Supreme Magus chapitre 939

L'invité et l'épée Partie 1 |

Traducteur: Ych
———

“Bien sûr, j’ai encore besoin de mes mains pour dessiner rapidement les runes de plusieurs sorts en même temps sans me planter, mais ça marche comme un charme. Je me demande pourquoi personne n’y a jamais pensé avant.” Manohar dit .

“Parce que la maîtrise de la lumière est difficile.” Balkor répond.

Il était parvenu à donner une forme aux constructions, mais la modifier une fois qu’elles étaient formées lui échappait encore. Il l’avait apprise seul, sans maître, et ne l’avait pratiquée comme un passe-temps qu’après avoir prêté serment d’allégeance à Salaark.

Après qu’elle l’ait pris sous son aile, après qu’il soit devenu une Plume, Balkor pensait que ses jours en tant que combattant étaient terminés. Les seules recherches magiques qu’il effectuait encore étaient celles menées avec Leegaain.

“Et toi ?” demande Manohar. “J’ai remarqué tout à l’heure que tu avais les yeux qui brillaient et que tu sortais des sorts de ton c*l comme si de rien n’était.”

“Les ‘psychopathes’ comme tu les appelles, sont en fait des Éveillés.” Balkor s’amusa de l’expression choquée du visage de Manohar pendant qu’il lui expliquait le fonctionnement de l’Éveil. Le dieu de la mort n’était pas membre du Conseil, donc leurs règles ne s’appliquaient pas à lui.

“Ça expliquerait bien des choses”. Manohar réfléchit. “J’ai toujours trouvé ridicule la théorie selon laquelle les bêtes magiques utilisent une magie différente, mais je n’ai jamais réussi à reproduire leur technique, même après qu’ils me l’aient expliquée.

“Ce qui m’intrigue le plus, cependant, c’est la capacité à reconstituer le mana à volonté. Peux-tu me l’enseigner ?”

“Je ne peux faire ni l’un ni l’autre. Je n’ai aucune idée de ce que Salaark m’a fait, mais je ne suis qu’un humble nécromancien alors que tu es un guérisseur.” Balkor lui tendit la main, espérant que Manohar trouverait une réponse et donnerait à Balkor les moyens d’assurer une longue vie à sa famille.

Le dieu de la guérison exécuta tous les sorts de diagnostic qu’il connaissait, mais sortit vaincu. Les impuretés n’étaient pas causées par une maladie ou une anomalie, elles étaient aussi naturelles que l’arête d’un nez ou les grains de beauté de la peau.

Les moyens magiques conventionnels étaient incapables de détecter leur présence ou leur élimination alors que la vue ordinaire le pouvait. C’est la raison pour laquelle les vrais mages qui vendaient leurs soins de beauté avaient inventé la “magie cosmétique” pour expliquer les effets de l’invigoration.

Les noyaux de mana ne pouvaient pas non plus être étudiés, mais dans leur cas, cela dépendait du fait que les noyaux de mana n’étaient pas un organe physique.

Sinon, Manohar aurait découvert ces deux phénomènes lorsqu’il a examiné Lith pendant qu’il se remettait de sa tentative de réparer le noyau de mana de Protecteur.

“Si je n’avais pas vu de mes propres yeux des gens lancer des sorts parfaitement silencieux, je ne croirais jamais à ton histoire.” dit Manohar au bout d’un moment.

“Moi non plus.” Balkor paya l’addition, puis les deux hommes quittèrent le restaurant pour se rendre dans un hôtel proche afin d’y trouver un précieux sommeil. Manohar métamorphosa son compagnon en un beau jeune homme tandis qu’il conservait son apparence féminine.

‘Il doit être né avec une cuillère en argent s’il peut se permettre de louer une chambre d’hôtel en plein après-midi pour passer du temps avec sa petite amie. Quel chanceux ! Pensait l’employé de l’hôtel en regardant les jeunes.

“Si je nous gardais tous les deux comme filles, nous n’aurions pas un instant de tranquillité avec des sales types qui frappent à notre porte sans arrêt, alors que si nous étions deux hommes, des zélotes nous auraient peut-être dénoncés aux gardes. D’ailleurs, tu dors par terre”. dit Manohar.

Heureusement pour Balkor, la chambre est équipée d’un canapé confortable. Comparé à certains endroits où il avait dormi pendant qu’il se cachait, il s’apparentait à un grand lit.

“J’ai entendu dire que tu avais récemment obtenu le titre de Magus perdu, mais je n’ai pas pu obtenir d’informations sans me faire prendre. Qu’as-tu fait en mon absence ?”

“J’ai partagé les bases de mes techniques de nécromancie avec les académies du Désert de Sang. J’ai gardé les trucs avancés pour mes enfants, mais c’était suffisant pour me valoir le titre de Magus du sang dans le Désert et de Magus perdu dans ce trou à rats de pays.” dit Balkor.

Tout comme Manohar, Balkor avait de nombreux titres. Dieu de la mort, tueur de parents et faiseur d’orphelins étaient les plus connus. Le magus perdu n’était que le plus récent.

“Ils donnent vraiment le titre de magus à tout va de nos jours.” Manohar fit claquer sa langue.

Il n’y en avait pas eu depuis plus d’un siècle et il était fier à l’idée que tout ce qu’il avait à faire pour devenir le premier depuis de nombreuses générations, c’était de donner quelques tours dérisoires et d’effectuer quelques petits travaux.

Aujourd’hui, Manohar sera le deuxième.

***

Quelques heures plus tard, les deux hommes quittèrent la ville d’Othre avant le coucher du soleil, sous l’apparence de deux aventuriers costauds. Les gardes tentèrent de les dissuader, mais il suffit que Manohar soit lui-même pendant quelques minutes pour qu’ils soient mis à la porte et qu’il leur soit interdit de revenir.

“Où allons-nous ?” demande Balkor.

“Les Cours des morts-vivants sont généralement situées sous terre et en dehors des grandes villes, afin qu’ils puissent étendre leurs bases autant qu’ils le souhaitent sans se faire remarquer. Le seul accès est constitué de vieilles portes Warp permanentes.

“Notre destination est une entrée secondaire dont j’ai appris l’existence lors de ma première visite.” dit Manohar.

“Comment peux-tu être sûr qu’elle fonctionne encore ?”

“Parce que.” Manohar n’admettrait jamais avoir trouvé la base par hasard.

Il y a quelques jours, il avait oublié de changer d’apparence avant de se saouler. Il avait besoin d’un moyen de supporter l’idée de ne pas faire de recherches et un membre de la Cour de la nuit avait besoin d’un sacrifice pour leur chef.

Manohar avait été kidnappé, une expérience qu’il trouvait plus pratique qu’agaçante, puis il avait libéré tout son stress refoulé sur les morts-vivants en guise de remerciement.

Tout s’était bien passé jusqu’à ce qu’il affronte le cavalier de la nuit et ses élus. Sa capacité à lancer de puissants sorts sans arrêt couplée à l’incapacité de Manohar à lui infliger une blessure mortelle l’avait contraint à fuir.

Pour la deuxième fois en une seule nuit, il avait été heureux de ressembler à une fille. Personne ne connaîtrait jamais la vérité sur sa première et, espérons-le, dernière retraite tactique de sa vie.

Il était certain que le Portail dimensionnel fonctionnerait encore car ce n’était pas celui qu’il avait traversé pour s’enfuir, mais celui qu’ils avaient utilisé pour le faire entrer alors qu’il était prétendument ivre et inconscient.

Les anciennes stations Warp étaient fabriquées en gravant les cercles magiques et les runes dimensionnelles sur une surface plane. Sans source d’énergie, elles ne pouvaient être détectées ni par des sorts ni par la Vision de Vie.

De plus, elles pouvaient contourner les réseaux modernes de blocage de la magie dimensionnelle car elles fonctionnaient selon des principes différents de ceux utilisés actuellement. Les anciennes portes Warp fusionnaient de façon permanente deux points dans l’espace, alors que les portes modernes pouvaient se connecter à plusieurs endroits par le biais de couloirs dimensionnels.

Cela les rendait plus polyvalentes, mais aussi plus susceptibles d’être bloquées en les empêchant de verrouiller les coordonnées de leur point de sortie. Les anciennes portes Warp n’avaient pas ce problème. Il n’y avait pas de couloir à créer, juste une porte à ouvrir.

Une porte dont Manohar avait la clé. Ses doigts agiles étaient non seulement capables de tracer plusieurs signes de la main à la seconde, mais ils passaient aussi pas mal de temps à explorer les poches des autres dès que le professeur fou s’ennuyait.

Il n’eut aucun mal à trouver le chêne fissuré qui marquait l’emplacement du point d’accès à la base de la Cour. Manohar prit un cristal de mana rouge en forme de perle et l’inséra dans le cercle magique.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser