Supreme Magus chapitre 828

Effet domino partie 2 |

Traducteur: Ych
———–

‘Après cela, j’attendrais simplement que Manohar soit Manohar, je me donnerais la tâche impossible de l’attraper et je m’en servirais comme prétexte pour dépouiller l’Archonte agaçante de son titre, si ce n’est même mettre fin à sa carrière.’ pensa Jirni.

Entre son foyer ancestral, tous les alliés qu’elle s’était faits au cours des années et les excellentes relations qu’elle entretenait avec la famille royale, elle était censée être à l’abri des jeux de pouvoir, et pourtant, elle commençait à se sentir acculée.

Le pire, c’est que pour la première fois de sa vie, Jirni était impuissante face à cette situation. Le sort de Phloria ne dépendait que de la partie officielle de l’armée de la commission, tandis qu’Orion ne pouvait compter que sur ses collègues maîtres de forge royaux.

Il n’y avait pas d’issue facile, pas de faveur à laquelle elle pourrait faire appel pour résoudre la situation, ni de complot qu’elle pourrait ourdir. Jirni Ernas était une femme pleine de ressources, mais affronter seule les six grandes académies, l’armée et plusieurs familles nobles, c’était trop pour elle.

Trop pour n’importe qui.

Pourtant, elle ne désespérait pas, canalisant sa frustration dans son travail pour s’assurer de tout faire dans les règles de l’art. Cette fois-ci, le succès ou l’échec était presque le même. Même si Jirni parvenait à trouver Manohar, on pourrait toujours lui reprocher d’être arrivée trop tard pour que cela ait de l’importance.

Manohar ou pas, si Laruel tombait, elle pourrait être tenue pour responsable, alors la principale préoccupation de Jirni était de ne rien laisser que ses ennemis cachés pourraient utiliser contre elle.

Le bon côté des choses, c’est que grâce à la capacité d’évasion de Manohar, la blâmer n’était qu’un argument en papier, mais cela seulement si elle était capable de prouver qu’elle n’avait rien laissé de côté.

“Archonte Ernas, nous venons de recevoir un rapport d’observation d’Othre.” dit Kamila, en ne montrant à son mentor que les parties intéressantes. Kamila avait travaillé comme une forcenée depuis le début de la crise de Laruel, prenant à peine le temps de manger, de dormir et de voir Lith.

Une fois qu’il était parti, elle s’était entièrement consacrée à la chasse à l’homme.

“Othre ? C’est une excellente nouvelle.” Jirni vérifia la liste des ingrédients recherchés par Manohar. Une écaille de gorgone fossilisée en faisait partie, et d’après le rapport, l’une d’entre elles venait d’atteindre le marché noir d’Othre.

Les Gorgones étant officiellement éteintes, tout ce qui s’y rapporte était incroyablement difficile à trouver, même sur les canaux commerciaux royaux.

“Veux-tu envoyer une escouade pour vérifier ?” demande Kamila.

“Pas le temps.” Jirni secoua la tête, s’assurant d’avoir avec elle tous les artefacts de capture de Manohar qui lui avaient permis de réussir la première fois, plus quelques nouvelles pièces qu’Orion avait préparées pour elle.

“Une escouade prendrait trop de temps et ils n’arriveraient pas à 100 mètres de lui sans être découverts. Manohar ne peut pas se téléporter à l’intérieur d’Othre, mais il peut toujours voler. Toi et moi devrons nous contenter de cela.”

“Moi ?” Kamila est surprise. “Je n’ai jamais reçu d’entraînement à l’infiltration et s’il me reconnaît…”

“Manohar te demandera si Lith est avec toi. Il ne prend pas la peine de se souvenir de détails insignifiants comme les noms et les métiers des personnes qu’il rencontre. Soit il te prendra pour un joli visage dans la foule, soit il te reconnaîtra comme la compagne de Lith.” Jirni l’interrompt.

Le professeur fou avait une incroyable perspicacité pour reconnaître le talent magique de quelqu’un. C’est l’une des raisons pour lesquelles il était si difficile de l’attraper. Seul un mage puissant pouvait coincer Manohar, cependant ce dernier en reconnaissait un à la volée et s’échappait.

Les deux femmes enfilèrent des vêtements décontractés et Jirni modifia même la couleur de ses cheveux, se maquillant le visage et les mains pour passer pour un voyou quelconque au lieu d’une chasseuse à l’affût.

Elle prit son amulette de l’armée pour effectuer une rapide mise à jour de son statut tout en marchant vers la porte d’Ernas.

“Où vas-tu si tard ? Tu vas rater le dîner.” demanda Orion. Il avait lui aussi du fil à retordre, travaillant à des heures tardives pour préparer des armes anti-morts-vivants pour l’armée. D’une part, la menace de Balkor avait mis à mal la stabilité du royaume des Griffons pendant des années.

D’autre part, elle les avait obligés à développer la magie et les tactiques de pointe les plus avancées tout en faisant face aux nécromanciens, ce qui leur avait permis de mieux gérer l’invasion de Jiera que leurs homologues étrangers.

L’Empire n’avait jamais été confronté à un phénomène de morts-vivants aussi étendu, alors que même si le Désert de Sang avait Salaark, elle ne pouvait pas être partout à la fois.

“Juste un petit voyage à Othre pour vérifier un rapport d’observation. Je serai de retour en un rien de temps.” Dit-elle en donnant à son mari un baiser sur la joue.

Orion trouvait cela louche puisqu’il n’y avait pas eu une seule observation depuis des jours et que Manohar avait l’habitude de se déplacer principalement pendant la journée pour exploiter les foules et passer inaperçu. Du moins, il passait aussi inaperçu que possible.

Ses pitreries et ses crises de colère le rendaient facile à trouver une fois qu’il décidait de sortir, tout comme son génie le rendait difficile à attraper. Pourtant, Orion ne dit rien. Jirni savait prendre soin d’elle et dans le pire des cas, c’était juste quelqu’un qui lui faisait perdre son temps.

Il se rendit à la Forge d’Ernas, ordonnant de ne pas être dérangé jusqu’au retour de sa femme.

Jirni et Kamila apparurent au portail d’Othre situé dans le quartier général de l’armée, se dirigeant directement vers les égouts après avoir pris une carte auprès du sergent de bureau. Le marché noir changeait souvent d’emplacement, mais on ne le trouvait toujours qu’en se déplaçant sous la ville, à l’abri des regards indiscrets.

Les égouts d’une ville aussi grande qu’Othre regorgent d’endroits où se cacher, permettant aux bas-fonds de la société de se déplacer et de se rassembler sans que personne ne s’en aperçoive. Pour trouver le marché noir, il fallait connaître le code temporaire et utiliser la première magie.

Le réseau d’information de l’armée avait fourni à Jirni le premier et la formation la seconde, lui permettant de suivre la piste qui ne serait révélée qu’en utilisant la bonne séquence d’éléments.

Contrairement à ce à quoi la plupart s’attendraient, les égouts d’Othre n’étaient pas étroits et le plafond était haut. Les tunnels étaient aussi larges que les rues situées au-dessus, mais à la place du pavé, il y avait une rivière d’eaux usées séparant deux trottoirs en pierre grise suffisamment larges pour permettre à deux employés municipaux de marcher côte à côte.

L’air était humide et sentait comme si quelque chose de vraiment gros était mort depuis des semaines, ce qui rendait la respiration difficile.

“Est-ce qu’on doit suivre la lumière ?” demande Kamila tout en appliquant des bouchons magiques sur son nez pour filtrer la puanteur. Même s’il était tard, plusieurs lampes magiques étaient encore allumées, formant un chemin dans l’obscurité environnante.

“Non. C’est juste une mesure de sécurité. Si quelqu’un se perd dans les égouts, les lumières le guideront jusqu’au poste de gendarme le plus proche, où il recevra de l’aide et devra donner une très bonne explication de ce qu’il faisait ici.

“Seul le personnel autorisé peut pénétrer dans les égouts, mais les gamins des rues comme les sans-abri se fichent pas mal des lois, ils ne cherchent qu’à survivre.” Jirni répondit, tout en utilisant la carte pour trouver leur destination.

Personne ne pouvait couvrir l’ensemble des égouts avec des panneaux, c’est pourquoi le code et le point de départ étaient également indiqués. Jirni devait d’abord utiliser la magie de la terre pour ramollir l’argile sèche qui se trouve entre les briques, puis la magie du feu pour allumer la substance fluorescente qui y est mélangée, et enfin la magie des ténèbres pour recouvrir la marque.

“Mais qu’est-ce qui se passe ?” s’exclame Kamila. Après avoir appliqué la magie des ténèbres, la flèche qui pointait vers le nord avait tourné vers l’est….


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser