Supreme Magus chapitre 982

Guerre froide partie 2 |

Traducteur: Ych
———

“Le royaume est béni par quatre rajeunisseurs, et pourtant aucun d’entre eux n’a été appelé à l’aide. Je ne peux m’empêcher de me demander si c’est parce que les Cours des morts-vivants ont déjà obtenu ce qu’ils voulaient.” dit Jirni.

Ses paroles instillaient le doute sur le fait que le camp de Deirus pouvait cacher plusieurs serpents dans l’herbe. Les Royaux connaissaient la guerre froide en cours entre les Ernas et les Deirus, pourtant ils ne pouvaient pas rejeter les allégations de Jirni à la légère.

“Nous les avons effectivement appelés, mais ils appartiennent tous au Griffon blanc, l’académie du capitaine Ernas, et ils ont refusé de nous aider.” La directrice Onia dit une fois que la reine l’a autorisée à parler. “Le mage Verhen a dit…”

“Archimage Verhen.” Sylpha corrigea Onia et augmenta la pression du réseau à tel point que la directrice faillit embrasser le sol.

“L’archimage Verhen a dit des choses que je n’ose pas répéter dans cette salle. Marth et Vastor ont réussi à restaurer le corps du seul jeune qu’ils ont accepté de visiter, mais se sont déclarés incapables de nettoyer le venin. Quant à Manohar…”

“C’est monsieur Manohar pour toi.” Le professeur fou corrige Onia et lui plaque le visage sur le sol avec l’une de ses constructions.

“Manohar !” Les Royaux le réprimandent à l’unisson. “La directrice est notre invitée d’honneur et tu la traiteras avec le respect qu’elle mérite”.

“Ce n’est pas ce que je viens de faire ?” Il avait l’air franchement confus.

“Par la Grande Mère.” Meron serra ses tempes qui semblaient sur le point d’éclater tant le dieu de la guérison lui donnait mal à la tête.

‘Pourquoi à chaque fois que je veux qu’il soit là, il est absent alors qu’il ne manque jamais une audience quand je veux qu’il me lâche ?’ pensa le roi.

‘Cet homme est à la fois une malédiction et une bénédiction’. Sylpha répondit.

“Pourquoi as-tu refusé de les aider?” demanda la reine.

“Parce que même si je n’aime pas la vieille sorcière Ernas, j’aime encore moins cette bande de ratés. Je veux dire, à moins de descendre dans leur arbre généalogique, leur dernier exploit est d’allumer leurs propres pets, et pourtant ils se donnent des airs de…”

“Manohar !” Les royaux lui coupent la parole.

“Je veux dire que cette charmante grand-mère et moi avons nos différences…” Il désigna Jirni, qui ne pouvait pas se fâcher puisque Gunyin lui donnait des petits-enfants depuis quelques années déjà. ” …Mais nous nous respectons, alors que je ne connais même pas ces types.

“Je n’ai aucune obligation de les aider, sauf si votre Majesté m’ordonne le contraire, bien sûr. ” Le dieu de la guérison fit une petite révérence aux Royaux, espérant que tout irait pour le mieux.

À chaque ordre que les Royaux lui donnaient, une de ses escapades serait pardonnée. Après avoir nettoyé cinq branches des Cours des morts-vivants et chassé la Nuit du Royaume, Manohar n’avait besoin que de quelques pardons pour se sortir des eaux chaudes.

“Pas encore. Le département des Balkors et toutes les académies étudient le nouveau venin en ce moment même. Ils ont seulement besoin d’un peu de temps et de chance pour le découvrir.” Sylpha secoua la tête, ce qui fit gémir les nobles.

Manohar était revenu récemment. Lui donner les moyens de s’enfuir à nouveau en toute sécurité était une très mauvaise idée.

“J’aimerais vous faire remarquer que, même si l’archonte Ernas a raison sur le fait que les Cours des morts-vivants estropient les jeunes pour discipliner leurs familles et sur le fait que c’est en raison de la stupidité des victimes que les attaques ont réussi, certains témoins affirment avoir vu une petite silhouette vêtue de noir s’échapper de la scène du crime.” Le duc Nuragor a dit une fois que le roi lui a donné la permission de parler.

Il était le père de Kallion et sa rancune envers les Ernas était profonde. Le duc était déjà en train de planifier le mariage de son fils avec Phloria lorsqu’il avait appris qu’elle avait non seulement mis fin à leur relation, mais aussi humilié Kallion devant les Royaux.

“Es-tu en train de suggérer que c’est moi qui l’ai fait ?” Jirni est outré par cette accusation.

“L’agresseur travaillait seul, il était petit, et tes aiguilles de renommée mondiale correspondraient aux piqûres qui ont paralysé ces pauvres jeunes. Alors oui, l’idée que tu puisses vouloir te venger de nous m’a traversé l’esprit plus d’une fois.” Le duc dit.

“C’est impossible.” Le roi dit en balayant l’air de son bras pour rejeter fermement une telle idée. “L’archonte Ernas travaille 24 heures sur 24 et est rarement seul. Il y a beaucoup de témoins qui peuvent confirmer où elle se trouvait pendant la plupart des attaques.

“Plus d’une fois, elle est venue ici, pour nous mettre au courant des derniers développements de ses enquêtes.” Les paroles du roi ne mettaient personne à l’aise, elles ne faisaient qu’apparaître Jirni comme une adversaire encore plus redoutable aux yeux de ses ennemis comme de ses alliés.

Ils étaient certains qu’elle était à l’origine de l’attaque et qu’elle avait laissé à dessein suffisamment d’indices pour être reconnue. À l’exception des Royaux, toutes les personnes présentes pensaient qu’elle envoyait un message qui disait :

“Si vous détruisez la carrière de ma fille, je détruirai la vie de vos enfants et avec eux l’avenir de vos foyers”.

Tout le monde savait à quel point il était difficile de remplacer un héritier doué pour la magie qui était aussi un bon dirigeant pour ses terres. Velan Deirus était la preuve vivante que trois générations de travail acharné pouvaient facilement s’effondrer.

Après avoir vu que même le professeur fou s’était rangé de son côté, les membres des cours royales pensaient que pour se venger, Jirni avait accepté de travailler avec Balkor.

Les membres de la Cour des morts-vivants, au contraire, après qu’elle ait systématiquement détruit leurs branches dans le Royaume du Griffon, révélé l’identité de leurs aînés qui étaient restés cachés pendant des siècles avant son arrivée, et tué plusieurs de leurs champions, ont cru que Balkor travaillait pour Jirni.

***

Désert de sang, tribu des Plumes oubliées, il y a quelques semaines, juste après que Manohar ait fini sa tâche et ait accepté l’offre d’aide d’Orion.

Après avoir failli perdre la bataille contre la Nuit Noire et vu à quel point les constructions de lumière dure étaient polyvalentes, Ilyum Balkor s’entraînait tous les jours à la maîtrise de la lumière, à la création et à la magie du chaos.

‘Manohar est peut-être fou, mais il avait raison sur un point. Si Nuit avait décidé de rester et de se battre après avoir perdu son hôte, sans sa fierté blessée et son obsession pour moi, elle aurait pu facilement m’achever.’

‘J’étais trop faible pour me défendre, même contre sa forme cristalline. Pour maîtriser les niveaux supérieurs de la magie du chaos et empêcher mes créations de s’effondrer au bout de quelques minutes, je dois approfondir ma compréhension de la magie de la lumière.’ pensa-t-il.

Grâce à toutes les années passées à étudier les morts-vivants et les Abominations, Balkor ignorait peu de choses sur l’élément ténèbres. Tout comme Lith, il avait découvert l’art de façonner la lumière grâce à ses études sur les ténèbres.

Les deux disciplines étaient étroitement liées et, à haut niveau, elles partageaient bien plus de similitudes que le mage moyen ne l’aurait jamais pensé. La plupart des gens croyaient que chaque élément avait son opposé, alors que Balkor savait à quel point ils se trompaient.

Les six énergies élémentaires pouvaient coexister à la fois dans l’énergie du monde et dans le mana que possédaient toutes les choses sur Mogar. Il n’y avait pas de conflit, seulement une harmonie qu’il fallait bouleverser pour déclencher leurs capacités destructrices.

C’était un mystère si profond qu’aucun des Gardiens n’avait accepté de lui enseigner, et à l’étude duquel il consacrait chaque minute qu’il ne passait pas avec Leegaain pour étudier les hybrides monstre-Abomination ou avec sa famille.

“Je suis désolé de te déranger, mon cher, mais tu as des invités. Encore une fois.” Eos Balkor, la femme d’Ilyum, a tiré le rideau de sa tente, laissant la lumière du soleil illuminer le laboratoire de son mari.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser