Supreme Magus chapitre 1136

Reghia Partie 2

Traducteur: Ych
———

“Certains ont osé répondre à notre hospitalité par des exigences et du mépris, comme si nous étions des animaux domestiques censés obéir à un maître. Nous avons expulsé ces gens dans la nature, ce qui a aggravé la situation de ceux qui sont restés.

“Même après tout ce temps, seuls quelques-uns d’entre eux ont compris que le monde tel qu’ils le connaissent est terminé. Ils ont peur de nous et ont du mal à comprendre notre façon de faire.

“Au début, je les ai laissés faire leur deuil, puis, je les ai obligés à sortir de leur coquille et à gagner leur vie. Si vous voulez travailler avec les humains, vous pouvez leur apprendre votre langue, travailler comme policier ou guérisseur. C’est à vous de décider”. dit Aren.

“Et si je travaillais comme maître de forge ? Si tu me donnes les bons matériaux, je pourrais fabriquer quelques outils qui faciliteraient la vie de tout le monde.” Lith décrivit à Aren des appareils ménagers comme des cuisinières, le chauffage central, des toilettes autonettoyantes, et l’eau du robinet qu’il pourrait fournir.

“Des idées intéressantes.” Aren acquiesça.

“Pour une Bête Empereur, toutes ces choses ne nécessitent qu’un claquement de doigts, mais pour les bêtes magiques ou les humains, elles pourraient être vraiment utiles. Tu deviendrais un mage ici, si les humains pouvaient encore décerner un tel titre et si je t’autorisais à fabriquer de tels outils.”

“Qu’est-ce que tu veux dire ? Tu viens de dire qu’ils pouvaient fonctionner.” demanda Lith.

“Oui, mais ils iraient à l’encontre de tout ce que nous essayons de faire ici”. Aren secoua la tête.

” Ce n’est pas le continent de Garlen et ces gens ne sont pas en paix. Ils appartiennent à différents pays qui se sont fait la guerre pendant des siècles. Ces humains ont des croyances différentes et parlent des langues différentes.

“Les gens que nous accueillons ici sont des survivants qui essaient de surmonter le choc d’avoir perdu tout ce qu’ils avaient tout en résistant à l’envie de faire porter le chapeau de la peste à leur voisin et de leur sauter à la gorge.

“Je ne leur ai pas donné d’eau parce que de cette façon, ils doivent compter sur nous ou sur ceux qui ont suffisamment de pouvoir magique pour la conjurer. Cela les amène à s’ouvrir et à chercher de l’aide au lieu de se noyer dans l’apitoiement.

“Je ne leur ai pas donné de chauffage parce qu’ils doivent apprendre à apprécier ce qu’ils ont maintenant au lieu d’être obsédés par ce qu’ils ont perdu. De plus, chaque fois qu’ils demandent à l’un d’entre nous de dormir chez eux pour leur fournir de la chaleur par la magie ou simplement en se blottissant sur notre fourrure, leur peur de l’étranger s’estompe un peu.

“La confiance est quelque chose qui ne peut se construire que lentement et le partage des épreuves est le meilleur moyen d’y parvenir. Tes inventions seraient formidables pour une communauté, mais pour l’instant, nous n’avons qu’un creuset d’individus différents qui s’éloigneront les uns des autres dès qu’ils n’auront plus besoin les uns des autres.”

Lith réfléchit aux paroles d’Aren, les trouvant vraies.

“Grâce à cette épingle, je peux parler la plupart des langues de Jiera. As-tu besoin d’un interprète ?” Il demande.

“Quelle merveilleuse invention !” Pendant une fraction de seconde, les yeux du Jǫrmungrandr brillèrent d’envie en regardant le cadeau de Leegaain. “Parfois, je me dis vraiment que nous tirons le diable par la queue avec nos Gardiens”.

“Quant à l’interprète, il n’est pas nécessaire, mais nous aurions besoin de quelqu’un capable d’enseigner la langue universelle de la Grande Mère aux différentes communautés.”

Aren appela un Tyr (bête magique de type taureau) qui leur fit visiter Reghia sur le chemin du quartier humain.

Le Tyr parlait un idiome différent de celui d’Aren, ce qui permit au groupe de Lith de remarquer qu’à chaque fois qu’ils devaient accéder à une nouvelle langue, le flot soudain d’informations leur causait un bref mal de tête.

La ville était calme, sans calèches circulant sur les routes ni l’activité trépidante des marchands. L’argent n’a aucune signification pour les bêtes. Dans leur société, seuls la nourriture et les ressources comptaient.

“Vous n’avez pas de choses comme des boulangeries ou des restaurants ici ?” demande Phloria.

Elle pouvait voir plein de réseaux, de cristaux de mana et de portes de ville à courte distance disséminés dans tout Reghia. Malgré la présence de plusieurs merveilles magiques, elle n’avait pas encore vu une seule boutique.

“Ceux qui aiment le pain sont libres de le fabriquer et pour manger, il faut d’abord capturer sa proie. Pourquoi quelqu’un se donnerait-il la peine de cuisiner et de vous servir au lieu de manger lui-même le fruit de son travail ?” Meno le Tyr répond.

Tista ne pouvait pas contester sa logique, mais en même temps, elle trouvait la ville de Reghia morne et froide. Du moins jusqu’à ce qu’ils sortent de la zone fortifiée et pénètrent dans le quartier des ateliers.

D’immenses laboratoires magiques de toutes disciplines remplaçaient les petits bâtiments affectés aux gardes. Depuis leurs portes ouvertes, Tista et les autres pouvaient voir des groupes de personnes trop belles pour être des humains qui discutaient de différents sujets magiques et échangeaient leurs travaux les uns avec les autres.

Des réseaux, des outils alchimiques, des artefacts et même des sorts étaient partagés en plein jour, ce qui obligea le groupe à s’arrêter plus d’une fois pour écouter ces conversations. Les bêtes n’ont eu aucun mal à divulguer des sorts jusqu’au niveau quatre, à l’exception de ceux appartenant à la gravité et à la magie spirituelle.

Les dryades et autres plantes avaient transformé leurs maisons en jardins ouverts qui, avec leur capacité à se déplacer librement dans le sol, fournissaient à Reghia de l’air frais, des fleurs et des fruits gratuits.

Des enfants de toutes races couraient et jouaient au milieu de la route, ne s’arrêtant que de temps en temps pour boire aux fontaines placées à chaque pâté de maisons. Chacune d’entre elles avait trois robinets et fournissait une potion différente au lieu de l’eau.

Une rose pour guérir ceux qui se sont blessés, une violette pour améliorer le corps et permettre à tout le monde de jouer sur un pied d’égalité, et une blanche de nutriments au goût de lait mielleux pour ceux qui ont faim.

‘Nous devrions demander la recette.’ pensa Lith après avoir goûté la potion de nutriments. ‘Sans vouloir te vexer, Solus, la tienne a le goût d’œufs crus mélangés à de la viande hachée.’

‘Je suis d’accord. Désolé de ne pas être une cuisinière et si, lorsque je l’ai conçue, j’étais plus préoccupée de te garder en vie que d’offenser ton palais sophistiqué.’ Solus a répondu en faisant la moue.

“Si vous avez besoin d’argent, les mines se trouvent dans le quartier sud tandis que si vous avez besoin de cristaux de mana, il faut aller dans les profondeurs du quartier nord.” Meno leur montra comment faire fonctionner les portes Warp.

Contrairement à celles que Lith utilisait à Belius, il n’y avait pas de système de sécurité. Même pour atteindre les mines de cristal, il suffisait d’effleurer l’écran holographique. Le seul problème était de réussir à naviguer dans le menu des langues.

“Vous donnez vraiment des cristaux et de l’argent gratuitement ?” Lith essaya de paraître poli, mais l’incrédulité dans sa voix montrait clairement qu’il considérait une telle politique comme stupide au plus haut point.

“Bien sûr que non. Tu vas là-bas, tu expliques pourquoi tu en as besoin et combien tu vas en prendre. Ensuite, ce n’est que si ta demande est approuvée que tu pourras prendre exactement la quantité demandée, sous surveillance.” dit Meno.

“N’est-ce pas dangereux de construire une ville si près d’une mine de cristal ?” Après son expérience à Feymar qui avait conduit à son Éveil, Phloria ne se sentait pas à l’aise si près d’un geyser de mana aussi puissant.

“Je veux dire que les cristaux bruts et les sorts ne font pas bon ménage. Un seul ennemi infiltré pourrait les faire exploser. Et en plus…” Une pression soudaine sur son épaule coupa court à Phloria.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
4 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Someone
1 mois il y a

Ô rage ! Ô désespoir ! Je suis à jour… Merci beaucoup pour la traduction de cette excellente oeuvre (et de toutes les autres du site d’ailleurs) !!!

Someone
1 mois il y a
Répondre à  ych

que cela t’ait plu non ?

error: Le contenu est protégé !
4
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser