the beginning after the end Chapitre 06

PLUS DANGEREUX QU'AUPARAVANT

JASMINE FLAMESWORTH

J’ai levé les yeux vers le soleil, qui n’était guère plus qu’une tache lumineuse derrière les nuages, pour évaluer l’heure de la journée. Il était bien plus tard que midi, ce qui signifiait que je marchais péniblement dans la Clairière des Bêtes depuis plusieurs heures sans voir une seule créature comestible.

Les bêtes de Mana étaient abondantes, mais je ne pouvais pas tuer et massacrer la première chose que je voyais, surtout les plus dangereuses. Beaucoup étaient venimeuses, comme le crapaud géant, tandis que certaines n’étaient pas du tout faites de viande.

D’autres n’étaient tout simplement pas appétissantes.

À six mètres devant moi, quelque chose s’est précipité vers moi. D’un rapide coup de poignet, une de mes dagues a tourbillonné dans l’air et a frappé avec un bruit sourd et humide.

En m’approchant prudemment, j’ai retiré ma lame de la peau coriace d’un musc à crocs, une bête mana puante qui ressemblait à une boule brune poilue, mais qui était surtout constituée de dents et de mâchoires. Personne ne mangerait une telle chose ; ils ont aussi mauvais goût qu’ils sentent mauvais.

“Je suis affamé”, ai-je marmonné, en poussant le petit cadavre avec ma botte. Les muscs à crocs sont incroyablement agressifs, mais ne chassent normalement pas les créatures plus grandes qu’eux.

Juste devant, deux autres ont surgi de sous un buisson et se sont enfoncés dans la forêt.

Alors que je m’apprêtais à lancer ma dague après les bêtes en fuite – leurs noyaux valaient encore un petit quelque chose – une branche grinça au-dessus de moi. Restant immobile comme une statue, j’ai injecté du mana dans mes oreilles et j’ai écouté attentivement. Des raclements chitineux et des griffes acérées coupant l’écorce suggéraient une sorte de bête de mana ressemblant à un insecte.

Lentement, j’ai glissé ma deuxième dague hors de son fourreau, tenant légèrement une lame dans chaque main.

Une branche a craqué alors que quelque chose de lourd s’élançait vers moi. J’ai esquivé l’attaque et me suis retourné pour trouver une énorme araignée poilue avec des lames de rasoir à la place de ses jambes.

L’araignée a arraché ses appendices tranchants du sol et s’est jetée sur moi, mais j’ai fait deux pas en arrière, évitant la coupure, puis j’ai foncé sur elle, enfonçant une dague au centre de son groupe d’yeux et l’autre dans l’articulation où sa tête était reliée au reste de son corps bulbeux.

Les pattes pointues s’agitaient alors que la créature perdait le contrôle de ses mouvements, mais elle était déjà morte. Elle ne l’avait pas encore réalisé.

Arrachant les deux dagues, j’ai sauté sur le dos de l’araignée à pattes en forme d’épée, la faisant s’effondrer. Après un moment, les spasmes ont cessé.

J’ai glissé de l’arrière et j’ai fait le tour de son visage ensanglanté, m’agenouillant pour mieux voir. Ses mandibules étaient aussi longues que ma main, du poignet au bout du doigt.

“Moche, n’est-ce pas ?” J’ai dit avant de casser les deux grands crocs et de les ranger. J’aurais bien pris les pattes et la carcasse, mais un mouvement dans les arbres voisins m’a détourné de ma proie.

Quelque chose sprintait dans les broussailles, en faisant beaucoup de bruit. Ce n’était pas grand, d’après ce que j’ai entendu, mais seules les proies font autant de bruit.

Trois formes rondes à huit pattes se sont éloignées à travers les cimes des arbres, probablement à la recherche d’un repas plus facile.

Ne voulant pas perdre une proie potentielle pour les bêtes de mana, j’ai sprinté après elle, coupant à travers les arbres beaucoup plus rapidement et silencieusement qu’elle.

Les araignées avaient une longueur d’avance. L’une d’entre elles est tombée des arbres à une trentaine de mètres devant moi, mais elle a été accueillie par mes deux dagues, tournoyant dans un disque de mana de vent qui les a fait passer à travers trois des pattes pointues puis revenir dans mes mains.

J’ai couru devant la bête de mana hurlante sans un second regard, sûr qu’elle ne survivrait pas longtemps avec trois pattes en moins.

Les autres ont dû se rendre compte qu’ils avaient de la concurrence, car l’une des bêtes mana restantes a lancé un jet de toile collante sur mon chemin.

J’ai enveloppé mon corps de mana de vent et j’ai foncé dans la toile, espérant la traverser. C’est ce que j’ai fait, mais ce à quoi je ne m’attendais pas, c’est que les fines fibres traversent ma barrière protectrice et laissent une douzaine de lacérations superficielles sur ma peau exposée.

Les petites coupures brûlaient douloureusement, bien que cela se soit atténué en une simple démangeaison lorsque mon mana a commencé à guérir les petites blessures.

Grommelant d’agacement, j’ai repris la chasse. Le sous-bois s’est quelque peu éclairci, et soudain j’ai pu voir ce que je poursuivais.

Au lieu de la bête que j’avais supposée, c’était une jeune fille. Une elfe. Elle était à quinze mètres devant moi, et l’araignée la plus rapide était presque juste au-dessus d’elle.

Le vent s’est condensé autour de mes jambes et sous mes pieds et je me suis élancé, m’envolant dans les airs. Utilisant les branches des arbres comme tremplins, j’ai sauté de plus en plus haut, jusqu’à ce que je sois au même niveau que les bêtes mana et que j’aie réduit la distance avec la plus proche des deux.

Laissant échapper un sifflement perçant pour attirer leur attention, je me suis élancé d’un tronc d’arbre.

L’araignée à pattes en forme d’épée s’est tordue avec agilité, ses longues pattes s’appuyant sur une poignée de branches différentes. Son corps bulbeux s’est gonflé et un flot de soie d’araignée a éclaboussé la canopée autour de nous, créant une toile emmêlée entre elle et moi.

Aussi rapidement, mes dagues ont ouvert une brèche dans les filaments tranchants, et mon élan m’a permis de me retrouver face à face avec la bête de mana.

Deux de ses pattes tranchantes comme des rasoirs se sont détachées, faisant sonner mes dagues. L’impact me fit dévier de ma trajectoire, et j’ai tournoyé maladroitement au-dessus de la tête de l’araignée pour atterrir sur son dos large et poilu.

Ses pattes étaient étonnamment souples, se pliant en hauteur et autour de son propre corps pour continuer à me frapper et me couper. J’ai paré avec une dague tandis que l’autre plongeait dans la bête de mana, perçant plusieurs trous dans l’épaisse peau.

Un gémissement perçant a résonné dans la forêt avant que la créature ne devienne molle et tombe de son perchoir.

Mon estomac s’est retourné lorsque je me suis retrouvé à plonger vers le bas, mais j’ai pu repousser le corps descendant de l’araignée et atterrir sur une branche proche. Sous moi, la lourde bête de mana a heurté le sol avec un craquement humide.

Un cri fin et aigu est venu d’à côté, puis s’est coupé.

J’ai réalisé que la troisième araignée à pattes en forme d’épée n’était plus dans les arbres, et mon estomac s’est retourné une nouvelle fois. Mon regard a parcouru rapidement le sol de la forêt, mais je n’ai pas vu la bête de mana ou la fille elfe.

Exploitant mon mana de vent, j’ai sauté de branche en branche, me déplaçant dans la direction où elle avait couru.

La perspective élevée augmentait ma visibilité à travers le sous-bois, mais j’ai quand même failli la manquer : dans un creux entre trois arbres tombés, il y avait un trou sombre, ressemblant à une toile d’araignée, largement recouvert de feuilles et de branches cassées.

Quelque chose bougeait dans les ombres à l’intérieur du trou.

Sans avoir le temps de réfléchir, j’ai sauté des arbres, visant directement l’ouverture de la grotte.

Le vent m’a fouetté, faisant voler mes cheveux derrière moi comme un drapeau. J’ai utilisé le mana imprégné autour de mes jambes pour me pousser vers le bas et l’extérieur afin de mieux contrôler ma chute. Les deux dagues étaient tenues dans une prise inversée, prêtes à frapper.

L’araignée à pattes en forme d’épée n’a même pas eu le temps de sentir ma présence avant que je ne la percute, la force de notre collision faisant craquer sa carapace durcie et nous projetant tous les deux à travers un mur dense de toiles. Au même moment, mes dagues ont pénétré dans son dos, entre les deux pattes.

Nous avons rebondi contre le mur de la grotte – qui, en fait, était un trou profond qui plongeait presque directement dans l’obscurité – avant de nous immobiliser, suspendus dans les toiles collantes et filiformes.

Au-dessous de moi, l’araignée s’agitait faiblement, ses pattes en forme de lame sciaient la toile, ses entrailles suintaient par la fissure de son abdomen et des trous de son dos.

Des halètements terrifiés venaient d’en haut.

Coincée comme… eh bien, comme une mouche dans une toile d’araignée, la jeune elfe se débattait dans le piège, mais ne parvenait pas à se libérer. Ses yeux, incolores dans l’obscurité de la grotte, étaient écarquillés de terreur, et son corps entier se dilatait et se contractait avec des respirations rapides et superficielles.

“Du calme, les araignées sont… ”

J’ai été interrompu par son cri lorsque quelque chose a surgi d’en bas et a arraché la dernière araignée à pattes d’épée de la toile. Le coup a été si rapide que la créature avait déjà disparu avec sa prise avant que je puisse la voir.

L’apparition de cette bête de mana encore plus grande et plus dangereuse a provoqué des spasmes de terreur chez la fille. Elle se tordait et se retournait dans les brins collants, se rattrapant de plus en plus à chaque mouvement.

“Bon sang, arrête de bouger !” Mais ça n’a servi à rien. Mes paroles sont tombées dans l’oreille d’un sourd, et les mouvements de la fille étaient sûrs de ramener la bête de mana vers nous une fois qu’elle en aurait fini avec l’araignée.

À l’aide de mes dagues, j’ai commencé à couper les cordes de soie d’araignée, en m’assurant que j’étais toujours soutenu et que je ne tomberais pas dans les mâchoires de l’horreur souterraine qui vivait dans cette grotte.

Une fois libéré et accroupi en toute sécurité sur une corniche rugueuse usée dans la paroi de la grotte, j’ai concentré le mana dans mes yeux et mes oreilles et j’ai regardé dans l’obscurité.

Je pouvais juste distinguer une partie d’une forme enroulée et segmentée dans une caverne en dessous. Elle tressaillait en dévorant l’araignée, les bruits de claquement et de craquement qui s’ensuivaient résonnaient dans l’entrée de la caverne.

Bien que je ne puisse voir qu’une partie du corps de la bête, je pouvais dire qu’elle était énorme, au moins neuf mètres de long, peut-être plus.

Elle était constituée de parties segmentées, chacune soutenue par plusieurs pattes, et me faisait penser à un mille-pattes géant. Le peu de lumière qui atteignait le fond du puits de descente se reflétait sur d’épaisses plaques d’armure chitineuse.

Je ne reconnaissais pas la bête, ni ne connaissais sa classification, mais j’étais sûr qu’elle était puissante.

La jeune fille elfe continuait à se débattre sauvagement contre la toile, la faisant trembler, comme si elle avait sonné la cloche du dîner pour la créature en dessous.

Je savais que je pouvais m’en sortir assez facilement, mais pour atteindre la fille, il faudrait que je me jette à nouveau au milieu de la toile, ce qui me mettrait dans une très mauvaise position pour me défendre contre une autre attaque.

Ce serait mentir que de dire que je n’ai pas envisagé de sortir et d’abandonner l’elfe à son sort.

Mais au lieu de sauter et de sortir de la grotte, je suis descendu plus bas. Aussi prudemment et silencieusement que possible, en utilisant le mana du vent pour atténuer le bruit, j’ai sauté de rebord en rebord jusqu’à ce que je sois juste sous le rebord du toit de la caverne qui s’ouvrait sur le puits de descente.

La caverne n’était pas aussi grande que je m’y attendais, bien que je pouvais à peine distinguer une poignée de trous sombres où d’autres tunnels sortaient du repaire de la bête mana, se prolongeant peut-être dans un plus grand réseau de terriers.

Il y avait six mètres entre le toit de la caverne et le sol brut, et peut-être neuf ou douze mètres de diamètre.

L’énorme bête de mana était juste en dessous de moi.

Comme je l’avais pensé d’en haut, elle ressemblait beaucoup à un mille-pattes géant recouvert d’un épais blindage. Mais il était plus grand que je ne l’avais imaginé. Beaucoup plus grand.

Il avait deux longues antennes qui sortaient du sommet de sa tête plate, sondant constamment tout autour de lui, et deux mandibules incurvées, chacune aussi longue que moi. Cette chose pouvait me casser en deux d’une seule morsure.

Son extrémité arrière s’est fendue et rétrécie, se recourbant en deux queues barbelées semblables à des scorpions.

Puis j’ai réalisé ce que c’était. Un ravager…

(prononcer le à l’anglaise je rappele que je laisse le nom des bêtes de mana en anglais sauf pour certaines car ce sont des noms d’animaux)

La bête de mana de classe S s’est déplacée, se déplaçant autour de son repas éphémère. Maintenant que j’étais plus près, j’étais sûr qu’elle faisait au moins quinze mètres de long, mais la façon dont elle s’enroulait sur elle-même masquait sa véritable taille.

Les Ravagers étaient des créatures souterraines qui vivaient généralement dans les parties les plus sauvages de la Clairière des Bêtes. Ils chassaient les autres bêtes de mana de classe S, comme le Iron Hydrax et le Midnight Grizzly, en installant des pièges comme ce puits de descente et en les appâtant avec d’autres bêtes plus faibles.

Ou des petites filles elfes, me suis-je dit avec amertume.

De petits tremblements parcouraient le réseau de toiles, qui descendait jusqu’au sol de la caverne. Le ravager savait déjà qu’il avait d’autres proies dans son piège, j’en étais sûr, mais l’araignée à pattes en forme d’épée avait calmé sa faim, et il prenait son temps pour arriver à son prochain casse-croûte.

J’aurais peut-être assez de temps pour sortir du tunnel, si j’étais prêt à laisser la fille derrière moi. Même dans ce cas, c’était un peut-être.

Et la créature serait toujours là, bien trop près du Mur pour être à mon aise.

En me relevant, j’ai rampé autour du bord du tunnel vertical, m’accrochant au mur de terre juste au-dessus de l’endroit où il s’ouvrait sur la caverne plus large.

Je pouvais entendre le ravager se déplacer, ses centaines de pattes remuant la terre avec un bruit de raclage faussement silencieux.

Sa tête est apparue en dessous de moi, les antennes se déplaçant devant elle, poussant les toiles et courant le long des murs. Elles me faisaient penser à un couple de vers géants rampant dans la terre.

Un cri rauque est venu d’en haut.

Le ravager s’est arrêté, son corps entier tremblant alors qu’il se préparait à s’élancer dans le tunnel et à dévorer la fille.

À court d’options, je me suis laissé tomber directement, atterrissant sur le dos de la bête mana de classe S, juste derrière sa tête, et j’ai dirigé mes deux lames vers un espace entre deux des plaques volumineuses qui constituaient son exosquelette.

Soudain, le ravager s’est mis à bouger, son corps se rétractant en arrière hors de l’entrée du tunnel à une vitesse surprenante. J’ai trébuché et je suis tombé à plat ventre, mes lames manquant leur cible, raclant la carapace dure à la place. Le ravager continuait de bouger, s’éloignant du tunnel pour pivoter vers l’intérieur de la caverne, me rapprochant des deux queues de scorpion qui s’enroulaient à son autre extrémité.

Mon corps a glissé sur le blindage lisse jusqu’à ce que je roule sur le côté du ravager.

Ne voulant pas tomber sur la trajectoire de ses pattes, je me suis poussé vers l’extérieur, m’éloignant de la bête de mana, puis j’ai envoyé une rapide poussée de mana de vent pour me redresser et atterrir sur mes pieds.

Le ravager m’encerclait comme un mur vivant, ses jambes piétinant le sol mou tandis que sa tête large et plate flottait d’avant en arrière, les longues antennes tâtant le toit, le sol et le long de son propre dos.

Les queues barbelées planaient au-dessus de lui, prêtes à frapper. Je m’attendais à ce qu’elles me tombent dessus à tout moment, mais le ravager s’est retenu.

Je suis resté en place, accroupi sur le sol au milieu de la masse de pattes et de segments blindés qui se tordaient. Le ravager ralentissait, et après quelques secondes de plus, il a entièrement cessé de bouger, à l’exception des antennes.

Le corps massif entier s’est abaissé, se pressant contre la terre. Les antennes ont parcouru le sol de la grotte, très lentement. La tête et les mandibules étaient dirigées directement vers moi.

Le ravager n’avait pas d’yeux.

Cette bête de mana était entièrement souterraine, et, j’ai réalisé, aveugle. Il chassait de grandes et puissantes proies par les vibrations qu’elles émettaient lorsqu’elles se déplaçaient à la surface. Elle n’avait pas l’habitude de combattre des choses beaucoup plus petites qu’elle, qui normalement ne représentaient aucune menace.

Mais à quel point ces antennes étaient-elles sensibles ?

Condensant soigneusement une balle de mana de la taille d’une bille dans ma main, je l’ai tirée sur le mur arrière de la caverne, où elle s’est écrasée dans un bruit sourd.

Le ravager s’est tordu à une vitesse horrible et ses deux queues se sont déployées, creusant de profonds sillons dans la terre. Le corps s’est déroulé autour de moi et s’est déplacé pour inspecter l’endroit, les antennes cherchant sa proie.

J’ai examiné ce que je pouvais voir de la grotte à nouveau, cherchant un moyen de sortir de cette situation. Ça n’avait pas l’air bon.

Je n’avais aucun moyen de savoir où se trouvaient les autres tunnels, et je ne pouvais pas m’y rendre sans attirer l’attention du ravager. Il se déplaçait plus vite que moi, et une attaque meurtrière pouvait venir de n’importe quel côté.

Si je courrais vers l’entrée de la grotte, pourrais-je grimper et sortir assez rapidement pour échapper aux mandibules de la bête de mana ? Peut-être, si le ravageur pouvait être distrait.

Plus tôt, il ne m’avait pas trouvé immédiatement après que je sois tombé de son dos, ce qui m’a fait penser que mes mouvements n’étaient pas détectables par rapport aux siens. Si je pouvais le faire bouger…

Condensant une autre balle de mana entre mes doigts, je l’envoyai par-dessus le dos du ravager et dans la bouche d’un des tunnels connectés. Cependant, au moment où elle a frappé la paroi du tunnel, elle était si indistincte que même mes oreilles améliorées par le mana ne l’ont pas entendue.

Comme la bête de mana n’a pas immédiatement plongé dans le tunnel, je ne pouvais que supposer qu’elle n’avait pas remarqué non plus.

Le tunnel était trop loin. En tant qu’augmenteur, je ne pouvais envoyer mon mana que jusqu’à une certaine distance de moi. Les balles n’avaient tout simplement pas l’énergie nécessaire pour faire assez de bruit pour attirer l’attention de la bête.

Un cri de gémissement est venu du tunnel vertical derrière moi, faisant tourner la tête et les antennes du ravager dans cette direction.

Le tunnel que j’avais choisi pour ma distraction était directement en face de l’entrée de la caverne, aussi loin que possible. J’avais voulu le conduire plus loin de l’endroit où je devais m’échapper, mais il y avait d’autres tunnels plus proches.

Avant que le ravager ne décide de retourner à son piège et de se servir de la fille elfe comme d’un casse-croûte, j’ai envoyé trois balles d’air rapides vers le tunnel latéral le plus proche.

Le premier a touché le sol juste devant l’entrée du tunnel, projetant une gerbe de terre. La deuxième a touché le mur du tunnel un moment plus tard, et la troisième s’est écrasée contre le toit à une vingtaine de mètres.

Le ravageur était en mouvement avant même l’impact de la troisième balle, déroulant son long corps et remplissant la caverne du son de centaines de pas rapides.

Déguisé par le bruit, je me suis précipité vers la sortie et j’ai commencé à sauter dans le tunnel, chaque saut étant renforcé par le mana qui tourbillonnait autour de mes jambes.

La fille était toujours coincée dans les toiles, mais j’ai été surpris de voir quatre lianes qui descendaient de la forêt, serpentant à travers les toiles pour s’enrouler autour d’elle et essayer de la libérer.

Je l’ai dépassée et suis sorti par la bouche de la grotte. J’ai attrapé la liane la plus épaisse, qui était enroulée autour de sa taille, et j’ai sauté.

Des cordes collantes de toile du ravager se sont accrochées à elle alors qu’elle était soulevée de la grotte et déposée doucement sur l’un des gros rondins qui masquaient le piège. Dès qu’elle fut en sécurité, les lianes se sont tordues vers moi, devenant une barricade me séparant de la fille.

Elle me regardait avec de grands yeux craintifs de la couleur de la menthe fraîche. Son visage fin et anguleux était maculé de terre et de sang, et ses cheveux blonds brillants étaient un enchevêtrement de feuilles, de brindilles et de toiles.

Très calmement, j’ai dit, “Pas le temps. Nous devons y aller”, et lui ai fait signe de me suivre.

Elle n’a pas bougé.

J’ai fait un pas vers elle, mais l’une des lianes s’est jetée sur moi comme un fouet. Mon avant-bras s’est levé pour la bloquer, et quand elle s’est enroulée autour de moi, j’ai donné un coup sec qui a cassé la liane en deux.

La fille a sursauté et a essayé de s’éloigner de moi, mais sa paume a glissé sur la mousse qui recouvrait le rondin et elle est tombée en arrière en poussant un cri bref et perçant.

Un instant plus tard, le grondement de quelques centaines de pattes tirant un corps blindé de 15 mètres de long dans un tunnel en terre couvrait tout le reste.

J’ai à peine eu le temps de me hisser dans les branches penchées sur l’ouverture de la grotte avant que le ravageur ne sorte de son trou. Je n’ai pas fait attention, j’ai fait tout ce que j’ai pu pour briser certaines des fines branches en grimpant dans l’arbre, en faisant le plus de bruit possible.

Le ravager n’a pas tardé à suivre, son long corps s’élevant de plus en plus haut hors du trou, puis se penchant sur l’arbre dans un fracas de branches cassées. Les mandibules en forme de faux se sont refermées avec un bruit retentissant à quelques mètres en dessous de moi.

Sur le sol de la forêt, la fille s’enfuyait, mettant de la distance entre elle et la bataille.

Plaçant mes pieds fermement à la base d’une branche épaisse, j’ai fait un saut avec du mana qui m’a amené à près de six mètres en haut de l’arbre, me donnant une seconde pour respirer.

Le ravager s’était entièrement retiré du tunnel et s’était enroulé autour du tronc de l’arbre afin de continuer à grimper après moi. Il y eut un gémissement alors que les racines se détachaient du sol et que l’arbre penchait dangereusement sur le côté, incapable de supporter la masse de l’énorme bête de mana.

Est-ce qu’il nous suivrait si je sautais et faisais une pause ? Même si ce n’était pas le cas, combien de temps avant que le ravager ne trouve le Mur ? Il pourrait creuser sous la barrière extérieure et entrer directement dans la ville.

Ce serait un massacre.

Les antennes étaient presque à ma hauteur, se tortillant d’avant en arrière pour me détecter, sans quoi le ravager aveugle serait paralysé.

Je sentis mon visage se tordre en une grimace de concentration alors que je me laissais tomber de la branche sur laquelle je me tenais, dagues prêtes. Alors que je passais devant la tête de la bête de mana, j’ai balayé les dagues jumelles vers l’extérieur, chacune d’entre elles se déplaçant en un arc lisse qui a coupé en deux l’une des longues antennes.

La chair caoutchouteuse se sépara facilement, mais les mandibules se refermèrent comme un piège à ressort, attrapant quelques mèches de mes cheveux et les arrachant de ma tête alors que je tombais. En poussant un cri de colère, j’ai retourné les deux dagues et les ai enfoncées dans la partie inférieure du ravageur, qui n’était pas blindée comme les plaques sur son dos.

Un hurlement semblable à celui d’une cigale géante m’a fait grincer des dents, mais j’ai tenu fermement le manche de mes dagues tout en continuant à glisser le long du corps du ravager, déchirant deux longues entailles dans son ventre.

Du sang jaune et visqueux tombait autour de moi comme de la pluie. Le bruit était si fort et si terrible que je craignais de m’évanouir. Soudain, je fus écrasé entre la bête de mana et l’arbre, cloué sur place, ce qui m’assomma.

Puis je suis retombé, entouré d’éclats de bois et de la chair rouge foncé du ravageur.

Le cri de la bête de mana avait chassé toute pensée de ma tête. Je n’arrivais même pas à me concentrer suffisamment pour utiliser le mana, et je suis tombé librement jusqu’à ce que je touche le sol avec un bruit sec. Une douleur lointaine me tiraillait le côté gauche, et je me demandais combien de côtes étaient cassées. Le fracas du corps plaqué et segmenté du ravager frappant le sol autour de moi semblait durer très longtemps.

Allongé sur le sol de la forêt, les yeux fermés et les oreilles bourdonnantes, je me demandais si la fille elfe avait survécu. Sous le bourdonnement insistant laissé par l’attaque hurlante du ravager, la forêt semblait silencieuse. L’absence du bruit de la bête de mana était un bon signe, au moins.

Finalement, après ce qui aurait pu être quelques secondes ou quelques minutes, j’ai essayé de rouler sur le côté et de me mettre en position assise. Une douleur sourde et profonde sous mes côtes m’a coupé le souffle, me forçant à m’allonger.

J’ai laissé échapper un sifflement et j’ai tenté d’approcher une main de l’endroit où je me trouvais : quelque chose dépassait de mon côté.

Avec effort, j’ai forcé mes yeux à s’ouvrir et me suis regardé.

Le dard barbelé de l’une des queues de scorpion s’était enfoncé dans le bas de mon dos, me traversant de part en part pour ressortir par devant.

“Merde.”

Je savais que je devais me libérer du dard, mais c’était plus facile à dire qu’à faire.

En scrutant le sol autour de moi, j’ai repéré une de mes dagues à moitié enfoncée dans la terre à plusieurs mètres. Trop loin pour que je puisse l’atteindre.

J’ai attrapé l’extrémité barbelée de la queue et j’ai tenté de la briser à la main, en infusant mes bras de mana pour me donner de la force, mais je n’ai pas réussi à faire levier en étant couché sur le dos.

“B-bonjour ?”

La voix légère et effrayée venait de l’autre côté de la montagne de viande du ravager.

” Tu es en vie “, ai-je dit, le mouvement de mes muscles autour du dard de la bête mana provoquant une nouvelle vague d’agonie qui se propageait dans le reste de mon corps. “C’est bien.”

“T-tu as l’air… tu es blessé ?”

“Ça va aller”, ai-je gémi, pas sûr que ce soit vrai. “Tu peux m’atteindre ?”

J’ai entendu des craquements, comme des arbres soufflant dans le vent, puis j’ai senti les pas de la fille s’approcher.

“Oh mon…”

Sans rien dire, j’ai montré du doigt l’endroit où la dague dépassait du sol mou.

La fille a couru jusqu’à elle, puis est revenue, la tendant avec précaution.

Je l’ai prise et j’ai commencé à scier le dard dur comme la pierre, en essayant d’enlever l’ardillon pour pouvoir me libérer. Après quelques secondes, j’ai réalisé que mes muscles étaient fatigués, si fatigués que j’avais du mal à tenir la lame.

Je respirais difficilement et je sentais la chaleur irradier de ma poitrine et de mon cou.

“Venin”, ai-je dit doucement, laissant mes bras se relâcher pendant une seconde.

Les yeux de la fille sont devenus encore plus grands, et elle a tendu une main tremblante vers la dague. “Je peux essayer…”

En reniflant, je me suis remis à scier le dard du mieux que je pouvais. Il était à peu près aussi épais que mon poignet, et aussi dur qu’une corne. Dans d’autres circonstances, j’aurais probablement pu le faire sans trop de problèmes, mais en l’état actuel des choses, je savais qu’il y avait une réelle chance que je meure du venin avant de pouvoir me libérer.

La fille a regardé pendant un moment, ses grands yeux couleur menthe me fixant, les larmes les faisant briller même dans la faible lumière. J’ai résisté à l’envie de lui crier dessus, gardant mes forces pour le travail. Au bout d’une minute, elle a semblé sortir de sa stupeur et s’est mise à courir dans tous les sens, fixant le sol de la forêt.

“Qu’est-ce que tu fais ?” J’ai grogné, incapable de cacher mon irritation. Je ne pouvais même pas mourir en paix ?

“Je regarde”, a-t-elle répondu par-dessus son épaule, puis je l’ai perdue de vue.

Mon cerveau fatigué et empoisonné ne trouvait rien d’autre à dire, mais un craquement du dard du ravager m’a recentré. J’avais taillé un peu plus de la moitié du chemin.

Avec la lame toujours logée dans le dard noir pour faire levier, j’ai attrapé le bout partiellement cisaillé et j’ai tiré. Il s’est tordu, claquant et craquant, puis s’est finalement libéré.

Plusieurs gouttes d’un liquide noir et épais ont jailli de l’extrémité sectionnée.

Ne voulant pas m’empoisonner davantage, j’ai déchiré un morceau de ma chemise et essuyé autant de venin que possible, puis j’ai commencé à me glisser le long du dard jusqu’à ce que je le sente sortir de mon dos.

Mes jambes tremblaient et tout me faisait mal, alors je me suis assise, une main sur le trou dans mon estomac. Le sang coulait librement entre mes doigts.

“Écoute”, ai-je dit quand j’ai entendu des pas pressés s’approcher. “Il y a un endroit où tu peux aller. Le Mur. Pas trop loin.” J’avais un peu de mal à m’exprimer.

Les cheveux brillants de la fille rebondissaient alors qu’elle s’agenouillait devant moi et commençait à bourrer quelque chose dans la blessure. “Tournetoi un peu pour que je puisse atteindre l’arrière aussi.”

Je l’ai fait, même si je ne pouvais pas comprendre ce qu’elle faisait, et j’ai continué à lui donner des instructions. “Tout droit vers l’ouest, puis suivre les montagnes vers le sud. C’est juste à quelques heures d’ici.”

Une fois qu’elle a eu fini avec mon dos, la fille s’est déplacée pour s’asseoir en face de moi et m’a tendu trois petites gousses vertes. “Tiens, mâche-les. Vite.” J’ai levé un sourcil et regardé les cosses, chacune de la taille de mon pouce.

“Graines de tilleul. C’est un antivenin naturel et les feuilles d’ocimum arrêteront les saignements.”

Avec un haussement d’épaules, j’ai mis les trois cosses dans ma bouche et j’ai mâché rapidement. Chacune d’entre elles contenait des dizaines de petites graines au goût légèrement sucré et de noix.

La fille a posé une main sur mon épaule et l’a poussée légèrement. “Allonge-toi et repose-toi. Laisse ton mana te guérir. Je vais monter la garde, d’accord ?”

Le tremblement dans sa petite voix n’inspirait pas vraiment confiance, mais si son remède ne fonctionnait pas, j’allais mourir de toute façon, alors je me suis laissée tomber sur le sol et j’ai refermé les yeux.

“Je m’appelle Camellia, au fait. Merci. Merci de m’avoir sauvée, je veux dire.”

“Jasmine”, ai-je marmonné, fatigué.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser