Supreme Magus chapitre 946

Prise de contrôle hostile, partie 2

Traducteur: Ych
———

“J’ai déjà beaucoup de crises de folie sanguine à la maison et j’ai peur que sous l’effet du stress, les choses s’aggravent encore. Je ne veux pas gâcher ton dossier parfait.” dit Bytra.

“Raison de plus pour t’emmener avec nous. La folie du sang est causée par le traumatisme que les souvenirs de l’autre Bytra ont infligé à ton esprit lorsque tu as assimilé son essence. Tu dois embrasser les bonnes et les mauvaises choses de ta vie précédente si tu veux guérir.” Xenagrosh dit.

“Je ne suis plus cette personne. Ce n’est pas moi qui ai tué tous ces gens pour des raisons insignifiantes. Je ne veux pas et je n’ai aucune raison de me souvenir de ce qu’a fait la Bytra originale !” Bytra a dit, agissant de façon puérile pour une femme de son âge.

“Tu ne l’es pas ? Vraiment ? Alors d’où viennent ce marteau et tes techniques de Forgemastering ?” Xenagrosh pointa du doigt la Fureur de Menadion que Bytra serrait de toutes ses forces.

“Même si tu te débarrasses de son nom d’Abomination, Korgh, tu es tout ce qu’était Bytra la Raiju. Tu récoltes les fruits de son travail, alors tu devrais aussi accepter les conséquences de ce qu’elle a fait en tant que Bête Empereur d’abord et Abomination ensuite.”

La voix de Xenagrosh était calme et ne contenait aucun reproche, pourtant Bytra s’est mise à sangloter.

“Tu penses vraiment que je suis un monstre, Zor ?” Bytra était la seule personne, en dehors du maître, autorisée à utiliser le nom humain de Xenagrosh, Zoreth.

“Ce serait hypocrite de ma part, Byt. Je suis autant un meurtrier de masse que n’importe quel autre membre de l’Organisation. Je ne t’accuse pas de quoi que ce soit. Je dis juste que tu ne peux pas prendre uniquement ce qui t’arrange et cacher le reste de tes souvenirs sous le tapis.

“Ce n’est pas sain. S’il te plaît, crois-moi. Je parle en connaissance de cause.” dit Zoreth. Ils étaient si proches qu’ils utilisaient des surnoms chaque fois tout seuls.

Il fallut un certain temps avant que Bytra ne parvienne à se calmer et encore plus pour qu’elle se mette en tenue pour l’occasion.

” Bon sang, Byt, nous n’allons pas à un gala. Comment peux-tu mettre autant de temps à te préparer ? Porte ton armure, range tes armes, et nous sommes prêts à partir !” Après avoir attendu une demi-heure devant la chambre de Bytra, Zoreth regrettait presque déjà son choix.

“Où allons-nous ?” Bytra a demandé, espérant gagner du temps.

Cela faisait plus de 25 minutes qu’elle était prête, mais elle n’avait pas encore trouvé le courage d’ouvrir la porte.

“Nous nous dirigeons vers la ville de Palaron, dans l’empire des Gorgones. Le royaume des Griffons est interdit d’accès parce que le Jour Lumineux et la Nuit Noire y ont été aperçus. La sécurité est plus stricte qu’un corset et il y a trop de gros joueurs dans le jeu.

“Le désert de sang est également interdit. Surtout parce qu’il n’y a pas de marché noir, à l’exception de ce que Salaark autorise. Notre trésorerie est presque vide et nous devons la remplir à ras bord. Notre mission est un raid.

“Nous allons voler la branche locale et très riche de la Cour du Crépuscule à l’aveugle, nous emparer de leurs marchés noirs et de leurs routes de contrebande. L’opération Prise de contrôle hostile est lancée aussitôt que tu auras foutu le camp !” dit Zoreth.

“On va dire bonjour à ton père ?” Bytra n’a pas pu attendre plus longtemps et a franchi la porte.

Sa nature originelle était celle d’une Bête Empereur, aussi sa forme humaine avait-elle été façonnée selon ce qu’elle s’imaginait être.

Bytra ressemblait à une jolie femme d’une vingtaine d’années mesurant environ 1,75 mètre, avec des yeux dorés et des cheveux argentés. Elle avait une coupe pixie qui mettait en valeur son visage ovale et ses traits délicats.

Elle gardait les cheveux courts parce qu’elle était à la fois maître de forge et forgeron.

La lave ne fait pas bon ménage avec les cheveux égarés et laver l’odeur de soufre est difficile. Sa fonderie était située à l’embouchure d’un volcan, la seule source naturelle de chaleur assez forte pour fondre les métaux enchantés.

Elle portait un ensemble de vêtements très populaire parmi les aventuriers de l’Empire. Il se composait d’une chemise et d’un pantalon kaki, d’une veste en cuir rembourrée de fourrure marron foncé et de bottes à semelle extérieure souple.

Deux marteaux de guerre à une main étaient accrochés à sa ceinture et, même s’ils n’étaient là que pour le spectacle, ils montraient clairement à quel point la main de l’artisan était habile.

” Dieu du ciel, non. Nous allons dans l’Empire des Gorgones exactement parce que mon vieux est le Gardien qui se soucie le moins de son propre territoire. Il m’a clairement dit que la prochaine fois que nous nous affronterons, ce sera en tant qu’ennemis et je ne vais pas donner un coup de bâton au Dragon sans une excellente raison.”

Ils alternèrent l’ouverture des marches Warp pour économiser leurs forces jusqu’à ce qu’ils atteignent les frontières de l’Empire. Entre les tours d’observation et les puissants réseaux mis en place, il était impossible pour un mage de passer inaperçu.

Heureusement pour les hybrides monstre-Abomination, il y avait une troisième option. Xenagrosh se métamorphosa en Dragon de l’ombre, permettant à Bytra de s’asseoir confortablement sur son dos avant de prendre son envol.

En tant que dragon, Xenagrosh pouvait voler si haut qu’elle était hors de portée des tours d’observation et que les réseaux de blocage de l’air ne la dérangeaient pas. Un dragon était trop grand et trop lourd pour voler sans magie, mais elle pouvait tout de même glisser sur les courants d’air jusqu’à ce qu’elle récupère ses capacités magiques.

En plus de cela, un dragon de l’ombre pouvait modifier son poids en transformant une partie de son corps en fumée noire. Ce n’est pas pour rien que Leegaain était connu comme le père de tous les dragons.

Chacun de ses descendants serait une espèce à part entière et leur lignée aurait des capacités uniques. Entre la vitesse de vol du dragon et la magie dimensionnelle, il leur fallut moins d’une heure pour franchir les plus de deux mille kilomètres qui les séparaient de la ville de Palaron.

L’Empire des Gorgones avait un climat plus rude que le Royaume des Griffons et de nombreuses chaînes de montagnes étaient disséminées sur son territoire. Les villes moyennes n’existaient pas, il n’y avait que des petits villages et des métropoles.

L’extension d’une ville était déterminée uniquement par le nombre de champs cultivables à proximité et la facilité d’accès aux routes commerciales déjà établies.

L’hiver et l’automne étant de rudes maîtresses, aucune ville ne pouvait accueillir plus de personnes qu’elle ne pouvait raisonnablement en nourrir. Compter sur les importations était une prérogative réservée aux seules bases militaires.

Les points géographiques stratégiques, où il n’était pas possible de construire des châteaux, étaient présidés par des forteresses flottantes semblables à la capitale de l’empire des Gorgones, Manaron. L’Empire possédait le développement magique le plus avancé des trois Grands Pays, mais cultiver des nuages restait un mythe, même pour eux.

Fournir aux forteresses magiques les ressources dont elles avaient besoin obligeait chaque ville et chaque village de l’Empire à payer une partie de ses impôts en or et le reste en nourriture.

C’était un système unique qui limitait le développement des zones urbaines et rendait les terres fertiles presque plus précieuses que l’or.

La ville de Palaron était un important centre commercial, situé près des plaines du Dragon, l’une des zones de champs cultivés les plus vastes et les plus fertiles de l’Empire des Gorgones. Après la défaite de Veeza la Liche, dont les armées avaient conquis les Plaines pendant les premiers jours de l’invasion, la province était en train de se réorganiser rapidement.

Les serviteurs de la Liche avaient détruit les réserves de nourriture avant de s’enfuir et d’empoisonner la terre, faisant perdre à l’Empire deux récoltes consécutives. La nourriture était devenue si rare que la sécurité des champs était devenue l’une des principales priorités des gouverneurs locaux. .


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser