Supreme Magus chapitre 796

Payez le joueur de poker Partie 2 |

Traducteur: Ych
———–

Melia avait rapidement accepté.

Non seulement parce qu’elle avait de nombreux amis dans les trois grands Pays, mais aussi pour sa propre survie. Si le Royaume et le Désert disparaissaient, les morts-vivants et les Abominations de deux continents entiers n’auraient qu’une seule source de nourriture.

L’Empire des Gorgones. Son empire.

Elle avait déjà fort à faire avec l’armée des Liches, les Abominations hybrides rebelles et les serviteurs du Maître qui pillaient les mines de cristal de l’Empire à la recherche de ressources. Elle savait qu’elle ne parviendrait jamais à s’occuper seule de tous les cours de morts-vivants.

Pas sans l’intervention directe de Leegaain, mais il lui avait déjà posé un ultimatum. Milea n’avait pas été choisie par le Père de tous les dragons comme apprentie pour sa force, ni pour son talent, mais pour sa sagesse.

Elle lui permettait de gérer toute la puissance que le Gardien lui conférait sans s’enivrer.

Kamila cliqua sur le bloc holographique de son amulette de l’armée, montrant aux guérisseurs du groupe le sort pour le remède. Ce qui ressemblait à du charabia pour un profane était en fait une description du fonctionnement de la peste de Jiera et de la façon de la contrer.

Chaque mot et signe magique était une commande avec un effet spécifique, tout comme une ligne de code lors de la programmation d’un logiciel. Un guérisseur expert ne pouvait jamais se laisser berner et utiliser un sort nuisible, car il savait ce que chacune de ses actions provoquerait.

” Bon Dieu ! ” Quylla s’est exclamée. “Cette chose est réelle. Merci de nous l’avoir montré, Kamila.”

“C’était le moins que je puisse faire. Si les morts-vivants que vous avez rencontrés venaient vraiment du continent de Jiera, alors il y a un risque d’infection. Maintenant, assez de travail, s’il vous plaît. C’est mon temps libre et j’aimerais en profiter au lieu de m’inquiéter. Avons-nous des projets ?”

Ils avaient déjà pris un dessert, et pourtant personne, à part Lith, n’en avait apprécié le goût.

“Mauvaise nouvelle mise à part, notre journée a été plutôt légère et nous nous sommes déjà un peu reposés.” Friya dit. “Je pensais faire le tour de Javvok à pied. Peut-être visiter le marché. Vous en avez envie ou vous êtes trop fatigués ?”

“Bien sûr que nous sommes partants pour faire du shopping en soirée !” La proposition fut approuvée à l’unanimité, ce qui fit que Lith faillit s’étouffer avec sa dernière cuillerée.

Le shopping était son ennemi juré. Cela impliquait de marcher pendant des heures, de regarder des marchandises qui ne l’intéressaient pas, de donner des avis qui seraient requis mais pas écoutés, et enfin de dépenser de l’argent.

Il était sur le point d’inventer une excuse pour éviter la torture imminente lorsque ses yeux se posèrent sur Kamila. Elle rayonnait de joie, non pas pour les achats, mais à l’idée de passer un peu de temps ensemble.

Entre Kulah, ses recherches et tous ses complots, cela faisait trop longtemps qu’ils n’avaient pas fait quelque chose ensemble en dehors de la chambre à coucher. Il lui a donc rendu son sourire et s’est résigné.

Contrairement aux villes du nord qui suivent le lever et le coucher du soleil, Javvok ne dormait pas. Les boutiques étaient encore ouvertes et les rues animées. Heureusement pour Lith, le marché se révéla intéressant même pour lui.

Les magasins n’étaient pas regroupés en fonction de leurs produits, si bien qu’il pouvait trouver une boutique magique juste à côté d’une boutique de sacs. Solus et lui ont vérifié partout, espérant trouver un artefact oublié parmi les produits courants, mais sans succès.

Les librairies, en revanche, ont été une bonne surprise. Il trouva de vieux dictionnaires de runes pour les gardiens qui avaient probablement été jetés d’une académie parce qu’ils étaient obsolètes, et même quelques livres avec une faible aura magique.

Les premiers l’aideraient à mettre à jour les sorts du livret de Forgemastering d’Huryole, tandis que les seconds étaient un pari qu’il pouvait se permettre.

‘Ne laisse pas Kamila seule. Accorde-lui un peu d’attention, bon sang !’ Solus le gronde.

Lith était tellement absorbé par ses découvertes que même s’ils n’étaient qu’à quelques mètres l’un de l’autre, c’était comme s’ils se trouvaient sur des planètes différentes. Lith se réprimanda intérieurement et suivit le conseil de Solus.

L’humeur de Kamila s’améliora encore lorsqu’au lieu de monosyllabes, il commença à utiliser une formulation correcte pour exprimer ses opinions et bientôt, en parcourant le magasin, elle commença à s’épancher avec lui sur sa journée.

Elle avait rêvé toute sa vie de devenir gendarme royal, mais maintenant, elle remettait en question son choix de carrière. Ce ne sont pas les longues heures ou les lourdes responsabilités qui la troublent tant que toutes les choses horribles dont elle doit être témoin quotidiennement.

En tant que responsable et analyste de données, elle avait l’habitude de lire des rapports sur les crimes les plus odieux, mais les voir de ses propres yeux, avoir affaire aux monstres à visage humain qui les commettaient, la rongeait.

Lith ne pouvait rien y faire, et elle ne lui demandait pas non plus de régler ses problèmes. C’était sa vie et son choix. Kamila voulait juste partager ses inquiétudes avec quelqu’un capable de la comprendre sans craindre d’être jugée ou prise en pitié.

Lith l’a écoutée et a exprimé sa compassion de temps en temps, tout en remarquant à quel point les membres du groupe avaient une approche différente des courses.

Alors que Friya et Phloria achetaient tout ce qui leur tombait sous la main, Quylla et Kamila faisaient surtout du lèche-vitrine, regardant toujours le prix avant de remettre la plupart des marchandises sur les étagères.

Mais alors que pour Quylla, l’une de ses sœurs s’empressait de les acheter en ignorant les plaintes de Quylla qui disait ne pas en avoir besoin ou vraiment envie, Kamila n’avait acheté qu’un petit sac à main et une chemise.

Leur prix était insignifiant, même selon les critères de Lith, ce qui le laissait pantois.

“Arrête de faire cette tête.” Elle glousse.

“Nous ne sommes pas tous nés nobles et je dois encore rembourser le prêt médical pour l’opération de Zinya. Heureusement que ton armure de Marcheur de peau imite les vêtements que j’y range comme s’ils étaient tout neufs, sinon je vais devoir me contenter d’articles d’occasion jusqu’à ce que je parvienne à économiser suffisamment d’argent au cas où il y aurait d’autres jours de pluie.”

Lith ne savait pas s’il devait trouver plus décourageant le fait qu’elle puisse sourire en disant une telle chose ou qu’il n’ait jamais remarqué jusqu’à cet instant qu’elle portait toujours les mêmes choses.

Il se maudit intérieurement et emboîta le pas à Friya, revenant sur les choix de Kamila pour les lui acheter. Il en avait assez de cette attitude alors qu’il était sur Terre et que son frère Carl devait surveiller chaque centime qu’ils dépensaient jusqu’à ce qu’il ait décroché son premier emploi après avoir obtenu son diplôme d’études supérieures.

“Arrête ! Ça fait beaucoup de choses et je n’ai pas besoin de ton argent.” Kamila se sentait coupable d’avoir parlé sans réfléchir de ses problèmes d’argent. Elle avait l’impression d’être une mendiante.

“Je sais. Je ne les achète pas parce que tu me l’as demandé, mais seulement parce qu’ils t’iraient bien et qu’en tant que ton petit ami, j’ai le droit de t’offrir un cadeau de temps en temps.” Il a répondu.

“Mais, l’argent…”

“Je suis peut-être radin, mais tout ça coûte bien moins cher qu’une seule de mes expériences ratées”. Lith lui coupa la parole, faisant briller les yeux du marchand comme des étoiles à l’idée d’avoir attrapé une baleine.

Kamila ouvrit la bouche pour répondre, mais aucun mot ne sortit. Elle avait vécu si longtemps en ne comptant que sur elle-même que demander de l’aide était difficile, mais accepter la gentillesse de quelqu’un l’était encore plus.

“Merci.” dit-elle en le serrant dans ses bras. Elle n’aime pas trop les démonstrations d’affection en public, mais cette fois-ci, elle n’a pas pu s’en empêcher.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser