Rebirth Of The Apocalypse Queen: On Your Knees, Young Emperor! Chapitre 121

Dégoûtant

***

Auteur : The Glass Pearl

Traductrice : Moonkissed

***

Il valait mieux s’occuper lui-même de son jeune frère plutôt que de laisser les autres le faire.

Ces derniers jours, Qin Yi était habituée à ce que des gens la prennent dans leurs bras de temps en temps. Bien qu’elle n’ait pas l’habitude d’être aussi proche des autres, elle ne se sentait pas si mal à l’aise après une si longue période.

Lin Qing, qui avait été nourri avec de la nourriture pour chien [1], suivait Yun Huan en silence. En voyant ces deux personnes se tenir la main, il se sentit en conflit. Devrait-il dire au boss qu’il utilisait la mauvaise stratégie ? Mais il craignait que le boss ne se mette en colère. Lin Qing aurait alors beaucoup de mal à s’en sortir.

Wang Qin leur avait déjà parlé de l’endroit où Wang Wenwen était enfermée. Boss Fan aimait bien Wang Wenwen et ne voulait pas la mettre à l’écart, alors il l’avait enfermée dans une pièce jusqu’à ce qu’elle soit d’accord.

Qin Yi et les autres évitèrent soigneusement les gens. Il y avait des centaines de pièces dans cette ville souterraine, mais Boss Fan n’avait pas beaucoup de troupes et il n’y avait plus beaucoup de villageois non plus, si bien que de nombreux endroits étaient vides.

Selon Wang Qin, Boss Fan vivait seul dans une maison. Ses troupes, y compris les villageois qui s’étaient réfugiés chez lui, vivaient ensemble et c’était la plus grande maison de la ville. Qin Yi et les autres l’avaient repérée d’un seul coup d’œil.

Wang Wenwen était enfermée dans la petite maison à gauche de la plus grande. Elle ne savait pas ce qu’il en était des autres.

Qin Yi et les autres arrivèrent rapidement à la maison mentionnée par Wang Qin et virent quelques personnes sur le chemin, mais ce groupe de personnes se promenait tranquillement et ne remarqua pas Qin Yi et les autres.

« Héhé, cette petite beauté est vraiment magnifique. Dommage qu’elle ait un caractère bien trempé et qu’elle refuse toujours de céder. » Un homme sourit ironiquement et grimaça en regardant la fenêtre de la maison comme s’il voulait regarder à l’intérieur.

« Peut-être que le boss a un goût pour les femmes comme ça. Les femmes sont plus savoureuses ainsi. Je ne supporte pas celles qui sont soumises. Elles sont trop ennuyeuses », murmura un autre homme.

« Devine quand le patron pourra la dévorer ? Je pense que c’est pour bientôt. Tu as vu ? Le boss s’est précipité à l’instant avec impatience, son engin doit être en train de durcir. » L’homme pervers sourit sournoisement et montra la partie inférieure de son corps.

Son compagnon rit à son tour. « Arrête de parler de ça, je n’en peux plus non plus. Je dois aller à Gu Lan et trouver ces filles pour m’amuser ce soir. »

Pendant qu’ils parlaient, les quelques personnes quittèrent les lieux. On pouvait encore entendre leurs rires, mais le visage de Qin Yi était devenu sombre. Elle regarda la pièce où Wang Wenwen était enfermée et ses yeux de phénix devinrent dangereux et remplis de givre.

Si Boss Fan osait la toucher, elle lui briserait définitivement les jambes, y compris les parties intimes.

Dans la maison, Boss Fan était en train de jauger Wang Wenwen lorsqu’il sentit un frisson lui parcourir l’échine.

Il regarda la jeune femme assise sur le lit. Ses yeux étaient remplis d’avidité et de satisfaction tandis qu’il affichait un sourire sinistre. « Qu’est-ce que tu envisages ? Si tu te soumets à moi, je te promets que tu mèneras une bonne vie et que personne n’osera plus jamais malmener ta mère. »

Lorsque la jeune femme entendit parler de sa mère, elle ne put s’empêcher de lever la tête. La jeune femme avait un petit visage. Elle était faible, sans défense, et semblait très pitoyable comme un délicat lotus blanc qui fleurit dans l’étang. Il était beau, mais on le prenait en pitié.

Boss Fan regarda ce visage avec satisfaction, il ne pouvait même pas cacher la lubricité dans ses yeux. « Ce regard, c’est le regard. C’est merveilleux. Bébé, regarde, je suis dur. »

Wang Wenwen fronça les sourcils, le langage grossier de Boss Fan lui avait rempli l’estomac de dégoût et elle avait vraiment envie de lui enfoncer la bouche dans un trou de bouse.

[1] : Argot désignant une démonstration publique d’affection.


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser