Supreme Magus chapitre 940

L'invité et l'épée Partie 2 |

Traducteur: Ych
———

Les runes s’allumèrent, utilisant le mana contenu dans le cristal pour ouvrir la porte dimensionnelle et créer un vortex rouge reliant deux points différents de l’espace. Manohar entraîna Balkor à l’intérieur et les métamorphosa tous les deux pour qu’ils reprennent leur véritable apparence.

“Plus de tours ?” demanda le dieu de la mort.

“Non, juste un conseil. Garde tes meilleurs sorts pour Nuit. Il n’y a aucune raison de gaspiller de la bonne magie pour des gogos.”

Les portes anciennes pouvaient être ouvertes par n’importe qui à n’importe quel moment, ce qui en faisait un cauchemar en matière de sécurité. C’est la raison pour laquelle les cours de morts-vivants plaçaient un gardien à chaque entrée et qu’ils devaient être informés de chaque arrivée ou départ.

Dès que la porte rouge s’est ouverte, Xear Rakley, gardien et l’une des plus anciennes goules d’Othre, a donné l’alerte. Les goules avaient des capacités de régénération équivalentes à celles des trolls et ne pouvaient pas être tuées à moins que leur cœur ne soit détruit ou que leur corps entier ne soit pulvérisé.

Ces deux tâches étaient ardues car elles pouvaient librement déplacer leur cœur dans tout leur corps et fusionner avec la terre pour échapper à toutes sortes d’attaques. Balkor n’eut besoin que d’un mouvement de poignet pour libérer son sort de niveau 3, Aiguille.

Une grêle de rayons de ténèbres transperça Xear de toutes parts. Chacun d’entre eux n’était pas plus gros qu’un trou d’épingle, ce qui n’occasionnait que peu ou pas de dégâts sur un être vivant. Le point faible d’un mort-vivant, cependant, était une toute autre histoire.

Le cœur de la goule avait maintenant plus de trous que de gruyère et même s’ils étaient petits, les dégâts étaient suffisants pour couper le flux de mana qu’il recevait du noyau sanguin. Pendant une fraction de seconde, la goule se transforma en cadavre, puis elle resta ainsi.

“Bien joué !” Manohar lui a levé le pouce avant d’agiter la main et de massacrer une unité d’élite de morts-vivants.

Son sort de niveau 4, Repas complet, a corrigé le déséquilibre dans leurs noyaux sanguins, transformant les morts-vivants en êtres vivants juste assez longtemps pour que le sort de niveau 3 Mur de feu les réduise en cendres.

“Et moi qui pensais être le seul à chercher un remède contre les morts-vivants”. dit Balkor. “Ta méthode est grossière et inefficace. Elle ne répare rien du tout. Elle ne fait que surcharger les morts-vivants avec l’élément lumière.”

“C’est la différence entre toi et moi.” dit Manohar. “Tu penses qu’inverser la non-mort est un remède, alors que je pense que c’est la mort qui est le remède. Regarde ces vieux schnocks. Ils ont vécu des siècles, et pour quoi ?

“Ont-ils fait une grande percée magique ? Ont-ils apporté un réel progrès à leur civilisation ? Non. Ce sont des parasites et ils doivent être traités comme tels.”

“Je ne suis pas d’accord.” Balkor utilisa le sort de ténèbres de niveau 4, Sandman, pour envoyer une autre vague de gardes dans leur sommeil éternel. “La non-mort peut être utilisée pour gagner du temps et donner une vie aux personnes touchées par des maladies pour lesquelles nous n’avons pas encore trouvé de remède.

“Tous les morts-vivants ne sont pas nés de leur propre volonté et certains regrettent leur choix. Ils méritent une seconde chance.”

“À quel prix ? Qu’en est-il de la vie de ceux dont ils ont dû se nourrir pour assurer leur existence ? Une deuxième chance, ça n’existe pas.” Manohar secoue la tête tout en empalant un vampire avec un pieu fait de lumière.

“Le prix ? Très peu de morts-vivants ont besoin de tuer pour se nourrir. De plus, chaque pays a ses prisons remplies de gens qui ne méritent pas de vivre. Leur force vitale peut être utilisée pour rendre au moins une partie de ce qu’ils ont pris aux autres.” Balkor grogna en transformant un golem en débris.

Les deux mages poursuivirent leur débat tout en massacrant tout le monde et tout ce qui était assez stupide pour se trouver sur leur chemin. Ce qui fit fuir les anciens de la Cour, hurlant pour leur mère comme des enfants après un cauchemar, fut le fait que pas un seul meuble ne fut cassé, pas un seul tapis ne fut endommagé par les mages.

Même leurs sorts à zone d’effet étaient manœuvrés avec une précision chirurgicale, de sorte qu’ils n’atteignaient rien d’autre que les cibles visées. Les mages suivirent les anciens de la Cour jusqu’à la salle du trône, où les attendait leur hôte.

“Manohar, c’est si bon de te revoir !” Nuit gloussa comme une petite fille. “Tu n’aurais pas dû t’embêter à m’apporter un cadeau. J’allais emmener moi-même ce cher Balkor plus tard, mais je te remercie quand même.

“Tu m’as épargné le voyage et une nouvelle dispute avec ce poulet du désert envahi par la végétation.”

“Je crois qu’il y a un malentendu. Je ne suis jamais venu ici auparavant.” Manohar a menti entre ses dents, plaçant sa main sur son cœur pour paraître plus convaincant.

“S’il te plaît, il n’y a que trois maîtres de lumière renommés dans tout le royaume des griffons. L’un est un chaton, l’autre est un lizzie, et le dernier, c’est toi.” Nuit dit. “Tu crois que j’ai manqué la façon dont la “mystérieuse fille” a utilisé tes sorts et s’est déplacée comme un homme ?”.

“Je…”

“Non, tu n’as pas de sœur. J’ai vérifié !” Elle l’a coupé court.

Nuit ressemblait à une jeune femme d’une vingtaine d’années, mesurant environ 1,70 mètre, avec une peau d’ébène qui semblait dévorer toute lumière et des lèvres pleines qui mettaient en valeur son sourire sensuel.

Elle avait des cheveux argentés jusqu’à la taille et des yeux ronds sans pupilles qui brillaient comme des lunes. Son corps était recouvert d’une armure complète noire moulante qui ne laissait que sa tête à découvert, mais elle n’en était pas moins charmante que si elle portait une robe de cocktail.

Chacun de ses élus appartenait à une race, à une espèce de morts-vivants et à un pays différents, mais ils dégageaient tous une présence puissante qui mettrait la plupart des mortels à genoux. Ils étaient les plus grands prédateurs de leur espèce, mais ils n’avaient pas le droit de s’asseoir ni de rester près de leur seigneur.

Ils se tenaient derrière son trône, attendant les ordres.

“Bon sang, c’est vraiment embarrassant.” Manohar se gratta la tête. “Je sais que je ne t’ai demandé qu’un deuxième avis sur Nuit, mais maintenant, nous devons tous les tuer. Nous ne pouvons pas nous permettre que ces maniaques répandent leurs mensonges dans les trois grands pays.

“J’ai une réputation à défendre.”

Balkor se mit à rire comme un maniaque, ne sachant pas s’il devait être plus amusé par Manohar qui abusait du mot “nous” ou par le fait que le dieu de la guérison ignorait complètement Nuit et ses cadres.

“Comment osez-vous, pitoyables agneaux, manquer de respect à la Reine des Ténèbres ?” Beregor Skywulf avait été un puissant chef barbare avant d’être transformé en Wraith.

Il ne restait maintenant plus rien de sa chair, mais les ombres vivantes qui enveloppaient ses os étaient façonnées pour ressembler à son physique perdu. Il mesurait près de deux mètres, avec des épaules plus larges que la plupart des tables et des bras aussi épais que de petits arbres.

Ses doigts caressaient la poignée de sa hache de guerre prisée, Stormhowl, qui reposait sur son dos. Il portait un pantalon de cuir rembourré de fourrure, une chemise de cuir et des bottes. Il était impossible de dire s’il était chauve puisque les ombres ne pouvaient pas reproduire les cheveux.

Les yeux de Beregor brillaient de la lumière rouge de la non-mort qui était maintenant renforcée par sa fureur et son mana.

“Silence, Beregor. Tu n’es qu’un serviteur, alors que Manohar est mon invité et que Balkor est l’épée que j’ai choisie.” Nuit leva la main, faisant se mettre ses champions au garde-à-vous comme des soldats.

“Rejoins-moi, Ilyum Balkor, et je te donnerai plus que ce dont tu as toujours rêvé. Ensemble, nous pourrons conquérir ce royaume et tuer tous ceux qui ont rendu ta vie misérable….

Je ne suis pas comme les Royaux, je ne me soucie de personne d’autre que des enfants de Baba Yaga. Je te promets qu’ensemble nous détruirons toutes les anciennes maisons nobles, y compris les maudits Ernas, et puis même les enfants du Griffon si c’est ce que tu veux.”


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser