Supreme Magus chapitre 846

Les temps difficiles, partie 2

Traducteur: Ych
———-

La défaite d’Erlik avait grandement affecté le champ de bataille. Les morts-vivants pensaient que sans leur chef, même s’ils parvenaient à tuer la Titania et ses gardes faes, la victoire serait vaine.

Ils ignoraient le plan d’urgence de Gremlik et s’attendaient à ce que les renforts des autres cités-États arrivent bientôt pour les achever. Dès qu’un des partisans d’Erlik réussit à se dégager de son adversaire, il s’éloigne sans se soucier de ses alliés.

Les ennemis étant de moins en moins nombreux et Kalla pouvant consacrer toute son attention à ses serviteurs, les Fae prenaient rapidement l’avantage. Phloria montait la garde auprès du Wight tandis que Lith et Friya poignardaient dans le dos les morts-vivants les uns après les autres.

Elles auraient aimé aider Leannan et tuer Gremlik, mais la Titania le gardait trop près d’elle pour qu’elles puissent avoir une vue dégagée sur le Grendel.

Gremlik le savait aussi, alors il a essayé de terminer le combat dans un dernier élan de force, espérant que la perte de son seul moyen d’interagir avec le monde extérieur forcerait l’aubier à se rendre à sa volonté.

Le Grendel n’avait pas d’équipement magique, mais son expérience du combat était largement supérieure à celle des faes, de même que toutes ses capacités physiques. De plus, il s’était nourri de l’aubier à de multiples reprises, alors que Leannan n’avait pas eu une seule occasion de se reposer.

Son combat contre Erlik avait épuisé son mana, c’est pourquoi elle avait opté pour un match de force pure. À chaque fois que le Grendel la frappait, elle sentait son corps craquer sous ses protections.

Gremlik était capable de frapper avec les griffes de ses mains et de ses pieds, mordant chaque fois qu’elle s’approchait trop près. Tout son corps était une arme, obligeant Leannan à déplacer sa prise près des têtes de marteau pour pouvoir les balancer à temps maintenant que Gremlik était collé si près d’elle qu’elle pouvait sentir l’odeur de décomposition de son haleine.

Elle sentait ses protections s’affaiblir, les capacités de régénération de son corps n’allaient bientôt plus pouvoir suivre les dégâts qu’elle continuait à subir, alors qu’à chaque fois que son adversaire lui arrachait un morceau de chair, il regagnait une partie de sa force et de sa santé.

“Achève-le !” Leannan hurla, projetant ses marteaux avec toute la force qui lui restait tout en faisant en sorte que chaque fil d’or devienne tangible.

Gremlik la frappa une dernière fois, plongeant ses griffes profondément dans son corps et atteignant presque la fleur qui était son noyau. Même après être devenu un mort-vivant, il avait gardé l’affinité des dryades avec la vie, qui leur permettait de toujours trouver le point faible de leur cible.

C’était le seul véritable talent offensif des Dryades, en plus de la magie.

Malgré sa vitesse et l’adversaire grand ouvert, il put à peine effleurer la fleur avant que les fils ne l’envoient voler au loin. La force de Leannan était si grande que les marteaux perçaient profondément les murs de bois.

Les fils d’or étaient si nombreux qu’ils formaient un filet qui limitait les mouvements de Gremlik. Ses griffes et ses crocs déchiraient les fils d’énergie comme s’ils étaient en soie, mais ce n’était toujours pas assez rapide.

Un barrage de sorts pleuvait sur lui de tous les côtés, épuisant le mana à l’intérieur de son corps. Gremlik fut contraint de reprendre sa forme de dryade, car même en se nourrissant du mur, il n’avait pas assez d’énergie pour résister à l’attaque.

‘Qu’est-ce que tu attends ?’ Gremlik envoya ses pensées à l’aubier. ‘Tu crois vraiment que quelqu’un te fera encore confiance ? Je suis ton seul espoir.’

Pour rendre son argument encore plus convaincant, Gremlik a fait en sorte que l’infection cesse de blesser l’aubier, mais n’a pas arrêté sa propagation. S’il devait vraiment mourir, il ne voulait pas mourir seul.

Le soulagement soudain de la douleur a donné à l’aubier assez de clarté pour sonder l’esprit affaibli de Leannan et découvrir ses plans pour se débarrasser de l’aubier une fois le combat terminé.

L’ancien folk végétal maudit sa malchance et commença à former un nouveau contrat avec le Grendel. Les runes apparurent sur les bras et les épaules de Gremlik, juste avant que son corps ne se transforme complètement en poussière.

Là où le Grendel était coincé il y a encore une seconde, il y avait maintenant un trou géant qui permettait de voir la ville à l’extérieur. Tout le monde avait lancé ses sorts de niveau cinq sans se soucier de l’aubier.

La créature essaya de parler avec la Titania, mais celle-ci rompit leur lien par sa propre volonté, faisant disparaître les runes sur son corps.

“La menace des morts-vivants est terminée.” dit Leannan dans son amulette de communication, en parlant avec les autres chefs faes. “J’ai besoin de votre aide pour évacuer la ville et ramener les humains chez eux. Après cela, nous devrons nous occuper de l’aubier.”

***

Quelques jours plus tard, la crise de Laruel était résolue et la cité-État n’était plus. L’aubier avait tenté d’expliquer sa raison, mais n’avait rencontré que des oreilles sourdes. La mort d’Erlik alors qu’ils étaient encore liés avait endommagé son esprit, tandis que le parasite de Gremlik avait profondément affecté ses racines et compromis son corps.

Même s’il décidait de sortir complètement de son sommeil et de s’enfuir, les autres aubiers seraient toujours capables de le localiser, le forçant à passer les quelques années qu’il lui restait à fuir.

Lith et les autres pourraient enfin rentrer chez eux, passant le reste de leurs vacances à la maison. Jirni n’a pas réussi à retrouver Manohar, qui n’est réapparu que des mois plus tard, une fois son projet terminé.

Pourtant, cela n’a pas affecté sa carrière ni influencé le procès de Phloria. Purger la Cour de la Nuit hors d’Othre était encore un énorme succès, quelque chose qui avait été considéré comme une chimère pendant des décennies.

Les prisonniers que Jirni avait faits et les documents qu’elle avait récupérés donneraient au royaume beaucoup de travail à l’avenir, allégeant la pression que l’invasion de morts-vivants en provenance de Jiera causait.

L’impératrice magique, Milea Genys, se réjouit de toutes ces bonnes nouvelles, tout en souhaitant en avoir quelques-unes à elle. Le remède à la peste d’Erlik avait tout de même créé un précédent terrifiant, obligeant les cités-États à s’isoler davantage et privant l’Empire des renforts des plantes.

La bataille contre Veeza la liche était dans une impasse. La patience et les ressources de l’impératrice s’amenuisaient tandis qu’elle cherchait un moyen de mettre fin au conflit une fois pour toutes.

“Tuer une maudite Liche est presque impossible !” Milea tapa du poing sur la table en bois où ses généraux venaient de finir de placer les cartes et les figurines qui représentaient les effectifs et les positions des armées adverses.

“Peu importe le nombre de fois que je la vaincs, Veeza revient toujours. Chaque cadavre que nous ne parvenons pas à récupérer devient un nouveau membre de son armée. Comment diable cette situation ne s’est-elle jamais produite avant ?”

“Deux raisons. Premièrement, les Liches sont rarement intéressés par la conquête. La seule chose qui pousse quelqu’un à devenir une Liche est l’obsession de la recherche magique, car lorsqu’on atteint le statut de Liche, des choses comme l’amour ou la vengeance perdent toute signification.” Leegaain explique.

“La non-mort obscurcit la plupart de leurs sentiments mortels, ce qui fait que seules leurs obsessions survivent. Deuxièmement, élever un grand mort-vivant est généralement un problème. Tu dois les nourrir et les garder à tes côtés, car ils ont leur propre volonté.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser