Supreme Magus chapitre 841

Le désespoir, partie 1

Traducteur: Ych
———-

Ou du moins Friya était une cible facile pour le vampire quand elle ne pouvait pas utiliser la magie dimensionnelle.

Friya s’est échangée avec le vampire Redcap cette fois, plaçant l’ennemi au bon endroit pour embrocher à travers le flanc d’un Wraith sidéré et devant le balancement horizontal de la masse géante d’un Tréant.

L’assistance involontaire de Tyria paralysa le Wraith suffisamment longtemps pour que le Trait les frappe tous les deux en même temps, les envoyant voler. La Wraith mourut sur le coup, son corps n’ayant pas pu supporter le marteau lourdement enchanté qui avait suivi la profonde blessure causée par la hallebarde.

Tyria s’en est beaucoup mieux sortie. La douleur n’était pas un problème et guérir les blessures d’un seul coup n’était pas bien compliqué. Elle Clignota plusieurs fois, pour laisser à son corps le temps de récupérer et empêcher Friya de la switcher à nouveau.

“Pas si vite !” Friya a frappé à l’endroit où Tyria avait clignoté la première fois, en activant son sort personnel, Coupe dimensionnelle. Il s’agissait d’un sort offensif, dont le but était de déstabiliser l’espace et de le faire s’effondrer, ce qui entraînait une explosion dévastatrice.

Dans le cas présent, la coupe dimensionnelle a surfé sur les ondulations de l’espace que la série de clignotements de Tyria avait laissées derrière elle. Cela permit à Friya d’exploiter le mana encore présent pour amplifier l’effet de son propre sort et le faire apparaître juste devant Tyria.

“P*tain !” dit la vampire en se transformant en forme de brume. En clignotant, elle aurait non seulement entraîné la fissure dorée, mais elle aurait aussi renforcé encore plus sa puissance.

L’explosion a ouvert un petit cratère dans le sol, mais Tyria est restée indemne. Aussi puissante soit-elle, l’explosion déclenchée par le sort dimensionnel était de nature plus physique que magique, et ne pouvait donc pas blesser son corps désormais éthéré.

Pourtant, la forme de brume d’un vampire n’était généralement pas utilisée au combat, ou du moins pas sur l’ensemble du corps. C’était une technique plus adaptée pour éviter une attaque unique ou pour traquer une proie. Tant que Tyria était sous sa forme de brume, elle ne pouvait utiliser que ses sorts innés de ténèbres véritables, puisqu’elle était incapable de parler et de faire des signes de la main.

La fumée cachait le clignotement de Friya à l’endroit où la coupe dimensionnelle avait frappé et, sans son nez, Tyria ne l’avait pas remarquée arriver. Friya frappa le petit nuage de brume tout en déchaînant une série d’impulsions de ténèbres qui força le vampire Redcap à reprendre sa forme humanoïde.

Tyria consomma tout le sang stocké dans ses cheveux pour soigner ses blessures et libérer en même temps un barrage de sorts silencieux. Personne d’autre qu’elle ne savait quelles capacités elle avait emmagasinées, aussi était-elle certaine que l’assaut combiné des compétences de sa victime prendrait l’humaine par surprise.

Les pointes de bois que seul un Treant pouvait conjurer jaillirent du sol tandis que les flammes d’origine d’une Wyvern emplissaient l’air en même temps que la foudre noire corrompue d’un Jotunn.

Malheureusement pour Tyria, Friya connaissait parfaitement les Redcaps. Ils faisaient partie des adversaires les plus faciles à affronter pour un mage dimensionnel. Un mage ne pouvait pas être blessé par son propre mana, mais les capacités utilisées par les Redcaps étaient volées, tout comme l’énergie qui les alimentait.

Le professeur Rudd avait partagé avec elle toutes ses connaissances sur les créatures dotées de capacités similaires et lui avait expliqué comment en finir le plus rapidement possible avec elles. Friya savait qu’elle ne pourrait pas battre un adversaire plus habile et plus puissant en jouant franc-jeu.

De plus, la guerre n’est pas un test d’habileté ou d’honneur, mais seulement une question de survie.

La garde complète conférait à Friya une conscience spatiale totale, tandis que la magie dimensionnelle lui permettait d’exploiter le chaos du champ de bataille pour changer la position des pièces d’échecs et tricher jusqu’à la victoire.

Friya s’était résolue à attaquer uniquement avec les impulsions de ténèbres générées par son arme en guise d’appât, afin de préparer le terrain pour le sort qu’elle tenait prêt, les Pas de Warp. La porte dimensionnelle apparut devant Friya et sortit de son point de sortie, qui apparut juste devant la Redcap surpris.

Friya sauta devant Tyria et utilisa le vampire comme bouclier de viande contre la tempête déchaînée qui la suivait.

Contrairement à Clignotement, les Pas de Warp resteraient ouverts tant que le mage leur fournirait du mana. Les compétences que le Redcap avait conjurées pouvaient elles aussi se déplacer librement à travers la porte dimensionnelle, la frappant de toute leur force.

Friya était couverte de blessures, anciennes et récentes. Tyria l’avait poignardée lorsqu’elle était sortie du portail et ni le corps du vampire ni le bouclier conjuré de Friya n’avaient réussi à bloquer complètement un assaut aussi puissant.

‘Voilà pour l’adversaire facile’, pensa-t-elle en réparant les blessures les plus graves et en arrêtant l’hémorragie. La plupart de ses cheveux avaient disparu et son armure était carbonisée par les flammes et les éclairs. Pourtant, elle était en vie et relativement en sécurité.

Avant sa mort, Tyria s’était déplacée dans une zone essentiellement vide pour empêcher Friya de switcher, il n’y avait donc pas d’ennemis à proximité. La mage dimensionnelle ne voulait rien d’autre que dissiper la Garde complète et se reposer, mais c’était un luxe qu’elle ne pouvait pas se permettre.

Friya est restée en marge du champ de bataille, à la recherche de ses amis ou au moins d’une occasion de renverser le cours de la bataille.

Pendant ce temps, après que Solus lui a dévoilé le secret de la quasi-invulnérabilité du Grendel, Lith a libéré les sorts stockés dans ses anneaux à chaque fois qu’une ouverture apparaissait dans l’attaque de Gremlik.

Phloria cherchait une occasion de participer au combat sans gêner les mouvements de Lith, tout en profitant de ce court répit pour préparer quelques nouveaux sorts. Kalla, quant à elle, était toujours occupée à utiliser Invigoration pour refermer les profondes blessures qu’un seul coup de griffes du Grendel avait ouvertes dans sa poitrine.

‘Ce n’est pas étonnant que les Grendel soient considérés comme des bêtes mythiques. Pour une raison ou une autre, les blessures qu’il m’a infligées n’ont toujours pas cicatrisé, alors qu’en temps normal, une seule bouffée d’invigoration aurait suffi.’ pensa-t-elle.

Kalla n’avait pas de Solus, elle ne savait donc pas que le corps de Gremlik était fusionné avec son noyau sanguin. Cela ne faisait pas seulement de lui une masse d’énergies élémentaires vivantes, cela impliquait aussi le septième élément, le mana.

Les blessures que Gremlik causait sous sa forme de Grendel étaient à la fois physiques et magiques, infligeant à sa victime un léger empoisonnement au mana. Ce n’était pas assez pour menacer leur noyau de mana, mais cela a tout de même réussi à brouiller leur flux de mana et à entraver le processus de guérison.

Au début, les deux femmes ne comprenaient pas pourquoi Lith continuait à gaspiller ses sorts. Gremlik ne prenait même pas la peine de les esquiver, encaissant à chaque fois de plein fouet ce que Lith lui lançait sans la moindre égratignure.

La créature semblait immunisée contre les dégâts directs, et ils se demandaient donc pourquoi Lith n’utilisait pas des sorts qui lui donneraient au moins un avantage tactique.

Pourtant, lorsque Lith lança son sort de niveau 4, Tempête de peste, le Grendel esquiva la grêle de balles de ténèbres, donnant à Lith la première occasion de reprendre son souffle depuis qu’ils avaient commencé à se battre.

Gremlik n’était pas le genre d’adversaire avec lequel il pouvait jouer, et se lancer à corps perdu dès le début était épuisant.

“Il y a une limite à la résistance du Grendel !” dit Phloria. Il n’y avait pas d’autre moyen d’expliquer pourquoi Gremlik avait encaissé les Flèches de la peste auparavant, mais qu’il s’en méfiait maintenant.

“C’est vrai ?” Gremlik grimace et frappe le sol de ses deux mains. Le plancher de bois se flétrit et pourrit tandis que le Grendel dévore l’énergie de l’aubier et remplit son noyau.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser