Supreme Magus chapitre 918

Maître et élèves partie 2 |

Traducteur: Ych
———

“J’ai parlé de ton état à une spécialiste et elle pense pouvoir t’aider. Ça te dérange si je la laisse entrer ?”

Rena était tentée de renvoyer Faluel, espérant que la mauvaise nouvelle disparaîtrait en même temps que la guérisseuse. Pourtant, son instinct maternel était plus fort que ses peurs et ses superstitions, alors elle se tourna vers Senton qui accepta à sa place.

“Qui sont tous ces gens ?” Rena ne s’attendait pas à ce qu’une deuxième équipe de Guérisseurs fasse irruption dans la maison. Surtout pas une qui portait son propre poids en fourrure et une autre qui avait l’air de quelqu’un qui était là parce qu’il avait perdu un pari.

” Bon dieu qu’il fait froid. Ça te dérangerait d’augmenter le chauffage ?” demanda Faluel.

Nalrond était trop choqué et embarrassé pour dire un mot. Pour lui, la maison de Lith était identique à celle de Protecteur et il n’avait pas l’habitude de côtoyer autant d’humains. Il aurait pu les déchirer comme du papier mâché sous sa forme de bête, pourtant le Rezar tremblait dans ses bottes.

“Bien sûr.” Elina actionna le panneau qui contrôlait la température de la maison, rendant la pièce aussi chaude que lors d’une journée de printemps ensoleillée.

“C’est vraiment un système ingénieux.” dit l’Hydre en étudiant les dispositifs magiques de chauffage central disséminés dans la maison. “Dommage que cela ne fonctionne pas chez moi. Je devrais peut-être me faire un chalet d’hiver.”

Une fois que Faluel eut fini de se déshabiller, tous les regards se tournèrent vers elle. Pour ne pas effrayer ses hôtes, elle avait changé ses cheveux en blond argenté avec des mèches blanches, prétendant n’être qu’une humaine normale experte en magie de lumière.

” Tu n’es pas un peu trop jeune pour être spécialiste de quoi que ce soit, mademoiselle… ? ” Elina ne voulait pas être impolie, mais à part Lith et Quylla, l’Hydre semblait être la personne la plus jeune de la pièce.

‘Zut, je savais bien que j’oubliais quelque chose. Ce fichu froid qui ralentit mon cerveau.’ jura Faluel.

“Faluel. Appelle-moi Faluel. Pour ce qui est de ta question, je suis un génie bien connu que certains considèrent à l’égal du peu fiable Manohar.” En réalité, Faluel n’était pas si brillante que ça, et elle n’avait aucune idée de qui gagnerait si elle se battait un jour contre le professeur fou.

Tout ce qui comptait pour elle était de mettre sa patiente à l’aise et de gagner sa confiance.

“Vraiment ?” Tout le monde demanda, Quylla comprise, ce qui fit perdre aux paroles de Faluel une bonne partie de leur éclat.

“Qui est Manohar ?” Nalrond ne faisait que s’embrouiller un peu plus à chaque seconde. Son ignorance a encore un peu plus entamé l’opinion de Rena sur cette drôle d’escouade de Guérisseurs.

“Oui.” Faluel ignora l’incrédulité qui régnait dans la pièce, débordant de l’assurance d’une impératrice s’adressant à ses fidèles sujets. “Je suis le mage qui s’occupera de Lith lorsqu’il en aura fini avec l’armée. Je suis une spécialiste de la guérison et de la forge.”

“Vraiment ?” Tout le monde a demandé, encore une fois.

“Oui.” Lith lança un regard à Quylla pour qu’elle cesse de s’étonner de tout. “Maître Faluel appartient à une ancienne lignée magique et m’a proposé de partager sa sagesse avec moi. Elle est encore meilleure guérisseuse que moi.”

Lith détestait appeler l’Hydre son maître, mais il savait que, s’il utilisait le terme Professeur, la réaction de Quylla ferait douter tout le monde de ses paroles.

Lith était beaucoup de choses, mais être humble n’en faisait pas partie. Entendre la déférence dans son ton envers Faluel et l’appeler comme il ne l’avait fait que pour Nana scella l’accord de sa famille.

” Peux-tu sauver mon bébé, Dame Faluel ? ” demande Rena.

“Juste Faluel, s’il te plaît. Quant à ta question, je ne peux pas te répondre avant d’avoir jeté un coup d’œil moi-même. Est-ce que ça te dérange que je te fasse un check-up ?” dit Faluel, recevant un hochement de tête en guise de réponse.

Elle place ses deux mains sur l’utérus de Rena et active l’Invigoration. Les yeux de Faluel brûlèrent d’une lumière blanche et ses cheveux devinrent argentés. La lumière se répandit de ses mains au corps de Rena et trois mèches apparurent à l’endroit où se trouvait chaque bébé.

Rien de tout cela n’avait d’utilité pratique, mais elle savait à quel point les humains étaient enclins à confondre théâtre et pouvoir réel. Son spectacle était suffisamment impressionnant pour laisser toutes les personnes présentes bouche bée, Quylla y compris.

“La mauvaise nouvelle, c’est que le diagnostic de mes estimés collègues du Griffon blanc est juste. La bonne nouvelle, c’est que je ne suis pas d’accord avec leur pronostic. Je suis persuadé que je peux sauver ton bébé, mais j’aurai besoin de l’aide de tout le monde.” dit Faluel.

“Que devons-nous faire ?” demande Elina.

“Pour réussir, j’ai besoin de temps, d’espace et de ne pas être interrompu pour quelque raison que ce soit. De plus, pendant toute la durée de la procédure, j’ai besoin que les membres de la famille se trouvent à un endroit différent de leurs invités. Pouvez-vous le faire pour moi ?” dit Faluel.

Kamila était inquiète de la gravité de l’état de Rena, mais elle savait qu’elle ne pouvait rien faire. Elle se rendit chez Zinya avec sa sœur et les enfants, laissant les Verhens seuls.

‘Je sais bien que Senton a été autorisé à rester uniquement parce qu’il partage le même sang que l’enfant à naître. Alors pourquoi cela me fait-il encore mal de me sentir exclue de la vie des gens que j’aime?’ pense-t-elle en retenant ses larmes.

Faluel demanda à Rena de s’allonger dans la chambre de Lith, car c’était la plus grande de la maison, tandis que le reste de la famille s’asseyait de l’autre côté du mur voisin, conformément aux instructions de la Guérisseuse.

“Je vais m’occuper de l’enfant avec l’étrangleur. Lith, tu connais Rena mieux que quiconque, il est donc de ton devoir de la maintenir stable et de nous donner un flux constant de force vitale. Quylla, tu t’occupes de l’autre garçon. Nalrond, tu t’occupes de la fille.” Faluel donna à Rena une potion à boire avant l’intervention et plusieurs autres à utiliser plus tard.

“J’ai dit que je voulais que ce soit une surprise.” Rena a à moitié ri et à moitié sangloté.

“Je suis désolée, frangine. N’hésite pas à me frapper une fois que nous aurons terminé.” dit Lith en essayant de la faire rire.

Il savait que Rena ne faisait pas vraiment confiance à Faluel ni à Nalrond, elle était juste désespérée. Mais il savait aussi que la vraie raison pour laquelle l’Hydre avait confié Rena à lui n’était pas simplement pour lui tenir la main, mais parce qu’il était le seul, à côté de Faluel, à pouvoir utiliser l’Invigoration.

Si quelque chose tournait mal, il serait de son devoir d’empêcher les dégâts de se propager à la mère, puis aux autres enfants.

‘Bon, les gars. Je ne peux pas perdre de temps à parler ou à expliquer des choses, alors nous utiliserons un lien mental pendant toute la procédure.’ Les pensées de Faluel résonnèrent dans l’esprit des Guérisseurs, les choquant jusqu’à l’os. ‘Oui, la télépathie existe bel et bien. Maintenant, montrez-vous à la hauteur et arrêtez d’effrayer le patient.’

‘D’habitude, je ne donne pas de cours gratuitement, mais j’ai besoin que vous compreniez ce que je fais étape par étape pour que vous puissiez préparer vos contre-mesures avant que quelque chose ne tourne mal. Regardez le prix, gardez les questions pour jamais, et bonne chance.’

Tout le monde activa ses sorts de niveau cinq, Scanner et Ciseau. Le premier leur permettait de sentir la force vitale du patient tandis que le second servait à la manipuler à volonté.

‘Première étape : traiter la maladie de l’étrangleur. L’approche habituelle consisterait à réparer la force vitale et à se débarrasser de la maladie congénitale une fois pour toutes, mais l’enfant ne survivrait pas, comme l’ont dit vos professeurs.

‘Nous ne pouvons même pas détruire les tissus corrompus et les remplacer par de nouveaux tissus sains sans tuer la mère et l’enfant à cause de la libération de substances toxiques. Ce que je vais faire, à la place, c’est traiter seulement les zones déjà affectées et laisser le reste pour après l’accouchement.’

‘Gardez vos patients respectifs stables, observez et apprenez.’ pense Faluel.

En regardant le scanner, la force vitale d’un humain ressemble à quelque chose construit à partir de blocs de lego et d’un jeu de construction. Ce que faisait l’Hydre, c’était de retirer un par un les blocs qui constituaient la partie noircie des poumons.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser