Supreme Magus chapitre 937

Génie et folie Partie 1 |

Traducteur: Ych
———

Le sort Ombre du colosse accordait à Balkor une attaque et une défense parfaites en même temps. L’énergie dont était fait le titan pouvait être utilisée pour effectuer des attaques physiques ou être instantanément convertie en n’importe quel autre sort, même de niveau cinq.

Balkor pouvait se déplacer librement à l’intérieur du corps d’ombre tout en restant caché, si bien que même lui infliger une égratignure était un pari qui coûtait beaucoup de mana à tenter. En plus de cela, Balkor pouvait réparer tous les dégâts subis par la construction simplement en ajoutant plus de mana.

“Hé ! Non seulement c’est une version améliorée de ton ancien sort de souverain de la mort, mais en plus tu m’as volé la vedette. Ne crois pas que tu puisses me tromper avec des effets théâtraux. C’est une construction de lumière dure recouverte de ténèbres. Comment as-tu appris à faire ça ?” D’un geste de la main de Manohar, plusieurs runes de lumière sortirent de sa robe.

Balkor fut choqué en remarquant qu’il s’agissait des composants d’un puissant sort. Le sort de niveau cinq de Manohar, Avatar de lumière, prenait la forme d’un géant qui correspondait à la taille du colosse de Balkor, mais au lieu de ressembler à une figure mythique, il s’agissait d’une réplique de l’apparence du professeur fou.

“La lumière et les ténèbres sont les deux faces d’une même pièce. Tu as simplement choisi le mauvais côté du spectre.” Balkor frappa le géant de lumière avant qu’il ne puisse se former complètement, le brisant en d’innombrables morceaux.

Malheureusement pour lui, chaque pièce était sous le contrôle de Manohar. Il a fait désassembler la construction avant que la masse de ténèbres ne puisse infliger de réels dégâts et l’a réassemblée autour de son propre corps, imitant ainsi la stratégie de Balkor.

Les broderies dorées sur la robe du professeur fou se révélèrent être des runes de lumière qui conjurèrent d’autres sorts, tandis que les bras de son Avatar se transformèrent en masses qui frappèrent les épaules du colosse, le forçant à s’agenouiller.

“Tu as fait tout ça pendant qu’on parlait ?” Balkor n’en croyait pas ses yeux. D’une manière ou d’une autre, Manohar était capable de stocker le mana et les runes nécessaires à ses sorts sous une forme de lumière, de sorte qu’il n’avait besoin que de ses mains pour les lancer.

“Tu n’as pas fait la même chose ?” Manohar ricana tandis que des météores faits de lumière et de feu frappaient le sol tout autour d’eux. La magie de la lumière était lente, mais les météores explosaient au contact et chacun avait la puissance nécessaire pour faire sauter un château.

“Tu le souhaites.” Balkor frappa dans ses mains, libérant son sort de linceul dimensionnel de niveau cinq. Il déforma l’espace autour du colosse, de façon à rediriger les explosions frappant le sort contre leur lanceur.

Le propre mana de Manohar ne pouvait pas le blesser, ni ses constructions, mais les ondes de choc fissuraient son Avatar et l’envoyaient presque à plat ventre.

“Vous avez fini votre concours de mesure magique, les garçons ?” La suzeraine Salaark est apparue entre eux, forçant un cessez-le-feu.

Elle avait pris l’apparence d’une femme d’une vingtaine d’années, aux longs cheveux noirs soyeux, aux yeux émeraude et à la peau teintée de bronze, si claire qu’elle semblait briller sous le soleil du matin.

Elle portait la chemise et le pantalon en lin blanc typiques des chefs de sa tribu, les Plumes, mais pas de turban, laissant ses cheveux frôler le sol.

“Tu te rends compte que Balkor n’est plus un simple réfugié ? Attaquer l’une de mes Plumes est un acte de guerre contre le désert de sang.”

“C’est lui qui a commencé.” La réponse de Manohar était aussi puérile que son attitude.

“Tu es venu chez moi sans y être invité, en menaçant mon peuple !” Balkor a répliqué.

“Balkor n’a pas tort. Que veux-tu, Manohar ?” En temps normal, Salaark l’aurait renvoyé au royaume à coups de pied, mais la magie déployée par le professeur fou l’avait impressionnée.

“J’ai été chargé d’éradiquer au moins cinq branches locales des Cours des morts-vivants situées dans autant de villes importantes du Royaume. Jusqu’à ce que j’y parvienne, tous mes biens et mes fonds de recherche resteront gelés.” Manohar croisa les bras, faisant la moue à cette idée tout en tapotant nerveusement son pied gauche.

“Et…” Salaark voyait bien qu’il y avait plus que ça.

“Et je suis en quelque sorte coincé avec le numéro trois. Un inconvénient mineur, vraiment, je pourrais trouver une solution tout seul, mais ça prendrait du temps et des efforts. Pourquoi devrais-je réinventer la roue alors que je peux simplement demander ses plans ?” Manohar pointe du doigt Balkor.

“De quel genre de désagrément parlons-nous et de quoi as-tu besoin ?” demande Salaark.

“J’ai rencontré le cavalier de la nuit. Une femme charmante et une excellente interlocutrice. Dommage qu’elle soit folle à lier et que la vaincre avec ses gardes personnels se soit avéré problématique.” dit Manohar.

“Un cavalier qui voyage avec ses élus est en effet un dur à cuire.” Salaark acquiesce. Sa fille Sinmara était une Éveillée et un Phénix aîné, et pourtant elle avait à peine vaincu Aube dans une condition similaire.

“Pourquoi es-tu venue jusqu’ici au lieu de simplement changer de cible ? Tu dois détruire les cinq cours, après tout.”

“Cela signifierait que j’ai échoué et je n’échoue jamais !” Même en se montrant orgueilleux, Manohar réussit à paraître encore enfantin. “J’ai entendu dire qu’elle t’avait passablement harcelé pendant un long moment, Balkor, et j’ai pensé que tu voulais égaliser le score.”

À la mention de Nuit, le colosse de Balkor répondit à la fureur de son maître en prenant une apparence encore plus démoniaque. Il s’est fait pousser des ailes et brandit désormais un fouet noir flamboyant.

“Pourquoi moi ? Pourquoi ne pas demander à tes foutus Briseurs de sorts et la submerger avec toute la puissance de ton armée ?” Le dieu de la mort était en fait intrigué.

Il détestait les tripes de Nuit pour l’avoir harcelé pendant des années et menacé sa nouvelle famille dans ses tentatives de le forcer à se lier à elle. Balkor avait essayé de la détruire à de multiples reprises au fil des ans, mais il avait toujours échoué.

Nuit a disparu après que Salaark a approché Balkor, mais ce dernier n’a pas pris sa revanche à la légère. L’occasion de s’attaquer à un vieil ennemi grâce à ses nouveaux pouvoirs, peut-être tout en semant davantage de chaos et de mort dans le royaume des griffons, était difficile à refuser.

Pourtant, il n’avait aucune raison de faire confiance à Manohar.

“Parce que tu ne t’attribueras jamais le mérite de la défaite de Nuit et qu’il ne veut pas que les gens sachent qu’il avait besoin d’aide”. Salaark répondit.

” Je n’ai pas demandé d’aide, seulement un deuxième avis ! De plus, si un Grand Mage, qui plus est un de mes cadets, a survécu à un face-à-face avec Aube, comment un Archimage pourrait-il reculer au premier revers ?” Manohar grogna à l’allégation de Salaark.

“Est-ce vraiment une question de fierté stupide ?” Balkor était sidéré.

“Dit l’homme qui va m’aider à poursuivre une vengeance stupide”. Le dieu de la guérison haussa les épaules.

“Ai-je ta parole que ce n’est pas un piège et que tu n’essaieras pas de me capturer une fois que tout sera terminé ?” dit Balkor.

“Ai-je l’air d’un homme qui a déjà menti ?” Manohar n’avait pas tort. Il était célèbre parce que son talent n’avait d’égal que sa grossièreté.

“Peux-tu protéger ma tribu pendant mon absence, suzerain Salaark ?” D’habitude, Balkor n’utilisait pas de termes honorifiques, même lorsqu’il parlait avec des Gardiens, mais là, il demandait une faveur.

“Bien sûr. J’installerai mon palais ici jusqu’à ton retour.” D’un geste de la main de Salaark, plusieurs tentes de la taille d’un cirque se mirent à tourner autour du village de la Plume Oubliée.

‘C’est l’occasion rêvée de paralyser la force de ces satanés morts-vivants qui sévissent sur nos terres.’ Elle dit à Balkor par l’intermédiaire d’un lien mental. ‘Je veux que tu apprennes de cet idiot comment il peut lancer des sorts silencieux sans véritable magie. Recrute-le si tu le peux.’

Balkor embrassa sa femme et ses enfants avant de partir. Il a également pris quelques affaires avec lui, par sécurité.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser