Supreme Magus chapitre 1052

Dieux et Gardiens Partie 4 |

Traducteur: Ych
———

“Quant à Nalrond, le faire dîner seul serait plus qu’impoli, et comme nous allons passer pas mal de temps ensemble, il vaut mieux commencer maintenant.” dit Friya.

Nalrond n’aimait pas être le destinataire d’une telle sincérité, mais s’incruster à la fête, c’était mieux que de passer tout son apprentissage seul. Il se contenta de lui faire une petite révérence en guise de remerciement et resta silencieux.

‘Dans le pire des cas, je ferai semblant d’écouter et j’acquiescerai de temps en temps. Je ne les connais pas et je ne sais pas ce qu’ils ont vécu, et honnêtement, je m’en fiche. Le problème, c’est que je ne peux pas continuer à vivre comme ça. Je dois apprendre à interagir correctement avec les autres races.

Je ne peux pas utiliser mon chagrin pour exclure tout le monde de ma vie.’ pensa Nalrond.

Lith les conduisit tous dans la salle à manger, où une table circulaire pour six personnes les attendait. Tout, des serviettes aux couverts, était le fruit d’un travail exquis.

“Tu dragues l’une d’entre nous ou quoi ?” dit Quylla en appréciant les assiettes en porcelaine veinée d’or. “Je ne m’attendais pas à un tel luxe de la part de quelqu’un d’aussi avare que toi”.

“Non. Je montre juste ma tour.” Lith sourit. “Solus peut reproduire tout ce que l’on voit tant que cela ne nécessite pas de matériaux enchantés, alors je peux avoir tout ce que je veux rien qu’en faisant du lèche-vitrine.”

“Tu dois être le seul frimeur qui soit aussi un radin”. Les sœurs Ernas rient à l’unisson.

“Il l’est vraiment.” Solus les rejoint. ” Vous n’avez pas idée du temps qu’il m’a fallu pour que Lith dîne dans plus qu’une simple réplique de la cuisine des Verhens. ”

“Je suis une créature d’habitude.” Lith répond par un grognement.

“Oui, c’est vrai. Sans Phloria et Kamila, son idée d’un dîner romantique serait encore un steak bien cuit englouti au-dessus de la Forge entre deux expériences.” dit Solus.

Après que Lith a sorti de sa dimension de poche six jarrets de porc accompagnés de la bière rouge primée de Maekosh qu’il avait achetée pour l’occasion et que tout le monde a commencé à manger, Friya prend la parole.

“Je sais que mon choix peut vous paraître irréfléchi, mais c’est ma vie. Je ne vous en ai pas parlé parce que vous ne pouvez absolument pas comprendre ma situation et parce que c’est trop douloureux.” Elle devait admettre que Lith avait un excellent goût en matière de bière.

“Peut-être qu’on ne peut pas tout à fait comprendre, mais on peut au moins essayer”. dit Phloria. “Je ne crois pas que tu aies pris une décision aussi importante à l’improviste. Tu as dû y réfléchir longuement.”

“Eh bien, je n’avais jamais envisagé de devenir un Héraut jusqu’à aujourd’hui, c’était un geste désespéré, mais tu as raison pour le reste.” Friya dit.

“La vérité, c’est qu’avant que ta mère, je veux dire maman, ne m’adopte, j’avais planifié toute ma vie. Je prendrais les rênes du foyer Solivar et m’assurerais que ma famille grandisse en puissance, nous établissant comme une lignée magique.

“J’étais prête à accepter un mariage arrangé et à donner naissance à des enfants jusqu’à ce que j’ai un héritier doué pour la magie, mais vous savez comment ça s’est passé. Après que ma mère a trahi le royaume, il ne me restait plus que le stigmate d’une traîtresse.

“Les Ernas avaient déjà un héritier, Gunyin, ta famille est déjà une lignée magique établie, et j’ai été adoptée. Je ne faisais pas partie de la ligne de succession et j’ai dû me contenter de survivre.

“Je crois que je serais devenue folle si je n’avais pas eu à m’occuper de Quylla.” Friya prit la main de sa sœur, la regardant avec affection.

“Elle était encore plus à la dérive que moi et j’ai déversé toute mon énergie pour l’aider, non seulement parce qu’elle avait besoin de moi, mais aussi parce que je n’avais pas la force d’affronter la réalité.

“Une fois que notre groupe s’est séparé, après que Quylla a commencé à marcher seule, j’ai dû faire de même. Contrairement à toi Phloria, mon plan à long terme était à jamais perdu et contrairement à Quylla, je n’avais pas de réelle passion ni d’intérêt. Je n’ai jamais compris les objectifs de Lith et pour être honnête, je ne les comprends toujours pas, alors suivre l’un d’entre vous n’était pas envisageable.

“En plus de cela, j’étais fatiguée d’être en compétition et d’échouer contre vous tous. Je ne me suis jamais sentie spéciale. Peu importe ce que je faisais, l’un d’entre vous parvenait à le faire mieux que moi. Ma guilde était censée me permettre de sortir de la médiocrité.

“Je voulais explorer le royaume à ma guise, être mon propre patron. Mon plan était de trouver de nouveaux compagnons, de trouver ma place dans le monde, ou au moins de comprendre ce que diable je veux faire de ma vie.” Friya soupire.

“Pourtant, même si tout s’est déroulé comme je le souhaitais, je ne me suis jamais sentie aussi seule de ma vie. Vous m’avez tous manqué comme des fous. Aucun de mes nouveaux compagnons n’était vraiment digne de confiance. La plupart d’entre eux voulaient juste me draguer ou s’en prendre à la famille Ernas.

“Plus qu’une aventurière, j’ai été une baby-sitter pour des mages moins doués. Ces dernières années, j’ai eu ma part d’aventures, mais pas de petit ami. Je ne sais même pas si j’ai jamais aimé l’un d’entre eux ou si j’essayais simplement de combler le vide que je ressentais dans mon cœur.

“Pourtant, j’ai tenu bon et j’ai fait ce que la société attend d’un mage adulte. J’ai gagné ma vie en faisant un travail que je détestais, j’ai passé du temps avec des gens dont je ne me souciais pas vraiment et j’ai fait des recherches sur la magie dimensionnelle.

“Maintenant, cependant, ma guilde a disparu. Je n’y tiens pas assez pour repartir de zéro, pas alors que vous êtes tous sur le point d’aller dans un endroit où je ne pourrai plus vous joindre.” Friya posa ses couverts, faisant de son mieux pour retenir ses larmes.

“Même quand j’ai risqué des années de vie à Zantia, je m’en fichais parce que tu étais avec moi, Lith. Entre toi et Protecteur, tu m’as fait me sentir plus vivante en quelques jours que je ne l’avais été depuis des années.

“Tu m’as fait me souvenir de ce que l’on ressent lorsqu’on se bat aux côtés de quelqu’un en qui on a vraiment confiance. Dans ces grottes, même à l’intérieur de la hutte de Baba Yaga, je n’avais pas peur de l’avenir parce que vous, mes sœurs, étiez avec moi.

“Le temps que nous avons passé dans les mines m’a fait comprendre que j’en ai assez de gâcher ma vie avec quelque chose qui ne m’intéresse pas. Je ne veux plus jamais me sentir aussi seule, pourtant Lith et Phloria sont des Éveillées tandis que Quylla est vouée à devenir la prochaine Manohar si elle apprend de Faluel.

“Je suis prête à devenir un Héraut parce qu’au moins cela me permettrait de ne pas être un fardeau pour vous les gars. Je me fiche de ma liberté parce qu’elle est gâchée pour moi. Je ne sais pas quoi faire et je suis trop fatiguée pour m’en soucier encore.

“Si Faluel me rejette, je pourrais tout aussi bien rentrer chez moi et épouser l’un des membres de la famille de maman du foyer Myrok. Au moins, je suis certaine que maman choisira pour moi quelqu’un qui me traitera bien et j’en aurai enfin fini de me battre pour tout.

“Je ne peux pas vivre avec l’idée d’être toujours perdante ni de vous perdre pour toujours. Je préfère abandonner et accepter ma médiocrité.”

“Comment oses-tu parler ainsi de mon amie la plus canon ?” Lith dit avec une indignation si sincère qu’elle fait glousser et énerver les autres. “Tu as trois spécialisations, dont l’une est plus rare que de trouver une licorne sous un arc-en-ciel, et tu es une excellente tacticienne”.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser