Supreme Magus Chapitre 256

La croisée des chemins (Partie 2)

Traducteur: TheCounterspell
————-

La maison d’Ernas. Après la fermeture de l’académie.

Phloria Ernas s’amusait comme une folle. Son rang était suffisamment élevé pour mériter l’admiration de son père et éviter que sa mère ne la harcèle. Elle pouvait passer ses journées à sa guise, sur un cheval, chassant, s’entraînant à l’épée ou à la magie.

La seule ombre au tableau était qu’elle n’avait pas le droit de quitter le domaine. L’hiver était la période de l’année où les Ernas, la maison de son père, et les Myrok, celle de sa mère, se rencontraient pour passer du bon temps et renforcer leurs liens.

Depuis qu’elle fréquentait l’académie, c’était sa seule occasion de voir ses cousins et ses grands-parents. Il n’y avait aucune rancœur entre les deux familles et même si Phloria trouvait la lignée de sa mère assez effrayante, elle les aimait quand même.

Elle était consciente que si les Ernas incarnaient le bouclier protégeant la famille royale au grand jour, les Myrok étaient la lame empoisonnée chargée de s’occuper des ennemis du royaume dans l’ombre, sous la façade d’inoffensifs nobles de second rang.

La famille de Jirni s’intéressait beaucoup à Friya et à Quylla. Les filles n’ayant aucun lien de sang avec les Ernas, les Myrok espéraient les voir se marier avec eux pour ajouter leurs talents magiques à leurs atouts et, avec un peu de chance, à leur lignée.

Entre sa famille et les fêtes auxquelles elle devait assister, elle n’avait jamais eu le temps de rendre visite à Lith, n’entendant de ses nouvelles qu’à travers son amulette.

“Celui qui a dit ‘loin des yeux, loin du cœur’ était un abruti fini, n’est-ce pas Lucky ?” dit Phloria en lançant une cuisse de poulet au grand mastiff, qui aboya avec enthousiasme.

Tant qu’elle lui donnait du poulet rôti, Lucky était d’accord avec tout ce qu’elle disait.

“Nos promenades, nos discussions, les câlins et tout le reste me manquent tellement. Je ne peux pas l’inviter ici, sinon mes grands-parents le mangeraient tout cru, et je ne peux pas non plus aller à Lutia.”

Il n’y a pas de Marches Warp et je n’y suis jamais allée. Faire des allers-retours me prendrait trop de temps, bon sang.” Une aile de poulet lui valut un autre gémissement de compassion.

Quylla et Friya s’en sortaient beaucoup moins bien que leur sœur. Au cours des deux derniers mois, Quylla n’avait pas pu pratiquer la magie une seule fois. Jirni accordait toute son attention à Quylla, essayant de faire passer en un seul hiver l’éducation que les autres filles avaient reçue depuis leur naissance.

Quylla dut apprendre l’étiquette appropriée lors des conversations et des repas. Elle devait aussi apprendre à monter à cheval, à jouer d’au moins un instrument et à tout connaître de l’histoire du royaume et des affaires politiques en cours.

Son talent pour la magie ne l’aidait en rien, et sa timidité rendait les choses encore plus difficiles. Jour après jour, Quylla était obligée de parler avec des gens qu’elle ne connaissait pas et de faire des choses qui ne l’intéressaient pas.

Friya, elle, avait beaucoup de temps libre. Elle en profita pour apprendre à connaître sa nouvelle famille, passant plus de temps avec Orion et Jirni. Par rapport à sa mère biologique, Jirni était un monstre bien meilleur, qui lui laissait une grande liberté dans la gestion de sa vie.

Orion était le père qu’elle avait toujours souhaité avoir, et elle se rendit vite compte qu’être adoptée par le couple Ernas était la meilleure chose qui lui soit arrivée. Friya passait ses journées à aider Quylla à réviser les différentes matières qui lui étaient confiées quotidiennement et à s’entraîner avec Phloria.

En dehors de l’académie, leur relation était encore superficielle, mais elle s’améliorait peu à peu. Friya avait longtemps craint que Phloria ne la bouscule en abusant de son statut de vraie fille, mais la seule chose qu’elle faisait était de la harceler sur le caractère autoritaire de Jirni et sur l’embonpoint de Lucky.

Il n’y avait que deux inconvénients à sa situation actuelle. Le premier, tout comme pour Yurial, était d’être présentée comme la deuxième meilleure élève du Griffon Blanc à chaque occasion. Le second était étroitement lié au premier : les mauvaises rumeurs qui accompagnaient sa réussite.

Être un ancien membre de la famille Solivar était un stigmate qu’elle n’arrivait pas à effacer. L’ancienne et la nouvelle lignée magique en voulaient à Friya, répandant les accusations les plus viles à son sujet.

Lors de chaque fête, dès que Friya tournait le dos, elle entendait des murmures selon lesquels elle aurait couché avec les professeurs, les aurait fait chanter ou aurait triché pour parvenir au succès. Elle ne pouvait rien faire contre ces rumeurs.

La pensée que malgré sa présence qui nuisait à la réputation des Ernas, ses nouveaux parents la traitaient comme l’une des leurs, lui donnait envie de couper ces langues dégoûtantes et de les enfoncer dans leurs culs.

***

Maison Distar. Deux semaines après l’appel.

Ce soir-là, l’un des événements les plus importants de la saison se déroulait dans la maison de la Marquise. Son marquisat prospérait rapidement, puisqu’il régnait désormais sur la région abritant deux des quatre seules grandes académies restantes.

Les académies du Griffon de terre et du Griffon de cristal étaient fermées. Personne ne savait quand et si elles rouvriraient un jour. L’Archimage Deirus avait été récompensé pour ses services sur les terres du Griffon Noir, ce qui lui avait permis de contrôler les deux autres.

Ils partageaient désormais un pouvoir énorme sur toutes les autres maisons nobles. Certains disaient qu’ils en avaient  même trop.

Les quatre académies restantes dépendaient des deux maisons pour leur financement et leur approvisionnement, ce qui leur permettait d’avoir leur mot à dire sur le choix des candidats à admettre ou sur les changements à apporter au système des académies.

La Couronne avait reçu d’innombrables pétitions visant à retirer au moins une académie à chacun d’entre eux, mais aucune n’avait reçu de réponse. Officiellement, la Couronne examinait encore les demandes des deux parties. Officieusement, elle les avait déjà toutes rejetées.

La Couronne n’avait aucun intérêt à priver deux de ses sujets les plus loyaux d’un prix pour lequel ils avaient travaillé dur, juste pour satisfaire des ménages au passé douteux et au présent encore plus douteux. Les noms figurant au bas de la plupart des pétitions étaient les mêmes que ceux de la liste de la marquise.

Ce n’était pas suffisant pour les accuser de trahison, mais plus que suffisant pour ne pas écouter un mot de ce qu’ils disaient.

Ce soir-là, la Marquise Distar avait réuni les personnes les plus influentes de la région pour fêter les vingt premiers des académies du Griffon Blanc et du Griffon Foudroyant, permettant aux élèves et à leurs parents de se mêler à la foule.

Yurial et sa fiancée, Libea, passaient une nouvelle soirée ‘heureuse’ ensemble.

“Tu sais, lorsque nos parents ont organisé notre mariage, je n’ai pas pu m’empêcher de vous voir, vous les Deirus, comme des filous avides des richesses de la maison Fintyr. Je n’aurais jamais imaginé qu’une lignée de roturiers puisse connaître un tel succès. Je reconnais que je me suis trompée à ton sujet”. dit Libea dès qu’ils se furent débarrassés du duc Cailon.

“Moi aussi, je me suis trompé sur ton compte.” Yurial répondit avec le même sourire enjolivé que le sien.

“J’ai toujours considéré les Fintyr comme des mendiants assoiffés qui avaient désespérément besoin d’un peu de magie dans leur lignée. Je sais depuis toujours que votre famille a donné naissance à plus de dragons que de mages par le passé.” Il ajouta vicieusement.

“J’espérais que nous pourrions au moins rester civilisés entre nous, mais comme je l’ai dit, je me suis trompé.”


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser