Supreme Magus chapitre 572

Le temps emprunté, partie 2 |

“Ça te dérange si je te pose une question personnelle ?” dit Friya en leur versant du thé chaud.

“Non, mais je ne peux pas te garantir que je répondrai”.

“Ne t’inquiète pas, je ne vais pas percer ton mur de secrets”. Elle a gloussé.

“Nous savions tous que tu avais le béguin pour Nalear et un faible pour Wanemyre. Je me demandais pourquoi tu ne m’avais jamais fait d’avances. Maintenant que nous ne sommes plus jeunes et stupides, je ne suis pas gêné de dire que cela a un peu blessé ma fierté.”

“Eh bien, c’est simple. Lorsque nous nous sommes rencontrés pour la première fois, tu n’étais qu’un noble pompeux et coincé. Après le deuxième examen, lorsque nous avons commencé à devenir amis, tu étais déjà devenue trop semblable à moi.” dit Lith.

“Tu as toujours été la plus belle fille de notre classe, mais j’ai un faible pour les filles mignonnes et tu n’as jamais été mignonne. Tu es passé d’odieux à sombre et lugubre. Toi et moi, nous sommes comme des lunes. Nous avons beau briller, notre lumière est froide et distante.

“Nous avons besoin d’un soleil, de quelqu’un qui est prêt à parcourir cette distance et à nous accepter pour ce que nous sommes plutôt que pour ce à quoi nous ressemblons. C’est pourquoi je me suis retrouvé avec Phloria d’abord et avec Kamila maintenant.”

Friya devait admettre que même s’ils étaient de bons amis, sa folie correspondait à celle de Lith de toutes les mauvaises façons possibles. Rien que l’idée d’être avec quelqu’un de plus paranoïaque, grincheux et agressif qu’elle, lui donnait la chair de poule.

“Est-ce que tu t’entraînes toujours aux réseaux impossibles que Yurial a trouvés pour nous ?” demande Lith.

“Chaque jour. Je te serai toujours reconnaissant de m’avoir appris l’importance de la première magie. Il y a tellement de choses que j’aurais ratées si je n’avais pas suivi ta folle routine d’entraînement pendant la cinquième année.

“Je ne suis peut-être pas encore capable de créer des hologrammes, mais je peux t’assurer qu’une fois que nous aurons trouvé ces mages voyous, ils auront plus d’une mauvaise surprise.” dit-elle avec un sourire féroce.

Comme la tempête de neige ne faiblissait pas et que Kamila n’avait pas encore rappelé, ils ont commencé à échanger des conseils sur la magie. Friya lui révèle qu’elle est restée en contact avec le professeur Rudd, l’expert en magie dimensionnelle du Griffon blanc.

Ils étaient en train de se remémorer ensemble toutes les paroles cruelles que l’homme avait dites à ses élèves en général et à eux en particulier lorsque quelqu’un a frappé à sa porte.

“Je suis désolé de te déranger, Lady Ernas.” Un majordome en livrée blanche et bleu foncé lui dit avec une profonde révérence. C’était un homme d’âge moyen avec des cheveux roux fuyants et le visage de quelqu’un qui vient de voir un fantôme.

“Il y a un invité sur la porte qui prétend être un ami d’un certain Fléau. J’ai essayé de le renvoyer, mais il a refusé. Certains de tes hommes sont intervenus, mais je crains qu’ils ne fassent qu’empirer les choses.”

“A-t-il dit son nom ?” Friya et Lith ont échangé un rapide regard en entendant le nom que les bêtes magiques lui avaient donné.

“Non, je ne lui ai même pas posé la question car il s’est manifestement trompé d’adresse…”.

Friya ne le laissa pas terminer sa phrase et ouvrit une marche Warp menant au couloir du manoir. La porte d’entrée était grande ouverte, laissant entrer le vent glacial tandis que la neige commençait à s’amonceler sur le magnifique tapis bleu et or qui recouvrait le sol.

Plusieurs membres de la guilde du bouclier de cristal gisent sur le sol, inconscients. Seuls quelques-uns d’entre eux avaient même réussi à dégainer leurs armes, mais aucun n’avait eu le temps de s’en servir. Pas une seule goutte de sang n’avait été versée.

L’homme qui se trouvait devant eux était un barbare d’au moins 2,1 mètres de haut. Il portait un ensemble de vêtements lourds de chasseur en fourrure d’animaux chauds et des bottes plus grandes qu’un seau. Son visage était rude et sauvage, avec une mâchoire carrée et un menton fendu.

Les longs cheveux du chasseur et sa barbe bien taillée étaient d’un rouge flamboyant, sans le moindre flocon de neige. Même s’il soulevait d’une seule main l’un des hommes de Friya au niveau du cou, en attendant qu’il s’évanouisse, ses yeux émeraude étaient calmes et sages.

Il était impossible que Lith ne le reconnaisse pas, même après toutes ces années.

” Mets Kallum à terre ! ” dit Friya en dégainant son épée.

“C’est bon de te revoir, Friya”. Il dit avec un sourire chaleureux en laissant les pieds de l’homme toucher à nouveau le sol, ce qui lui permet de respirer.

“Tu me connais peut-être, mais je ne te connais pas. Que veux-tu de Lith ?” Elle a dit cela sans jamais baisser son arme.

Une soudaine rafale de vent balaya ses cheveux tandis qu’une silhouette floue passait à côté de Friya et frappait le chasseur sur le côté de sa mâchoire avec une grande précision, l’envoyant valdinguer à l’extérieur.

“Espèce de salaud ! Comment oses-tu te montrer ainsi ?” La colère de Lith était si grande que, sans l’aide de Solus, son aura bleue aurait déjà rempli le couloir du manoir.

Elle aurait voulu dire quelque chose, mais même si elle restreignait déjà son flux de mana, les lumières comme les ombres étaient à quelques secondes de s’animer. Solus ne pouvait pas se permettre de perdre sa concentration.

Du sang a dégouliné de la bouche du chasseur alors qu’il se relevait.

“Tu es devenu plus fort, Fléau. J’espérais que tu te concentrerais plutôt sur le fait de devenir une meilleure personne. Le pouvoir ne fait pas tout”. L’homme a dit comme si Lith lui avait tendu la main au lieu de l’envoyer voler avec un coup de poing.

“Cinq ans ! Cinq putains d’années sans un seul mot de ta part”. Le vent et la neige giflent le visage de Lith. Il ignora le premier, tandis que la chaleur qui émanait de sa peau était si forte que la seconde s’évaporait à son contact.

“J’ai failli mourir pour toi et qu’est-ce que j’ai eu en retour ? Tu m’as trompé ! Tu as retourné contre moi le seul ami que j’avais jamais eu ! Tu m’as abandonné ! Tu m’as enlevé Selia ! Dis-moi pourquoi je ne devrais pas te tuer sur le champ”. dit Lith.

La neige fondait et bouillait sous ses pieds tandis que toute la rue était plongée dans l’obscurité, comme si le soleil avait été effacé du ciel. Le chasseur se tenait droit, sans se soucier des phénomènes contre nature en cours et des accusations de Lith.

“Tu ne l’as pas fait pour moi, mais pour toi-même. Ce que j’ai fait, au contraire, je l’ai fait pour toi. Pour mettre fin à ta folie. C’était le seul moyen que j’avais de t’offrir un meilleur avenir et à en juger par ce que j’ai entendu, je dirais que j’ai réussi.

“Je ne t’ai jamais abandonné. Je ne pouvais tout simplement pas me permettre de revenir et de gâcher ainsi notre sacrifice. Quant à Selia, elle n’a jamais été à toi pour commencer. Elle m’a suivi de son plein gré. Tu n’as raison que sur un point. Je te suis redevable.

“Sans ton acte irréfléchi et égoïste, je serais mort. Je vis sur du temps emprunté, ton temps. Ma vie est à toi si c’est ce que tu veux vraiment.” Protecteur ouvrit les bras dans une position sans défense, exposant à la fois son cou et son cœur.

Lith tendit ses mains griffues vers la poitrine de Protecteur et l’étreignit aussi fort qu’il le pouvait.

‘Solus, analyse’. Il a réfléchi.

‘Protecteur est à peine à moitié bleu et sa force physique ne s’est pas beaucoup améliorée.’ Elle répondit alors que la fureur de Lith s’estompait.

“Comment peux-tu être aussi faible après tout ce temps ?” dit Lith.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser