Supreme Magus chapitre 1135

Reghia Partie 1 |

Traducteur: Ych
———

“Si tu es censé vivre comme une bête, tu dois aussi en avoir l’air. Allez, montre-nous ton autre visage.” Aren dit à Lith, qui se métamorphosa pour prendre sa forme hybride.

“Intéressant.” La voix de Fenagar résonna pour la première fois depuis que Leegaain avait fermé le Portail. “Tu es vraiment un hybride inconnu et je suis le seigneur de la découverte”.

“Tu ne m’as pas appelé l’un des éclosions de Leegaain ?” Lith n’aimait ni le Léviathan ni ses sautes d’humeur. D’après les leçons de Faluel, des connaissances inestimables s’étaient perdues simplement parce que Fenagar ne prenait pas la peine de garder des traces de son travail.

“Je suis désolé. Je l’ai dit uniquement pour énerver ce vieux schnock. Le ton sermonneur de Leegaain fait ressortir ce qu’il y a de pire en moi.

“Il parle toujours comme s’il était le plus intelligent de la pièce.” Fenagar renifle.

Tous les autres ont échangé des regards gênés mais n’ont rien dit. Rappeler au léviathan que Leegaain était le seigneur de la sagesse n’aurait fait qu’empirer les choses.

“Pourtant, je n’ai pas menti sur ce que j’ai dit tout à l’heure. Je peux te soigner très bien. Si tu me le permets, nous pourrons découvrir ensemble les secrets qui se cachent derrière ton existence.”

“Merci, mais non merci. Je n’ai pas l’intention de rester longtemps à Jiera.” dit Lith en lui faisant une profonde révérence.

‘Je ne suis pas idiot.’ C’est ce qu’il s’est dit en réalité. ‘Si Fenagar est obsédé par moi, il ne me laissera pas partir tant qu’il ne sera pas satisfait, juste pour se débarrasser de moi au moment où il s’ennuiera. En plus de cela, on ne peut pas savoir ce qu’il ferait avec une telle connaissance.’

“Comme tu veux.” Les yeux du Léviathan devinrent deux fentes enflammées tandis qu’il Warpait tout le monde.

“Il n’y aurait rien de mal à nous envoyer dans mon domaine si ce n’était pas en fait ma maison !”. Aren tapa du pied avec colère. “Enerver un Gardien dès le départ n’est jamais une bonne décision, gamin, mais pour ça, tu as tout mon respect.”

“Merci, je suppose. Où sommes-nous ?” demande Lith.

“Bienvenue à Reghia, l’une des principales villes de l’Empire des Bêtes.” Aren fit un signe de la main vers les bois qui les entouraient, sidérant ses invités.

” Tu appelles ça une ville ? ” Phloria ne voyait pas un seul bâtiment à perte de vue.

Il y avait bien quelques chemins coupant l’herbe verte qui avaient été taillés par la magie de la terre, mais à part cela, il n’y avait aucun signe de civilisation.

“Oui.” Aren acquiesça. “C’est une ville que les bêtes ont créée, pas les humains. Nous n’avons pas besoin de jardins, car le monde est notre jardin. Nous n’avons pas besoin de maisons, nous avons des repaires. Suivez-moi.”

Le Jǫrmungrandr les conduisit sur un chemin de pierre, le long duquel ils rencontrèrent plusieurs panneaux de signalisation remplis de tant de mots qu’on aurait pu croire qu’ils contenaient un poème. La vérité, cependant, était que chaque panneau fournissait des indications simples mais répétées dans plusieurs langues différentes.

Le groupe a pu tous les lire grâce à l’épingle de Leegaain. Ils fonctionnaient exactement comme Soluspedia, permettant aux connaissances dont ils avaient besoin de circuler dans leur esprit par une simple pensée.

Le panneau de signalisation qu’ils suivaient actuellement menait aux habitations. Tista regarda autour d’elle avec sa Vision de Vie, découvrant que les bois autour d’eux regorgeaient de mana. La végétation n’avait rien de particulier alors que le sol brillait de mille feux.

Aren les amena à une petite colline que leurs sens mystiques révélèrent être fortement enchantée et protégée par plusieurs réseaux. Malgré le fait que cela ressemblait à l’endroit idéal pour chasser les lapins, le sol était plus solide que la plupart des murs de ville qu’ils avaient déjà vus.

“Au cas où vous vous le demanderiez, tout est protégé par un réseau spécial de scellement de la terre. Il ne bloque pas la magie dimensionnelle mais il empêche nos ennemis de faire s’effondrer le sol sur nos têtes.” dit Aren tout en ouvrant un petit trou dans la colline d’un geste de la main.

“Des ennemis ?” Tista était sidérée. “Les humains sont à peine vivants et les morts-vivants ont migré. Les bêtes se font-elles la guerre entre elles ?”

“Non. Mais la chute des humains a provoqué une augmentation considérable de la population des monstres et leurs tentatives insensées d’Éveiller les gens ont créé plus d’Abominations au cours des derniers mois que le nombre de celles qui naissent habituellement en plusieurs dizaines d’années.

“D’un côté, les Abominations nous aident à garder les monstres sous contrôle. Les deux espèces souffrent d’une faim sans fin et détruisent l’environnement, si bien qu’au moment où elles se rencontrent, une seule survit.

“D’un autre côté, cependant, les villes ne sont rien d’autre qu’une épicerie pour les deux. Parfois, une Abomination devient le chef d’une armée de monstres et c’est là que les choses tournent mal.

“La magie du chaos tranche facilement toute défense et les capacités innées des monstres les rendent trop forts pour les humains tandis que leur nombre leur permet de dominer les bêtes magiques.”

“Alors vous vivez sous terre parce que c’est plus sûr et plus facile à réparer”. Lith est d’accord avec cette logique.

“Non, nous faisons cela parce que nous n’essayons pas de reconstruire la civilisation humaine ni de l’imiter. C’est notre civilisation, mon enfant.” Aren secoua la tête, ce qui rendit Lith encore plus confus qu’il ne l’était déjà.

Pourtant, dès qu’ils pénétrèrent dans le repaire souterrain, tout devint clair pour eux.

Le plafond avait été enchanté de façon à laisser passer librement la lumière du soleil. Elle répandait sa chaleur à la fois sur le sol et dans l’air qui ne sentait ni l’humidité ni la mousse. Grâce à la magie de la terre, il n’y avait pas besoin de piliers, ce qui donnait à l’endroit un aspect large et spacieux qui ne donnait pas du tout l’impression d’être sous terre.

Lorsqu’ils levaient les yeux, ils pouvaient encore voir le ciel. Autour d’eux, il y avait plusieurs petits bâtiments et des routes qui s’enfonçaient plus profondément dans le sol. À part quelques bêtes magiques, le hall d’entrée était vide.

“J’avoue que cela ne ressemble en rien à ce à quoi je m’attendais pour une ville. Où est passé tout le monde ?” demanda Lith.

“C’est le début de la matinée, le moment le plus animé de la journée. À part les enfants et les artisans, tout le monde est dehors en train de faire son travail. Ce qui nous amène à une question très importante.

” Comment comptez-vous contribuer à notre communauté ? Nous vivons une époque dangereuse et nous n’avons ni nourriture ni maison à offrir à ceux qui ne sont pas prêts à faire leur part du travail, quelle que soit leur race.” dit Aren.

“Ne devrais-tu pas d’abord nous expliquer les lois de ta ville et ensuite peut-être nous montrer notre maison ?” demande Phloria.

“Les lois sont simples. Ne pas voler, ne pas tuer, ne pas faire de mal.” Aren donna à chacun d’eux une petite perle de pierre. “Au cas où vous seriez victime d’un crime, mettez un peu de votre mana dans la pierre et elle émettra un son que toutes les bêtes peuvent entendre.

“Les secours arriveront en quelques secondes. Je sais que vous êtes tous des Éveillés, mais je préfère jouer la carte de la sécurité. Vous n’avez pas le droit de tuer des humains sans notre permission, même si vous pensez qu’ils le méritent.

“Pour ce qui est de votre logement, cela dépend de votre rôle dans la société. Les gardes vivent ici.” Il désigne les petits bâtiments situés à proximité de l’entrée.

“Les mages sont libres de vivre où ils veulent tant qu’ils construisent et prennent soin de leur maison. Vous pouvez échanger vos services à la communauté contre des meubles et d’autres objets de luxe.

“Si vous voulez vous mêler aux humains, ils vivent dans leur propre quartier”. dit Aren.

“Pourquoi les avez-vous relégués dans un seul district ?” Lith ne pouvait pas croire que des bêtes puissent faire une telle chose et il avait raison.

“Nous ne l’avons pas fait. La plupart des humains n’avaient aucune idée que nous pouvions parler leur langue, et encore moins nous métamorphoser. Entre les séquelles de la peste et tant de révélations soudaines à la fois, le choc les a conduits à s’isoler.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser