Supreme Magus chapitre 800

La femme de Manohar Partie 2 |

Traducteur: Ych
———–

De plus, si les cours de morts-vivants pouvaient se déplacer librement dans Garlen, ils surmonteraient leur plus grande limite qui les empêchait jusqu’alors de représenter une réelle menace pour les vivants.

La plupart des morts-vivants ne pouvaient pas se déplacer pendant la journée et certains ne pouvaient même pas quitter leur lieu de mort pendant longtemps. La sécurité du système du portail du royaume les empêchait de l’utiliser sans être découverts et en établir un à eux était impossible pour eux.

En raison de leur incapacité à canaliser correctement l’élément lumière, les morts-vivants n’étaient pas de bons maîtres de forge. Créer un portail, le graver avec des runes et lui insuffler un sort assez puissant pour courber l’espace sur des centaines de kilomètres de distance était plus que ce qu’aucun d’entre eux ne pouvait faire.

Leur seul espoir était de mettre la main sur un portail préexistant.

Après avoir entendu la réponse de Quylla, Marth soupira intérieurement de soulagement. Il ne pouvait rien lui ordonner et lorsqu’il avait essayé de contacter Jirni, elle avait refusé de lui parler de l’endroit où se trouvait sa fille.

“Quylla vient de revenir du cauchemar vivant qu’était Kulah et elle ne s’est pas encore totalement remise du traumatisme d’avoir été la victime d’un réseau d’esclaves. Elle s’est déjà bien assez sacrifiée pour le royaume.

“Je ne te permettrai pas de l’emmener dans une zone de guerre”. Tels avaient été les mots de Jirni en guise d’adieu à Marth et son ton n’avait laissé aucune place à la discussion, pas si Marth aimait avoir la tête où elle était.

“Y a-t-il quelque chose que nous puissions faire pour vous aider ?” demanda Phloria. “Avec tout le respect que je vous dois, directeur, je ne peux pas confier la sécurité de ma sœur à une bande d’étrangers. Surtout quand il s’agit d’une bande de bizarres.”

“Si cela peut te consoler, nous ne sommes pas seuls ici. Le Désert de Sang et l’Empire des Gorgones ont tous deux envoyé leurs meilleurs guérisseurs pour trouver un remède au plus vite.” dit Marth. “Les équipes de recherche ont des détails provenant de nos deux pays respectifs et de Laruel. Jusqu’à présent, les choses se sont déroulées sans encombre.”

“Oui, mais c’est seulement parce que vous êtes loin d’avoir trouvé un remède”. Friya dit. “Sinon, tu ne prendrais pas le risque de demander l’aide de Quylla. Ce n’est qu’une fois que tu auras mis la main sur le problème que le vrai combat commencera. Je suis d’accord avec Phloria sur ce point.

“De toute façon, ce ne serait pas des vacances de passer mon temps à m’inquiéter pour Quylla à chaque seconde de la journée.”

Lith maudit intérieurement et après avoir demandé à aller aux toilettes, il mit en place toutes les protections nécessaires pour passer un appel. Il avait hâte d’en informer le Conseil et de leur demander de se bouger le c*l. Malheureusement, toutes ses amulettes étaient éteintes.

Les réseaux de Laruel empêchaient toute forme de communication avec l’extérieur pour éviter que la ville ne soit découverte. Lith retourna s’asseoir, incapable de prendre une décision. D’une part, il ne voulait pas laisser ses amis seuls, d’autre part, il en avait assez de ce genre de conneries.

“Tu n’as pas à t’inquiéter pour moi. Fais ce que tu penses être juste.” Kamila lui prit la main, prenant le silence de Lith pour de la culpabilité parce qu’il était sur le point de repartir.

“C’est plus important que toi et moi. Je ne suis pas vraiment d’accord pour que tu passes autant de temps avec ton ex, ni pour que tu restes dans une ville pleine de…” Elle ne voulait pas être impolie pour leurs hôtes, alors tout ce que Kamila pouvait faire était de pointer son doigt vers Ryssa qui continuait à caresser Marth sans se soucier de la présence des invités.

“Mais si cette situation échappe à tout contrôle, ce ne serait plus seulement un problème pour les grandes villes. N’importe quel psychopathe pourrait aller et venir à volonté, même à Lutia. Personne ne serait en sécurité, quel que soit l’endroit où il vit.”

Lith acquiesça silencieusement. Cette fois, même s’échapper vers l’Empire ou le Désert ne servait à rien. Pour une fois, le royaume des griffons n’était pas en cause et le problème était trop important pour le laisser entre les mains d’une bande d’étrangers.

“Merci, ma chérie.” Dit-il. “On commence quand ?”

“Maintenant, il est trop tard. Je demanderai à Lyta de vous ramener à Javvok et je viendrai vous chercher au même endroit demain à l’aube. D’ici là, vos logements devraient être prêts.” Avant de les rencontrer, Marth n’avait aucune idée qu’ils étaient tous ensemble d’où le fait qu’il n’avait préparé qu’une chambre pour Quylla.

Pour accueillir autant de personnes, ils devaient changer d’endroit pour un arbre plus grand. Qu’ils soient magiques ou non, les faire pousser prenait du temps et ils avaient besoin de toute l’aide possible.

De retour à l’hôtel du Dragon d’or, tout le monde est allé directement à ses amulettes. Les filles devaient parler à leurs parents, Kamila à ses commandants et Lith à Athung.

Le problème concernerait surtout la civilisation humaine, car les bêtes n’ont pas de villes à elles, du moins c’est ce qu’il pensait, et c’est donc au Conseil des humains qu’il revenait de s’en occuper.

Athung décrocha presque immédiatement, curieuse d’apprendre pourquoi l’un des sujets les plus brûlants de la communauté des Éveillés avait besoin de son aide. Après que Faluel l’Hydre eut verbalement botté le c*l de Raagu, le Conseil des humains et celui des bêtes s’étaient opposés pour le manque de respect dont l’Hydre avait fait preuve.

“Tout ça, c’est de l’histoire ancienne.” Athung dit une fois que Lith eut fini de fulminer. “Le conseil ne se préoccupe pas des affaires des humains. Nous n’avons rien à gagner ni à craindre. Bien au contraire. Jiera a été un coup de chance pour ses Éveillés.

“Maintenant, toutes les ressources leur appartiennent, ils ont réussi à mettre la main sur la plupart des héritages magiques des faux mages, et ce qui est incroyable, c’est qu’ils peuvent enfin vivre au grand jour.

“Les seules villes habitées sont maintenant peuplées soit d’Éveillés, soit de bêtes. Nous considérons que c’est une excellente occasion de voir si le fait de posséder un pays à nous peut fonctionner et comment nous pouvons nous entendre avec les bêtes qui ne sont pas des Éveillés.

“Nous envisageons même de revendiquer Jiera pour nous-mêmes si tout se passe bien.”

“Vous étiez au courant de la peste et vous n’avez rien fait ?” Lith était sidéré, c’était un niveau de connerie qui le dépassait même.

“Bien sûr que nous savions, et les Gardiens aussi. Les humains ne sont pas des enfants que l’on peut guider par la main, nous avons essayé et échoué un nombre incalculable de fois. Bien sûr, nous pouvions tuer le roi et ceux qui avaient fait des recherches sur la peste, mais qu’en est-il des autres États ?

“Ils faisaient eux aussi des recherches sur les armes magiques. Si nous avions tué toutes les personnes impliquées dans ce genre de recherches, le vide de pouvoir aurait déclenché des guerres qui auraient duré des décennies et révélé notre existence.

“Pourquoi devrions-nous risquer nos vies, notre sécurité, pour des gens qui nous brûleraient sur le bûcher ou feraient des expériences sur nous comme des rats pour voler nos secrets ? Nous, les Éveillés, sommes peut-être des connards, mais au moins nous avons des règles et nous les respectons.

“Les humains, au contraire, sont avides de pouvoir et ne réfléchissent jamais aux conséquences de leurs actes.

“Ils ont fait leur choix et l’ont payé. Nous ne pouvons qu’espérer que le continent de Garlen apprendra de ses erreurs. Le Gardien local a fait tout ce qu’il pouvait. Tu ne peux pas arrêter une idée par la violence, seulement essayer de prouver qu’elle est fausse et c’est ce qu’il a fait avec les autres Gardiens.

“Ils ont averti les humains, mais ils n’ont pas écouté. Les Gardiens ont même provoqué une petite épidémie avant que la peste ne soit déclenchée, espérant que les humains se rendraient compte des risques immenses qu’une telle folie comportait.

“Ils ont enterré leurs morts et sont allés de l’avant comme si rien ne s’était passé. Pour le plus grand bien, disaient-ils. Pour une fois, ils avaient raison. Pour nous, les Éveillés, c’était un grand bien.” Athung sourit.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser