Supreme Magus chapitre 1018

La colère d'Orion, partie 2 |

Traducteur: Ych
———

Orion avait enchanté la rapière pour qu’elle puisse émettre les six éléments, même la lumière, afin de donner à sa fille la plus grande polyvalence au combat.

Elle pouvait même l’utiliser pour soigner ses alliés ou pour poignarder et soigner sa cible en même temps, ce qui permettait de capturer plus facilement quelqu’un de vivant. Friya utilisa l’élément lumière pour éclairer le couloir et retrouver une partie de ses capacités dimensionnelles.

Contrairement à Guerre, Dreadnought ne canalisait pas et n’amplifiait pas la magie de son porteur, mais il produisait des sorts simples tout seul, sans qu’ils aient besoin de temps pour être lancés ni de mana de la part de Friya.

Les mines étaient trop proches pour utiliser les pas, mais maintenant, elles pouvaient toutes clignoter. Elle apparut juste derrière les deux morts-vivants, lançant le sort de niveau 4 Crépuscule de Sang contre une goule tout en s’élançant avec sa rapière sur l’autre.

Pourtant, une fois la porte dimensionnelle franchie, les mouvements de Friya s’apparentaient à du ralenti pour eux. En raison de l’espace confiné, elle ne pouvait pas apparaître en dessous d’eux ni sur les côtés, ce qui rendait sa stratégie prévisible.

Ils se retournèrent une fraction de seconde après le clignotement, esquivant les attaques avec facilité. Le sort et la lame infusée de ténèbres ne touchèrent que l’air, faisant maudire à Friya sa malchance. Tant que les goules étaient hors de portée de la Garde complète, elle pouvait à peine suivre leurs mouvements.

Quylla se creusait la tête pour trouver un moyen d’aider l’une ou l’autre de ses sœurs, mais tout se passait si vite que ses plans devenaient obsolètes avant même qu’elle ait pu les formuler.

Elle s’était entraînée dur depuis Kulah, mais une année n’était qu’une goutte d’eau dans l’océan comparée à l’effort de toute une vie de ses sœurs et aux décennies d’expérience des morts-vivants.

Quylla était à peine capable de suivre les mouvements de Friya lorsqu’elles s’entraînaient, Phloria et les Goules ressemblaient à des demi-dieux à ses yeux. Sa peur grandissait à chaque seconde qui passait alors qu’elle regardait, impuissante, Phloria se faire blesser et encercler tandis que le mieux que Friya pouvait faire était de clignoter pour gagner du temps.

Elle souhaitait que ses parents soient là, puis que Lith soit là. Quand les deux ont échoué, elle a prié Dieu de lui donner la force de faire quelque chose, mais il n’y a eu que des grognements et du sang.

Elle se détestait d’être aussi inutile et les Goules encore plus de la considérer si faible qu’elles n’hésitaient pas à lui montrer leur dos. Le problème, c’est qu’ils avaient raison.

La résistance naturelle aux éléments que partagent tous les morts-vivants, couplée aux capacités de régénération des Goules, faisait que la plupart de ses sorts ne représentaient une menace que pour Friya. La magie des ténèbres pouvait les blesser, mais elle était si lente qu’à cette distance, les Goules l’esquivaient facilement, au risque que Friya se retrouve dans la ligne de mire.

Quylla se souvint du jour où elle avait tué Yurial. À l’époque, son corps refusait d’obéir quels que soient ses efforts alors que maintenant, elle n’essayait même pas. Elle fit un pas en avant sans même s’en rendre compte, réduisant la distance entre elle et les Goules qui bloquaient la seule issue de secours.

Grâce à leur affinité naturelle avec la magie des ténèbres, les deux morts-vivants perçurent le sort que Quylla avait conjuré avant qu’il ne soit complètement formé tandis que leurs sens accrus leur permettaient de la repérer sans même avoir besoin de se retourner.

Quand une petite fille rencontrait des monstres, la mort était la seule issue.

“Fais un pas de plus et nous te tuerons. Nous n’avons besoin que d’un seul otage.” La goule mâle dit tout en conjurant un mur de terre pour bloquer à la fois l’épée et les sorts de Friya.

Elle se donnait à fond juste pour rester à leur hauteur, alors que le mort-vivant pouvait se concentrer uniquement sur la défense et attendre le moment où elle serait trop fatiguée pour riposter. Les prouesses de Friya étaient bien connues et personne n’osait sous-estimer sa magie dimensionnelle.

Les goules utilisèrent des sorts de terre pour entraver sa ligne de mire, craignant qu’elle ne renverse la situation d’un simple sortilège.

Quylla a ignoré l’avertissement et n’a jamais cessé d’avancer.

Les deux Goules regrettaient de gaspiller une viande aussi délicieuse, mais la mission était plus importante que leur appétit. Leurs mains se déplaçaient si vite qu’elles n’étaient qu’un flou, emplissant l’air derrière elles d’une nuée de couteaux de lancer enchantés enduits de poison.

Avec un peu de chance, l’un d’eux toucherait également l’homme efféminé et mettrait fin au combat.

Quylla fit un autre pas en avant. Maintenant que les goules se trouvaient également dans la zone d’effet de sa garde complète, elle agita ses poignets et un flou argenté sortit des amples manches de son uniforme de professeur assistant.

Deux chaînes adamantines ont dévié les couteaux de lancer, puis se sont enroulées respectivement autour du bras gauche du mort-vivant mâle et de la jambe droite de la femme. Les crochets acérés à leurs extrémités creusaient les protections et la chair, permettant aux sorts de Quylla d’atteindre leurs cibles sans faillir.

Orion avait essayé de lui apprendre à se servir d’une arme, mais en raison du peu de temps qu’ils avaient pour s’entraîner ensemble et du fait que Quylla ne possédait même pas les bases, il n’avait pas réussi à trouver un outil adapté à la protection de sa vie.

Un bouclier pouvait bloquer, mais sans attaque, il n’y avait pas de victoire. Les armes exigeaient qu’elle se rapproche de son ennemi, mais avec ses compétences, Quylla pouvait s’estimer chanceuse de survivre à deux coups.

Les armes à longue distance seraient toujours moins puissantes et polyvalentes que les sorts de niveau cinq qu’elle pouvait guider avec sa volonté. Ce n’est qu’après avoir réalisé qu’il n’y avait pas de réponse à son problème qu’Orion a inventé Bloodbind.

L’enchantement des chaînes mystiques était simple mais efficace. Toute l’énergie des cristaux de mana qui aurait normalement servi à alimenter les capacités offensives permettait à Bloodbdind de se déplacer selon la volonté de Quylla.

Contrairement à son corps, elles n’étaient pas affectées par une mauvaise coordination entre les mains et les yeux, ni par un manque de masse musculaire. Ils se déplaçaient comme elle le voulait au moment où son esprit le voulait.

De plus, une fois que Bloodbind a attrapé sa cible, il est capable de transmettre les sorts de Quylla comme si elle les touchait. Ils étaient comme une autre paire de membres qui mettaient ses pensées en action.

Grâce à Garde complète, Quylla pouvait percevoir tous les projectiles qui arrivaient et tracer le chemin le plus court pour les dévier dans l’ordre avant de passer à l’offensive.

Bloodbind était loin d’être parfait. Plus il s’éloignait d’elle, plus il s’affaiblissait. Pour ne rien arranger, les chaînes n’avaient presque aucun pouvoir offensif par elles-mêmes et leurs capacités défensives étaient liées à l’ingéniosité de Quylla.

Elles n’étaient qu’un dernier recours au cas où tout irait mal et qu’un ennemi arriverait trop près pour qu’on s’y sente à l’aise. C’est exactement ce qui se passait dans les mines.

L’aura dorée de Bloodbind affaiblissait les morts-vivants tandis que la magie des ténèbres qu’ils portaient endommageait leurs corps plus vite qu’ils ne pouvaient se régénérer. Les chaînes ont également retenu les mouvements des Goules suffisamment longtemps pour permettre à Friya de les tuer.

“Allez, il faut qu’on s’enfuie !” dit Friya.

“Fais-le et il est mort”. dit une Goule en tenant Phoria par le cou tout en tordant son bras dominant disloqué derrière son dos.

Reaver gisait sur le sol, protégé par une aura dorée qui faisait reculer tous les morts-vivants comme si elle pouvait les mordre à tout moment. Son épaule gauche portait une profonde blessure qui saignait abondamment et son estomac une autre.

Phloria avait tué la plupart de leurs assaillants avant que son corps ne l’abandonne. Chaque blessure qu’elle subissait et chaque sort qu’elle lançait l’affaiblissait alors que ses adversaires se contentaient d’apprendre des erreurs de leurs camarades tombés au combat jusqu’à ce qu’aucune de ses ruses ne fonctionne plus.


Commentaire

5 1 vote
Note
S’abonner
Notification pour
1 Commentaire
Le plus ancien
Le plus récent Le plus populaire
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
Sigurd Goudard
1 mois il y a

Merci pour le chapitre

error: Le contenu est protégé !
1
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser