Supreme Magus chapitre 1133

Changement de décor Partie 1

Traducteur: Ych
———

“Je suis heureux que tu participes à ce voyage, jeune Ernas. Pendant trop longtemps, le poids des responsabilités t’a forcé à grandir en te préoccupant des autres. Cependant, pour atteindre le véritable pouvoir, il faut apprendre à faire preuve d’égoïsme lorsque c’est nécessaire.”

Leegaain sortit de sa dimension de poche une petite boîte en bois qui contenait quatre épingles de la taille d’un bouton.

“Je ne fais que vous les prêter, je m’attends donc à les récupérer à votre retour”. Il mit une épingle chacun sur le col de la chemise de Tista et de Phloria, et donna les deux autres à Lith.

“Tu dois toujours te rappeler qu’un hybride compte double”. Leegaain regarda Feela, mais fit un clin d’œil à Lith.

“Qu’est-ce que c’est ?” Tous les trois eurent soudain un mal de tête foudroyant qui les mit à genoux.

D’innombrables mots et expressions idiomatiques qu’ils n’avaient jamais entendus auparavant défilèrent dans leur esprit, les faisant parler ce qui ressemblait à du charabia mais qui était en réalité un mélange de dizaines de langues différentes.

“Une bibliothèque dimensionnelle de cette taille peut être désagréable au début, mais vous vous y habituerez”. dit Leegaain.

“Des bibliothèques dimensionnelles ? Est-ce qu’elles existent au moins ?” Friya demande.

“Oui, mon enfant. Demander à tes amis de perdre des mois à apprendre et à pratiquer plusieurs langues qu’ils ne vont utiliser que pendant quelques jours serait plus que cruel. Chacune de ces épingles détient les connaissances nécessaires pour parler couramment toutes les langues du continent Jiera.” Leegaain aimait voir la soif de connaissance brûler dans les yeux des jeunes.

“Comment est-ce possible ? Je suis moi-même un mage dimensionnel et mon professeur aussi, mais je n’ai jamais entendu parler ni même pensé à un tel sort.” Friya accaparant son attention, Faluel, Feela et Tyris se sont renfrognés.

Les bêtes empereurs parce qu’elles trouvaient déplacé qu’un jeune s’adresse à un Gardien de façon aussi désinvolte, et Tyris parce qu’elle savait qu’avec le bon auditoire, Leegaain parlerait sans discontinuer pendant des jours.

” C’est parce que tu es un faux mage. La magie dimensionnelle doit être mélangée à la magie spirituelle pour créer un lien mental avec l’espace de stockage grâce à un système complexe comme celui que les bibliothèques utilisent pour indexer leurs livres.” Leegaain dit .

“Es-tu en train de dire que l’on peut aussi créer des liens mentaux avec des objets ?” Friya savait de quoi il parlait, car la bibliothèque des Ernas utilisait un dispositif similaire.

L’idée que la magie spirituelle, la forge et la magie dimensionnelle puissent fonctionner ensemble de façon aussi merveilleuse rassurait Friya sur le fait qu’elle avait fait le bon choix en ne renonçant pas à son apprentissage auprès de Faluel.

“Maintenant, éloignez-vous et restez silencieux. Ça risque d’être dur.” D’un geste de la main, Leegaain fit s’éloigner tout le monde, lui laissant suffisamment d’espace pour se transformer en sa véritable forme.

Son corps de dragon mesurait maintenant plus de trente mètres de haut, recouvert d’écailles noires plus grandes et plus épaisses qu’un bouclier de tour. Chacun de ses doigts ressemblait à un pilier et se terminait par une griffe plus grande qu’un homme adulte.

Sa taille colossale rendait impossible de le regarder dans son ensemble de si près, si bien qu’ils ne pouvaient regarder qu’un membre à la fois. Leegaain avait des yeux d’un jaune brûlant avec une pupille verticale, ce qui lui donnait un air sauvage seulement tempéré par son calme.

Il avait sur la tête des protubérances osseuses sombres qui ressemblaient à une couronne, et un ensemble d’énormes ailes membraneuses sortait de son dos.

Les battements de son cœur résonnaient comme des tambours de guerre et chacune de ses respirations produisait des coups de vent si puissants que Tyris dut conjurer une barrière pour protéger ses sujets de la puissance effrénée du Père de tous les dragons.

Une fraction de seconde plus tard, l’air devant Leegaain se déchira et un tunnel dimensionnel aussi grand que la grotte entière apparut. À l’autre bout de la faille, un être d’une puissance et d’une apparence similaires afficha son mépris.

“Tu en as mis du temps. Tu te fais vieux ou tu as encore perdu du temps avec une autre de tes divagations ?” dit Fenagar le Léviathan.

Son corps serpentin était dépourvu de membres humanoïdes et était recouvert d’écailles d’un blanc immaculé. La taille de Fenagar rivalisait avec celle de Leegaain et ses yeux bleu océan étaient remplis de fureur et de malice.

La ressemblance allait si loin qu’il avait même des cornes sur la tête qui formaient une couronne, mais faites d’os incurvés dorés qui ressemblaient à des hameçons. En plus de cela, deux cornes massives sortaient des tempes de Fenagar, donnant au léviathan une allure démoniaque.

Des rafales de brise salée de l’océan soufflaient du portail, transportant la fureur d’une tempête que seule la présence de Leegaain empêchait de balayer toutes les personnes présentes. Les battements de cœur du Dragon bloquaient le bruit du tonnerre tout comme son souffle annulait le vent, rendant le repaire silencieux et sûr.

“Tu te trompes comme toujours, Fenagar. Je devais juste m’assurer que ces pauvres âmes ne mourraient pas de la peste que ton incompétence a déclenchée, ni ne perdraient la raison en essayant de comprendre le charabia que ton peuple ose appeler une langue.” Leegaain répond.

Tandis que les Gardiens échangeaient des insultes colorées, Lith remarqua quelques silhouettes qui se tenaient juste derrière le Léviathan, de l’autre côté de la faille dimensionnelle.

“Combien de temps vont-ils se disputer et qui sont ces gens ?” Lith demande à Feela, qui regarde à son tour Tyris.

“Ils continueront jusqu’à ce qu’ils s’ennuient. Quant à ces personnes, ce seront vos gardiens de l’autre côté de l’océan. Seuls les Gardiens peuvent ouvrir des Warps aussi lointains et seul le Conseil a les moyens de les contacter.” dit-elle.

“Il y a plus d’un Conseil ?” La voix de Tista tremblait à cette idée.

“Chaque continent a son propre Conseil, tout comme il a ses propres Gardiens”. Tyris a répondu.

“Les Éveillés aiment garder les choses simples et ne se soucient que des endroits avec lesquels ils peuvent réellement interagir. Chaque continent a des coutumes et des langues différentes, ce qui rend les voyages peu pratiques dans le meilleur des cas.”

“Alors pourquoi m’envoie-t-on là-bas ?” demanda Lith et cette fois, ce fut Faluel qui répondit.

“Parce que même si nous ne savons pas ce que tu es exactement, tu restes un hybride. Il est logique de supposer qu’une fois que tu auras atteint l’âge de vingt ans, tu seras peut-être obligé de choisir entre l’une de tes trois natures.

” Bientôt, tu auras dix-neuf ans et je veux que tu découvres par toi-même le fonctionnement de la société des Bêtes. Ici, sur Garlen, il te faudrait trop de temps pour rencontrer suffisamment de membres de notre race pour comprendre à quel point notre mode de vie est différent de celui des humains.

“Sur Jiera, au contraire, la peste n’a touché que les humains, ce qui a donné aux Bêtes l’occasion de prospérer et même d’établir leur propre pays. Je veux que tu ailles là-bas et que tu vives comme l’un des leurs.”

La gentillesse de Faluel a ému Lith. Même dans sa paranoïa, il avait toujours supposé que soit ses forces vitales seraient fusionnées, soit qu’il resterait humain. L’Hydre, au contraire, avait pris en compte l’échec et voulait qu’il fasse l’expérience des deux mondes au cas où il aurait besoin de faire un choix.

“À part comment les combattre, je sais très peu de choses sur les Abominations, mais je suis presque sûr que si tu demandes à Xenagrosh, elle se fera un plaisir de te faire visiter les lieux.” dit Faluel.

À ces mots, le repaire de l’Hydre se tût.

“J’ai entendu parler de ta fille perdue, Leegaain.” Fenagar arbora un rictus cruel, s’amusant de la gêne que ce nom infligeait au visage du Dragon.

“Après l’avoir laissée tomber, je ne suis pas surpris que tu envoies l’un de tes rejetons ici. Je prendrai bien soin de lui, mieux que tu ne pourrais jamais le faire.”


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser