Supreme Magus chapitre 1170

Rêves brisés, partie 2

Traducteur: Ych
——-

Arthan Griffon était un monstre, mais aussi un génie qui avait atteint une compréhension des arts de la guérison qui déconcertait encore les mages modernes.

Vastor pensait qu’une fois qu’il aurait maîtrisé la Folie, il serait capable de poser les bases de nouvelles branches de la magie de la Lumière et de devenir un Magus, tout comme Menadion l’avait fait après avoir amélioré le travail de Silverwing.

Hélas, il n’y avait que peu de choses qu’il pouvait comprendre avec les quelques fragments et plans de la Folie encore disponibles. En plus de cela, son ignorance des arts interdits rendait tout encore plus difficile.

Pour consacrer tout son temps à la folie d’Arthan, Vastor devient professeur à l’académie du Griffon blanc. Améliorer les manuels d’enseignement était pour lui un jeu d’enfant et lui donnait la couverture parfaite pour chercher des personnes susceptibles de combler ses lacunes.

Ensuite, Vastor a connu le duc Marth. Même dans sa jeunesse, le futur directeur du Griffon blanc faisait preuve d’un talent et d’une ingéniosité comme Vastor n’en avait pas, même à l’époque de sa splendeur.

Sur le papier, avec seulement la spécialisation Guérisseur, Marth était un élève moyen. En réalité, il a non seulement réussi tous ses cours, mais il a également créé et partagé des sorts révolutionnaires dès sa quatrième année.

Comme leur force magique était similaire, Vastor pensa avoir trouvé une âme sœur et attendit que l’histoire se répète. Pourtant, même si le noyau bleu vif de Marth le limitait, son cerveau compensait en ne manquant jamais d’idées nouvelles.

Il a inventé la discipline de la résonance du sang qui permet d’identifier les cadavres sur le champ de bataille et de reconnaître la lignée de quelqu’un. Il a perfectionné les arts de la régénération et créé de nouveaux sorts qui rendent les membres nouvellement formés capables de s’adapter à leur corps.

Contrairement à Vastor, l’ascension de Marth ne s’est jamais arrêtée, ce qui lui a permis de devenir Archimage à vingt ans et Professeur peu de temps après. Pour ne rien arranger, peu de temps après l’obtention de son diplôme, Marth avait également appris la Forge et était devenu un Maître de Forge Royal avec une facilité qui laissait tout le monde pantois.

Quelques années plus tard, lorsque Manohar est arrivé au Griffon blanc, Vastor a su qu’il avait affaire à un monstre sous une apparence humaine. Contrairement à tous ceux qui l’ont précédé, Manohar a commencé la quatrième année de l’académie alors qu’il avait à peine douze ans et donnait des leçons à ses professeurs plus souvent qu’il n’en recevait.

Il s’est spécialisé dans les mages de combat uniquement parce que ça avait l’air cool et même s’il s’en est vite lassé, Manohar a réussi tous ses cours en survolant à peine les livres et sans aucune pratique.

Après avoir obtenu son diplôme, il a révélé avoir également appris la maîtrise de la Forge en autodidacte. C’était un passe-temps, disait-il, parce que les outils de l’académie étaient trop primitifs à son goût et qu’il ne pouvait pas faire confiance à des idiots pour faire les choses correctement.

Le talent infini de Manohar n’avait d’égal que sa grossièreté, mais malgré les innombrables humiliations que Vastor devait subir car Manohar le nainait tous les jours, les deux devinrent amis.

Véritable génie, Manohar se passionne pour le mystère de la Folie et parvient à combler de nombreuses lacunes dans les plans. À l’insu de Vastor, Manohar a découvert la maîtrise de la lumière grâce à leur travail commun.

À l’insu de Manohar, même si Vastor ne comprenait pas aussi bien l’élément lumière, il a tout de même réussi à améliorer chacune des découvertes de Manohar au-delà de ce que le génie qui s’ennuie facilement pouvait penser, devenant la figure de proue du domaine de la sculpture corporelle et apprenant même à se métamorphoser.

L’enthousiasme de l’Abomination n’a duré que jusqu’à ce que la mémoire atteigne le moment où elle a découvert que Manohar ne mentionnait pas ces techniques uniquement parce qu’il les avait apprises tout seul en tant qu’étudiant en lisant les livres de Vastor.

Ensuite, la créature a sombré dans le désespoir aux souvenirs de la façon dont Vastor avait été forcé de devenir un Haut-Maître.

Ils étaient les armes secrètes de chacun des trois Grands Pays. Des mages si puissants qu’ils pouvaient commencer ou terminer une guerre à eux seuls. Pour Vastor, il n’y avait aucun honneur à être choisi comme le seul Haut-Maître de sa génération.

Les Royaux n’ont pas demandé à Manohar uniquement parce qu’il était pathologiquement incapable de suivre la chaîne de commandement, et encore moins les ordres. Marth, au contraire, était au milieu d’une expérience importante qui ne pouvait pas être retardée.

Vastor savait que ces mots n’étaient que des excuses polies. La vérité était bien plus cruelle. Ils l’avaient choisi pour ce rôle uniquement parce qu’ils considéraient que Vastor n’était pas indispensable.

Manohar et Marth étaient trop précieux pour risquer leur vie dans des querelles aux frontières du royaume. En tant que Haut-Maître, Vastor a évité d’innombrables guerres en montrant les prouesses du Royaume du Griffon à ses voisins.

Il a massacré des villages entiers en une nuit et, grâce à la métamorphose, il a abattu des forteresses avant même que leurs soldats ne comprennent ce qui se passait. Tous ces exploits ont renforcé les frontières du royaume et endommagé l’esprit de Vastor.

Ses supérieurs dans l’armée et l’Association justifiaient ces meurtres par le plus grand bien, mais c’est Vastor qui a dû lever la main sur des enfants sans défense, lui qui a dû vivre avec les images de ces carnages gravées dans les yeux.

C’est alors que Vastor a compris que le “plus grand bien” n’était rien d’autre qu’un mensonge inventé par des hommes médiocres juste pour garder leurs positions privilégiées de pouvoir. La vie à l’académie renforçait chaque jour ses convictions.

Ceux issus de lignées magiques et même les roturiers se donnaient à fond pour atteindre la grandeur, tandis que les nobles considéraient tout comme acquis et mettaient un minimum d’efforts dans leurs études.

‘Les nobles sucent le sang de leurs sujets sans rien leur donner en retour. Ce sont des parasites inutiles alors qu’avec ces mêmes sacrifices, un mage nourri par la Folie vivrait assez longtemps pour accomplir de grandes choses.’ Vastor dit à son double qui gémissait de douleur.

Le Maître avait passé des années à surmonter les traumatismes que les créatures vivaient maintenant l’une après l’autre. L’Abomination revivait tous les échecs de Vastor, sa culpabilité pour toutes les personnes qu’il avait sacrifiées pendant des années en vain.

Du moins jusqu’à ce qu’il rencontre Xenagrosh. Elle lui avait appris l’existence de l’Éveil et de ce qui se trouvait au-delà : Les Abominations et les Gardiens. Les abominations étaient semblables aux morts-vivants, mais leur potentiel était illimité.

Alors que les morts-vivants atteignaient rarement l’Éveil et étaient liés par la conception défectueuse de Baba Yaga, les Abominations étaient l’évolution naturelle de ceux qui avaient atteint le sommet de l’existence grâce à un travail acharné.

Les abominations étaient des êtres de mana pur, éternellement jeunes, et capables d’accéder à la magie du Chaos, ce que personne d’autre n’était capable de faire, alors que les morts-vivants n’étaient qu’une perversion de la vie.

Vastor méprisait les gardiens qui ne partageaient pas leurs connaissances, les considérant comme des nobles qui forçaient leurs sujets à vivre des vies abjectes juste pour se sentir mieux dans leur peau.

Les Gardiens protégeaient un équilibre injuste et il savait que tôt ou tard, son Organisation se heurterait à eux. Pour en savoir plus sur les Gardiens, il a rassemblé leur progéniture et s’est efforcé de restaurer leurs pouvoirs ancestraux.

Ensemble, Vastor et les Eldritchs progressèrent dans la restauration de la Folie à pas de géant souvent avec l’aide involontaire de Manohar, puis de Balkor, et même de Thrud.

Le Mage de Sang était un fléau pour le Royaume mais une source d’inspiration pour Vastor, qui apprit de lui comment connecter des tissus d’Abomination à des êtres vivants et comment établir un esprit de ruche en toute sécurité.

Son projet initial consistait à fusionner plusieurs Abominations pour former une créature dotée de leur sagesse et de leurs pouvoirs collectifs, mais sans esprit de ruche, il n’y avait que de la folie.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
28 jours il y a

Incroyable récit !
Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser