the beginning after the end Chapitre 102

Visiteurs

POINT DE VUE D’ARTHUR LEYWIN :

La silhouette d’un énorme château enveloppé d’obscurité continuait de grandir, mais je n’avais aucune idée si je m’approchais du château ou si le château se dirigeait vers moi. Au fur et à mesure que la silhouette se rapprochait, j’ai pu distinguer les détails du château : le drapeau flottant au sommet de la plus haute tour, la splendide fontaine aux formes complexes, les hautes portes aux pointes acérées et au fil barbelé.

Peu à peu, les ombres qui couvraient le château se sont dissipées, exposant davantage l’extérieur du château. Je pouvais voir l’image d’un phénix flamboyant sur le drapeau de la maison et des corbeaux se rassemblant au sommet de la porte. Cependant, plus je m’approchais, plus un sentiment horrible commençait à s’insinuer dans mon dos. Je suis arrivé en dessous des portes imposantes et j’ai croisé le regard d’un corbeau particulièrement grotesque. Il m’a regardé pendant quelques secondes, puis a laissé échapper un croassement et a repris son festin.

Qu’est-ce qu’il mangeait ?

Je ne pouvais pas voir depuis le bas de la porte, mais pour une raison quelconque, j’ai ressenti le besoin de savoir ce que les corbeaux mangeaient.

Cette envie incessante de découvrir…

J’ai commencé à grimper sur le portail, ignorant les pointes du fil barbelé qui s’enfonçaient dans mes mains. Plus je grimpais, plus les corbeaux se rassemblaient au sommet du portail, se joignant aux festivités. À un moment donné, j’étais tellement enveloppé de plumes de corbeaux que je ne voyais plus que du noir. J’ai hurlé pour qu’ils disparaissent, mais aucun son n’en est sorti. Malgré le cri inaudible, le troupeau s’est dispersé, révélant ce qu’il avait si ardemment consommé.

C’était les têtes décapitées de Tess et de ma famille empalées sur des piques noires. Il y avait des morceaux de chair manquants sur leurs visages. Sans paupières, leurs yeux laiteux semblaient regarder au loin tandis que leurs bouches sans lèvres étaient ouvertes.

Alors que je les atteignais pour les retirer des pointes qui leur embrochaient la tête, tous leurs regards se sont soudainement focalisés sur moi et ils m’ont crié dessus, révélant les insectes qui s’étaient enfouis dans leurs bouches.

« TOUT EST DE TA FAUTE ! » Le volume soudain de leurs voix m’a fait perdre ma prise sur le portail et j’ai été envoyé en chute libre alors que leurs yeux sans vie continuaient à me fixer.

***

Je me suis levé d’un bond du sol de pierre sur lequel j’étais allongé. La sueur froide avait déjà trempé mes vêtements alors que j’étais assis là, à bout de souffle.

Ce n’était qu’un rêve…

J’ai regardé mes mains pour constater qu’elles tremblaient. Alors que j’essayais de contrôler ma respiration, une voix inconnue m’a fait sursauter.

Je me suis retourné vers le bruit, pour fixer une silhouette sombre dans le coin de ma cellule.

Quand elle s’est avancée vers moi, j’ai pu voir qui elle était.

« Salut, toi. » a dit doucement la femme, sauf que sa bouche ne bougeait pas. Sa voix avait un timbre apaisant qui me chatouillait l’oreille.

Je me suis rendu compte que la femme qui venait de parler était la lance restante d’Alduin. Je l’avais aperçue plus tôt dans la journée, sauf que, comme avant, elle était couverte d’un manteau qui cachait son apparence.

Ce qui m’a le plus surpris, c’est que malgré sa proximité avec moi, je n’étais pas capable de sentir sa présence. Cela m’a rappelé le moment où Virion a libéré la deuxième étape de sa forme bestiale, mais pour elle, cela semblait aussi naturel que de respirer.

« Ne parle pas. Je t’apporte un message du roi Eralith. » murmura-t-elle de sous sa cape, se penchant près de moi en me tendant une feuille de papier.

Je l’ai lu dès que j’ai eu la lettre en main.

Cher Arthur,

Bien que des explications et des excuses pour les récents événements concernant le désastre de l’Académie Xyrus soient de mises, je crains que l’ampleur de cet incident soit beaucoup plus profonde et sinistre que ce qu’il semble être en surface.

Tu n’as pas beaucoup de temps. Dans quelques heures, le Conseil considérera que toi et Cynthia Goodsky êtes les auteurs de l’acte de terrorisme qui s’est abattu sur Xyrus. La directrice Goodsky sera condamnée à l’exécution publique, mais toi et ton lien ne serez qu’emprisonnés. Je suis désolé de ne pas avoir pu t’aider beaucoup dans cette affaire, ma voix ne peut tout simplement pas gagner contre le front unifié des nains et des humains.

Ce que je vais te dire maintenant n’était pas destiné à mes oreilles. Je n’ai pas encore trouvé toutes les pièces manquantes, mais ce que j’ai entendu entre le Roi Glayder et Dawsid, c’est qu’ils prévoient de te livrer à quelqu’un. Je ne sais pas qui, mais cela semble être la seule raison pour laquelle ils te gardent en vie et intact. J’ai déjà envoyé mon père, ainsi que quelques escortes, pour emmener ta famille dans un endroit caché où ils seront à l’abri de ceux qui souhaitent leur faire du mal ou les utiliser contre toi. Considère cela comme une petite compensation pour tout ce que tu as fait pour Tessia. J’espère que cela, au moins, te donne une certaine tranquillité d’esprit. Même si ma Lance peut te libérer de ta cellule, dès que tu sortiras, toutes les autres Lances seront prévenues. Mes excuses, car c’est tout ce que je peux faire pour toi pour le moment. Reste fort et sois déterminé.

Alduin Eralith

Dès que j’ai plié la lettre, elle s’est réduite en cendres entre mes doigts. En levant les yeux, la femme Lance nommée Aya, que je m’attendais à voir, n’était plus là, disparaissant aussi silencieusement qu’elle était apparue.

Je devais admettre qu’un lourd fardeau avait été enlevé de ma poitrine. La sécurité de ma famille m’avait toujours préoccupé. D’après les informations transmises par Windsom, le comportement du Conseil depuis notre première réunion m’a fait douter de la possibilité que les Vritra joue un rôle dans tout cela. Cependant, maintenant que le Conseil avait décidé de l’exécution publique de la directrice Goodsky, j’étais presque certain que les Vritra étaient impliqués.

J’avais d’abord soupçonné la maison Wykes d’être impliquée en faisant pencher la balance en ma faveur pour le meurtre de Lucas, c’était une famille très riche et influente après tout. Mais la famille Wykes n’avait aucune raison d’impliquer la directrice de l’Académie Xyrus. Même si Goodsky n’était pas d’une famille influente, son nom seul avait du poids sur tout le continent. La famille Wykes seule ne serait pas capable d’influencer suffisamment le Conseil pour qu’il fasse quelque chose d’aussi irréfléchi que de la condamner à une exécution publique. Même si rejeter la faute sur Goodsky soulagerait un peu le Conseil du poids de l’opinion publique, sa mort n’en vaudrait pas la peine…

À moins qu’une tierce partie ne soit impliquée et ne tire les ficelles, en corrompant ou en forçant le Conseil.

En m’asseyant, je respirais profondément et je me rappelais que j’avais refusé de m’attacher à quelqu’un dans ma vie passée parce que je ne voulais pas de faiblesses. Secouant la tête pour essayer de disperser ces pensées, j’ai appuyé mon dos contre le mur froid. Je devais trouver un plan.

« Lève-toi ! » a claqué une voix de baryton tranchante.

Mes yeux s’ouvrirent brusquement au mugissement et au claquement de la porte métallique.

Roulant sur le ventre, je me redressai, étirant les os endoloris de mon corps par le sommeil sur le sol dur et pierreux.

Je m’attendais à voir Olfred, puisque c’est lui qui m’avait amené dans la cellule, mais au lieu de cela, j’ai eu le malheureux plaisir de me réveiller devant le visage heureux de Bairon – et par heureux, j’entends une grimace d’impatience doublée d’une haine pour mon existence même. Je ne lui en voulais pas, puisque c’était moi qui avais tué son jeune frère, mais je sentais, pour une raison ou une autre, que sa mort n’était pas la seule raison de son animosité flagrante.

« Le Conseil attend. » a dit Bairon en ouvrant la porte. La Lance m’a rudement attrapé le bras et m’a à moitié traîné hors de ma cellule après avoir lié mes bras et fixé l’artefact de scellement sur ma poitrine.

« Bonjour à vous aussi. Je vois que vous n’êtes pas très matinal. » ai-je gloussé, essayant de m’empêcher de tomber alors qu’il continuait à me donner des coups de bras.

La Lance n’a rien dit en réponse, mais son regard froid en disait long. En nous dirigeant vers la sortie, j’ai remarqué que la cellule dans laquelle la directrice Goodsky était retenue était ouverte.

Nous sommes arrivés devant une pièce différente de celle d’hier. Les grandes portes à double battant qui étaient assez hautes pour accueillir des géants étaient fermées, et des sons étouffés provenaient de l’autre côté.

« Tu ne sais pas à quel point j’ai hâte d’assister au procès. » dit Bairon, les mâchoires crispées, tandis que sa prise sur mon bras se resserre encore.

« Ne t’inquiète pas, je m’assurerai de traiter ta famille avec les mêmes sentiments que tu as montrés à la mienne. » La Lance s’est tournée vers moi, ses lèvres se retroussant en un sourire en coin, juste assez pour révéler sa canine acérée.

Si je n’avais pas reçu la lettre plus tôt dans la nuit, j’aurais pu être inquiet, mais sachant qu’ils étaient bien cachés et que pour l’instant le Conseil avait besoin de moi vivant et intact, ses menaces vides ne signifiaient pas grand-chose.

« Tu essaies vraiment de te battre avec un gamin de treize ans ? » J’ai secoué la tête, utilisant ma meilleure expression de déception.

Un coup sec me souleva du sol et soudain, je me retrouvai face à face avec Bairon. « Je ne pense pas que tu comprennes ce qui va t’arriver maintenant. Tu vas finir par mourir ou regretter de ne pas l’être, tandis que ton lien va devenir un animal de compagnie prisé par l’un des rois. Tu penses que ça ne concerne que toi ? Je vais m’assurer que ta famille et toutes les personnes auxquelles tu tiens, même de loin, connaissent une mort misérable. » cracha-t-il alors que mes jambes pendaient au-dessus du sol.

« Oui, oui, la grande Lance Bairon va se venger de son jeune frère fou, qui a choisi de passer du côté obscur et de tuer des étudiants innocents, en tourmentant l’adolescent qui l’a sorti de sa misère et en tuant aussi sa famille. Vive Lance Bairon ! » J’ai essayé d’avoir l’air surpris, mais je me doutais que ma voix monotone le trahissait.

J’ai vu sa main droite se transformer en poing, mais il s’est contenté de claquer la langue en signe de dégoût, me rejetant sur le sol avec assez de force pour me faire rouler vers les grandes portes doubles. Je me suis épousseté du mieux que j’ai pu avec mes bras attachés devant moi, mais je suis resté assis, la tête appuyée sur les portes et j’ai fait un clin d’œil à Bairon.

Soit Bairon n’a rien vu, soit il a choisi de m’ignorer, mais alors que j’étais sur le point de dire quelque chose, j’ai entendu de faibles bruits provenant de l’autre côté des portes. Après avoir été assimilé à la volonté du dragon de Sylvia, mon corps tout entier avait été renforcé, y compris mes sens et mes réflexes. Ce n’était pas au point de pouvoir tenir quelques minutes contre une Lance sans magie, mais mon ouïe était assez forte pour distinguer vaguement des voix familières à l’intérieur de la pièce protégée.

« …auteur de… »

« …refus de répondre… »

Il semblait que le Conseil en avait fini avec la condamnation de celle que je pouvais supposer être la directrice Goodsky.

« … condamné à l’exécution publique. »

La dernière phrase sonnait particulièrement fort dans la voix puissante de Dawsid.

Après un moment de silence, les hautes portes contre lesquelles je m’appuyais ont soudainement basculé vers l’intérieur sans un grincement, me faisant basculer en arrière. Levant les yeux du sol, j’ai aperçu le même garde qui nous avait admis, Varay, Olfred et moi, lors de la première réunion du Conseil, nous regarder sans aucune émotion.

« Le Conseil est prêt. » dit le garde, en déplaçant son regard de moi à Bairon.

En me relevant, j’ai pu croiser le regard de l’ancienne directrice de l’Académie Xyrus alors qu’elle était raccompagnée par deux gardes.

Son regard était ferme mais ses mâchoires étaient crispées dans une colère réprimée alors qu’elle me passait devant.

En gardant une expression impassible et illisible alors que je me dirigeais vers le Conseil, j’ai étudié chacun de leurs visages.

Assis sur l’unique chaise, sans mot dire, j’ai attendu qu’ils commencent. Bairon est apparu derrière Blaine Glayder et alors que les doubles portes se refermaient avec un bruit sourd, un silence inquiétant régnait dans la pièce. Le Roi Nain a été le premier à prendre la parole, les yeux rivés sur la pile de papiers qu’il avait commencé à trier.

« Mon garçon, sache que le Conseil est clément. Même si tes actes odieux à l’encontre d’un camarade de classe devraient normalement entraîner au moins l’incapacité de ton noyau de mana, nous avons convenu que puisque tes actions étaient pour le bien de tous, ta sentence serait plutôt la suivante : Arthur Leywin sera déchu de son ancien titre de mage et des avantages qui l’accompagnent. Il sera également emprisonné jusqu’à nouvel ordre. » Dawsid a parlé d’une manière grandiose, comme s’il se considérait comme bienveillant.

Il y eut un bref silence, je soupçonnais le roi nain d’attendre que je le couvre de gratitude et d’autres formes de flatterie avant de reprendre la parole.

« Y a-t-il quelque chose que tu aimerais dire ? » a-t-il demandé.

« Juste quelques questions… Votre Majesté. Bien que ma première punition soit assez évidente, que voulez-vous dire par « emprisonné jusqu’à nouvel ordre » ? » J’ai incliné la tête.

« Au cours des prochaines semaines, nous surveillerons comment les victimes et leurs familles se débrouillent avec le désastre de l’Académie Xyrus. Dès que nous verrons que suffisamment de temps s’est écoulé et que les souvenirs de tes actions se seront plus ou moins dissipés de l’esprit du public, nous te libérerons. Considère cela comme une sorte de détention provisoire au lieu d’un emprisonnement. » expliqua Blaine en affichant un sourire qui n’atteignait pas vraiment ses yeux.

« Je vois. C’est équitable, je suppose. Qu’en est-il de mon lien ? » J’ai demandé. Dès que j’ai été libéré de ma cellule ce matin par Bairon, j’ai essayé de communiquer avec Sylvie, mais je me suis heurté au silence.

« Le Conseil est déjà assez aimable pour te laisser vivre, et tu en demandes encore plus ? » Glaundera a claqué des doigts, frappant sa paume épaisse sur le bureau.

« Garder ton lien est un autre problème, Arthur. Une partie de la sentence où tu perds tes droits en tant que mage signifie que tu ne pourras plus garder ton lien. » C’est Alduin qui m’a dit ça. Si cela avait été quelqu’un d’autre, j’aurais réagi différemment, mais en lisant les significations subtiles dans ses intonations et ses mots, je savais qu’il essayait seulement de m’éviter des ennuis.

Comme nos yeux sont restés fixés quelques secondes de plus, j’ai forcé un hochement de tête ferme.

« Je comprends, Vos Majestés. »

« Bien. Bairon, ramène-le dans sa cellule mais garde-le enchaîné » Blaine nous a fait signe de partir. J’ai étudié les expressions de chacun une dernière fois. Si le visage de Blaine était plus sûr de lui que lors du procès d’hier, sa femme était toujours aussi pâle de culpabilité. Les nains étaient tous deux d’une arrogance hautaine, ce qui me rendait plus certain qu’ils étaient les plus impliqués avec les Vritras tandis qu’Alduin et Merial arboraient tous deux des expressions stoïques en guise de masques.

Je pouvais voir que Bairon était furieux, mais il est resté silencieux pendant tout le voyage de retour à ma cellule. J’ai décidé qu’il était préférable de ne pas le contrarier dans son état actuel et je suis resté muet moi aussi.

Je m’attendais à ce qu’on m’emmène dans la même cellule que précédemment, mais au lieu de cela, on m’a fait descendre dans un lieu de détention différent. Avec un vrai lit et des toilettes, je l’aurais pris pour une chambre de motel bon marché s’il n’y avait pas eu les barreaux qui m’empêchaient de m’échapper.

Après m’avoir jeté à l’intérieur avec un peu plus de force que nécessaire, la Lance est partie sans dire un mot. Mes bras étaient toujours enchaînés ensemble devant moi tandis que l’artefact restait enfoncé dans ma poitrine, limitant mes capacités.

Je ne pouvais pas dire combien d’heures s’étaient écoulées ni si c’était le jour ou la nuit puisqu’il n’y avait pas de fenêtres, mais alors que j’étais assis là patiemment, le bruit de pas doux s’est approché.

« On dirait que tu m’attendais. » a soupiré la voix.

Mes lèvres se sont retroussées alors que je contemplais un visage étonnamment familier.

« Il était temps, Windsom. »


Commentaire

3 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser