Supreme Magus chapitre 938

Génie et folie, partie 2

Traducteur: Ych
———

“Avant de partir, tu devrais porter ceci”. Manohar donna à Balkor une armure de Marcheur de peau et plusieurs vêtements typiques du royaume à ranger dedans, allant de la tenue d’un noble à l’ensemble dépenaillé d’un gamin des rues.

“Aucun de nous ne peut se permettre d’être reconnu ni de perdre du temps à changer de vêtements de temps en temps. En tant que deux hommes les plus recherchés du royaume griffon, nous devons faire preuve de créativité.” Il répondit à la question silencieuse de Balkor.

” Vous voulez qu’on vous emmène ? ” demanda Salaark.

“Non, merci. Je vais faire vite.” Manohar posa sa main sur l’épaule de Balkor, les métamorphosant tous deux en un couple de jeunes filles que quiconque connaissant Tista aurait pris pour ses proches.

“C’est quoi ce bordel ?” La voix du dieu de la mort était maintenant aussi féminine que pleine d’horreur.

“Nous devons faire profil bas. Malgré mes déguisements et mes ruses, cette maudite Jirni Ernas a failli m’attraper plusieurs fois la dernière fois que je suis allée faire quelques courses.” Manohar sortit une sphère rouge de son amulette dimensionnelle.

“Peut-être parce qu’ils recherchent les conneries et les constructions de lumière qui te caractérisent.” Salaark éclata de rire en regardant les deux filles qui se déplaçaient avec la grâce d’un éléphant.

“Cette femme est vraiment agaçante, mais son mari fabrique des tas de choses géniales. Il m’a donné quelques babioles en échange de mon aide pour venger sa fille ou quelque chose comme ça. Je pense que vous vous entendriez bien, vous qui êtes toujours pleins d’angoisse adolescente. Passage pour deux”. Manohar s’adresse à la sphère, ignorant Salaark.

Les runes de la sphère se réarrangèrent, se verrouillant sur les coordonnées du portail Warp dans la ville d’Othre tout en créant un faux signal d’identification qui tromperait les archives royales. Ensuite, la sphère se désassembla en plusieurs morceaux qui formèrent un portail circulaire.

Au moment où les deux “femmes” l’ont franchie, la porte a implosé et la sphère s’est transformée en poussière.

“Pièce remarquable.” Salaark tenta en vain de récupérer des informations sur les méthodes de fabrication de la sphère en utilisant sa technique d’invigoration, Soleil Mère, sur ses restes.

“Tyris, mon vieil ami, pourquoi ton royaume continue-t-il à énerver les mauvaises personnes ? Qui que soit ce Ernas, je ne voudrais pas qu’il fasse partie de mes ennemis.” Elle murmura au vent.

“Nous sommes donc deux.” Le vent lui répondit en chuchotant. Tyris en avait assez des gens qui, dans la poursuite de leurs petites rancunes et de leurs ambitions personnelles, mettaient en péril le travail de sa vie.

Pendant ce temps, à Othre, Manohar souriait de façon séduisante aux gardes qui les laissaient partir sans leur poser la moindre question, si ce n’est celle d’un rendez-vous.

“Souris, idiot !” Manohar réprimanda Balkor qui avait réagi aux avances des hommes avec hostilité, comme s’ils avaient tenté de l’assassiner. “Tista, une de mes élèves, m’a appris que si tu es assez jolie, tu n’as pas besoin de demander pour obtenir ce que tu veux. Il suffit de sourire.”

“Comment peux-tu trouver humiliant de demander de l’aide et pourtant n’avoir aucun problème à faire ça ?” Balkor a pointé avec indignation sa peau désormais rosée et son double bonnet D dès qu’ils ont franchi la porte de la base de l’armée.

“Hé, ce n’est pas comme si je parlais ou agissais différemment de ce que je ferais normalement. Je ne me suis jamais soucié des apparences et je ne peux pas être blâmé si les gens sont si superficiels qu’il suffit d’une poitrine guillerette pour que leur cerveau s’éteigne.” Manohar a ajouté.

“La seule vraie question ici est de savoir si nous voulons attaquer le jour ou la nuit”.

“La Nuit noire devient plus forte après le coucher du soleil et ses morts-vivants aussi. Je dirais que nous devrions agir dès que possible.” dit Balkor.

“D’accord. Nous attaquerons après le couvre-feu.” Manohar entraîna son compagnon dans un restaurant et commanda pour deux.

Entre l’excentricité du professeur fou et les regards que le serveur jetait sur leur décolleté, Balkor était à deux doigts de transformer Othre en cimetière.

“Soit tu me donnes une bonne raison d’attendre aussi longtemps, soit je jure devant Dieu que je rentre chez moi”. Le dieu de la mort dit.

“Nous avons plein de raisons.” Manohar a répondu. “D’abord, notre chamaillerie de tout à l’heure nous a coûté à tous les deux beaucoup de mana. D’après l’examen que je t’ai fait subir pendant que nous nous métamorphosions, il nous faudra de la nourriture et quelques heures de repos pour revenir au top de notre forme.

“Deuxièmement, pendant la journée, l’armée et l’Association remarqueraient nos sorts à distance et interviendraient promptement. Nous ne pouvons pas nous permettre qu’ils se joignent à notre petite opération, car une fois qu’ils nous auraient reconnus, s’échapper deviendrait beaucoup plus difficile.

“Après le couvre-feu, au contraire, même s’ils repèrent le combat, il leur faudra tellement de temps entre la préparation et l’obtention de l’autorisation de quitter la ville que lorsqu’ils arriveront, nous serons partis depuis longtemps.”

“Troisièmement, c’est beaucoup plus amusant de cette façon.”

Après avoir entendu le dernier point, Balkor commença à regretter d’avoir accepté d’aider le fou assis à l’autre bout de la table. Pourtant, le dieu de la mort ne pouvait pas refuser une occasion d’affaiblir les Cours des morts-vivants et de sécuriser son foyer.

Grâce à sa suzeraine et à ses plumes, le désert était en sécurité, mais la situation était vouée à changer bientôt. Salaark ne pouvait pas être partout à la fois et le Désert de Sang regorgeait de précieuses ressources magiques.

Aube avait déjà sondé les défenses de plusieurs avant-postes protégeant les mines d’Adamant et les veines de cristal. Pour ne rien arranger, Crépuscule était en train d’unifier les tribus renégates sous sa bannière en leur promettant la vie éternelle et Nuit avait osé harceler à nouveau la famille de Balkor.

Maintenant que les trois Cavaliers agissaient ensemble, ils n’avaient plus peur de se frotter au territoire de Salaark.

“Puisque nous avons quelques heures d’attente devant nous, pourrais-tu m’expliquer comment on peut lancer des sorts sans psalmodier ?”. Balkor devait lui aussi suivre les ordres du gardien.

“Bien sûr.” Manohar fit tournoyer son index et son majeur l’un contre l’autre, créant ainsi une zone de silence. “Au cours des années, je me suis parfois heurté à quelques psychopathes qui pouvaient tisser de parfaits sorts silencieux de tous niveaux.

“À part ça, ils n’étaient pas bien méchants, alors je n’ai jamais pris la peine d’apprendre leurs trucs. L’année dernière, cependant…” Il soupira, ayant besoin d’une pause pour rassembler la force nécessaire pour prononcer ces mots.

“J’étais déf-. J’ai été le meilleur. J’ai affronté un adversaire qui m’a presque fait abon-.” Manohar avait beau essayer de formuler la phrase, sa bouche refusait d’obtempérer.

“Tu t’es fait botter le c*l”. Balkor a complété la phrase pour lui. “Ça nous arrive à tous, tôt ou tard”.

Le dieu de la mort se souvenait encore de la façon dont Linjos, grâce à l’aide des Bêtes Empereurs, avait fait échouer son plan visant à faire tomber les six grandes académies. Après cela, les Gardiens l’avaient surpassé magiquement et intellectuellement plus d’une fois en enquêtant sur le Maître.

Pourtant, Balkor ne leur en voulait pas. Il pensait que chaque défaite l’avait rendu plus fort.

“Pas pour moi !” Manohar bondit, attirant beaucoup d’attention malgré la présence du sort de Chut. “Cette Griffon Thrud n’arrêtait pas d’utiliser la magie sans psalmodier et son mana semblait inépuisable. J’étais meilleur qu’elle, mais ces stupides chants sont trop facilement interrompus.

“Après ce jour, j’ai étudié les journaux de Lochra Silverwing à la recherche d’un moyen de surmonter les limites de la magie telle que je la connaissais. C’est alors que j’ai réalisé que nous avions besoin de chants et de signes de la main pour aligner les runes rapidement et de façon ordonnée.

“Nous vocalisons celles qui sont trop dures pour être dessinées et nous écrivons avec notre mana les runes simples en même temps. J’ai donc pensé : pourquoi ne pas utiliser la première magie de la maîtrise de la lumière pour dessiner toutes les runes et leur insuffler du mana ?


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser