Supreme Magus chapitre 1103

Les erreurs et les échecs Partie 1 |

Traducteur: Ych
———

Nuit avait prévenu ses agents que Lutia ne s’appelait pas “le Cimetière” pour rien. Une seule erreur pouvait signifier la mort et le pilier de lumière marquait la cinquième erreur que les morts-vivants avaient commise en quelques minutes.

Chaque maison encore debout était une erreur et les choses étaient sur le point d’empirer. Jusqu’à cet instant, les yeux rouges des morts-vivants avaient été la seule lumière visible à des kilomètres à la ronde, après que Nuit eut obscurci le ciel avec sa magie.

Pourtant, à présent, les bois avaient pris vie et d’innombrables yeux jaunes brillaient dans l’obscurité de l’arbre, reflétant la lumière du pilier d’or.

***

La maison de Zinya, quelques minutes plus tôt.

Nuit avait patiemment attendu la première occasion où tous les foyers étaient sans défense, menant elle-même l’attaque pour s’assurer que tout se passe sans accroc.

Pourtant, aucun plan n’a survécu au contact avec l’ennemi. Aube avait suivi les instructions de Baba Yaga et n’avait jamais dit à Nuit que Lith était déjà liée à un objet maudit.

Le Jour Lumineux avait également évité de mentionner l’existence du Rezar, supposant que soit Lith l’avait tué, soit que Nalrond s’était remis à la poursuivre dans sa folle quête de vengeance.

En plus de cela, Nuit n’aurait pas pu prédire que cette nuit-là, le professeur Zogar Vastor rendrait visite à la maisonnée Yehval.

La récente série d’événements avait détruit la confiance en soi du vieux professeur, faisant penser à Vastor que le Griffon Blanc n’avait plus besoin de lui et qu’il était temps de prendre sa retraite.

L’accession de Lith au rang d’archimage était la seule lueur d’espoir dans une série d’années malchanceuses.

D’abord, Balkor avait tué des dizaines de ses précieux élèves, puis Nalear avait presque détruit le Griffon Blanc, causant la mort de Yurial et entraînant presque Quylla sur la voie de l’autodestruction.

Chaque fois que l’un de ses élèves avait besoin de lui, Vastor l’avait laissé tomber. Une telle pensée l’avait rongé de l’intérieur jusqu’à ce que même son mariage s’effondre.

“Je suis vraiment désolé de te déranger si souvent. Il est tard, je ferais peut-être mieux d’y aller.” Vastor dit, mais ses courtes jambes refusèrent de se lever de la chaise.

” Tu ne me déranges jamais, professeur Vastor. Lutia est un endroit merveilleux, mais on s’y sent bien seul après le coucher du soleil. À moins que mes voisins ne me rendent visite, je passe mes soirées seule pendant que les enfants jouent avec leurs animaux de compagnie.” Zinya désigna l’énorme bête magique recroquevillée devant la cheminée.

“S’il te plaît, appelle-moi Zogar, ou au moins simplement Vastor.” Le fait qu’elle utilise constamment des formules honorifiques le gênait

“Je ne le ferai que si tu arrêtes de m’appeler mademoiselle Yehval”. Zinya gloussa tout en recouvrant ses enfants d’une couverture.

Ils s’étaient endormis en serrant dans leurs bras leurs amis pelucheux qui, à leur tour, refusaient de quitter la pièce jusqu’au départ de l’étranger.

“Ce serait inapproprié. Je suis assez vieux pour être ton père.” Vastor regarda les grands yeux ronds des bêtes magiques et y vit un reproche qui ne venait en fait que de lui-même.

“Et je suis assez grande pour fréquenter qui je veux, professeur Vastor. Maintenant, ça te dérangerait de me dire ce qui te pèse tant sur le cœur ces derniers temps ou tu préfères un bavardage plus creux ?”. dit-elle.

“C’est à propos de mes élèves.” Vastor soupire. “Tout a commencé avec ces idiots qui ont suivi Deirus en détruisant la carrière de Phloria, puis les morts-vivants ont envahi nos terres, et maintenant Quylla a quitté le Griffon blanc.

“J’en ai assez de voir des imbéciles détruire la vie de mages prometteurs pour des raisons de rancune mesquine. Fatigué de voir des bouffons assoiffés de pouvoir mener une guerre après l’autre juste pour se remplir les poches. Fatigué de voir de bons mages s’éloigner du royaume parce que nous les laissons tomber quand ils en ont besoin !”

Vastor abattit son poing sur la table, qui ne produisit pourtant pas la moindre vibration ni le moindre son. Le professeur avait réussi à annuler l’impact avec la première magie, juste à temps.

“Les gens blessent les gens, c’est ainsi que Mogar tourne, tu n’as rien à te reprocher. Quant à tes élèves, as-tu joué un rôle dans leurs malheurs ou as-tu fait tout ce que tu pouvais pour les aider ?” Demande-t-elle.

“J’ai fait tout ce qui était en mon pouvoir, mais au final, cela n’a servi à rien. Je pourrais tout aussi bien rester assis sur mes pouces toute la journée et rien n’aurait changé.” Vastor dit avec un profond soupir.

“Tu te trompes lourdement sur ce point. Si tu te sens si mal après avoir fait de ton mieux, imagine ce que tu ressentirais si tu n’essayais même pas. L’échec fait partie intégrante de la vie. C’est parfois douloureux, mais à long terme, cela nous aide à nous améliorer.” dit Zinya.

“S’il te plaît, si c’était vrai, avec tous mes échecs, j’aurais dû devenir si puissant que Manohar ne serait rien comparé à moi, or c’est le contraire.” La rage de Vastor lui donna la force de se lever.

“Je voulais dire s’améliorer en tant que personne, pas en tant que mage. Sinon, je devrais être un mage à ce stade.” Zinya n’a jamais cessé de lui faire un sourire chaleureux et de le faire passer pour un con.

Vastor est né noble et mage puissant. Après avoir fait ce qu’il voulait toute sa vie et même atteint le sommet de sa profession, il trouvait que se plaindre de l’injustice de la vie avec quelqu’un comme Zinya était au-delà du ridicule.

Elle était aveugle de naissance et ses parents avaient traité Zinya comme un outil, la forçant à épouser un homme affreux pour assurer leur propre bonheur. Vastor se sentait simplement impuissant alors que Zinya l’avait été toute sa vie et qu’elle était prisonnière dans sa propre maison.

“Je suis vraiment désolé pour mon accès de colère. Je vais partir maintenant.” Vastor tenta de lancer un Pas de Warp, mais rien ne se produisit.

“Mais qu’est-ce qui se passe ?” L’amulette de communication dans sa poche de poitrine était silencieuse, toutes les runes à sa surface étant inactives.

Après avoir échoué à récupérer son équipement dans son objet dimensionnel, Vastor sentit un frisson froid lui parcourir l’échine.

“Combien d’entrées la maison possède-t-elle ?” Demande-t-il en regardant par la fenêtre la plus proche.

“Juste la porte d’entrée.” Zinya ne l’avait jamais entendu avec une voix aussi froide. Pour la première fois depuis leur rencontre, Vastor lui faisait peur.

“Et les fenêtres ? Y a-t-il un mur plus fin que les autres ?” Il ne voyait rien à cause des nuages, qui, d’après son expérience, ne sont jamais de bon augure.

“C’est une maison, pas une forteresse. Il y a plein de fenêtres pour laisser entrer la lumière du soleil et je n’ai aucune idée des murs. Que se passe-t-il ?” Zinya se déplaça près de ses enfants pendant que Vastor psalmodiait un sort après l’autre.

Ses mains bougeaient avec tant d’agilité qu’il parvenait même à poser des potions sur la table sans que ses doigts tracent des signes de la main. Le petit professeur se mit à bourdonner de puissance tandis que son corps brillait de l’énergie qui brûlait en lui.

Il sortit une baguette dorée de sa poche, la déplaçant de la porte aux fenêtres sans s’arrêter. L’énergie en lui était devenue si puissante qu’elle crépitait, émettant de temps à autre de petites salves qui ressemblaient à des éclairs.

Les secondes s’étirèrent en minutes jusqu’à ce qu’une brume épaisse s’infiltre sous la porte, glissant sur le sol comme un être vivant. Vastor donna un coup de baguette et la brume se transforma en cendres.

Puis, la porte a explosé, tout comme les fenêtres, et des inconnus sont entrés dans le salon. Chacun d’entre eux était plus grand que Lith et émettait une intention meurtrière si puissante que Zinya dut se mordre la joue pour ne pas s’évanouir.

Elle transpirait à grosses gouttes, sentant ses genoux se dérober sous la pression qu’exerçaient ces choses. Pourtant, elle était déterminée à ne pas abandonner ses enfants et le calme de Vastor lui donnait de l’espoir.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser