Supreme Magus chapitre 944

La création et le chaos, partie 2

Traducteur: Ych
———

Nuit aurait voulu Clignoter au loin, mais ils se trouvaient au milieu de l’encerclement créé par les Supernovas, et celui-ci couvrait entièrement la zone d’effet du sortilège dimensionnel, et même un peu plus.

“Tu es fou !” dit-elle en se préparant à l’impact. Elle pompa autant de mana qu’elle le pouvait à l’intérieur de l’armure de la Rose Noire et engloba son corps d’une épaisse couche de ténèbres.

“En effet !” Manohar répondit alors que le monde autour d’eux se transformait en l’équivalent grossier de la surface du soleil.

Pendant ce temps, à l’extérieur, Balkor était stupéfait à la fois par la maîtrise de Manohar sur son sort et par sa bêtise. Pas un seul grain de lumière ou de feu n’échappa à l’encerclement, laissant le dieu de la mort se concentrer pleinement sur son propre sort.

Tout comme la lumière et les ténèbres étaient les deux faces d’une même pièce, la magie de la création avait son propre pendant dans la magie du chaos. Salaark avait interdit sa pratique car elle était trop dangereuse, mais Balkor n’avait plus d’autre choix.

Il maudit son orgueil d’avoir montré autant de compétences au cavalier de Baba Yaga. Maintenant qu’elle savait de quoi il était capable, la Nuit Noire ne le laisserait jamais tranquille tant qu’elle n’aurait pas obtenu ce qu’elle voulait.

‘Si je recule maintenant, je vivrai dans la peur chaque fois que Salaark s’absentera pour ses affaires personnelles. Je dois montrer à Nuit noire qu’en se frottant à moi, elle a plus à perdre qu’à gagner.’ Pensa-t-il.

Contrairement à ce que beaucoup croient, le plus grand danger de la conjuration de la magie du Chaos ne réside pas dans la perte de contrôle de sa composante de ténèbres. Lorsque cela se produisait, le lanceur de sorts mourait simplement et rapidement.

L’utilisation de la magie du Chaos exigeait de séparer complètement la lumière des ténèbres, mais tandis que les ténèbres étaient tirées sur l’ennemi, la lumière demeurait. Sans son autre moitié, l’élément lumière stimulerait le métabolisme de son lanceur à l’extrême, transformant chaque seconde en une année.

Les quelques mages qui pratiquaient la magie du Chaos seraient soit dévorés par les ténèbres, soit consommés par la lumière, soit les deux. Seules les Abominations pouvaient l’utiliser en toute sécurité, car leur corps pouvait absorber l’élément lumière sans limite.

Balkor n’était qu’un faux Éveillé et sa force vitale aurait déjà été éteinte sans les traitements de Salaark, il ne pouvait pas se permettre de faire une seule erreur.

Alors que le sort de Manohar ravageait le complexe souterrain, faisant trembler la pièce et tomber la poussière du plafond, Balkor ne s’est jamais déconcentré. Il sépara les ténèbres et la lumière en deux sphères distinctes, les tenant respectivement sur sa main droite et sa main gauche.

Lorsque la lumière aveuglante de la Supernova s’est estompée, Balkor a déclenché son sort de Chaos de niveau 3, Mangeur de Chaos, dès qu’il a reconnu Nuit au milieu de la vapeur. Il utilisait la vision normale avec son œil droit et la vision de vie avec son œil gauche.

L’un d’eux avait été aveuglé par le mana et l’autre par la lumière, il ne pouvait donc faire confiance à aucun des deux. La Vision de Vie repérait la magie des ténèbres de Nuit, mais c’est la vue qui permettait à Balkor de distinguer l’ami de l’ennemi.

Manohar se tenait trop près de Nuit pour que la vision de vie puisse le repérer. Ses vêtements étaient en lambeaux et il saignait des yeux, des oreilles, des narines et de la bouche à cause des séquelles de son propre sort.

‘Comment peut-il être encore en vie ?’ Balkor est sidéré. Un mage ne peut pas être blessé par son propre mana, mais les ondes de choc étaient censées avoir déchiré Manohar et l’air fumant être si chaud qu’il aurait brûlé ses poumons.

Le dieu de la guérison était agenouillé sur le sol, les yeux voilés, mais Balkor pouvait voir sa poitrine bouger en rythme.

Pour rendre les choses encore plus incroyables, Nuit s’en sortait bien plus mal que le Jamais Magus. Son armure noire était devenue blanche sous l’effet de la chaleur et dégageait une odeur caractéristique de barbecue.

De petites fissures étaient apparues sur les brassards de la Rose Noire que Nuit avait utilisés pour protéger le haut de son corps. Pour un Cavalier, la tête n’était qu’un accessoire, seul le cristal vivant dans leur poitrine comptait.

“Comment diable es-tu encore en vie ?” Nuit rugit, déclenchant son attaque en même temps que celle de Balkor.

Elle avait vu un étrange linceul de lumière envelopper le corps de Manohar, mais il était si fin qu’elle supposa que ce n’était qu’un effort désespéré de dernière chance. Même si Manohar avait subi moins d’un dixième de la puissance totale des Supernovas, il était censé être mort dix fois déjà.

Épine s’élança vers le cœur de Manohar aussi vite qu’une balle, mais la magie du Chaos était plus rapide. Le Mangeur de Chaos frappa son côté droit, détruisant la partie supérieure de la Rose Noire en même temps que le bras droit de Nuit et une partie de sa poitrine.

Elle perdit sa prise sur l’Épine, mais, même en résistant à une attaque aussi mortelle, l’expertise que Nuit avait acquise au fil des siècles permit à son attaque d’atteindre sa cible.

Manohar conjura toutes les constructions qui lui restaient, mais elles ne parvinrent qu’à dévier légèrement l’attaque.

Au lieu de lui transpercer le cœur, Épine frappa son épaule gauche, faisant exploser celle-ci comme si une aiguille piquait un ballon d’eau. Le sang, la chair et les os giclèrent partout, laissant à Manohar une blessure presque aussi grave que celle de Nuit.

Le problème, c’est qu’elle était une immortelle, alors que lui n’était qu’un humain.

Le professeur fou tomba sur le côté, hurlant de douleur tout en essayant d’arrêter l’hémorragie avant qu’il ne soit trop tard.

“Au moins, nous sommes quittes, sac à viande !” Nuit fait signe et Épine revient à sa main gauche. “Tu as échoué, mon amour. Je peux attendre qu’un autre individu aussi talentueux que toi naisse, c’est toi qui es acculé et seul. Dernière chance.”

Son bras était déjà en train de se régénérer et son armure de se réparer. Sans distraction, la deuxième partie de Mangeur de Chaos ne se connecterait jamais.

“Ne compte pas tes cadavres avant qu’ils ne crèvent, vieille sorcière ! Fais-le maintenant !” Manohar utilisa son bras droit pour s’accrocher de tout le poids de son corps sur son cou et déchaîna quelques rayons de chaleur à travers sa chair exposée.

Il semblait avoir surmonté l’agonie et continuait à lancer des sorts même avec une seule main.

Balkor ressentit un nouveau respect et un étonnement pour l’entêtement de Manohar, qui frôlait la folie, et déchaîna à nouveau le Mangeur de Chaos. L’impulsion blanche de la magie du chaos était aussi rapide que son homologue ténébreux, mais ses effets ne pouvaient pas être plus différents.

Le Mangeur de Chaos absorbait tout l’élément des ténèbres du corps de ses victimes pour rétablir l’équilibre naturel, ce qui les faisait s’effondrer et mourir. Un mort-vivant devenait plus fort avec l’âge, car les énergies nécromantiques qui habitaient son corps devenaient plus stables à mesure qu’elles s’adaptaient à son hôte.

Un mort-vivant puissant n’était rien d’autre qu’une puissante masse de magie des ténèbres dotée d’une âme et d’un besoin de se nourrir d’énergie de lumière pour prolonger son existence. Les morts-vivants se nourrissaient uniquement pour stabiliser leur noyau sanguin, mais c’est la quantité d’élément des ténèbres qu’ils stockaient qui déterminait la quantité de mana qu’ils possédaient.

Le mangeur de chaos priva l’hôte de Nuit de ses ténèbres, la transformant en un cadavre rempli d’une force vitale qui n’avait nulle part où aller. La Rose Noire se fissura de partout, le manque d’équilibre faisant s’effondrer les enchantements qui la composaient.

L’armure a volé en éclats et l’hôte de Nuit pourrit à une vitesse visible à l’œil nu grâce à la magie de la lumière qui booste le taux de croissance des bactéries et des champignons.

Quant à Manohar, au moment où le flash blanc disparut, son corps était déjà celui d’une personne bien plus que centenaire. Ses membres étaient aussi minces que des brindilles, sa peau si flasque qu’elle le rendait méconnaissable, ses cheveux et sa barbe blancs assez longs pour toucher le sol.

Seule l’étincelle de folie dans ses yeux n’avait pas changé.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser