the beginning after the end chapitre 1

La lumière au bout du tunnel

Je n’ai jamais cru à toute cette connerie de “Lumière au bout du tunnel”, où les gens s’en sont sortis d’expériences de mort imminente se réveillant avec des sueurs froides en s’exclamant : “J’ai vu la lumière !”

Et pourtant, me voilà dans ce prétendu « tunnel » faisant face à cette lumière éblouissante, alors que la dernière chose dont je me souviens, c’est que je dormais dans ma chambre (bien que d’autres l’appellent la chambre royale.)

Etais-je mort ? Si oui, comment ? Ai-je été assassiné ?

Je ne me souviens pas avoir fait du mal à quelqu’un. Mais, encore une fois, être une figure du pouvoir publique peut donner aux gens toutes sortes de raisons de vouloir ma mort.

Quoiqu’il en soit…

Il ne semblait pas que j’allais me réveiller de sitôt, alors j’ai continué à graviter lentement vers cette lumière brillante.

Ce voyage semblait durer une éternité, au point où je m’attendais presque à ce qu’une chorale d’enfant chante un hymne angélique, m’appelant vers ce que j’espérais le paradis.

Au lieu de cela, ma vision de ce qui m’entourait s’est transformée en un flou d’un rouge vif, tandis que des sons assaillant mes oreilles.

Quand j’ai essayé de dire quelque chose, le seul son qui en sortait semblait être un cri.

Les voix lointaines sont devenues plus claires lorsqu’elle a dit: “Félicitations, monsieur et madame, c’est un garçon en bonne santé.”
Hein… Quoi ?

Je suppose que, normalement, je devrais me dire “M*rde ! Est-ce que je viens juste de naître ? Suis-je un bébé maintenant ?”

Mais bizarrement, la seule chose qui me vint à l’esprit était “Donc la lumière au bout du tunnel, c’est celle qui passe à travers le vagin de la femme…”

Ahah… N’y pensons plus.

En évaluant la situation rationnellement comme le Roi que je suis, j’ai d’abord remarqué que, quel que soit l’endroit où je suis né, je comprenais la langue. C’est déjà un bon signe.

Puis, après avoir lentement et péniblement ouvert mes yeux, mes rétines furent bombardées de différentes couleurs et figures.

Il a fallu un peu de temps pour que mes yeux de bébé commencent à s’habituer à la lumière. Le docteur, ou du moins c’est ce qui semblait, devant moi, avait un visage peu attrayant, avec de longs cheveux gris sur la tête et des poils sur le menton. Je jure que ses lunettes étaient assez épaisses pour être résistantes aux balles. Ce qui est assez étrange, c’est qu’il ne portait pas de blouse, et nous n’étions même pas dans une chambre d’hôpital. J’avais l’impression d’être né dans une sorte de rituel satanique parce que cette salle n’était éclairée que par quelques bougies et que nous étions à même le sol, sur un lit de paille.

J’ai regardé autour de moi et j’ai vu la femme qui m’a poussé hors de son tunnel. L’appeler mère devrait être approprié. En prenant quelques secondes supplémentaires pour observer son apparence, je dois admettre qu’elle est une beauté, mais c’est peut-être à cause de mes yeux à moitié embués. Plutôt que d’être une beauté sexy, je la décrirais plutôt comme charmante, dans un sens très gentil et doux, avec des cheveux auburn et des yeux bruns distincts. Je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer ses longs cils et son nez guilleret qui m’ont donné envie de m’y accrocher. Elle était imprégnée de ce sentiment maternel. Est-ce cela l’attirance que les bébés ressentent pour leur mère ?

J’ai détourné le visage vers la droite pour distinguer à peine la personne que je croyais être mon père par le sourire idiot et les yeux larmoyants avec lesquels il me regardait. Il m’a immédiatement dit :

“Salut p’tit Art, je suis ton papa ! Peux-tu dire “papa” ?”

J’ai regardé autour de moi pour voir ma mère et le docteur de la maison (avec toutes les certifications qu’il semblait avoir), dépités, ma mère réussissant même à se moquer :

“Chéri, il vient juste de naître.”

En regardant de plus près mon père, je comprenais pourquoi ma charmante mère était attirée par lui.

Outre les quelques cases en moins qu’il semblait avoir en s’attendant à ce qu’un nouveau-né arrive à articuler un mot à deux syllabes, (mais je vais lui accorder le bénéfice du doute et juste me dire qu’il a dit cela par joie de devenir père), c’était un homme charismatique. Avec une mâchoire très carrée et proprement rasée qui mettait en valeur ses traits. Ses cheveux, d’un brun très cendré, semblaient être relativement courts, tandis que ses sourcils étaient aiguisés, s’étendant en une forme d’épée et se rejoignant pour former une sorte de V. Pourtant, ses yeux semblaient doux, que ce soit dans ses clignements, ou de leurs couleurs, d’un magnifique bleu profond, presque couleur saphir, qui rayonnait de ses iris.

“Hmm… Il ne pleure pas… Docteur, je croyais que les nouveau-nés étaient supposés pleurer à la naissance… ”

Après avoir fini de vérifi… je veux dire d’observer mes parents, le docteur s’excusa :

“Parfois, les bébés ne pleurent pas. S’il vous plaît, continuez à vous reposer pendant quelques jours, Mme. Leywin, et faites-moi savoir s’il arrive quoi que ce soit à Arthur, Mr. Leywin.”

Les semaines suivantes après ma sortie du tunnel ont été pour moi un nouveau genre de torture. Je n’avais qu’un peu, si ce n’est aucun contrôle moteur sur mes membres, si ce n’est de les agiter, et même cela devenait vite fatigant. J’ai également réalisé à contre-cœur que les bébés n’ont pas vraiment le contrôle de leurs doigts. Je ne sais pas trop comment vous l’expliquer, mais quand vous placez vos doigts sur la paume d’un bébé, il ne l’attrape pas parce qu’il vous aime bien, il l’attrape car, c’est un réflex. Oubliez les contrôles moteurs, je ne peux même pas me soulager de mes déchets à ma guise… Je n’ai encore aucune maîtrise de ma vessie… Ça sort juste… tout seul… Haa…

D’un autre côté, un des rares avantages auxquels je me suis habitué avec joie, c’est d’être allaité par ma mère.

Ne vous méprenez pas, je n’avais aucune arrière-pensée. C’est juste que le lait maternel a un meilleur goût que les formules de lait pour bébé et une meilleure valeur nutritive. Huu… s’il vous plaît, croyez-moi.

Le lieu du rituel satanique semblait être la chambre de mes parents et d’après ce que j’ai compris, l’endroit où je suis actuellement coincé est, je l’espère, un endroit de mon propre monde situé dans le passé, où l’électricité n’avait pas encore été inventée.

Ma mère a rapidement prouvé que mes espoirs étaient erronés car, un jour, elle a guéri une égratignure sur ma jambe lorsque mon idiot de père m’a cogné contre un tiroir en me balançant dans tous les sens.

Non… Pas comme avec un pansement et un baiser magique, mais avec une lumière éclatante et un léger bourdonnement sortant de ses mains.

Où diable suis-je tombé ?

Ma mère, Alice Leywin, et mon père, Reynolds Leywin, semblaient au moins être des gens bien, si ce n’est les meilleurs.

Je soupçonne ma mère d’être un ange, car je n’ai jamais rencontré de personne si gentille et bienveillante. Tout en étant porté par une sorte de sac kangourou pour dos, je me suis rendu avec elle dans ce qu’elle appelait une ville. Cette ville, Ashber, ressemblait plus à un avant-poste arrangé, vu qu’il n’y avait pas trace d’une route ou de bâtiments. Nous avons marché sur le chemin de terre principal, où des tentes se dressaient des deux côtés avec divers marchands et vendeurs vendant toutes sortes de choses – communes allant des produits de première nécessité aux choses dont je ne pouvais pas m’empêcher de regarder, comme des armes, des armures, des pierres… des pierres brillantes !

La chose la plus étonnante à laquelle je ne semblais pas pouvoir m’habituer était que les gens portent des armes comme s’ils portaient un sac d’argent. J’ai aperçu un homme d’environ 1m70 portant une gigantesque hache de guerre plus grande que lui !

Quoi qu’il en soit, ma mère continuait à me parler, probablement pour essayer de me faire apprendre la langue plus rapidement, tout en effectuant les courses journalières, et en échangeant des plaisanteries avec des passants ou les personnes qui travaillaient dans les kiosques. Pendant ce temps, mon corps s’est à nouveau retourné contre moi, et je me suis endormi…

Quel fichu corps inutile.

Assis sur les genoux de ma mère qui me caressait contre sa poitrine, j’étais résolument concentré sur mon père qui était en train de réciter un chant, ressemblant à une prière, pendant près d’une bonne minute. Je me suis penché de plus en plus près, tombant presque de mon siège, m’attendant à un phénomène magique, comme un tremblement de terre pourfendant le sol, ou un golem de pierre émergeant.

Après ce qui a semblé être une éternité (croyez-moi, pour un bébé qui a la capacité d’attention d’un poisson rouge, c’en était une.) Trois rochers adultes de taille humaine ont émergé du sol et se sont écrasés contre un arbre voisin.

Mais qu’est-ce que c’était ?

J’ai battu des bras de colère, mais mon idiot de père a interprété cela en un “WOW” et a eu un grand sourire sur son visage en disant : “Ton papa est génial, hein !”

Non, mon père était un bien meilleur combattant. Quand il a mis ses deux gants de fer, même moi, je me suis senti obligé de laisser tomber mes sous-vêtements (ou ma couche) pour lui. Avec des mouvements rapides et fermes qui étaient surprenants pour sa corpulence, ses poings portaient assez de force pour briser le mur du son, mais étaient assez fluides pour ne pas laisser d’ouverture. Dans mon monde, il aurait été classé comme un combattant de haut niveau, à la tête d’une escouade de soldats, mais pour moi, il était mon idiot de père.

D’après ce que j’ai appris, ce monde semblait être un monde assez simple, rempli de magie et de guerriers, où le pouvoir et la richesse décidaient du rang de chacun dans la société. En ce sens, il n’était pas très différent de mon ancien monde, à part le manque de technologie et la légère différence entre la magie et le ki.

Dans mon ancien monde, les guerres étaient devenues une forme presque obsolète de règlement de comptes entre pays. Ne vous méprenez pas, bien sûr, il y avait encore des batailles à plus petite échelle et des armées étaient encore nécessaires pour la sécurité des citoyens. Cependant, les différents concernant le bien-être d’un pays étaient basés soit sur un duel entre les dirigeants de leur pays, limité à l’utilisation du ki et des armes de combat rapproché, soit sur une simulation de bataille entre pelotons, où des armes à feu limitées étaient autorisées, pour les différents de moindres importances.

Par conséquent, les rois n’étaient pas les gros hommes assis sur le trône qui commandait les autres par ignorance, mais devaient être les plus forts combattants pour représenter leur pays.

Mais assez parlé de cela.

La monnaie dans ce nouveau monde semblait assez simple d’après les échanges que ma mère avait avec les marchands.

Le cuivre était la forme de monnaie la plus basse, puis l’argent, suivi par l’or. Je n’avais encore jamais vu quelque chose qui coûtait aussi cher qu’une pièce d’or, mais les familles normales semblaient pouvoir vivre avec quelques pièces de cuivre par jour.

100 Cuivre = 1 Argent

100 Argent = 1 Or

Chaque jour, j’ai dû perfectionner mon nouveau corps, maîtriser les fonctions motrices qui sont au fond de moi.

Ce mode de vie confortable a rapidement changé.


Commentaire

5 6 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser