Supreme Magus chapitre 883

Lumière maléfique, partie 1

Traducteur: Ych
———-

“Oh, oui. Mes ancêtres pouvaient utiliser tous les éléments comme les humains et lancer toutes sortes de sorts en silence comme les bêtes. Ce qui leur manquait, c’était l’affinité de l’animal pour la magie et l’entraînement de l’humain, si bien que l’expérience fut un échec apparent.

“Imaginez la stupéfaction de leurs geôliers lorsque mes ancêtres ont réalisé que la première magie n’était qu’un début. Lorsqu’ils se sont échappés de leurs cellules remplies d’immondices, qu’ils ont bu le sang de ces mages arrogants pour étancher leur soif et qu’ils se sont ensuite régalés des familles de nobles arrogants qui avaient commandé le travail.”

Les pupilles de Nalrond devinrent rouge vif sous l’effet du sang, comme s’il voyait toute la scène se dérouler devant ses yeux et qu’il avait hâte de rejoindre ses proches.

“Une fois leur vengeance accomplie, mes ancêtres ont essayé de vivre parmi les bêtes, mais à cause de notre esprit humain, leur société était difficile à supporter. En plus de cela, nos préférences en matière de reproduction restent inchangées, quelle que soit la nature de notre moitié animale.

“Vivre parmi les humains s’est avéré impossible aussi. Mes ancêtres devaient cacher leurs talents magiques en permanence, mais ce n’est pas notre orgueil démesuré qui nous a poussés à nous éloigner de la civilisation, c’est la peur.

“La peur d’être découverts, d’être à nouveau soumis à ces expériences. Les adultes peuvent cacher leurs capacités, mais les enfants sont difficiles à manipuler, tandis que les nouveau-nés…” Nalrond secoua la tête.

“Je sais, ils peuvent naître sous forme animale et se métamorphoser en fonction de leur niveau de stress.” Lith écarta cette idée d’un geste de la main. “Je ne suis pas tant intéressé par une leçon d’histoire que par la compréhension de notre situation actuelle. Viens-en au fait.”

“Tu crois que ça m’amuse de révéler mon héritage à quelqu’un comme toi ? Je le fais uniquement parce que ton maître est fort. Peut-être assez fort pour capturer Aube. Je mise sur le monstre que je ne connais pas uniquement parce que ma haine bat toute raison.

“Il faut que tu saches ces choses, pour que dans le cas où tu battrais le Jour Lumineux, tu puisses entrer en contact avec mon peuple qui sait comment la contenir. Tu ne peux pas la stocker dans un espace dimensionnel, tu ne peux pas la détruire, et la confier à quelqu’un d’autre serait une folie totale.” Nalrond supposait qu’il mourrait à l’instant où il ne serait plus utile.

“Est-ce que j’ai l’air d’un serviteur pour toi ?” Lith libéra son aura, enveloppant l’ensemble de la salle à manger d’une lumière bleue.

Il n’y avait pas d’hostilité dans sa voix ni d’intention meurtrière dans son mana, juste une puissance pure et débridée. Solus n’était pas la seule à profiter de la tour. L’énergie du monde s’écoulait sans fin à l’intérieur de Lith, transformant son aura en un océan déchaîné.

“Solus n’est pas mon maître, c’est ma partenaire”. dit Lith.

Même si Lith ne bougeait pas, Nalrond avait l’impression que le sol s’effondrait sous son siège tandis que son hôte grandissait jusqu’à devenir un géant. Après avoir passé des années à veiller après le Jour Lumineux, l’hybride pouvait discerner l’énergie provenant d’un objet maudit de celle de son hôte.

Au moment où Nalrond comprit que Lith ne mentait pas, que toute cette puissance lui appartenait et ne venait pas de Solus, l’esprit du Rezar s’éteignit dans la confusion.

“Maintenant, continue ton histoire.” Lith rappela son aura et le monde reprit son cours normal.

Nalrond put enfin respirer à nouveau. Le sentiment d’oppression qui pesait sur sa poitrine avait disparu.

“Nous nous sommes retirés du monde, prenant pour nous des endroits particuliers de Mogar où nous pouvions vivre en paix. Nous voulions trouver un moyen de supprimer la dualité de notre nature, de réussir là où nos créateurs avaient échoué.

“Notre espèce est coupée de Mogar. Nous n’appartenons à aucune des quatre races et nous ne pouvons pas non plus nous Éveiller. Nous ne sommes pas des monstres, mais ce qui a été fait à nos ancêtres nous empêche d’évoluer. Nous sommes coincés tels que nous sommes.

“Notre condition n’a qu’un seul avantage. Nous ne pouvons pas nous lier à un objet maudit parce que nous sommes déjà fusionnés avec notre moitié animale. Nous avons deux noyaux de mana et deux forces vitales, alors qu’un objet maudit ne peut se lier qu’à l’un d’entre eux.

“Tout au long de l’histoire, lorsqu’un Héritage vivant ne pouvait être ni contenu ni détruit, il était confié à l’un de nos clans pour qu’il en assure la garde. C’est ainsi que je connais Aube. C’est l’un des cavaliers de Baba Yaga.” dit Nalrond.

Lith connaissait ce nom. Il était souvent mentionné dans les contes de fées que ses parents lui racontaient quand il était petit sur Mogar. Contrairement à son homologue terrienne, la Baba Yaga de Mogar n’était pas une vieille sorcière apparemment omnipotente qui vivait dans une hutte en forme de patte de poulet.

Elle était considérée comme la première personne à avoir découvert la magie et, selon la tradition, elle avait atteint l’immortalité. Son histoire, cependant, n’était pas racontée pour inspirer les enfants, mais pour les mettre en garde.

Dans sa soif de pouvoir, Baba Yaga s’était isolée pendant si longtemps qu’une fois sortie de sa hutte, Mogar avait changé et tous ceux qu’elle avait connus et aimés n’étaient plus que poussière.

Elle était incapable de s’adapter à la nouvelle société, même la langue lui était inconnue. Elle a travaillé dur pour s’adapter, pour apprendre à connaître le monde et pour retomber amoureuse. Mais alors que tout changeait et mourait, elle restait la même.

Les enfants de Baba Yaga ont hérité de son talent pour la magie, mais pas de sa longévité. Peu importe ce qu’elle faisait pour prolonger leur vie, la mort les emportait toujours.

Folle de chagrin et de désespoir, elle consacra ses efforts à donner naissance à une nouvelle race de créatures capables de vivre aussi longtemps qu’elle, pour la sauver de la solitude. C’est grâce à Baba Yaga que les premiers morts-vivants avaient foulé le sol de Mogar.

“Un de quoi ?” demanda Lith. Dans toutes les histoires qu’il connaissait, Baba Yaga était considérée comme la mère de tous les morts-vivants, celle qui était à l’origine de toutes les mauvaises choses qui se cachaient dans l’obscurité. Il n’y avait aucune mention de cavaliers.

” Les morts-vivants sont imparfaits. Les enfants de Baba Yaga ont trop de points faibles, alors elle a façonné les cavaliers pour poursuivre ses recherches pendant qu’elle continue d’améliorer ses forces avant de faire une nouvelle tentative pour créer une meilleure race.” Nalrond répond.

“Les morts-vivants sont faibles face à la lumière du soleil, mais ceux qui fusionnent avec Aube partagent sa maîtrise au-dessus de l’élément lumière et en deviennent immunisés, mais ce n’est pas sa mission. Elle a été envoyée sur Mogar pour perfectionner la méthode d’alimentation des morts-vivants.

“Comme tu dois le savoir, avec chaque vie qu’ils prennent, les morts-vivants deviennent plus forts, mais c’est tout. Lorsqu’un mort-vivant se nourrit de sa proie, il absorbe l’essence de vie de la victime, qui contient bien plus que du mana. Elle renferme également tous leurs souvenirs et toutes leurs capacités.

“Heureusement pour les vivants, ces connaissances sont perdues au cours du processus d’alimentation.

“Dans le cas de Aube, cependant, chaque fois qu’elle se lie à son hôte ou qu’elle crée un rejeton, elle hérite de l’intégralité de leur être. Les créatures que nous avons combattues jusqu’à présent étaient fortes parce qu’elles partageaient toutes leurs capacités les unes avec les autres et qu’elles étaient guidées par un être ancien qui peut utiliser n’importe quelle compétence à son maximum.”

“Es-tu en train de me dire que si Aube se lie à un maître d’épée, elle acquiert ses talents d’épéiste et que chaque rejeton ajoute de nouvelles compétences à sa collection ?” Lith a finalement trouvé un lien commun entre les victimes de disparition.

Ce n’était pas la cargaison des caravanes que Aube recherchait, mais les personnes qui possédaient des connaissances particulières. Il demanda à Solus de commencer à dresser une liste de ce qu’elle pourrait faire si ces personnes devenaient leurs esclaves obéissants, tandis qu’il continuait à converser avec Nalrond.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser