Supreme Magus chapitre 952

L'apprenti surpasse le maître Partie 2 |

Traducteur: Ych
———

Bytra effectua un virage serré sur sa gauche, créant un nuage de cendres à partir de ses ennemis tombés au combat et revivant ses souvenirs de Bête Empereur.

Après avoir évolué et appris les arts du Forgemastering de la lignée Raiju, Bytra les avait mis à l’épreuve contre le premier et le plus grand souverain des flammes, Ripha Menadion.

Elle avait perdu en expérience et en compétence, mais pas en talent ni en amour pour la maîtrise de la forge. Les deux maîtres artisans admirant leurs créations respectives, Menadion proposa à Bytra de devenir son apprentie.

La Raiju accepta et bientôt, grâce aux enseignements de Menadion et à son propre talent, Bytra devint le 4e souverain des flammes. C’était un titre très convoité qui l’identifiait comme le meilleur maître de forge de sa génération, mais la première place au classement général appartenait toujours à Menadion.

Bytra avait vécu dans sa tour et l’avait observée travailler avec la Fureur de Menadion suffisamment longtemps pour comprendre la raison pour laquelle elle était incapable de surpasser le premier souverain des flammes.

Bytra avait beau exploiter son potentiel, sans la tour, elle n’aurait jamais pu fabriquer quelque chose comme la Furie. Pour sortir de l’ombre de Menadion, elle devait égaliser les chances.

À chaque tentative ratée de combler le fossé qui les séparait, l’admiration et le respect se transformaient en une envie aigrelette qui empoisonnait la vie de Bytra ainsi que ses créations.

Le souvenir se termina, faisant hennir Bytra de fureur comme si les événements dont elle avait été témoin ne s’étaient pas déroulés il y a des siècles, mais hier. Uria la Dame Blanche profita de sa confusion pour projeter une masse d’eau de la taille d’une rivière.

Elle recouvrit le sol, dispersant l’électricité qu’elle stockait et faisant s’écraser le Raiju sur le sol. Le bolide vivant s’était enfin arrêté et les morts-vivants ne manquèrent pas leur chance de reprendre le dessus.

Les Wights et les Wraiths drainèrent la force vitale de Bytra simplement en la touchant, tandis que le reste des morts-vivants utilisaient leurs griffes pour viser ses organes vitaux. Ils maudissaient à présent leur propre réseau de scellement dimensionnel qui ne leur laissait rien d’autre que ce qu’ils portaient.

Pour l’éteindre, il leur faudrait atteindre le panneau de contrôle qui se trouvait juste deux couloirs et trois pièces après le dragon d’ombre.

“Ne t’arrête pas ! Les souvenirs sont tout pour un mage.” dit Xenagrosh. “Ils t’apportent de la douleur, mais aussi du pouvoir et de l’expérience. Rappelle-toi qui tu es, Byt ! Rappelle-toi et reviens vers moi !”

Bytra gémit de douleur, déchirée entre les visions du passé de la folie du sang et la menace actuelle. Poussé par les mots de Zoreth, le Raiju embrassa la souffrance provenant des deux sources et se métamorphosa à nouveau.

Une autre salve d’éclairs, de Chaos et de sang lui permit de se lever.

Sa forme humanoïde ressemblait à celle d’une femme couverte de petites écailles noires, avec des cornes sur la tête et de longs cheveux rouge sang qui dansaient dans les airs comme si elle était au milieu d’une tempête.

Une salve de flammes émeraude enveloppa son corps, le recouvrant d’un de ses prototypes d’armure du Dominateur du Maître, et faisant apparaître la Fureur de Menadion dans sa main gauche.

Le marteau mystique amplifiait ses capacités naturelles, transformant Bytra en une bobine Tesla vivante qui déchaînait sur ses ennemis des éclairs aussi puissants que les éclairs naturels. Certains morts-vivants s’enflammèrent, d’autres moururent sur place, tandis que les autres saignaient par tous leurs orifices.

Le flux de sang et de mana déclenchait les tambours rouges dans sa tête, lui montrant un autre aperçu du passé.

Même si les percées de Bytra dans le domaine de la forge des runes avaient permis aux maîtres de forge de Mogar d’élever leur art à un niveau supérieur, cela ne suffisait pas à étancher son ambition.

Elle en avait assez d’être la deuxième meilleure, au point de déprécier ses propres réalisations. Dans son esprit, elle n’avait fait qu’améliorer quelque chose que Menadion avait créé au lieu d’inventer une nouvelle technique de maîtrise de la forge.

Pour ne rien arranger, Menadion prétendait être son fan numéro un et parlait toujours en termes élogieux de Bytra. Pour la Raiju, cela signifiait que son ancien maître ne se sentait pas menacé par son talent, que Menadion ne la considérait même pas comme une rivale.

Après un échec de trop dans la construction de sa propre tour de mage, Bytra en avait assez de jouer les gentilles.

La stupide Menadion n’ayant jamais révoqué ses privilèges, la Raiju n’eut aucun mal à pénétrer dans la tour et à massacrer tous les précieux apprentis de Menadion, même son soi-disant successeur qu’elle avait mis tant de temps et d’efforts à préparer.

Au moment où les alarmes se sont déclenchées, la tour était peinte en rouge. Menadion fut choquée par la trahison de quelqu’un qu’elle avait toujours considéré comme un ami et fut forcée de décider si elle devait combattre Bytra ou essayer de sauver ceux qui avaient encore une étincelle de vie.

Elle essaya bêtement de faire les deux, donnant à la Raiju la chance de voler la Fureur de Menadion et de s’enfuir après lui avoir transpercé le cœur avec la corne que les Raijus avaient sur le front.

Bytra savait que la tour guérirait la blessure, mais elle a tout de même gagné du temps.

Pendant ce temps, la décharge d’éclairs s’était terminée et Bytra lança la Furie contre ses ennemis, créant un nuage de cendres. Les morts-vivants la croyaient désarmée, mais malgré le marteau qui volait encore dans les airs, il y en avait un autre dans sa main gauche.

La Fureur de Menadion avait la capacité de créer une copie temporaire d’elle-même, ce qui permettait à plusieurs maîtres de forge à la fois d’utiliser ses pouvoirs et d’effectuer des travaux d’artisanat à quatre mains.

C’est ainsi que Bytra a fait ses premières armes au marteau et que Menadion a enseigné à ses apprentis.

La Raiju utilisa la copie pour repousser les vagues suivantes tandis que le marteau original revenait dans sa main, fauchant tout le monde sur son passage.

Bytra était couverte de sang, dont la plupart était le sien, sa chair était déchirée et ses noyaux de mana étaient presque épuisés. La faim l’a presque rendue folle et l’a forcée à revivre ses derniers moments en tant que Bête Empereur.

Après s’être échappée de la tour, la Raiju avait couru pendant des jours tout en utilisant l’Accumulation sans arrêt, afin d’obtenir un noyau violet vif et de combattre Menadion à armes égales.

Il n’y avait aucun moyen de forger de nouvelles reliques, car tant que la première souveraine de la flamme serait en vie, le marteau porterait son empreinte et ne serait rien d’autre qu’un presse-papier fantaisiste.

Malgré les efforts de la Raiju pour gagner du temps, Menadion la retrouva et les deux souveraines des flammes se battirent sans relâche pendant des jours, tombant toutes deux dans un état pire que celui de Bytra à l’heure actuelle.

Menadion pleurait encore ses apprentis tombés au combat et sa force vitale avait été blessée par ses tentatives de sauver au moins l’un d’entre eux.

Son manque de concentration et de vigueur a permis à Bytra de sortir victorieuse. L’émotion que la Raiju a ressentie lorsqu’elle a imprimé la Furie, la faisant enfin sienne, n’a eu d’égale que la peur qu’elle a éprouvée lorsque son noyau de mana a commencé à se fissurer, quelques jours plus tard.

La tension constante de l’entraînement d’abord et du combat ensuite avait poussé la Raiju au-delà de ses limites. C’est ce jour-là que Bytra est morte en même temps que tous ses rêves et que Korgh l’abomination était née.

Bytra n’arrivait pas à croire à quel point son moi d’origine avait été stupide. Elle avait jeté tout ce qu’elle aimait et tous ceux qu’elle aimait pour le pouvoir, juste pour le perdre peu de temps après avoir réalisé son rêve.

Ce n’était pas seulement la victoire qui s’était révélée creuse, mais aussi son cœur. Bytra voulait jeter la Furie pour de bon, tomber à genoux et pleurer à chaudes larmes jusqu’à ce qu’elle trouve un moyen de réparer ses crimes.

Pourtant, elle se tenait droite tout en appréciant le poids de la Furie de Menadion, à la fois physique et spirituel.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
2 mois il y a

Aaaaaah elle quand elle va croiser la route de Solus et Lith ça va lui faire tout drôle.

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser