Supreme Magus chapitre 1140

Voisins bizarres Partie 2 |

Traducteur: Ych
———

Phloria se dirigea vers l’entrée, constatant qu’elle n’avait pas de porte.

Elle frappa au mur, s’attirant les regards curieux de ceux qui se trouvaient encore au rez-de-chaussée. Une silhouette humanoïde sortit des lianes qui composaient le cadre de la porte, prenant l’apparence de ce qui ressemblait à un buisson façonné comme un homme par un jardinier expert.

C’était un épine, une plante née d’un buisson, qu’elle avait rencontrée à Kulah et à Laruel. Ils n’avaient pas de forme définie et pouvaient modeler leur corps à volonté tant qu’ils ne dépassaient pas leur masse.

“Tu es perdue ? Le quartier des humains est assez loin d’ici.” Il essaya de paraître aussi calme et rassurant que possible, prenant même une forme à laquelle l’étranger pouvait mieux s’identifier.

“Merci de t’inquiéter, mais je ne suis pas perdu. Je suis votre nouvelle voisine, Phloria, et je suis venue vous dire bonjour.” Elle tendit la main, mais son geste poli reçut un ricanement méprisant de la part de toutes les personnes présentes.

“Je m’appelle Klodran. Bienvenue dans mon jardin de la connaissance, Phloria, mais ne fais plus ça. Personne n’aime être examiné avec l’Invigoration dès la première rencontre et beaucoup ne sont pas aussi indulgents que moi.” Il lui répond tout en l’invitant à entrer.

“Je suis vraiment désolé, je n’essayais pas de t’examiner. Je suis nouvelle ici, vraiment nouvelle. Depuis quelques heures à peine. Comment as-tu su que j’étais un Éveillé ?” Phloria a pris une teinte violette en essayant d’expliquer sa bévue.

“Tu n’as pas peur de nous et tu es loin du quartier des humains, donc tu es forcément un Éveillé. Ton ignorance de nos coutumes expliquerait pourquoi tu continues à regarder autour de toi pour essayer de donner un sens à cet endroit.” Klodran dit pour que ses invités l’entendent.

Une fois qu’ils furent rassurés sur le fait que l’humain ne nourrissait aucune mauvaise intention, ils reprirent ce qu’ils faisaient. Certains lisaient des livres tandis que d’autres avaient des lianes sortant des murs reliées à leurs oreilles.

“Qu’est-ce qu’un jardin de la connaissance ?” demanda Phloria.

“La chute de la race humaine sur Jiera a entraîné des désordres dans l’équilibre entre les races. Sans eux, les monstres ne rencontrent aucune résistance lorsqu’ils pillent les terres pour augmenter leur nombre, les bêtes n’ont aucun moyen d’apprendre la magie si ce n’est en étudiant, et nous, les plantes, avons perdu notre seule source de divertissement.” Il soupire.

“Les bêtes sont douées pour beaucoup de choses, mais les arts n’en font pas partie. Sans les humains, les plantes n’ont pas les interactions sociales dont elles ont besoin pour ne pas devenir des prédateurs sans cervelle. Votre société a aidé ceux qui, comme moi, ont trouvé un but à leur vie.

“Pour empêcher les monstres d’atteindre un nombre que nous ne pouvons plus contenir, nous avons besoin de plus de Bêtes Empereur, mais seules quelques bêtes magiques parviennent à évoluer chaque année. Avec l’augmentation soudaine de nos ennemis et tant de terres à couvrir, le taux de survie des jeunes Bêtes Empereur s’amenuise.

“Les jardins sont des endroits où les bêtes et les plantes viennent étudier librement la magie jusqu’au niveau quatre, dans l’espoir d’augmenter leurs chances d’éveil ou au moins leurs prouesses au combat.

“Nous avons aussi une grande collection de musique et d’œuvres d’art que nous avons réussi à récupérer dans les ruines de la plupart des grandes villes.”

“C’est à ça que servent ces lianes ?” Phloria désigne les plusieurs bêtes dont les oreilles sont bouchées.

“J’aimerais bien. Chaque livre est écrit dans une langue différente et il y a tellement de langues que traduire et imprimer chaque livre dans toutes les langues n’est pas pratique. Il est beaucoup plus facile de faire lire la traduction à haute voix et de la stocker à l’intérieur d’un cristal magique.” dit Klodran.

Phloria marcha le long des allées remplies de livres pendant un moment, jusqu’à ce que les maux de tête la forcent à s’arrêter. Chaque fois qu’elle lisait une langue différente, la broche de Leegaain remplissait son esprit des connaissances dont elle avait besoin pour la comprendre, mais il y en avait tellement que le processus ne s’arrêtait jamais, ce qui la faisait beaucoup souffrir.

‘Dieu, je n’aurais jamais pensé que le simple fait que tout le monde parle la même langue ferait une telle différence dans la qualité de vie. Tyris est probablement le Gardien le moins apprécié de notre continent.’ C’est ce qu’elle s’est dit.

Au bout d’un moment, elle a découvert que les deux continents avaient la plupart des sorts en commun et a même réussi à trouver quelques techniques utiles dont elle n’avait jamais entendu parler.

“Je peux les copier ?” Phloria demande à Klodran.

“Ici, les connaissances sont gratuites. Même les humains peuvent venir ici et essayer d’apprendre la magie. Nous avons préparé la section de la fausse magie pour eux, mais ils ont tellement peur qu’ils sortent rarement de chez eux, si ce n’est pour travailler.”

“Où se trouve la section de niveau 5 ?” Elle demande.

“Les jardins sont pour les débutants tandis que les ateliers sont pour les maîtres. Ni le peuple des plantes ni les bêtes magiques ne peuvent utiliser tous les éléments, alors ça ne sert à rien d’avoir de tels sorts ici. De plus, les sorts de niveau 5 sont interdits à ceux qui ne sont pas reconnus par le Conseil. Ils sont trop dangereux.” dit l’Épine.

Phloria prit note de tous les sorts pertinents qu’elle avait trouvés et remarqua à quel point tout le monde était stressé. Les bêtes magiques avaient une durée de vie limitée et n’avaient pas l’habitude de la passer à combattre des monstres tous les jours.

Elles étaient censées chasser, pratiquer la magie et dormir, alors que maintenant elles étaient devenues des soldats. Les plantes n’avaient rien du flirt et de l’insouciance de ceux qui vivaient dans le royaume.

Grâce à leurs capacités de régénération, ils ne craignaient pas la mort, mais le manque d’interaction sociale les rendait froids et cruels.

Pendant ce temps, Lith avait laissé Solus avec Tista dans la tour pour se promener seul. Garder sa forme hybride aussi longtemps s’était avéré fatigant mentalement. Lith devait toujours faire attention lorsqu’il touchait quelque chose ou quelqu’un pour ne pas le blesser avec ses griffes.

Il n’avait aucun problème à se battre en tant que Wyrmling, mais vivre en tant que tel lui paraissait gênant, voire étranger. Lith n’était pas habitué au poids de ses deux ailes ni au son de sa voix sous cette forme.

‘Ce n’est pas comme mes jeux de rôle avec Kami. Les griffes et les serres, c’est embêtant, sans parler du fait qu’il est compliqué de manger sans lèvres. Même si cette forme est bien adaptée au combat, elle est sacrément inconfortable à vivre.’

Pour la première fois de sa vie, Lith apprécia ce que signifiait être humain. Reghia était vraiment un chef-d’œuvre de magie, avec la lumière naturelle du soleil qui venait du plafond et une brise fraîche qui gardait l’air pur, mais on avait toujours l’impression d’être dans une prison.

Même l’odeur des fleurs provenant des maisons du peuple des plantes et celle de l’eau de source provenant de plusieurs petits lacs ne lui permettaient pas de se sentir mieux..

‘Attends un peu, pourquoi diable ont-ils besoin d’étangs ? L’eau est généralement condensée par la magie et créer des rivières souterraines est un cauchemar pour la sécurité.’ Après avoir remarqué un petit groupe de créatures à l’allure bizarre qui sortaient du lac, Lith les salua avant de demander une explication.

“Nos canaux sont sûrs, tu es juste paranoïaque”. Une femme humanoïde près de l’étang lui dit en ricanant de ses inquiétudes.

Elle mesurait environ 1,78 mètre, avec des cheveux et des yeux émeraude qui lui arrivaient aux épaules. Des écailles bleu ciel la recouvraient de la tête aux pieds, devenant d’un blanc pâle au niveau de l’abdomen et des paumes, ce qui rendait son âge impossible à deviner.

Tous les humanoïdes ont un visage sans nez ni oreilles. Ils respiraient par des branchies situées dans leur cou et entendaient par deux petits trous situés de part et d’autre de leur tête. Ils n’avaient pas non plus de lèvres, laissant la rangée de dents nacrées de leur bouche partiellement exposée à tout moment.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser