Supreme Magus chapitre 1111

Sang pour sang, partie 1

Traducteur: Ych
———

Les dommages subis par le cristal de Nuit ne pouvaient pas être soignés simplement en produisant des prismes ou en absorbant l’élément des ténèbres. Seul le temps pouvait réparer le cavalier. En plus de cela, chaque petite blessure sur le vrai corps de Nuit affaiblissait à la fois ses capacités physiques et magiques.

“Joli tour, mais je ne tomberai pas dans le panneau une deuxième fois. Voyons ce qui durera le plus longtemps, si c’est ta force vitale estropiée ou la fille de Baba Yaga.” Nuit dit avec un rire fou.

“Est-ce que quelqu’un t’a déjà dit que tes chétives flammes n’ont pas le souffle des vraies ?”. Nuit essaya de déplacer son noyau de cristal derrière la protection de sa chair et de son armure tandis que Lith lançait un autre jet de feu d’un bleu éclatant.

Cela lui faisait très mal, mais c’était loin de la tuer.

‘Bon sang, elle a raison. Je pourrais gagner sur le long terme, mais je ne sais pas si ma force vitale peut supporter d’utiliser les Flammes d’Origine autant de fois. Mon souffle est celui d’un Wyrmling, pas d’un dragon.’ se dit-il.

Le pilier de flammes d’origine violettes de la taille d’un gratte-ciel qui a frappé Nuit, en revanche, était une véritable affaire. Le jet de feu la Cavalière avec la force d’une montagne qui s’effondre et la jeta en l’air comme si elle n’était qu’une poupée de chiffon.

“Comment oses-tu t’en prendre à notre famille ?” Le rugissement de Xenagrosh fit trembler la maison de Lith malgré tous les réseaux qui la protégeaient.

Le dragon de l’ombre atterrit avec la grâce d’une ballerine et la fureur d’une tempête. Elle mesurait plus de 30 mètres, sa bouche débordait de feu et ses quatre yeux étaient éclairés par la magie du Chaos.

“Merci de m’avoir libéré, espèce de crétin !” Nuit rit de la gaffe de Xenagrosh. Contrairement à Lith, ses flammes avaient enveloppé tout son corps et détruit les Entraves immortelles.

“Je ne crains pas un seul dragon. J’ai un ensemble de tapis et de rideaux fabriqués en dépeçant les lézards démesurés que vous êtes. Votre présence ne fait rien d’autre que me donner les ingrédients dont j’ai besoin pour reforger mes armes.”

“Comment oses-tu nous infliger de la douleur ?” Kigan, le Vent de Sang du désert, descendit du dos du Dragon et se transforma en un Phénix noir si grand que l’envergure de ses ailes couvrait le ciel étoilé.

Il libéra un flot de Flammes d’Origine violettes qui intercepta celui de Xenagrosh et frappa le Cavalier qui était encore piégé dans le premier pilier de feu. Au moment où les deux flux de Flammes d’Origine se rencontrèrent, ils devinrent blancs et éclairèrent la nuit comme un petit soleil.

Les deux bêtes avaient maîtrisé les Flammes d’Origine au point de pouvoir faire fusionner les énergies conflictuelles plutôt que de les faire entrer en collision, créant ainsi une attaque combinée que les Abominations appelaient Flammes Primordiales.

‘J’ai déjà combattu un Gardien par le passé. Quelques hybrides ne sont pas… Oh, merde !’ Nuit maudit sa grande bouche alors que plusieurs personnes sautent du dos du Dragon, chacune se métamorphosant pour atteindre une taille similaire à celle de Xenagrosh.

“Comment oses-tu nous faire saigner ?” Une silhouette masculine se transforma en un Léviathan de 28 mètres de long qui conjura un raz-de-marée de Chaos et de magie de l’eau qui détruisit l’hôte de Nuit et décima son armée en même temps.

Lith, Solus et toutes les personnes saines d’esprit qui ont assisté à la fureur des Abominations ont ressenti un mélange de crainte et d’effroi parcourir leur corps.

Le puissant flux de mana qui parcourait le corps de Lith le protégeait tout comme les réseaux protégeaient sa famille, mais l’aura émise par les hybrides était si puissante que de nombreux habitants de Lutia s’évanouirent sans raison apparente, tandis que d’autres firent des cauchemars qui leur brisèrent la vie.

“Comment oses-tu prendre ce qui nous appartient ?” Une silhouette féminine transformée en Griffon, qui libéra d’un seul coup tout le Maelström de Vie stocké dans son corps, faisant hurler le ciel de tonnerre et trembler le sol d’un séisme.

“La mort n’est pas suffisante pour payer tes crimes, mais elle devra faire l’affaire !” Un homme se transforma en Garuda, un gigantesque humanoïde à plumes avec deux séries d’ailes sur le dos, une tête d’aigle noir et des serres à la place des pieds.

Une deuxième salve de Maelström de vie rencontra la première tandis qu’un Fenrir femelle apparaissait à son tour, se joignant à l’attaque. Bytra n’était pas avec eux, tout simplement parce qu’elle était occupée à ériger une barrière autour de la totalité de Lutia, pour la protéger des effets de la fureur de ses compagnons.

‘Que se passe-t-il ?’ Lith et Solus n’en croient pas leurs yeux.

En toute autre circonstance, ils se seraient demandé pourquoi tant de créatures s’étaient rassemblées juste pour l’aider ou quelle raison pouvait les pousser à une telle fureur. Xenagrosh leur avait déjà montré à quel point elle tenait à ses proches, mais les autres Abominations n’étaient pas des Dragons.

Pourtant, leur colère égalait celle de Xenagrosh, tout comme leur puissance.

Leur force combinée était plus que suffisante pour tuer Nuit. Lith pouvait voir le cristal noir se fissurer alors que le Maelström de vie retournait contre elle les sorts qui donnaient du pouvoir à l’héritage vivant.

Les éclairs argentés frappaient de l’intérieur tandis que les flammes d’origine et les sorts endommageaient le cavalier de l’extérieur, couvrant sa surface de fissures. Les ondes de choc des attaques avaient tué tous les morts-vivants et détruit les réseaux de scellement.

Les bêtes et les maisons ne survécurent que grâce aux barrières d’argent qui les enveloppaient.

“Assez !” Une voix plus ancienne que la nuit elle-même résonna tandis qu’une barrière blanche protégeait le cristal qui s’effondrait et le déformait pour le mettre à l’abri.

La fureur des six bêtes colossales avait été si étourdissante que personne n’avait remarqué la petite cabane qui traversait le champ de bataille en courant sur ce qui ressemblait à des pattes de poulet de 10 mètres de long.

“Tu t’es vraiment surpassé cette fois, mon enfant”. La voix de Baba Yaga était froide, mais la gentillesse avec laquelle elle berçait le Cavalier mourant entre ses bras s’apparentait à celle d’une mère avec son nouveau-né malade.

” Lâche notre proie, Mère de Sang, ou nous ferons en sorte que ton nom sur une pierre tombale soit la seule chose qui reste de toi. ” Xenagrosh dit alors que sept piliers noirs apparaissent du ciel, se mettant en place pour le réseau du Chaos que leur présence combinée conjure.

” Êtes-vous vraiment sûr que c’est ce que vous voulez ? Je connais le plan du Maître. Je sais qu’ils se sont concentrés sur la restauration des pouvoirs de la lignée directe des gardiens, afin qu’ils soient équivalents à ceux de leurs parents respectifs, si nécessaire.

” Sur la réanimation du quatrième souverain des flammes pour vous fournir des armes et des armures qui éclipsent celles de la plupart des Gardiens au cas où ils essaieraient d’interférer avec votre ascension “. C’est un plan intelligent.

“Pourtant, je vois que beaucoup d’entre vous manient encore des trucs périmés et que votre pouvoir est loin d’être celui d’un vrai Gardien”. dit Baba Yaga.

“Et alors ? Nous sommes sept et tu es seule. Nous nous sommes préparés à combattre nos parents et tu n’es rien comparé à mon vieux père.” Cyare le Fenrir dit.

“Je suis Baba Yaga, mon enfant, et je me tiens à l’intérieur de ma tour de mage”. Solus pouvait voir que contrairement à elle, la hutte de Baba Yaga était capable de se déplacer et d’absorber l’énergie du monde environnant, même en l’absence de geyser de mana.

Cela lui procurait beaucoup moins de force que la mine de cristal, mais c’était mieux que rien. De plus, le phénomène rendait plus difficile la conjuration de l’énergie du monde, affaiblissant toutes les techniques de respiration, les Flammes d’Origine et ralentissant la recharge du Maelström de Vie.

” J’admets que je ne peux pas vous vaincre toute seule, mais si j’y vais à fond et que je mets ma vie en jeu, je suis sûre de pouvoir tuer deux, voire trois d’entre vous avant de tenter de m’enfuir. Dans le pire des cas, je mourrai après avoir réduit votre nombre de moitié.”


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser