Supreme Magus chapitre 801

Nouveau champ Partie 1

Traducteur: Ych
———–

“Si tu veux, je peux proposer au Conseil une motion pour aider Laruel…”

“Non, merci tout de même.” Lith savait reconnaître un échec quand il en voyait un. La motion était vouée à être un raté et il serait redevable à Athung d’avoir essayé. De plus, l’idée d’un pays où il n’aurait aucun secret à cacher était plus que séduisante.

Lith a ensuite contacté Faluel, mais sa réponse a été tout aussi tiède. La chute de l’humanité à Jiera avait profité aux bêtes encore plus qu’aux Éveillés. La peste n’ayant touché que les humains, Jiera appartenait désormais au peuple des plantes et aux bêtes magiques.

“Nous ne craignons pas les morts-vivants, quel que soit leur nombre.” Elle s’intéressait si peu à la question qu’une seule de ses têtes regardait Lith. La moitié des têtes restantes dormaient tandis que l’autre moitié travaillait sur trois projets différents.

‘Bordel de merde !’ pensa Lith. ‘Des dragons inférieurs mon c*l pâle si elle peut travailler sur sept sujets différents en même temps. Pourquoi ma partie bestiale n’est pas une Hydre ?’

“C’est parce que contrairement aux humains, les bêtes connaissent l’Éveil et les bêtes empereurs prennent bien soin de leur territoire. Je peux massacrer toute une branche de n’importe quelle Cour à moi tout seul en quelques minutes et mes pairs aussi.

“Les humains ont peur des morts-vivants pour deux raisons seulement. Premièrement, en raison de leurs sens émoussés, les humains ne peuvent pas sentir les morts-vivants s’approcher, ni les reconnaître lorsqu’ils se déguisent parmi les vivants. Deuxièmement, ils sont trop habitués à avoir un avantage écrasant en nombre.

“Malgré le fait qu’ils peuvent vivre éternellement, les morts-vivants sont en fait la race dont la population est la moins nombreuse, car la plupart des autres races les tuent à vue. L’idée de voir leur nombre doubler n’est terrifiante que pour ceux qui ne peuvent pas compter sur leurs Éveillés.”

“Pourquoi le Conseil des plantes ou des morts-vivants ne fait-il rien, alors ?” demanda Lith.

“Les morts-vivants éveillés n’ont pas leur place dans les Cours et les méprisent. Il y en a aussi très peu parce que l’éveil d’un mort-vivant est beaucoup plus difficile que celui d’un être vivant à cause de leur noyau sanguin, alors la plupart d’entre eux sont des Liches ou des éveillés qui se sont transformés pour éviter la mort.

“Les deux types sont très concentrés sur leurs recherches et s’intéressent très peu à des sujets aussi triviaux. Quant aux plantes, l’Éveil ne change pas la nature de quelqu’un, alors elles restent une bande de psychopathes. Je leur fais encore moins confiance qu’aux humains.”

Après avoir discuté avec ses deux contacts au Conseil, Lith a réalisé à quel point Laruel était un problème mineur aux yeux d’êtres aussi anciens et puissants. Ils étaient probablement capables de massacrer Erlik et son armée d’un simple éternuement, c’est juste qu’ils s’en moquaient.

Le lendemain, après avoir escorté Kamila jusqu’à la porte de Javvok, Lith et les autres retournèrent à Laruel. Le professeur Marth les attendait à l’intérieur d’une autre cabane, celle-ci assez grande pour les accueillir tous.

“Tout d’abord, merci pour votre aide. Deuxièmement, si vous devez retirer quoi que ce soit de vos amulettes dimensionnelles, faites-le maintenant. Laruel bloque toutes les sortes de magie dimensionnelle, amulettes comprises.”

Lyta s’approcha de chacun d’eux à tour de rôle, plaçant ses mains au-dessus de leurs objets de rangement pour leur permettre de récupérer leurs armes et quelques potions. Solus utilisa son sens du mana pour remarquer que, tout comme ce qui s’était passé pour la maison, la dryade n’employait pas ses propres pouvoirs.

Elle empruntait en fait la même énergie que celle qui circulait dans l’arbre et la manipulait pour plier temporairement les réseaux qui les entouraient.

Lyta ouvrit ensuite une porte qui les mena directement à leur laboratoire. Il y avait plusieurs tables en pierre solide, disposées à bonne distance les unes des autres. Certaines étaient occupées par des machines complexes de nature magique, tandis que d’autres contenaient des échantillons de tissus stockés à l’intérieur de boîtiers en cristal et plusieurs objets magiques pour les étudier.

Même si l’aube était à peine passée, il y avait beaucoup de gens au travail, dont la plupart étaient manifestement des étrangers. Les gens du désert de sang avaient la peau brune et portaient des vêtements colorés.

Les mages de l’Empire étaient si pâles que Lith se demandait s’ils vivaient sous terre et portaient des vêtements qui, même s’ils ressemblaient à ceux du Royaume, étaient faits d’un tissu plus épais.

Lith n’avait jamais vu autant de personnes aux cheveux blonds et roux dans une même pièce. Heureusement, tous les habitants du continent de Garlen, malgré leurs nombreuses différences, parlaient la même langue, si bien qu’il était facile de communiquer les uns avec les autres.

Marth salua rapidement ses collègues avant d’amener ses anciens élèves et Phloria à la table la plus proche, au-dessus de laquelle les caisses de cristal étaient disposées de façon ordonnée.

Après les événements de Kulah, tout comme Quylla avait décidé d’apprendre la magie de combat, Phloria avait décidé de suivre l’exemple du Ranger Eari et d’apprendre au moins la magie de guérison de niveau 4. Son problème était qu’elle n’était qu’une débutante, et qu’elle avait encore du mal, même en partageant son endurance.

Phloria regarda les échantillons de tissus en espérant que Marth les simplifierait suffisamment pour qu’elle puisse les comprendre. Jusqu’à présent, le problème ne semblait pas pouvoir être résolu à l’aide d’une épée, ce qui la faisait douter de son choix d’être là.

‘Mon Dieu, je me sens si inutile. Ma carrière me glisse entre les mains, je me fais attaquer à chaque fois que je sors de chez moi, et maintenant je dois même prétendre que je comprends ce genre de choses. Je me demande si cette semaine peut encore être pire’. Elle se dit .

“Nous travaillons sur ce sujet depuis presque un mois, alors nous avons déjà compris comment fonctionne la peste. Il ne reste plus qu’à formuler un remède et à le mettre en pratique.” Marth prit un étui en cristal contenant ce qui ressemblait à un morceau d’écorce de la taille d’une serviette de table.

Les cristaux étaient le seul moyen de préserver les échantillons de tissus sans qu’ils disparaissent comme ce qui arrive normalement à un morceau de folk végétal une fois qu’il est séparé de son corps principal.

“Ceci est un fragment de la peau d’un Treantling en bonne santé.” Il le donna à Quylla pour qu’elle l’examine tout en apprenant aux autres un sort de diagnostic de niveau 1 qui fonctionnait sur les plantes, car les sorts normaux n’auraient été d’aucune utilité.

“C’est quoi ce truc !” Phloria s’est exclamée après avoir examiné le cristal, manquant de le faire tomber sous l’effet de la surprise.

Un sort de diagnostic ordinaire permettrait simplement au guérisseur d’identifier ce qui ne va pas dans le corps du patient, mais ne fournirait aucune information sur son anatomie. Le sort que Marth lui avait enseigné, au contraire, avait permis à Phloria de voir même les simples cellules à l’intérieur de l’écorce, comme si elle avait utilisé un puissant microscope.

Elle avait senti la vie et la volonté habiter chacune des cellules qui composaient l’écorce. Contrairement aux humains ou aux bêtes, chaque partie des plantes partage un fragment de leur sensibilité. Si elles étaient détachées, elles tentaient de se réunir avec le corps principal ou de le reconstruire à partir de zéro.

Lith n’avait aucune idée de la façon dont fonctionnait le corps d’un Treantling. D’après son expérience précédente avec Lyta, il savait que le seul organe vital d’une dryade était la fleur qu’elle avait à la place du cœur.

Tant qu’elle est intacte, leur corps peut se régénérer à l’infini en absorbant les nutriments du sol. La fleur peut également être retirée volontairement en guise d’acte de soumission.

La dryade verrait son pouvoir réduit de moitié et sa vie serait entre les mains de celui qui détient la fleur.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser