti.

Pas de mots… pas de sons… pas de souffle…

En baissant les yeux, je pouvais voir le trou béant de ma gorge et tout ce que je pouvais faire, c’était de le fixer, la mâchoire relâchée. Alors que ma vision s’estompait, j’ai détourné mon regard de l’intrus et j’ai regardé ma femme. Elle me regardait fixement alors qu’elle essayait désespérément de m’attraper, un trou dans sa poitrine et du sang imbibant sa fine robe.

Tout s’est assombri. Je pouvais sentir une main froide saisir mon âme, m’arrachant à mon corps.

« Que la partie d’échecs commence. » Les derniers mots de l’intrus résonnaient au loin tandis que ma conscience dérivait vers n’importe quel niveau de l’enfer où la main avait décidé de me conduire.


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser