Supreme Magus chapitre 943

La création et le chaos, partie 1

Traducteur: Ych
———

L’élément lumière prit toutes les pièces cassées et les réassembla pour leur donner une nouvelle forme. L’ensemble du processus ne prit qu’une fraction de seconde et une fois terminé, Balkor portait lui aussi une armure noire complète.

Il s’agissait du sort de magie de création de niveau 5, Forge du phénix.

La série de sorts du dieu élémentaire de la mage de bataille n’était qu’une pâle imitation de la création originale de Salaark. Balkor l’avait vue utiliser la Forge du Phénix lorsqu’ils s’étaient battus ensemble contre ceux qui avaient tenté d’envahir le Désert de Sang.

Que Salaark ait affronté des abominations millénaires, des hybrides monstre-abomination ou des morts-vivants sans âge, quelle que soit l’intensité de leur combat, ils étaient tous tombés sous ses coups.

Salaark était le seigneur de la guerre de Mogar, l’incarnation de la lumière et des ténèbres. Sa domination sur les deux éléments était telle qu’elle pouvait les utiliser pour modifier la nature des choses.

Les ténèbres lui fournissaient les matières premières tandis que la lumière les façonnait pour en faire tout ce qu’elle pouvait imaginer. Cela lui permettait d’avoir toujours le bon équipement à portée de main, qu’elle soit contre un vieil ennemi ou un adversaire totalement inconnu.

Elle pouvait métamorphoser et Forgemaster n’importe quoi en un clin d’œil. La seule limite de la magie de création était qu’elle devait toujours savoir comment fonctionnaient les enchantements qu’elle créait et que ses créations ne pouvaient pas dépasser les propriétés des matériaux dont elle disposait.

Salaark pouvait extraire le métal le plus solide des roches environnantes, mais ce ne serait toujours rien comparé à l’Adamant ou au Davross. C’était la raison pour laquelle la gardienne les amenait toujours avec elle à l’intérieur de sa dimension de poche.

Balkor s’était souvent demandé pourquoi elle l’emmenait avec elle si Salaark faisait presque tout le travail, et la réponse qu’il avait trouvée était qu’elle essayait de lui apprendre quelque chose.

Le dieu de la mort manquait à la fois de ses ressources et de son mana inépuisable, si bien que ses créations étaient puissantes mais ne duraient jamais longtemps. Pour ne rien arranger, une fois le sort terminé, tous les ingrédients seraient inutiles puisqu’il ne pouvait pas utiliser les Flammes de l’Origine pour au moins recycler le métal.

La cavalière de la nuit n’arrivait pas à croire ce dont elle venait d’être témoin. Jusqu’à ce jour, seules deux créatures s’étaient montrées capables d’utiliser la magie de création. L’une était Salaark, le seigneur de la guerre, et l’autre Baba Yaga, la mère de tous les morts-vivants.

La Rose noire de Nuit était une armure de plaque complète, dont toutes les pièces étaient façonnées pour ressembler aux pétales d’une rose en pleine floraison. La Forge du Phénix de Balkor, au contraire, avait ses plaques en forme de plumes, le plastron ressemblait à un bec, et elle avait même des ailes qui sortaient de son dos.

Ce n’était pas par son choix que l’armure avait été façonnée ainsi. Balkor avait à peine effleuré la surface de la magie de création et le mieux qu’il pouvait faire était de recréer le sort qui lui était le plus familier.

“Par la Grande Mère !” Manohar se sentit religieux pour la première fois de sa vie. Il n’avait jamais été aussi proche de la mort, et pourtant il n’avait jamais non plus connu autant d’élans soudains d’inspiration.

“Il faut vraiment que j’apprenne la magie des ténèbres.” dit-il, regrettant de ne pas avoir les connaissances nécessaires pour imiter Balkor. Manohar ne connaissait de l’élément ténèbres que ce dont il avait besoin pour réaliser ses expériences, le considérant comme un accessoire de l’élément lumière.

“Joli morceau de merde, homme de fer blanc”. Nuit ricana. “Il te manque quand même une arme”.

L’Épine était une lance ailée dont les pointes latérales étaient recourbées vers le haut et aussi tranchantes que la lame elle-même. Elles étaient destinées à rendre chaque poussée plus difficile à esquiver et à amplifier les sorts que Nuit canalisait à travers l’arme.

Tout son équipement était en adamant car, contrairement à son frère Crépuscule, elle voulait garder les meilleurs matériaux pour une fois qu’elle aurait trouvé l’hôte parfait. Ce n’est qu’à ce moment-là que Nuit serait en mesure de fabriquer quelque chose qui conviendrait aussi bien à elle qu’à son épée.

Nuit s’élança vers l’avant, forte de la magie de fusion et des réflexes inhumains du mort-vivant éveillé qu’elle possédait. Elle utilisa l’extrémité émoussée de la lance pour frapper juste entre les deux yeux de Manohar, faisant reculer sa tête comme un fouet.

Il conjura et empila plusieurs murs de lumière dure pour arrêter l’attaque, ce qui l’empêcha d’être assommé en un seul coup. Son bouclier a volé en éclats, mais pas avant d’avoir encaissé le plus gros de l’impact.

Le professeur fou s’écrasa derrière le trône enchanté de Nuit et s’en servit pour reprendre pied.

‘Je crois que j’ai aussi besoin d’un bon équipement.’ Manohar réfléchit tout en essayant de dissiper le vertige qui obscurcissait sa vision. ‘La prochaine fois que je le vois, je ferais mieux d’accepter l’offre de ce Ernas.’

Nuit n’arrêta pas son mouvement et fonça sur Balkor, en utilisant cette fois la lame de l’Épine. La lance crépitait du mana que son maître avait stocké à l’intérieur. Chacun de ses mouvements générait des gémissements déchirants accompagnés d’un souffle de ténèbres, comme si Épine emprisonnait les âmes en peine de ses victimes.

L’attaque était si rapide que ce n’est qu’en combinant la fusion de l’air avec un sort de vol et la magie de l’air pour remplir ses ailes que Balkor parvint à esquiver d’un cheveu l’attaque de Nuit. Nuit sourit devant cet effort courageux mais futile.

Balkor avait évité la composante physique de son attaque, mais Épine n’était pas une arme aussi simple. Elle fit demi-tour en pivotant sur la pointe des pieds et frappa Balkor, déclenchant ce qui ressemblait à une tempête de fantômes vengeurs.

Le dieu de la mort avait beaucoup d’expérience dans tous les domaines de la magie, mais peu dans la lutte contre des adversaires de ce calibre par lui-même plutôt que par l’intermédiaire de ses serviteurs. Un seul Vent gémissant, l’une des capacités de l’épine, suffisait à ouvrir de profondes fissures dans son armure et à l’envoyer s’écraser contre un mur.

“Alors, quel est ton diagnostic ?” Manohar a conjuré deux paumes ouvertes, l’une par le haut et l’autre par le bas de Nuit, qui l’ont balayée comme une mouche et ont produit un coup de tonnerre à l’impact.

Une deuxième série de mains a fait de même de chaque côté au moment où la première s’est éloignée, alternant le mouvement de claquement entre elles si rapidement que Nuit ne toucherait plus jamais le sol.

“On est foutus.” dit Balkor en les observant tous les trois avec sa vision de vie.

Manohar et lui avaient déjà consommé pas mal de mana, alors que Nuit avait encore beaucoup de jus.

” Les sorts de ses Élus étaient à peu près aussi puissants que les miens, et pourtant elle les a bloqués sans effort. Tes sorts ne lui font pas assez de dégâts et dès que Nuit s’échappe et ramène le combat au corps à corps, nous sommes morts. Et les tiens ?”

“Je suis d’accord. Tu as une idée ?” dit Manohar alors que Nuit transperce ses constructions avec suffisamment de magie des ténèbres pour les transformer en feux follets.

Entre son armure de la Rose noire et le corps de mort-vivant qu’elle habitait. Nuit n’avait subi que peu ou pas de dégâts.

” À part mourir, se rendre ou s’enfuir ? Une seule, mais il faut que tu me fasses gagner du temps. Puisqu’elle nous tend déjà la perche, il n’y a aucune chance que tu puisses à toi seul…” dit Balkor.

“Laisse-moi faire !” Manohar lui coupe la parole et fonce sur Nuit.

Toutes les broderies dorées de son uniforme de professeur se révélèrent être des runes faites de lumière qui conjuraient son sort de niveau cinq le plus puissant, Supernovas. Nuit et Manohar étaient maintenant entourés de météores de lumière et de feu suffisamment grands pour former un mur qui les empêchait de s’échapper.

En plus de cela, chacun d’entre eux était assez puissant pour faire exploser un château.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser