Supreme Magus chapitre 1051

Dieux et Gardiens Partie 3 |

Traducteur: Ych
———

“Quoi ?” La classe a dit à l’unisson.

“Ça n’a pas de sens !” dit Lith. “Je me souviens avoir parlé avec une dryade qui disait qu’après avoir évolué, les plantes acquièrent un lien plus fort avec la Grande Mère. Elle faisait certainement référence à Mogar.”

“Ce n’est qu’une idée partiellement fausse.” Faluel secoua la tête. “Mogar ne se préoccupe pas des races ou des continents isolés, mais seulement de l’équilibre. Les seuls individus auxquels elle s’intéresse sont ceux qu’elle considère comme des candidats possibles au rôle de Gardien.

“Tyris est la Grande Mère parce qu’elle a été choisie pour incarner la nature nourricière de Mogar et promouvoir le développement de toutes les espèces. Contrairement à Leegaain qui accumule les connaissances ou à Salaark qui les utilise à des fins personnelles, Tyris les diffuse.

“Si vous étudiiez l’histoire des différents continents, vous verriez que le royaume des griffons mène et que les autres suivent. Bien sûr, ils peuvent faire mieux que nous, mais le changement commence toujours ici.”

“Tu as mentionné six Gardiens qui étaient autrefois adorés comme des dieux, mais jusqu’à présent tu n’en as nommé que trois et je ne vois pas comment l’un d’entre eux aurait pu être considéré comme un dieu par les quatre races puisqu’elles interagissent de façon aussi fantaisiste avec eux.” dit Solus.

“Une fois de plus, tu parles avec du recul et poussé par ton point de vue d’humain”. Faluel soupire. “Les gardiens ont essayé de faire partie des quatre races et de les guider au mieux de leurs capacités.

“Pourtant, après que les quatre races ont soit déformé, soit exploité leurs enseignements pour s’assujettir les unes les autres, les obligeant à intervenir et à réparer leurs dégâts, la plupart des Gardiens ont tout simplement abandonné.

“Autrefois, Leegaain était considéré comme le dieu de la connaissance. Il acceptait des élèves et devenir l’une de ses prêtresses était considéré comme un grand honneur.

“Ses élèves devenaient tous des mages exceptionnels tandis que ses prêtresses, qui partageaient son savoir, étaient considérées comme des oracles capables de répondre à n’importe quelle question et même de prédire l’avenir.

“Salaark acceptait lui aussi des élèves, qui deviendraient soit les grands épéistes magiques dont vous avez entendu parler dans les légendes, soit les fabricants d’artefacts légendaires. Salaark est considéré comme le dieu des maîtres de forge.

“Elle fabrique et améliore son équipement en une fraction de seconde et, d’après les lores, il lui suffit d’un regard pour répliquer n’importe quel objet.” dit Faluel.

“Qu’est-ce que tu veux dire par “d’après les lores” ?” demande Lith.

“Salaark se bat seule. Les seules personnes qui survivent après avoir assisté à ses batailles sont celles à qui elle enseigne et tous ses élèves sont maintenant morts.” Faluel répondit.

“Tyris, au contraire, était considéré comme le dieu de la vie. Ses élèves devenaient tous des mages. La plupart d’entre eux étaient moins compétents ou moins motivés que les élèves de Leegaain, mais ils se concentraient tous sur l’amélioration de Mogar plutôt que sur eux-mêmes.

“Fenagar le Léviathan était considéré comme le dieu de la découverte. Il est probablement la seule créature à avoir parcouru l’ensemble de Mogar, même des zones légendaires comme les Franges dont nous parlerons une autre fois.

“Il est semblable à Leegaain, tout en étant complètement différent. Alors que Leegaain se concentre sur l’étude de l’existant et s’assure que ces connaissances sont préservées, Fenagar ne s’intéresse qu’à la recherche de l’inconnu, qu’il s’agisse d’un lieu physique ou d’une nouvelle discipline magique.

“Ses apprentis ont découvert de nouvelles branches de la magie, mais tout comme leur professeur, ils se sont désintéressés au bout d’un moment et ont commencé à explorer de nouveaux projets, si bien que tout ce que Leegaain n’a pas consigné s’est perdu dans le temps.”

“Zagran le Garuda était le dieu de la puissance. Contrairement à Salaark qui se bat pour conquérir et inspirer les autres, elle ne se bat que pour améliorer sa propre force. Elle n’est pas intéressée par le fait de tuer ses adversaires, car ce n’est qu’à travers le combat qu’elle s’améliore.

“Ses disciples sont pour la plupart devenus des moines et des mages obsédés par l’idée d’atteindre le noyau blanc de l’immortalité, mais aucun d’entre eux n’y est parvenu. S’il vous plaît, je ne peux pas tout fourrer dans une seule leçon, laissez-moi continuer.” Faluel arrêta leurs questions avant qu’ils ne puissent les formuler à voix haute.

“Roghar, le Fenrir, était le dieu du mana. Il passait sa vie à essayer de comprendre comment le mana et l’énergie du monde interagissaient. Il pense que puisque tous les êtres vivants ont du mana mais que seuls les êtres sensibles ont un noyau, celui-ci pourrait être lié à l’âme.

“Ses disciples ont fait des recherches pour transformer les cristaux en êtres vivants et pour savoir s’il était possible de réincarner les gens en préservant leur noyau. On l’a souvent pris pour le dieu de l’au-delà en raison de ses connaissances, mais la mort n’est pas son métier.

“Certains disent que Baba Yaga a appris à la fois de Zagran et de Roghar. Selon ces rumeurs, ce sont leurs connaissances qui, il y a des millénaires, lui ont permis de créer la quatrième race, les morts-vivants. Des questions ?” dit Faluel.

“Sur les six Gardiens originels, trois vivent sur le continent de Garlen, où vivent les trois autres ?”. Nalrond demande.

“Sur le continent Jiera, l’endroit le plus proche de Garlen où ils peuvent vivre sans se battre avec leurs homologues. Fenagar et Leegaain se méprisent, tout comme Salaark ne supporte pas Zagran. La dernière fois qu’ils se sont rencontrés, Tyris a donné un coup de poing à Roghar à un continent de distance.” Faluel dit en regardant son horloge.

“Par la Grande Mère, je n’ai pas remarqué le temps qui s’est écoulé. Pause déjeuner et ensuite je vous donnerai votre première leçon de magie. De la magie de lumière. Mangez ce que vous voulez et où vous voulez, sauf ici.

“Je veux passer un peu de temps seul”. Avant même qu’ils aient pu parler, Faluel avait repris sa forme d’Hydre et clignotait au milieu de six laboratoires magiques construits suffisamment près pour qu’elle puisse les utiliser tous en même temps.

“Grossier !” dit Friya une fois qu’ils se sont retrouvés à l’extérieur du repaire. “Elle aurait au moins pu nous dire combien de temps il nous reste avant de nous faire clignoter”.

“Faluel me contactera sans doute dès qu’elle sera prête.” Lith montra l’amulette de son Conseil avec fierté, les laissant tous pantois.

Elle était faite de Davross au lieu d’argent, et possédait une pierre précieuse magique blanche au lieu d’une bleue, ce qui en faisait un artefact inestimable.

“Cela dit, Friya, ne devrais-tu pas être plus respectueuse envers ton futur maître ?”.

“Sérieusement, à quoi pensais-tu ?” dit Phloria. Pour elle, l’idée que sa sœur devienne un Héraut n’avait rien d’une plaisanterie. “Est-ce que tu passerais vraiment toute ta vie à servir une Hydre ?” demanda-t-elle.

“Bien sûr, Faluel a l’air sympa, mais tu aurais toujours besoin de sa permission pour te marier, avoir des enfants, ou même sortir avec quelqu’un. Ce n’est pas comme avec nos parents. Tu ne peux pas la défier une fois que tu as subi le rituel.”

“Et peut-être qu’on ne devrait pas en parler sur le pas de la porte de Faluel”. dit Quylla.

Lith se téléporta et, au bout de quelques secondes, une Porte apparut devant ses amis. Ils se retrouvèrent à l’intérieur de la tour de Solus dans la salle des miroirs, où Solus les attendait sous sa forme humaine.

“J’ai aménagé la salle à manger pour que vous puissiez parler en privé. Lith, Nalrond et moi dînerons dans une autre pièce.” Elle dit, faisant une fois de plus de son mieux pour réprimer ses émotions.

Solus tenait beaucoup à Friya, mais elle était consciente que même si elles avaient passé d’innombrables heures ensemble, Friya l’avait toujours considérée comme rien d’autre que l’anneau de pierre de Lith.

“Merci pour ta sollicitude, Solus.” Friya lui fit une petite révérence, ce qui donna à Solus l’impression d’être une étrangère. “Mais il n’est pas nécessaire de faire chambre à part. Lith est mon meilleur ami et je veux qu’il comprenne mes raisons.

“Il est clair que tu es très importante pour lui et que c’est aussi la raison pour laquelle il s’est occupé de nous en premier lieu. Tu es donc importante pour moi aussi et j’aimerais beaucoup avoir ta compagnie.”


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser