Magic emperor chapitre 513


Traducteur: Ych
————–

“Tu pleures…”

“Non, quelque chose m’est tombé dans les yeux.”

Zhuo Fan s’est tourné vers la voix mignonne, pour voir Yun Shuang et Yongning. Il a ensuite détourné le regard et a fait disparaître d’un clignement d’œil la larme solitaire, avant de s’excuser précipitamment.

Yun Shuang gloussa et Yongning dissimula son sourire, tandis que leur affection pour lui grandissait.

Même cet intendant odieux et tyrannique avait un visage caché.

“Qu’est-ce que vous faites ici toutes les deux ? Shuang’er, en tant que chef du clan Yun, ne disais-tu pas que tu emmènerais ton clan autour de la montagne des vents noirs pour y établir un observatoire ?” Furieuses, les deux filles ont vu quelque chose de peu viril, Zhuo Fan a reniflé.

Pour ces deux-là cependant, il avait l’air de faire la moue et elles ont ri.

Yun Shuang eut un regard doux, “Tu as sauvé les gens et tu as pris la revanche de mon grand-père. Maintenant que tu t’en vas, je dois te voir partir et te témoigner ma gratitude.”

“Pas besoin. Ce n’était qu’en passant, juste par hasard.” Zhuo Fan secoua sa main et se moqua, “Je n’ai jamais été quelqu’un qui faisait le bien, ne pensant qu’à ruiner mon ennemi. Si c’était un souverain juste et bienveillant qui se dressait sur mon chemin, c’est peut-être moi qui jetterais ces gens dans le chaos. Mes yeux ne voient que mon adversaire et rien d’autre.”

Yun Shuang fronça les sourcils, mais secoua la tête : ” Tu te dis toujours méchant, et tu te considères peut-être comme odieux, mais contrairement à tous ces tordus, tu as une once de conscience. Tu es rachetable, c’est pourquoi…”

Yun Shuang rougit et s’approcha de lui pour lui chuchoter à l’oreille ces mots doux : “Je suivrai le souhait de grand-père et resterai toujours dans le clan Luo, en attendant de te sauver de la damnation éternelle et de devenir un homme bon. Même si tu n’es pas d’accord, je resterai à tes côtés pour toujours.”

Zhuo Fan trembla, son visage prenant une expression étrange. Il vit Yun Shuang rougir plus fort, ses yeux clairs remplis d’une douceur indicible.

Yun Shuang évita son regard et marmonna : ” Peu importe que tu le veuilles ou non, souviens-toi de notre promesse. Tu dois revenir.”

Yun Shuang s’éloigna en sautillant tout en se tenant le visage, bien que maintenant ses oreilles étaient rouges.

Zhuo Fan cligna des yeux, hébétée, “Quelle promesse ? Tu as décidé toute seule sans me demander. Qui a bien pu lui apprendre à se comporter de façon aussi grossière ? Pourquoi est-ce que ça me ressemble pourtant…”

Pff !

Yongning gloussa et présenta un bracelet vert avec des yeux tendres, ” Zhuo Fan, prends-en soin. Ma mère l’a laissé pour moi. Des mondes nous séparent désormais, mais ne m’oublie jamais. ”

“Garde-le. Il n’y a aucune raison pour que je prenne ton bracelet, et encore moins pour que je me souvienne toujours de toi. Qu’est-ce que tu mijotes ? ” Zhuo Fan lui lança un regard noir.

Yongning, mécontente, se mit à piétiner. “Tu es bête comme une brique ou quoi ? Je ne peux pas être plus clair que ça. Tu n’es pas content tant que je ne le dis pas clairement ?”

Zhuo Fan a levé un sourcil suspicieux.

Yongning cria d’agacement : ” Zhuo Fan, je vais t’informer aujourd’hui que cette princesse s’est prise d’affection pour toi. J’ai fait le voyage jusqu’à la montagne des vents noirs pour te côtoyer davantage et me rapprocher de toi. Pourtant, alors que je viens d’arriver, tu prévois de partir. Pas d’autre choix que d’utiliser le dernier recours, échanger des vœux à travers des souvenirs dans l’espoir que tu ne m’oublies jamais…”

“Attends, attends, calme-toi !”

Zhuo Fan s’est agité dans tous les sens : “Votre Altesse, tu es défoncé ? Nous nous connaissons à peine. Il n’y a rien entre nous. N’est-ce pas un peu soudain de me lâcher ça maintenant ?”

” Pas du tout. N’as-tu jamais entendu parler du coup de foudre ?”

Yongning cligne ses yeux violets, ” Maman me disait quand j’étais petite que peu importe le danger, il ne faut jamais avoir peur. Parce que le prince charmant viendra des cieux, me tenant dans son étreinte sûre et gardant le danger à distance. Ce jour-là, à l’extérieur du palais impérial, au moment même où ma vie était en péril, tu es apparu. C’est exactement comme maman l’a dit. Tu es mon destin !”

Le visage crispé, Zhuo Fan soupira : “Euh, princesse, ce n’est qu’un conte de fées pour enfants. Tu es trop âgée pour en lire !”

“Non, c’est la volonté de ma mère que je dois honorer. Tout comme la volonté du grand-père de Shuang’er’. D’ailleurs, tu as accepté Shuang’er, alors pourquoi pas moi aussi ? Je ne me soucie pas d’être la deuxième puisque nous sommes proches comme des sœurs.”

“Euh, quand est-ce que j’ai fait ça ?” Zhuo Fan était confus.

“Ne vient-elle pas de dire qu’elle serait avec toi pour la vie ? Ne pas refuser, c’est accepter. Que quelqu’un comme elle, si gentille et si timide, prenne l’initiative, c’est remarquable. Et moi aussi, j’abaisserai mon statut en me jetant dans tes bras, prêt à te partager avec d’autres. C’est encore plus remarquable. ”

Souriante, Yongning remarqua les étoiles dans ses yeux et présenta le bracelet comme une gentille tante séduisante à un gentil petit garçon : ” Zhuo Fan, prends-le et nous serons ensemble pour toujours dans le bonheur. ”

Déglutissant, l’intendant Zhuo, autrefois intrépide, s’est effondré en sueur sur le champ de bataille de l’amour face à un adversaire aussi puissant que le général Yongning.

[Ils avaient raison, les femmes sont comme des tigres !]

“P-p-princesse, calme-toi maintenant. Je ne suis qu’une personne dont la vie est incertaine. Tu dois être prudente avant d’être avec moi. Ta fin sera amère.”

“Je suis prudente. Une femme suit son mari, elle restera veuve toute sa vie, mais je suis plus qu’heureuse de suivre ce chemin. Comme tu le dis toujours, suis ton cœur. C’est ce que je fais, j’écoute tes paroles !” Yongning gloussa, les yeux teintés de désir.

Zhuo Fan grimaça et eut envie de gifler sa bouche pourrie. [Voilà ce que je gagne à cracher des conneries, maintenant je dois en répondre.]

“Princesse, calme-toi. Toi, une glorieuse princesse, devrait avoir un meilleur avenir. Comme les quatre tigres, oui, ce sont des généraux de renom, qui pleurent toujours pour une femme. Réfléchis-y.”

“Je ne veux pas. Je n’ai besoin que de toi dans ma vie, je suis tout à fait sérieuse !” Yongning a cligné ses yeux charmants vers lui, “Même nos tempéraments sont assortis.”

[Assortis, mon œil !]

[Je me sentais désolé d’avoir quitté le clan Luo, mais maintenant je vois que je dois partir d’ici rapidement…]

En pensant ainsi, il secoua alors la tête et pointa derrière elle, ” Shuang’er, tu es revenue pour la princesse ? “.

“Shuang’er ?” Yongning se retourna.

C’était la chance désespérément désirée par Zhuo Fan et il l’agrippa comme si sa vie en dépendait. Yongning se retourna pour le regarder, mais ne trouva plus personne.

En piétinant, Yongning regarda amèrement le bracelet, les yeux embués de colère, “Je voulais seulement que tu prennes mon souvenir pour te rappeler de moi. Je ne suis pas un tigre, alors pourquoi t’es-tu enfui ? Humph…”

Un vent froid passa à côté de ses jambes. Elle se tenait là, ayant perdu son esprit vif, désormais désolée, les larmes coulant sur son visage.

Elle, une grande princesse, venait de faire sa première confession pour être… rejetée de la sorte.

Ailleurs, Zhuo Fan apparut à un kilomètre de la montagne des vents noirs, rempli d’inquiétude.

Il ne détestait pas ces dames, mais il était hors de question qu’il les accepte. [Leur sincérité est assez touchante, mais… je suis un démon.]

Il ne tomberait pas amoureux par principe. Il avait été comme ça toute sa vie et c’était devenu un comportement naturel.

Son cœur était trop lourd pour contenir l’amour. Même si cela facilitait les rapports avec les hypocrites…

“Attends !”

Une autre voix douce l’arrêta et tout ce qu’il put faire fut de regarder le ciel avec un long soupir.

[Pour l’amour de tout ce qui est sacré sur cette terre verte, suis-je le seul homme vivant ici ? Pourquoi toutes ces filles viennent-elles me voir ?]

Zhuo Fan se retourna paresseusement, pour sursauter en la voyant. C’était Long Kui du pavillon du dragon voilé.

La jeune fille ne l’avait jamais aimé et à chaque fois qu’ils parlaient, ils finissaient toujours par se chamailler, comme des ennemis.

Lorsque le clan Luo était encore un clan sans nom, cette fille méprisait ces ploucs. C’est pour cette même raison qu’il a fait la promesse des dix ans, sous le coup de la colère.

Que le clan Luo s’élèverait au-dessus de toutes les maisons.

Zhuo Fan avait presque oublié que cela faisait si longtemps. Mais en la voyant, un feu diabolique s’alluma dans son cœur.

[He-he-he, maudite jeune fille, juste à l’heure. Je vais me montrer jusqu’à ce que tu tombes…]

Long Kui remarqua qu’il sursautait à son appel, puis une trépidation, et enfin une confusion.

En ce moment même, il était devenu maléfique, arborant un air hautain, le nez levé bien haut. Elle était perdue face à ce qui lui arrivait.

[Qu’est-ce qui le pousse à changer d’air en une fraction de seconde ? Il s’est cogné la tête ou quelque chose comme ça…]

——-

J’espère que vous avez apprécié ce chapitre de Magic Emperor. Si vous voulez lire la suite, n’hésitez pas à me soutenir sur Tipeee, où vous pourrez accéder a plus de 200 chapitres inédits en avant-première et sans publicité. En cliquant-ici.

Merci pour le soutien😁

🎖️ Tipeurs récents :

Lucas028482
Marine
Kévin Dulap

—-


Commentaire

0 0 votes
Note
S’abonner
Notification pour
0 Commentaires
Commentaires en ligne
Afficher tous les commentaires
error: Le contenu est protégé !
0
Nous aimerions avoir votre avis, veuillez laisser un commentaire.x

Options

ne fonctionne pas avec le mode sombre
Réinitialiser