Supreme Magus chapitre 917

Maître et élèves, partie 1

Traducteur: Ych
———

“C’est une merveilleuse nouvelle, mais tu ne peux pas entrer chez nous sous ta vraie forme et même si tu le pouvais, Rena ferait une crise cardiaque.” dit Lith.

“J’ai bien compris. Nous avons toujours besoin d’un quatrième guérisseur, mais je ne peux pas te recommander Protecteur. Je lui ai bien enseigné, mais son expérience dans le domaine est extrêmement limitée. Nous avons besoin de quelqu’un qui a à la fois de l’expérience et beaucoup de mana.” Faluel laissa entendre que Solus n’était pas à la hauteur de la tâche, du moins pas sous sa forme d’anneau de pierre.

Lith se creusa la tête pour trouver un candidat potentiel. Phloria n’avait pas encore terminé sa spécialisation de guérisseuse et Friya ne pratiquait plus la sculpture corporelle depuis qu’elle avait obtenu son diplôme à l’académie.

‘Mince. Je n’ai aucune chance de réussir sans Faluel, mais en même temps, sa présence m’empêche de faire appel à des Guérisseurs comme Marth. Où puis-je trouver quelqu’un qui me convient et qui a une grande tolérance pour le bizarre?’ Lith aurait aimé que Yurial soit encore en vie.

Lith était certain que, si on lui en avait donné la possibilité, son ami serait devenu un grand Guérisseur.

‘Chez Protecteur’, dit Solus. ‘Nalrond a dit que son peuple maîtrisait l’élément lumière et que les mages humains les considéraient comme des faiseurs de miracles.

‘Solus, je te jure que si tu avais un corps physique, je pourrais t’embrasser tout de suite.’ Des mois avaient passé depuis leur petit cœur à cœur avec le Razer et Lith avait complètement oublié l’ensemble des compétences de son dernier allié.

“Je pense que je connais l’homme de la situation, mais j’aimerais connaître ton opinion à son sujet”. dit Lith.

Faluel acquiesça et enfila un ensemble complet de vêtements en fourrure avant d’ouvrir un Portail vers le Salon de Selia.

“Le soleil est encore haut et le ciel est dégagé”. Quylla n’arrivait pas à croire que quelqu’un d’aussi puissant puisse aussi être aussi sensible au froid.

“Merci de t’inquiéter, ma chère, mais j’aime mon climat comme j’aime mes hommes. Chaud et ensoleillé.” Faluel répondit. “C’est l’homme dont tu parlais ?”

“C’est lui. Bonjour, Selia.” Lith acquiesça.

“Salut les gars !” Selia n’a pas été perturbée par cette intrusion soudaine dans sa propre maison. Elle s’est juste assurée que les enfants ne s’approcheraient pas du portail ouvert.

“C’est bien moi, alors arrête de parler comme si je n’étais pas là”. Nalrond répondit. “Que faites-vous ici et qui sont l’ours et la petite ?”.

“L’ours, je veux dire la dame ici présente, c’est Faluel l’Hydre. La petite est Quylla Ernas, une de mes amies. Faluel, Quylla, voici Nalrond.” dit Lith.

Faluel sauta les civilités et saisit la main du Rezar, activant l’Invigoration.

“Cela fait des décennies que je n’ai pas rencontré l’un des hommes-garous. Quel est ton niveau en magie de guérison en général et en sculpture corporelle en particulier ?”

“Je pratique les arts mystiques depuis l’âge de quatre ans. J’ai étudié la magie de la lumière toute ma vie et je suis spécialisée dans la manipulation des forces vitales. Avec ma tribu, nous cherchions un remède à notre condition.” Il répond.

” As-tu de l’expérience avec les enfants à naître ? ” L’Hydre a demandé.

“Oui. Nous avons étudié la séparation de nos forces vitales dès la conception”.

“C’est parfait.” Faluel ébouriffa les cheveux de Lilia et de Leran qui s’accrochaient à ses jambes, quémandant une nouvelle aventure.

“S’il te plaît, ma tante. Nous nous ennuyons tellement et l’oncle Nalrond n’est pas drôle. Ce ne sera qu’un petit secret de plus entre nous.” dit Leria.

“Comment ça, un autre petit secret ?” Selia tape du pied en signe d’agacement.

“Je mènerai la procédure et vous serez mes seconds”. N’ayant pas d’excuse plausible, Faluel ignora la question et expliqua la situation au Rezar qui proposa volontiers son aide. “Quand veux-tu le faire, Lith ?”

“Le plus tôt sera le mieux, n’est-ce pas ?”

“Eh bien, l’état du petit ne fera qu’empirer avec le temps. La question est donc de savoir si vous êtes tous les deux au top de votre forme ?” demande Faluel.

Quylla et Nalrond acquiescèrent. La première s’était reposée toute une journée, préservant ses forces pour affronter le pire des scénarios, tandis que le second ne s’était pas épuisé depuis des semaines.

Un autre Portail les conduisit hors de portée des réseaux qui protégeaient la maison de Lith.

“Je comprends que tu ne veuilles pas effrayer ta sœur, mais je ne peux pas me permettre de précipiter les choses ni de voir Rena flipper si elle se réveille de sa sieste et découvre un tas de gens qui lancent de la magie sur elle. Il faut que tu lui parles”. dit l’Hydre.

“Il n’y a pas un sort qui permettrait à Rena de rester calme ou endormie pendant la durée de l’intervention ?” demanda Lith.

“Oui, mais ils nécessitent de modifier son métabolisme, ce qui ajoute encore plus de stress à celui que nos sorts combinés lui infligeront. C’est l’équivalent magique de la droguer et je préfère avoir une patiente capable de me dire quand elle ressent un malaise plutôt qu’un ennemi de plus à combattre.”

Faluel prit un air comique en grelottant sous le soleil et les multiples couches de fourrure, mais sa voix était ferme.

“Très bien. Je vais le faire.” Lith entra dans sa maison, cherchant la meilleure façon d’adoucir le coup. Il était tellement concentré à répéter son texte qu’il ne remarqua presque pas le silence assourdissant qui l’accueillit à son retour dans le salon.

Presque.

“Te voilà.” Rena était assise sur un canapé avec Senton à sa droite et Zinya à sa gauche.

Pour une raison inconnue, Elina était seule dans un coin avec Raaz, en train de chuchoter. Lith pouvait entendre les enfants jouer avec Kamila dans sa chambre. Elle utilisait l’un des appareils de Lith pour projeter un film et les empêcher de paniquer.

“Peux-tu me dire ce qui ne va pas ?” demande Rena.

“Qu’est-ce que tu veux dire ?” Le chat semblait être sorti du sac, tout ce que Lith pouvait faire était de limiter les dégâts.

“Pour l’amour du ciel, Lith, je ne suis pas stupide. Comment ai-je pu rater la visite de trois des meilleurs guérisseurs du royaume en même temps et le fait que chacun d’entre eux m’ait touché avec désinvolture bien plus longtemps que ne l’exige une salutation amicale ?”.

“J’ai vécu ici assez longtemps pour savoir comment fonctionne un guérisseur, comment tu travailles. Avec des mensonges et des omissions.” dit Rena.

“Reste calme, ma chérie. Je suis sûr que Lith avait ses raisons.” Senton a dit.

“Senton a raison, Rena. En tant que sa sœur, tu devrais savoir qu’il fait passer le bien-être de ses patients avant tout. Je n’étais qu’une inconnue pour lui, et pourtant il est allé bien au-delà de son devoir pour m’aider. Imagine jusqu’où il irait pour toi.” dit Zinya.

“C’est exactement pour ça que je suis en colère. Il en a parlé à maman et à Kamila, mais il ne m’a rien dit. Quoi qu’il se passe, j’ai le droit de savoir. Mon corps, ma décision.” Rena faisait mine d’être en colère, mais en réalité, elle avait peur.

Peur que la maladie qui l’affecte puisse nuire aux enfants qu’elle porte dans son ventre. Peur que le conte de fées qu’avait été sa vie jusqu’à cet instant ne se transforme soudain en cauchemar.

Lith respire profondément pour se calmer, puis déplace une chaise devant Rena.

‘Elle aura besoin de tout le soutien possible. Senton est le père de ses enfants et Zinya a elle aussi subi une procédure risquée. Ce sont eux qui peuvent le mieux s’entendre avec Rena’. Lith réfléchit avant de lui expliquer la situation en détail.

Il parlait doucement, répondant à toutes ses questions pour essayer de la garder aussi calme que possible. Lorsqu’il eut terminé, malgré tous ses efforts, Rena était pâle comme un fantôme et au bord de la crise.

“Je ne comprends pas.” dit-elle. ” Je me souviens que même Tista est née en bonne santé. La maladie s’est manifestée plus tard. Leria va bien, les autres enfants vont bien. Pourquoi lui ? Pourquoi maintenant ? Tu dois te tromper, ton histoire n’a aucun sens.”

“C’est juste de la malchance, comme pour Tista. Elle était la seule touchée par la maladie parmi ses frères et sœurs aussi.” Lith a énoncé l’évidence pour aider Rena à surmonter son déni.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser