the beginning after the end Chapitre 101

Intentions

« Directrice Goodsky ? » J’ai bafouillé avec incrédulité.

« O-oui. Bien que le terme « Directrice » ne soit plus approprié, vu que j’ai été dépossédée de ce titre. Qui aurait pu imaginer que je te rencontrerais ici, Arthur. » répondit-elle faiblement, et par le halètement audible dans son discours, il semblait qu’elle avait considérablement souffert.

« Dépossédée de votre titre ? Je ne comprends pas. Qu’est-ce qui se passe ici ? Pourquoi êtes-vous ici, directrice ? » Je me suis appuyé contre les barreaux métalliques de ma cage dans l’espoir de l’entendre plus clairement. D’après la source de sa voix, j’ai déduit que sa cellule était diagonalement opposée à la mienne, mais en raison de la façon dont les torches étaient installées, la plupart des cellules étaient encore dans l’obscurité.

« Nous y reviendrons plus tard. Arthur, comment as-tu fini enfermé ? Qu’as-tu bien pu faire ? Et pourtant, avec tes capacités, je pensais que tu serais capable de te débrouiller tout seul ou au moins de t’échapper si nécessaire. » Il y avait une pointe de désespoir dans la voix de Cynthia quand elle m’a demandé.

« Tessia était retenue captive par Lucas et j’ai dû utiliser la majeure partie de mon mana pour le combattre. Lorsque deux Lances sont apparues, je n’ai pas eu assez de force pour m’échapper. » ai-je soupiré.

« Je… je m’excuse, je ne comprends pas bien. Le demi-elfe, Lucas ? »

Il était évident que la directrice Goodsky n’était pas du tout au courant des récents événements survenus dans sa propre académie, ce que je trouvais peu surprenant puisqu’elle aurait sûrement été là pour aider si elle l’avait su. Je l’ai mise au courant de la manière la plus détaillée possible dans le calme du donjon, ne pouvant que supposer que son silence était le signe qu’elle écoutait avec ferveur.

Il était difficile de dire si les autres cellules avaient aussi des prisonniers à l’intérieur, mais les informations que je révélais n’étaient pas exactement confidentielles, alors j’ai raconté à Goodsky jusqu’aux événements de ce qui venait de se passer avec le Conseil.

« Peux-tu me décrire exactement comment le garçon, Lucas, t’a paru lorsque tu l’as affronté ? » Goodsky a demandé.

« Outre l’augmentation massive de ses capacités de manipulation du mana, j’ai remarqué que son apparence physique était également différente. Voyons voir… il avait un teint gris et maladif et des lignes sombres le long de son visage, de son cou et de ses bras, que j’ai supposé être ses veines. La couleur de ses cheveux avait également changé, ils n’étaient pas blonds comme dans mon souvenir, mais plutôt d’un noir et blanc poussiéreux. La famille Wykes a toujours été connue pour son goût prononcé pour les élixirs, quels que soient les effets secondaires… »

« Aucun élixir sur ce continent n’a la capacité d’améliorer le noyau de mana de l’utilisateur de façon aussi drastique, Arthur. Et tu n’as pas été capable d’apercevoir à quoi ressemblait le chef de ce désastre ? » La directrice Goodsky a interrompu, sa voix étant teintée de frustration.

« Malheureusement, je ne suis pas arrivé à temps pour le voir. Pourquoi ? »

« Je voulais juste confirmer certaines choses, mais je pense que j’ai déjà une compréhension de base de toute la situation. Je savais que cela devait arriver, mais pas si tôt. Ils avancent dans leur plan beaucoup trop rapidement. » J’entendais les pas de la directrice résonner alors qu’elle faisait les cent pas dans sa cellule.

« Comment ça, vous saviez que ça allait arriver ? Qui sont « ils » ? Directrice Goodsky, je commence à avoir un soupçon tenace que j’espère vraiment pouvoir dénoncer comme un simple manque de jugement… »

Il y eut une brève pause de notre part à tous les deux, où seul le vacillement des flammes des torches brisait le silence du donjon.

« Je ne peux pas le dire, Arthur. Je suis contrainte au silence par des forces au-delà de tout ce que l’un de nous peut espérer défier. Je suis vraiment désolée. »

« Un lien ? Huh, je vois. Comme c’est pratique. Et y a-t-il un moyen d’enlever cette attache ? » J’ai demandé en réponse, en ayant l’air plus sardonique que je ne le voulais.

« J’ai cherché pendant des décennies sur cette question, et toutes ont été vaines » la directrice Goodsky a laissé échapper une profonde inspiration, ignorant mon ton.

« Alors la raison pour laquelle vous êtes enfermée ici est parce que… »

« D’après ce que tu m’as dit et ce que je sais déjà, il semble que j’ai été transformée en bouc émissaire que le Conseil souhaite utiliser comme une excuse pratique pour tout ce qui s’est passé récemment. »

« Pourquoi le Conseil aurait-il besoin d’un bouc émissaire ? »

« Je ne peux pas non plus en dire la raison. » a-t-elle répondu. Il y avait une nette frustration dans son ton, mais elle n’était pas dirigée contre moi, mais plutôt contre elle-même. « Arthur, il m’est douloureux de continuer à parler de cela. La seule pensée de mentionner ce que je sais à quelqu’un active la malédiction. Nous devrions tous les deux nous reposer, Dieu sait que nous en aurons besoin. »

Laissant échapper un soupir, je m’éloignai de la porte métallique et appuyai mon dos contre le mur de pierre rigide de ma cellule. Même sans l’artefact qui liait mon noyau de mana, j’étais toujours incapable d’utiliser la moindre magie ici.

N’ayant rien d’autre à faire, mon esprit a commencé à s’emballer avec différentes pensées.

Nous étions à l’intérieur d’un château flottant situé au-dessus de l’une des extrémités les plus profondes des Clairières des Bêtes. En supposant que je puisse m’échapper avec Sylvie et la directrice Goodsky, serions-nous même capables de sortir vivants des Clairières des Bêtes ? Sylvie était hors de question exclue puisque sa récente transformation l’avait laissée dans un état à peine meilleur qu’un ours en hibernation. Goodsky était un mage de vent au cœur d’argent, ce qui pourrait suffire pour nous ramener en volant.

J’ai fait marche arrière après avoir réalisé que nous serions probablement tous les trois éliminés. En venant ici, les deux Lances devaient constamment libérer une forte intention de tuer pour repousser toute bête. Même dans ce cas, ils étaient assez prudents pour cacher nos présences à certains moments. Il serait presque suicidaire de penser que nous pourrions simplement survoler toutes les Clairières des Bêtes.

Après ce qui m’a semblé être des heures de réflexion, je n’ai pu que faire claquer ma langue en signe de frustration et me rouler sur le sol froid pour essayer de dormir un peu. C’était impossible après tout. Il était de plus en plus difficile de repousser la sensation de désespoir qui montait à mesure que je continuais à planifier notre fuite.

POINT DE VUE DE BLAINE GLAYDER :

« C’était quoi ce bordel, Glayder ? Je croyais qu’on avait un accord ? » a aboyé l’ancien roi des nains après avoir claqué la porte de mon bureau.

« Oui. Je suis bien conscient de ce qu’est l’accord. Sois assuré que tu auras mon vote et celui de ma femme, Dawsid. Cependant, même vous ne pouvez pas me faire cracher des accusations aussi irrationnelles contre le garçon qui vient de sauver toute la future génération de ce continent, y compris mes enfants. » ai-je répondu d’un ton glacial, en me versant un verre de liqueur vieillie.

« Et, je dis qu’il n’y aura pas de génération future si tu ne te ranges pas de mon côté ! Arthur et son lien doivent partir. C’était l’accord. Ils doivent être ramenés à Lui si nous voulons avoir un avenir sur ce continent. »

« Je connais les enjeux, Dawsid. Je n’ai pas besoin que tu me harcèles à chaque fois que tu te sens en danger. Ce que toi et moi faisons, c’est trahir toute la population. Tu t’en rends compte, oui ? » J’ai sifflé, fixant le nain qui n’était pas beaucoup plus grand que moi, même assis.

« Ce n’est pas considéré comme une trahison si ce continent était déjà voué à l’anéantissement. Blaine, toi et moi savons tous deux ce qui va arriver à Dicathen, que nous essayions de le sauver ou non. Nous devons regarder au-delà de ça et essayer de sauver ce qui est important pour nous. » a-t-il consolé, ses mains faisant des gestes d’apaisement.

« Si c’est ce que tu te dis pour dormir la nuit, vas-y. Ce que nous faisons, c’est abandonner notre peuple pour pouvoir sauver nos propres culs. » ai-je raillé en secouant la tête.

« C’est ce que je me dis ! Ce qu’Il a promis n’est pas une mauvaise affaire ! Ta famille vivra et le servira tout comme ma famille le fera. »

« Et qu’en est-il de notre peuple, Dawsid ? Que va-t-il faire des citoyens de Dicathen ? Si même le Royaume de Sapin et Darv ne sont pas en sécurité après que nous lui ayons promis allégeance, qu’arrivera-t-il au Royaume d’Elenoir ? »

« Bah ! Les elfes ont toujours été trop vieux jeu et trop vertueux pour leur propre bien. Ce vieux schnock, Virion, n’aurait jamais permis à Alduin de se ranger de son côté. C’est dommage aussi, mais, contrairement à nous, les elfes ne réaliseront pas ce que signifie vraiment être un leader. Imagine juste, Blaine, la technologie, les richesses que lui et son peuple apporteront à Dicathen ! L’immortalité, la force martiale inégalée et la richesse infinie ne seront plus un fantasme pour nous, mais seulement une question de temps ! »

« Attention à tes mots. Je le suis à cause de ma famille. Ne me mets pas dans le même sac que les gens comme toi, qui abandonnent leur propre race au nom du gain personnel. Je suis sûr que tu peux imaginer ce qu’Il fera très probablement une fois arrivé. Que va-t-il advenir du reste des trois races ? Très probablement un génocide d’une certaine forme, ou s’il est intelligent, il en fera ses esclaves. »

L’ancien roi nain est resté bouche bée devant ma réponse, sa bouche bougeait comme s’il essayait de réfuter mon argument, mais aucun mot audible n’en sortait.

« Néanmoins, l’amour de ma femme pour nos enfants semble l’emporter largement sur celui de tout le royaume humain, et mon devoir de préserver le sang Glayder triomphera toujours, alors sois-en sûr, nous nous rangerons de ton côté. J’espère que mes ancêtres me pardonneront mes actions car c’est le seul moyen de sauver la lignée des Glayder. » ai-je soupiré en signe de défaite.

Dawsid leva la main, s’apprêtant à me tapoter l’épaule lorsque je lui lançai un regard perçant. Feignant une toux sèche, il s’est excusé, me laissant à mes sombres pensées dans le silence de mon bureau. Je regardais fixement la pièce décorée de façon extravagante, meublée de bois rares sculptés par des maîtres charpentiers, ornée de pierres précieuses et de métaux rares valant plus qu’une petite ville, et un sentiment de crainte et de culpabilité commença à remonter dans mon estomac.

Ces luxes ne signifient rien pour moi. Toute ma vie, ce que je voulais, c’était devenir le plus fort des mages pour rendre mon père et mes ancêtres fiers. Pourtant, il était évident que mon talent de mage était inférieur à celui des paysans de la campagne. Ce n’est qu’en dépensant une énorme quantité de ressources dans des élixirs et des aides renforçant le mana que j’ai pu à peine atteindre le stade rouge. Même envers ma propre femme et mes enfants, je me surprenais à nourrir des sentiments d’envie cinglante.

J’en avais toujours eu honte, mais je ne pouvais pas faire grand-chose d’autre. Même le fait d’avoir le contrôle des deux Lances n’a pas aidé mon sentiment d’infériorité. Au contraire, c’était un rappel quotidien pour moi que pour régner correctement sur mon propre peuple, j’avais besoin d’être gardé à tout moment parce que je n’étais pas assez fort pour me débrouiller tout seul.

Prenais-je vraiment cette décision pour la sécurité de ma famille et de moi-même, ou, comme Dawsid, avais-je faim et envie d’un pouvoir incomparable aux autres mages ? La sécurité de mes proches était ce qui m’avait poussé à agir, mais plus je m’y attardais, plus je devenais excité à l’idée de gagner en force, d’être au sommet où mon peuple me craindrait et me respecterait uniquement à cause de ma force, et non à cause de la protection des Lances que je contrôlais. Mes véritables motivations et intentions étaient devenues de plus en plus floues à mesure que j’y pensais.

Après une heure de contemplation, je me suis rendu compte, dans mon état d’ébriété, qu’aucune quantité d’alcool ne pourrait faire disparaître ce sentiment misérable. J’ai trébuché sur mes propres pieds et j’ai basculé sur le sol. J’ai perdu mon emprise sur le verre que je tenais dans ma chute et il s’est brisé sur le sol devant moi, les éclats se sont incrustés dans le bras que j’avais utilisé pour amortir ma chute. Je ne pouvais que jurer de frustration face à mon incapacité. Comme j’étais pathétique, trébuchant et me faisant couper par du simple verre. Si j’étais né plus talentueux, plus puissant…

Je me suis relevé, ignorant les taches de sang sur le sol, laissant les éclats de verre dans mon bras en sang, tout en titubant jusqu’à ma chambre. Je pouvais sentir la puanteur de l’alcool dans mon souffle et j’ai poussé un profond soupir.

Les souvenirs de la première fois où j’avais rencontré le garçon défilaient dans mon esprit tandis que je marchais péniblement vers la porte qui semblait maintenant si loin. Avant même que mes enfants ne commencent à parler d’Arthur à l’école, il m’avait laissé une profonde impression, suffisamment pour que je le considère comme un personnage de grande importance pour l’avenir. Peut-être que la seule chose plus grande que ses forces en tant que mage était sa malchance d’être impliqué dans cette conspiration.

« Je suis désolé, mon garçon… » J’ai marmonné dans mon souffle. « J’aimerais croire que c’est pour le bien de ce continent que tu deviens un sacrifice. » Même en disant cela, les mots sonnaient creux à mes oreilles. J’avais espéré que le fait de le dire à haute voix me donnerait une certaine assurance, mais ce que je ressentais pour Arthur n’était ni de la peine ni de la sympathie.

Plus fort que les sentiments d’un roi se sacrifiant pour le bien de tous…

Encore plus fort que le poids d’un Glayder essayant de garder sa lignée vivante…

Je sentais cette sensation apaisante de ma sombre envie se résoudre à la mort imminente de ce garçon. Je me détestais pour cela, mais qu’importe ? J’étais Blaine Glayder, quatrième du nom, et pourtant mes talents de mage ne représentaient même pas une goutte d’eau face à l’océan qu’était Arthur Leywin. Pourquoi ce garçon sans origine devrait-il porter un pouvoir qui me correspondait mieux ?

J’ai déverrouillé la porte et j’ai vacillé d’un pas chancelant, refusant que les servantes se précipitent pour m’aider.

« Je suis désolé, mon garçon. » ai-je encore marmonné. « C’est pour le plus grand bien… Pour mon plus grand bien. »


Commentaire

5 2 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser